" Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement " (Matthieu 10:8)

ACCEUIL  |  CARTE DU SITE  |  CONTACT  |  AIDE    
 



 Sermons sur des sujets importants par le Rév. Paul C. Jong

 

Si nous agissons selon la Loi, cela pourra-t-il nous sauver?


< Luc 10:25-30 >

“Et voici qu’un légiste se leva, et lui dit pour l’éprouver : “Maître, que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle?” Il lui dit : “Dans la Loi, qu’y a-t-il d’écrit? Comment lis-tu?” Celui-ci répondit : “Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de tout ton esprit ; et ton prochain comme toi-même.” “Tu as bien répondu, lui dit Jésus ; fais cela et tu vivras.” Mais lui, voulant se justifier, dit à Jésus : “Et qui est mon prochain?” Jésus reprit : “Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho, et il tomba au milieu de brigands qui, après l’avoir dépouillé et roué de coups, s’en allèrent, le laissant à demi mort.”


Quel est le plus grand
problème de l’homme?
Il vit avec énormément
de fausses illusions.

Luc 10: 28 : “Fais cela, et tu vivras.” Les gens vivent avec énormément de fausses illusions. Ils semblent particulièrement vulnérables à cet égard.

Ils croient être malins mais se trompent facilement et ignorent leur côté pervers. Nous naissons sans nous connaître nous-mêmes et nous comportons comme s’il n’en était rien. Les gens ne se connaissent pas eux-mêmes, la Bible dit que nous sommes pécheurs.

Les gens parlent de l’existence de leurs péchés. Parfois, il semble que les gens soient incapables d’accomplir de bonnes choses et soient trop enclins à se considérer comme bons. Ils aiment se vanter de leurs bonnes actions et les étaler. Ils prétendent être pécheurs mais se comportent comme s’ils étaient très bons.

Ils savent qu’ils n’ont pas le bien en eux, ni la possibilité de faire le bien, mais essayent de tromper les autres et parfois, eux-mêmes. “Allons, nous ne pouvons pas être tout à fait mauvais. Il y a quand même un peu de bonté en nous.”

Ils considèrent les autres ainsi et se disent : “Oh! j’aurais voulu qu’il ne le fasse pas. C’est mieux pour lui de ne pas le faire. Ça serait mieux pour lui de parler ainsi. Je pense qu’il vaut mieux prêcher l’évangile de cette façon. Il a été racheté avant moi, alors je pense qu’il devrait agir davantage comme quelqu’un de racheté. Je viens juste d’être racheté et quand j’en saurai davantage, je ferais plus de bien qu’actuellement.”

Ils enfoncent des couteaux dans leurs cœurs. “Attendez, vous verrez que je ne suis pas comme vous. Vous pensez que vous êtes devant moi pour l’instant, n’est-ce pas? Attendez. C’est écrit dans la Bible : ceux qui viennent en derniers seront les premiers. Je sais comment l’appliquer à moi-même. Attendez et je vous montrerai.” Les gens se trompent eux-mêmes.

Même si à sa place, on aurait fait exactement la même chose, on le juge. Debout, à la chaire, il se verra bégayer, impuissant et prendra conscience de son apparence extérieure.

Les prédicateurs doivent se tourner uniquement vers Dieu et ignorer ce que les autres peuvent penser. Dans le cas contraire, ils seront incapables de prêcher. Quand on demande aux gens s’ils ont la capacité de faire le bien, la plupart répondent que non. Mais ils ont l’illusion qu’ils ont eux-mêmes cette capacité. Alors, ils s’y efforcent jusqu’à leur mort.

Ils pensent avoir “la bonté” dans leurs cœurs, la capacité de faire le bien. Ils pensent qu’ils sont eux-mêmes assez bons. Qu’importe depuis combien de temps ils sont nés de nouveau, même ceux qui ont fait de grands progrès au service de Dieu pensent : “Je peux faire ceci et cela pour Dieu!”

Et si nous n’avions pas Dieu dans nos vies, pourrions-nous être vraiment bons? Y a-t-il du bon dans l’homme? Peut-il vivre en faisant de bonnes choses? L’homme n’a pas la capacité de faire de bonnes choses. Chaque fois qu’il essaye de faire quelque chose par lui-même, il pèche.

Beaucoup négligent Jésus après avoir été sauvés et tentent de faire de bonnes choses par eux-mêmes. Il n’y a que du mal en nous. Nous ne savons faire que le mal. Par nous-mêmes (y compris ceux qui ont été sauvés), nous ne pouvons que pécher. C’est la réalité de notre chair.


