Sermons

Sujet 26: Lévitique

[26-1] Qu'est-ce que le Vrai Évangile? (Lévitique 1:1-9)

Qu'est-ce que le Vrai Évangile?(Lévitique 1:1-9)
“L’ÉTERNEL appela Moïse; de la tente d’assignation, il lui parla et dit: Parle aux enfants d’Israël, et dis-leur: lorsque quelqu’un d’entre vous fera une offrande à l’ÉTERNEL, il offrira du bétail, du gros ou du menu bétail. Si son offrande est holocauste de gros bétail, il offrira un mâle sans défaut; il l’offrira à l’entrée de la tente d’assignation, devant l’ÉTERNEL, pour obtenir sa faveur. Il posera sa main sur la tête de l’holocauste, qui sera agréé de l’ÉTERNEL, pour lui servir d’expiation. Il égorgera le veau devant l’ÉTERNEL; et les sacrificateurs, fils d’Aaron, offriront le sang, et le répandront tout autour sur l’autel qui est à l’entrée de la tente d’assignation. Il dépouillera l’holocauste, et le coupera en morceaux. Les fils du sacrificateur Aaron mettront du feu sur l’autel, et arrangeront du bois sur le feu. Les sacrificateurs, fils d’Aaron, poseront les morceaux, la tête et la graisse, sur le bois mis au feu sur l’autel. Il lavera avec de l’eau les entrailles et les jambes; et le sacrificateur brûlera le tout sur l’autel. C’est un holocauste, un sacrifice consumé par le feu, d’une agréable odeur à l’ÉTERNEL.”
 
 
Ce soir, je voudrais répondre à la question suivante: “Qu'est-ce que l'évangile?” Cela fait trois jours que je suis à Séoul et aujourd’hui j’ai passé le temps à faire les vitrines. Peut-être que c’est la raison pour laquelle ma vue est devenue un peu floue pour avoir vu toutes ces choses. 
Lorsque j’étais enfant, j’ai ouïe dire qu’il fallait payer avant de regarder les gratte-ciel de Séoul, donc je ne me tenais jamais en face d’un grand immeuble. Évidemment qu’on me menait en bateau, mais en enfant ignorant j’avais pris cela très au sérieux. Donc, je ne regardais pas les grands immeubles. J’avais peur qu’en le faisant quelqu’un ne vienne me réclamer de l’argent en disant: “Jusqu’à quel étage as-tu regardé? Sais-tu combien cela coûte de regarder même un seul étage?” J’ai vite fait de me rendre compte qu’en réalité il n’y avait rien à payer pour avoir regardé les gratte-ciel. Alors je regardais le plus haut immeuble de Séoul qui était alors connu sous le nom de l’Immeuble 63, d’après le nombre d’étages, et je comptais tous les étages du premier au dernier. J’avais le vertige en essayant de compter tous les étages. Néanmoins, dans mon cœur, j’avais la certitude que le Seigneur avait effacé tous mes péchés. Ce soir je voudrais que nous concentrions nos esprits et nos cœurs sur Dieu et examinions ensemble ce qu’est réellement le vrai évangile.
En ces temps de la fin, il y a beaucoup de gens qui croient en Jésus comme leur Sauveur. Et nous savons aussi que beaucoup d’entre eux prêchent la Croix de Jésus seule comme étant la voie du Salut. En conséquence, d’innombrables personnes proclament qu’elles sont sans péchés avec cette foi. Le problème, cependant, est que leurs péchés demeurent intacts dans leurs cœurs bien qu’elles croient en Jésus comme leur Sauveur. Beaucoup de Chrétiens croient au fait que quoiqu’ils aient transféré leur péché originel sur Jésus en croyant simplement en Lui comme leur Sauveur, leurs péchés personnels demeurent intacts dans leurs cœurs. Le plus gros problème auquel font face les Chrétiens d’aujourd’hui est que bien que croyant en Jésus, leurs cœurs demeurent pleins de péchés. Alors la question est: “Est-il normal que les Chrétiens aient un cœur rempli de péchés quoiqu’ils croient en Jésus?” Non, bien sûr que non. Si l’un d’entre eux a encore du péché dans son cœur même après avoir cru en Jésus, alors il est clair que la foi de cette personne en Jésus est erronée. Je peux témoigner de cette grave situation en me basant uniquement sur les Écritures. Aujourd’hui, je voudrais aborder le problème qui fait que toutes ces personnes méconnaissent et croient incorrectement en Jésus. Pour ce faire, j’expliquerai aussi ce en quoi consiste le vrai évangile. 
Je suis convaincu que vous savez tous qu’il y a des expressions aguichantes que les Chrétiens utilisent autant que l’expression “l’évangile”. Il n’y a probablement personne parmi vous qui ne connaisse pas le sens du mot évangile. Mais alors, qu’est-ce que l’évangile? Beaucoup d'églises et pasteurs dans ce monde tiennent régulièrement des réunions de réveil et en font la publicité à grande pompe. Le Seigneur nous a effectivement commandé de répandre l’évangile jusqu’aux extrémités de la terre. Donc, par moments, des leaders religieux tiennent des réunions de réveil avec pour objectif de transformer leurs villes respectives en des cités saintes. 
Ils appellent à la sanctification de la ville, exhortant leurs fidèles à évangéliser tous ces habitants. Une fois j’ai vu une affiche publicitaire d’une telle réunion de réveil qui disait: “Faisons Entrer la Saison de Christ dans cette Ville!” Presque tous les leaders Chrétiens de nos jours exhortent leurs fidèles à prêcher l’évangile de Christ, à répandre le Royaume de Christ aux extrémités de la terre, à faire descendre la gloire de Christ, etc. tout cela pour convertir les non croyants en des croyants. La grande question, cependant, est de savoir si oui ou non ceux qui disent ces choses savent vraiment ce que veut dire “prêcher l’évangile” tel que les serviteurs de Dieu l’ont prêché auparavant. Malheureusement, il y a seulement une poignée de personnes qui prêchent l’évangile en sachant clairement ce que cela signifie. Bien qu’il y ait beaucoup de Chrétiens de nos jours, peu sont ceux qui connaissent le vrai sens du mot “évangile” lorsqu’ils en font usage. 
En Matthieu 7:21, Jésus nous dit: “Ceux qui me disent: Seigneur, Seigneur! N’entreront pas tous dans le royaume de Dieu, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon père qui est dans les cieux.” Que veut dire Jésus par “celui-là seul qui fait la volonté de mon père”? Il y a quelque chose que Dieu le Père a fait en envoyant Son Fils sur cette terre, et c’est cela qui est “l’évangile.” L’œuvre que Jésus a accomplie pour sauver l’humanité est – l’évangile, mais peu de gens connaissent et croient effectivement en cette œuvre de façon appropriée. Alors, qui sont ceux qui font la volonté de Dieu le Père? Ce sont ceux qui croient dans leurs cœurs que Dieu le Père a effacé tous les péchés de chaque être humain dans ce monde une fois pour toutes en envoyant Son Fils sur cette terre, et qui en retour prêchent cet évangile. Planifiant Sa volonté, Dieu le Père a sauvé l’humanité de ces péchés en envoyant Son Fils ainsi que le Saint Esprit. Par cet acte, Il donna à nos cœurs la conviction de notre salut. Celui qui croit et répand “ce salut” est celui qui fait la volonté de Dieu le Père. La volonté de Dieu est que les êtres humains croient en Jésus comme leur Sauveur et que leurs cœurs soient débarrassés de tous péchés. Malheureusement, plusieurs personnes ignorent ce fait. Il est donc extrêmement important pour nous de comprendre d’abord le sens étymologique du vrai évangile. 
 