Que faisons-nous
continuellement le bien
ou le mal?
Le mal

Dans notre recueil d’hymnes : “Prions le seigneur”, on trouve un hymne qui dit : “♪Sans Jésus nous trébuchons. Nous ne sommes bons à rien, comme un bateau qui traverse la mer sans voile♪.” Sans Jésus nous ne pouvons que pécher. Si nous sommes justes c’est seulement parce que nous avons été sauvés. En réalité, nous sommes mauvais.

L’apôtre Paul a dit : “Je ne fais pas le bien que je veux, mais je pratique le mal que je ne veux pas” (Romains 7:19). Si un homme est aux côtés de Jésus, ce n’est pas grave. Mais s’il n’a rien à faire de Dieu, il tente de faire de bonnes choses devant Lui. Mais plus il essaie, plus il se rendra compte qu’il fait du mal.

Le Roi David avait la même nature. Lorsque son pays était paisible et prospère, il s’arrêtait aux devantures. Il regardait les images qui tentent et ressentait des plaisirs sensuels. À quoi ressemblait-il après avoir oublié le Seigneur? Il était vraiment mauvais. Il a tué Urie et pris sa femme mais ne voyait pas le mal en lui. Il justifiait ses actes.

Alors un jour, le prophète Nathan vint le voir et lui dit : “Il y avait dans une même ville deux hommes, l’un riche et l’autre pauvre. Le riche avait du petit et du gros bétail en très grande quantité. Le pauvre n’avait rien du tout sinon une petite brebis. Un voyageur arriva chez l’homme riche, et le riche ménagea son petit et son grand bétail, il prit la brebis du pauvre et l’apprêta pour l’homme arrivé chez lui.”

David disait : “Cet homme mérite la mort.” Sa colère s’enflamma violemment. Il dit : “Il y avait beaucoup de bêtes, il pouvait en choisir une. Mais il a pris la seule brebis du pauvre pour préparer un repas à son invité. Il doit mourir! “Et Nathan lui dit : “Tu es cet homme-là”. S’ils ne suivent pas Jésus, en n’étant pas à Ses côtés, même ceux qui ont connu la nouvelle naissance peuvent se comporter ainsi.

Il en va de même pour tout le monde, même pour ceux qui croient. Sans Jésus, on trébuche immanquablement et on fait le mal. Nous sommes donc de nouveau reconnaissants envers Jésus qui nous a sauvés sans tenir compte du mal qui est en nous. “♪Je veux rester dans l’ombre de la Croix.♪” Nos cœurs restent dans l’ombre de la rédemption du Christ. Mais si nous quittons l’ombre et vivons par nous-mêmes, nous ne serons jamais en paix.



DIEU NOUS A DONNÉ LA JUSTICE DE LA FOI AVANT LA LOI

Qu’est-ce qui est prioritaire,
la foi ou la Loi?
La foi.

L’apôtre Paul dit que Dieu nous avait donné d’abord la justice de la foi. La justice de la foi est arrivée en premier. Il l’a donnée à Adam et Ève, à Caïn et Abel, à Seth et Hénoch, à Noé, à Abraham, à Isaac, à Jacob et à ses douze fils. Indépendamment de la Loi, ils sont devenus justes devant Dieu par leur foi en Sa parole. Ils sont bénis et ont obtenu le repos par leur foi en Sa parole.

Le temps a passé et les descendants de Jacob ont vécu en Égypte, en esclaves, pendant 400 ans, à cause de Joseph. Puis Dieu les a conduits à l’extérieur par l’intermédiaire de Moïse, jusqu’à la terre de Canaan. Cependant, pendant ces 400 années d’esclavage, ils avaient oublié la justice de la foi.

Dieu les a donc amené à traverser la Mer Rouge de manière miraculeuse et les a conduit dans le désert. Après leur arrivée dans le désert de Sin, Il leur a donné la Loi sur le Mont Sinaï. Il   leur a délivré les dix commandements qui contiennent les 613 détails de la Loi. “Je suis le Seigneur ton Dieu, le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac, le Dieu de Jacob. Envoie Moïse au Mont Sinaï, et Je vous donnerai la Loi.” Dieu a donné la Loi à Israël.

Il leur a donné la Loi pour qu’ils aient “la connaissance du péché” (Romains 3:20). Pour leur faire savoir ce qu’Il aime et ce qu’Il n’aime pas et afin de montrer Sa justice et Sa Sainteté.

Tout le peuple d’Israël qui a été esclave pendant 400 ans a traversé la Mer Rouge. Les Israélites n’avaient jamais rencontré le Dieu dAbraham, le Dieu d’Isaac, le Dieu de Jacob. Ils ne connaissaient pas Dieu.

Pendant qu’ils vivaient en esclaves, au cours de ces 400 ans, ils avaient oublié la justice de Dieu. Et puis, ils n’avaient pas de chef. Jacob et Joseph avaient été leurs chefs mais ils étaient morts. Il semble que Joseph n’ait pas réussi à transmettre la foi à ses fils, Manassé et Ephraïm.

Ils devaient retrouver leur Dieu et le rencontrer parce quils avaient oublié Sa justice. Dieu leur a donc donné d’abord la justice de la foi, puis la Loi une fois qu’ils avaient oublié la foi.

Pour sauver Israël, pour faire d’eux Son peuple, le peuple d’Abraham,Il leur a demandé de se faire circoncire. Son intention en les appelant était premièrement de leur faire connaître Dieu grâce à la Loi et, deuxièmement, de leur faire savoir quilsétaient des pécheurs devant Lui. Il voulait qu’ils viennent à Lui et deviennent Son peuple, sauvé par le sacrifice de la rédemption que Dieu leur avait donné. Et Il a fait d’eux Son peuple.

Le peuple d’Israël a été racheté par la Loi (le rite sacrificiel) dans la foi en le Messie quils attendaient. Puis le rite sacrificiel a disparu avec le temps. Voyons à quelle époque.

Dans Luc 10:25 : “Un légiste se leva et lui dit...” Le docteur de la loi était un Pharisien. Les Pharisiens étaient des conservateurs qui essayaient de vivre selon Sa parole.

C’était un peuple qui essayait de défendre d’abord sa patrie et ensuite de vivre par Sa loi. Il y avait également les Zélotes, très impétueux, avec une tendance à avoir recours aux démonstrations pour atteindre leurs buts.


Qui Jésus veut-il rencontrer?
Les pécheurs sans berger.

Il existe des gens de ce genre aujourd’hui également. Ils dirigent des mouvements sociaux avec des slogans tels que : “Sauvez les opprimés de la société.” Ils pensent que Jésus est venu pour sauver les pauvres et les opprimés. Alors, ils étudient la théologie dans des séminaires, font de la politique, et tentent de “délivrer les pauvres” dans tous les domaines de la société.

Ce sont ceux qui insistent : “Vivons tous par la sainte et clémente Loi... Conformez-vous à la Loi, par Sa parole…” Mais ils ne réalisent pas le véritable sens de la Loi. Ils tentent de suivre la Loi à la lettre mais ne réalisent pas sa révélation divine.

Ainsi, nous pouvons dire qu’il n’y avait pas de prophète, de serviteur de Dieu, pendant environ 400 ans avant Jésus Christ. Ils étaient devenus une troupe d’agneaux sans berger.

Ils n’ont eu ni Loi, ni dirigeant. Dieu ne s’est pas révélé à travers les chefs religieux hypocrites de cette époque. Le pays est devenu une colonie de l’empire romain. Alors Jésus a dit à ceux du peuple d’Israël qui Le suivaient dans le désert qu’Il n’allait pas les laisser mourir de faim. Il a eu pitié du troupeau sans berger. Beaucoup de gens souffraient à cette époque.

Les scribes avaient des droits acquis ; les Pharisiens étaient la descendance d’Israël, du Judaïsme. Ils étaient très fiers.

Le scribe demandait à Jésus dans Luc 10:25 : “Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle?”. Il lui semblait qu’il n’y avait personne de meilleur que lui parmi le peuple d’Israël. Et cet homme de loi (celui qui n’a pas été sauvé) défiait Jésus, en demandant : “Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle?”

Cet homme de loi est aussi une image de nous-mêmes. Il demandait à Jésus : “Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle?” Jésus lui répondit : “Dans la Loi, qu’y a-t-il d’écrit? Comment lis-tu?”

Alors il répondit : “Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de tout ton esprit ; et ton prochain comme toi-même.”- “Tu as bien répondu, lui dit Jésus ; fais cela, et tu vivras.”

Il défiait Jésus sans savoir qu’il était lui-même mauvais, un bloc de péché incapable de faire le bien. Alors Jésus lui demanda : “Dans la Loi, qu’y a-t-il d’écrit? Comment lis-tu?”


Que lis-tu dans la loi?
Nous sommes des pécheurs qui ne
pouvons observer la Loi.

“Comment lis-tu?” “Tu as bien répondu ; fais cela et tu vivras.”“Comment lis-tu?” Cela signifie : comment connais-tu et comprends-tu la Loi?

Comme beaucoup de personnes aujourd’hui, cet homme de Loi pensait que Dieu lui avait donné la Loi pour qu’il la respecte. Alors Il répondit : “Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de tout ton esprit ; et ton prochain comme toi-même.”

La Loi était sans faute. Il nous a donné une loi parfaite. Il nous disait d’aimer Dieu de tout notre cœur et de toute notre âme, de toutes nos forces et de tout notre esprit et notre prochain comme nous-mêmes. Il est juste pour nous d’aimer une parole Sainte qui ne pas être respectée.

“Que lis-tu?” Cela veut dire que la Loi est juste mais comment la comprends-tu? L’homme de Loi pensait que Dieu la lui avait donnée pour y obéir. Mais la Loi de Dieu nous est donnée pour que nous puissions connaître nos défauts, et afficher clairement nos iniquités. La Loi met en évidence nos péchés : “Tu as péché. Tu as tué, même si je t’ai dit de ne pas le faire. Pourquoi Me désobéis-tu?”

La Loi indique les péchés qui sont dans le cœur de l’homme. Supposons que sur mon chemin, j’ai vu des melons mûrs dans un champ. Dieu m’avertit par la Loi, “Ne prends pas ces melons pour les manger. J’aurais honte si tu agis ainsi.” “Oui, Père.” “Ce champ appartient à quelqu’un d’autre, donc tu ne dois pas les prendre.” “Oui, Père.”

À partir du moment où la Loi nous dit que nous ne devons pas les voler, nous avons une grande impulsion à le faire. Si nous appuyons sur un ressort, il aura tendance à nous repousser, par réaction. Le péché de l’homme est ainsi.

Dieu nous a dit de ne jamais faire de mal. Dieu peut dire cela parce qu’Il est Saint, parce qu’Il est accompli, parce qu’Il a la capacité de le faire. Nous, au contraire, ne pourrons “jamais” nous empêcher de pécher, ni “jamais” faire le bien. Le bien n’est “jamais” dans nos cœurs.

La Loi le dit bien : jamais (le mot “jamais” est stipulé). Pour quelle raison? Parce que le désir est dans le cœur des hommes. Nous agissons selon nos désirs. Nous commettons l’adultère car nous avons l’adultère dans nos cœurs.

Nous devons lire la Bible attentivement. Quand j’ai commencé à croire en Jésus, je croyais d’après la Parole. J’ai appris que Jésus était mort sur la Croix pour moi et je ne pouvais m’arrêter de pleurer. J’étais un homme tellement mauvais et Lui, était mort sur la Croix pour moi... Mon cœur souffrait tellement que j’ai cru en Lui. Puis, je me suis dit : ‘Si je commence à croire, je dois croire selon la Parole!’

Quand je lisais Exode 20, où il est dit  : “Tu n’auras pas d’autres dieux devant moi. je priais en me repentant selon Sa parole. Je fouillais dans ma mémoire pour voir si j’avais d’autres dieux devant Lui. J’ai réalisé que j’avais adoré d’autres dieux en pratiquant des rituels pour honorer mes ancêtres. J’avais commis le péché d’avoir d’autres dieux.

Alors j’ai prié en me repentant : “Dieu, j’ai rendu des cultes aux idoles. Je dois être jugé pour cela. Pardonnez mes péchés, s’il vous plait. Je ne le referai pas.” Alors, un péché était réglé.

Ensuite, je me suis demandé, en vain, si j’avais invoqué Son nom. Puis, je me suis souvenu que lorsque j’avais commencé à croire en Dieu, je fumais. Mon ami me disait : “Ne déshonores-tu pas Dieu en fumant?”. Comment un Chrétien peut-il fumer?

Etait-ce d’invoquer Son nom en vain? Alors, j’ai encore prié : “Seigneur, j’ai invoqué Ton nom, en vain. Pardonne-moi s’il te plait.” Puis, j’ai essayé de ne plus fumer, mais n’arrêtais pas d’allumer et d’éteindre cigarettes sur cigarettes pendant une année. C’était vraiment dur, presque impossible de m’arrêter de fumer. Finalement, je suis arrivé à laisser tomber complètement la cigarette. J’ai su, alors, qu’un autre péché était réglé.

Le suivant était : “Tu te souviendras du jour du sabbat, pour le sanctifier.” Cela signifie : ne rien faire le dimanche ; ne pas travailler, gagner de l’argent... J’ai donc arrêté cela aussi.

Ensuite, c’était : “Honore ton père et ta mère.” Je les honorais quand j’étais loin d’eux, mais ils me donnaient des maux de tête quand j’étais à leurs côtés. “Oh! Bonté divine! j’ai péché devant Dieu. Pardonne-moi, Seigneur.” J’ai fait une prière de repentance.

Mais je n’ai plus pu honorer mes parents car ils sont morts, tous les deux, juste après. Que faire? “Seigneur, pardonnez ce pauvre pécheur. Tu es mort sur la Croix pour moi.” Comme j’étais reconnaissant!

Ainsi, je pensais que je devais avouer mes péchés un par un. Il existait des règles telles que : ne tue pas, ne commets pas l’adultère, ne convoite pas... J’ai réalisé qu’il n’y en avait pas une seule à laquelle je n’aie pas désobéi. J’ai prié toute la nuit. Savez-vous que la prière de repentance n’est pas vraiment agréable? Parlons-en.

En pensant à la crucifixion de Jésus, je compatissais tellement que c’était pénible. Il est mort pour nous qui ne pouvons pas vivre selon Sa parole. J’ai pleuré toute la nuit en pensant combien je l’aimais et je l’ai remercié de m’avoir donné un vrai plaisir.

Au cours de la première année, il m’était assez facile d’aller à l’église, mais les deux années suivantes, cela est devenu difficile parce que je devais me concentrer plus intensément pour faire couler mes larmes ce qui était devenu une habitude.

Lorsque les larmes ne coulaient pas, j’allais prier à la montagne et jeûnais pendant 3 jours. Alors, les larmes coulaient à nouveau. J’étais imbibé de mes larmes, revenais dans la société, et pleurais à l’église.

Les gens d’autour de moi me disaient : “Tu es devenu saint par tes prières sur la montagne.” Mais les larmes séchaient de nouveau inévitablement. C’est devenu encore plus difficile la troisième année.

Je pensais aux méchancetés que j’avais faites à mes amis et aux autres Chrétiens et pleurais de nouveau. Après ces quatre années, les larmes se sont une nouvelle fois taries. Mes yeux étaient dotés de glandes lacrymales, mais elles ne fonctionnaient plus.

Cinq années plus tard, je ne pouvais plus pleurer même si je faisais mon possible pour y arriver. Seul mon nez bougeait. Encore deux années après, j’étais dégoûté de moi-même et ai repris la Bible.



LA LOI EST POUR LA CONNAISSANCE DU PÉCHÉ

Que devons-nous réaliser
en ce qui concerne la Loi?
Nous ne pourrons jamais
observer la Loi.

Dans Romains 3:20, nous lisons : “La Loi ne fait que donner la connaissance du péché”. Je pensais qu’il s’agissait d’un message personnel destiné à l’apôtre Paul et croyais seulement aux paroles que je choisissais. Mais une fois que mes larmes avaient séché, je ne pouvais continuer ma vie de foi.

Alors, j’ai péché continuellement en sachant que j’avais des péchés dans mon cœur et qu’il était impossible de vivre selon la Loi. Je ne pouvais le supporter, mais n’arrivais pas à mettre de côté la Loi, parce que je pensais qu’elle avait été donnée pour qu’on y obéisse. Finalement, je suis devenu un homme de loi, comme ceux de la Bible. Il devenait trop difficile de soutenir une vie de foi.

Alors, pour échapper à l’épreuve, j’ai cherché avec empressement un prédicateur prêchant la nouvelle naissance d’eau et d’Esprit. J’ai rencontré un prédicateur qui prêchait le fait que tous nos péchés avaient été rachetés.

Chaque fois que j’entendais que je n’avais plus de péchés en moi, c’était comme une brise fraîche qui soufflait dans mon cœur. J’avais tant de péchés en moi que lorsque je lisais la Loi, j’en prenais conscience. J’avais violé chacun des dix commandements dans mon cœur. Pécher dans le cœur est également un péché, et j’étais devenu de manière étourdie, un croyant en la Loi.

J’étais heureux lorsque j’obéissais à la Loi. Mais lorsque je ne pouvais pas l’observer, j’étais malheureux, ennuyeux et triste et me détachais de tout. Si l’on m’avait dit dès le début : “Non, il y a un autre sens à la Loi. Elle te fait réaliser que tu es pécheur ; que tu aimes l’argent, que tu aimes l’autre sexe, et les choses qui sont belles à regarder. Tu aime quelque chose plus que Dieu. Tu aimes suivre les choses du monde. La Loi t’a été donnée, non pour la mettre en pratique, mais pour te faire savoir que tu es un pécheur qui a le mal dans son cœur.”

Si quelqu’un me l’avait enseigné ainsi, je n’aurais pas eu à souffrir pendant dix ans. Car j’ai vécu dix ans d’après la Loi, jusqu’à ce que je parvienne à réaliser cela.

Le quatrième commandement est : “Tu te souviendras du jour du Sabbat pour le sanctifier.” Cela veut dire qu’il ne faut pas travailler le jour du Sabbat. Cela signifie que l’on doit marcher, et non monter sur quelque chose même si l’on est en voyage, au loin. Aussi, je pensais que je devais marcher pour me rendre à l’endroit où je prêchais pour être honorable. Après tout, je prêchais la Loi. Je pensais donc que je devais appliquer tout ce que je prêchais. C’était si difficile que j’étais sur le point d’abandonner.

Comme dans le passage : “Comment lis-tu?” Je n’ai pas compris la question et ai souffert pendant dix ans. L’homme de Loi l’a mal comprise également. Il pensait que s’il obéissait à la Loi et vivait prudemment, il serait béni de Dieu.

Mais Jésus lui a dit : “Comment lis-tu?” Oui, tu as bien répondu ; tu sais ce qui est écrit. Tente de l’observer. Tu vivras si tu fais cela, mais mourras dans le cas contraire. Le salaire du péché, c’est la mort. “Tu mourras si tu ne fais pas cela” (Le contraire de la vie étant la mort, n’est-ce pas?).

Mais l’homme de Loi n’a toujours pas compris. L’homme de Loi, c’est nous tous, vous et moi. J’ai étudié la théologie pendant dix ans. J’ai tout lu et tout expérimenté : le jeûne, les visions, les discours en langues étrangères... J’ai lu la Bible pendant dix ans et espéré accomplir quelque chose. Mais spirituellement, j’étais aveugle.

C’est pourquoi un pécheur doit rencontrer quelqu’un qui lui fasse prendre conscience que Jésus Christ est Notre Seigneur Jésus. Ensuite, il réalise : “Ah! Nous ne pouvons observer la Loi. Même si nous essayons de toutes nos forces, nous ne pourrons que mourir en tentant d’y parvenir. Cependant, Jésus est venu pour nous sauver avec l’eau et l’Esprit! Alléluia!” Nous pouvons être rachetés par l’eau et l’Esprit. C’est une grâce, un cadeau de Dieu. Alors, nous louons le Seigneur.

J’avais suffisamment changé pour quitter la voie du désespoir, mais certains passent leur vie à étudier la théologie, en vain, et ne réaliseront la vérité que le jour de leur mort. Certains croient depuis des décennies ou depuis des générations, mais ne connaîtront jamais la nouvelle naissance.

Nous ne sommes plus pécheurs à partir du moment où nous prenons conscience que nous ne pourrons jamais observer la Loi, et quand nous nous présentons devant Jésus, nous écoutons l’évangile d’eau et d’Esprit. Quand nous rencontrons Jésus, nous sommes exempts de tout jugement, de toute condamnation. Nous sommes de très mauvais pécheurs mais nous devenons justes car Il nous sauve avec l’eau et le sang.

Jésus a dit que nous ne pourrons jamais vivre selon Sa volonté. Il l’a dit à l’homme de Loi mais il ne l’a pas compris. Jésus lui a donc raconté une histoire pour le lui faire comprendre.


Qu’est-ce qui fait perdre
à l’homme sa vie de foi?
Le péché

Jésus reprit la parole et dit : “Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho, et il tomba au milieu de brigands qui, après l’avoir dépouillé et roué de coups, s’en allèrent le laissant à demi-mort” (Luc 10:30).

Jésus lui expliquait qu’il souffrirait toute sa vie comme cet homme presque mort, battu par les brigands.

Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho. Jéricho représente le monde séculaire et Jérusalem la ville de la religion, la ville de la foi, des vantards de la Loi. Il nous dit que si Jésus Christ est notre religion, nous serons ruinés.

Jésus reprit la parole et dit : “Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho, et il tomba au milieu de brigands qui, après l’avoir dépouillé et roué de coups, s’en allèrent le laissant à demi-mort”.

Jérusalem est une grande ville, avec une importante population. On y trouvait : le souverain sacrificateur, un hôte des prêtres, des Lévites et nombre d’importants religieux. Beaucoup connaissaient bien la Loi. Alors, ils essayaient de vivre selon elle mais n’y parvenaient jamais et se rendaient à Jéricho. Ils observèrent leurs défauts dans le monde (Jéricho) et rencontrèrent les brigands.

L’homme a rencontré les brigands sur le chemin qui va de Jérusalem à Jéricho et a été dépouillé. “Être dépouillé” signifie ici qu’il a perdu sa justice. Il nous est impossible de vivre selon Loi. L’apôtre Paul a dit dans Romains 7 : “Je ne fais pas le bien que je veux et commets le mal que je ne veux pas. Or, si je fais ce que je ne veux pas, ce n’est plus moi qui l’accomplis l’action, mais le péché qui habite en moi.”

Je pensais bien agir et vivais selon Sa parole. Mais c’est du dedans, du cœur des hommes que sortent les mauvaises pensées : débauches, vols, meurtres, adultères, cupidités, méchancetés, ruse, impudicité, envie, diffamation, orgueil, déraison (Marc:7:21-23).

Parce que nous avons le péché dans nos cœurs et qu’il s’échappe de temps en temps, nous faisons ce que nous ne voulons pas, et ne faisons pas ce que nous voulons. Nous persistons, dans nos cœurs, à faire ces mauvaises actions. Le diable nous insuffle quelque impulsion pour que nous péchions.



LE PÉCHÉ DANS LE CŒUR DE L’HOMME

Pouvons-nous vivre
selon la Loi?
Non.

Marc 7 dit : “Rien de ce qui pénètre du dehors dans l’homme ne peut le souiller. Ce qui sort de l’homme, voilà ce qui souille l’homme.”

Il nous dit que de mauvaises pensées, l’adultère, la débauche, le meurtre, le vol, la cupidité, la méchanceté, la ruse, l’impudicité, l’envie, la diffamation, l’orgueil, et la déraison habitent le cœur de l’homme.

Il n’existe personne qui ne commette pas de meurtre. Les mères hurlent à leurs enfants : “Non, ne fais pas ça. Je t’ai dit de ne pas le faire. Zut! J’ai dit de ne pas faire ça.” Puis : “Viens ici. Je t’ai dit et redit de ne pas le faire. Je vais te tuer.” Ceci un meurtre. Vous pouvez tuer vos enfants avec vos langues insensées.

Nos enfants vivent en s’éloignant rapidement de nous ; mais si nous leur exprimons toute notre colère, ils mourront. Nous les tuerons devant Dieu.

Parfois, nous paniquons : “Mon Dieu! Qu’ai-je fait?” Nous voyons la meurtrissure après avoir battu nos enfants et pensons que nous sommes fous d’avoir fait une telle chose. Nous agissons de cette façon car nous avons le meurtre dans nos cœurs.

Donc “Je fais ce que je ne veux pas faire” signifie que nous faisons le mal car nous sommes mauvais. Il est trop facile pour Satan de nous soumettre à la tentation du péché.

Admettons qu’un homme n’ayant pas été racheté reste assis sous une tente pendant dix ans, face à un mur et méditant comme Sung-chol, le grand moine coréen. Il est louable d’être assis face au mur, mais quelqu’un doit lui apporter de la nourriture et enlever ses ordures.

Aussi, doit-il avoir des contacts avec quelqu’un. Aucun problème si c’est un homme, mais supposons que ce soit une belle femme. S’il lui arrive de la regarder à la dérobée, toutes ses œuvres seront vaines. Il pense : “Je ne dois pas commettre l’adultère ; il est dans mon cœur, mais je dois m’en débarrasser. Je dois le repousser. Allez! Va t-en de mon cœur!”

Mais sa résolution s’évanouira dès qu’il la regardera. Puis, la femme partira, et il la gardera dans son cœur. Cinq années de dur labeur, pour rien.

Il est très facile pour Satan d’ôter la justice d’un homme. Il suffit à Satan de donner un peu de pression. Quand un homme lutte sans avoir été racheté, il continue à pécher. Il paye la dîme avec foi tous les dimanches, jeûne quarante jours, cent jours, en faisant des prières matinales... mais Satan le tente avec les bonnes choses de la vie.

“Je te donnerai une place très importante à la compagnie, mais tu es Chrétien et ne peux pas travailler le dimanche, n’est-ce pas?”

C’est un poste tellement important. Tu pourrais, peut-être, travailler trois dimanches par mois et n’aller à l’église qu’une fois? Tu verras, tu prendras plaisir à un si grand prestige et à recevoir un très gros chèque. Qu’en penses-tu? Probablement que cent pour cent des gens se laisseront acheter ainsi.

Le piège ne marche pas à tout les coup, mais il y a également ceux qui sont faibles vis à vis des femmes. Satan met une femme sur leur chemin, ils tombent amoureux et oublient Dieu illico. C’est ainsi que l’homme est dépouillé de sa justice.

Si nous essayons de vivre selon la Loi, à la fin, il ne nous reste que les blessures du péché, la peine et la pauvreté ; nous perdons toute notre justice. “Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho, et il tomba au milieu de brigands qui, après l’avoir dépouillé et roué de coups, s’en allèrent le laissant à demi-mort”.

Cela signifie que nous trébucherons avec le temps, même si nous tentons de rester à Jérusalem en vivant selon la volonté du Dieu Saint, à cause de notre faiblesse et nous serons ruinés.

Ensuite, nous prierons en nous repentant devant Dieu. “Seigneur, j’ai péché. Pardonne-moi s’il Te plaît ; Je ne le referai plus. Je te promets que c’est vraiment la dernière fois. Je te demande et te supplie de me pardonner cette fois.”

Mais cela ne cesse jamais. L’homme ne peut vivre sans pécher, où qu’il aille. Il pourra l’éviter une fois ou deux, mais il lui sera impossible de ne plus pécher. Alors il commettra des péchés à nouveau. “Seigneur, pardonne-moi.” Et faisant cela, il s’éloignera de l’église (la religion). Il s’éloignera de Dieu à cause de ses péchés et il finira en enfer.

Aller à Jéricho signifie tomber dans le monde séculier ; aller près du monde et loin de Jérusalem.

Au début, Jérusalem était encore relativement proche. Mais comme le cycle du péché et du repentir se répète, nous nous retrouvons dans les rues de Jéricho ; tombés au plus profond du monde.


Qui peut être sauvé?
Celui qui cesse de compter
sur lui-même

Qu’a rencontré l’homme se rendant à Jéricho? Il a rencontré les brigands. Celui qui ne vit pas dans la Loi devient un chien humble. Il boit et dort n’importe où, urine n’importe où. Ce chien se réveille le lendemain et boit de nouveau. Le chien humble mangera ses propres excréments. C’est pourquoi il est chien. Il sait qu’il ne devrait pas boire. Il le regrette le lendemain, mais boit de nouveau.

Comme l’homme qui a rencontré les brigands en allant à Jéricho. Ils l’ont laissé blessé, à demi-mort. Dans son cœur, il n’y a que le péché. Tel est l’homme.

Les gens croient en Jésus et vivent selon la Loi à Jérusalem, mais restent en retrait n’ayant que des péchés dans leurs cœurs. Leur vie religieuse se limite à montrer les blessures de leurs péchés. Ceux qui ont des péchés dans leurs cœurs seront jetés en enfer. Ils le savent mais ignorent comment faire. Vous et moi ne sommes-nous pas comme eux? Si. Nous sommes tous pareils.

L’homme de Loi qui a mal compris la Loi de Dieu devra lutter toute sa vie et finira en enfer, blessé. Comme nous, vous et moi.

Il n’y a que Jésus qui puisse nous sauver. Il existe beaucoup de gens malins autour de nous et ils montrent toujours ce qu’ils savent. Ils prétendent tous vivre selon la Loi de Dieu. Ils ne sont pas honnêtes envers eux-mêmes.

Ils n’appellent pas les choses par leurs noms, mais sont attachés à leur apparence extérieure afin de paraître fidèles.

Vous voulez en savoir plus sur le fait de renaître d’eau et d’Esprit? S’il vous plaît cliquez sur le panier pour avoir des livres gratuits sur les moyens de renaître d’eau et d’Esprit
To be born again

Parmi les pécheurs qui allaient à Jéricho, il y avaient ceux qui étaient battus par les brigands et ceux qui étaient déjà morts. Nous devons savoir à quel point nous sommes fragiles devant Dieu.

Nous devons admettre devant Lui : “Seigneur, j’irai en enfer si Tu ne me sauves pas. Sauve-moi, s’il Te plaît. J’irai où Tu veux. Même s’il grêle ou s’il y a de l’orage, j’irai si Tu me permets d’entendre le véritable évangile. Si Tu m’abandonnes, j’irai en enfer. Je te demande de me sauver.”

Ceux qui savent qu’ils se dirigent vers l’enfer, ceux qui abandonnent leurs propres efforts et prennent la main du Seigneur, sont ceux qui pourrons être sauvés. Nous ne pourrons jamais nous sauver nous-mêmes. Nous devons savoir que nous sommes comme l’homme tombé au milieu des brigands.

Retour à la Liste

 


Version imprimable   |  

 
Bible studies
    Sermon
    Déclaration de foi
    C'est quoi l'évangile ?
    Termes Bibliques
    FAQ sur la Foi Chrétienne

   
Copyright © 2001 - 2018 The New Life Mission. ALL RIGHTS reserved.