 

Le Mot Grec de “Évangile” est “Euangelion”

 
Ce mot signifie “bonne nouvelle.” Il est étroitement lié au mot “dunamis,” qui signifie dynamite. Dans l’Ancien Testament, nous voyons le peuple d’Israël faire beaucoup de guerres. Israël était continuellement envahi par les pays voisins. Dans l’une de ces circonstances, la Syrie envahit la Samarie avec une lourde armée et assiégea la ville. Voyant la puissance de l’armée Syrienne, les Israélites n’osèrent guère sortir à la rencontre de l’armée Syrienne sur un terrain libre. Au lieu de cela, ils furent contraints de rester dans la ville, commencèrent à manquer de nourriture et tremblaient de peur. La situation au sein de la ville devenait désespérante jour après jour, et finalement il y eut une grande famine. Encerclés par l’armée Syrienne, ils étaient à court de provision et à moins que cette armée se retire, il était impossible aux gens dans la ville de se réapprovisionner. 
Dans 2 Rois 6:24-33 et 7:1-20 dans l’Ancien Testament, nous lisons l’histoire des quatre lépreux qui se trouvaient à l’entrée de la Samarie. Même avec l’éclatement de la guerre dans leur patrie, ces lépreux ne pouvaient pas rentrer dans la ville pour se protéger. Ils étaient des mendiants, chassés hors de la ville et se nourrissant des restes jetés dehors. 
Ces quatre lépreux, quoique coupés du reste de leurs compatriotes et à travers cette guerre, étaient aussi visités par cette famine. Étant complètement à court de nourriture, ils pensaient qu’il était inutile pour eux de rester où ils étaient, puisqu’ils allaient tous mourir de faim de toutes les façons. Donc, sachant qu’ils allaient mourir soit de la faim ou des mains des Syriens, ils décidèrent de se rendre à l’armée Syrienne et tenter leur chance. Ils se rendirent prudemment au camp des Syriens, espérant qu’on leur laisserait la vie sauve et qu’ils auraient au moins de quoi manger. Cependant, à leur arrivée dans le camp ennemi, ils se rendirent compte que les Syriens avaient tous fui. Alors, les lépreux rentrèrent dans le camp et prirent soin de remplir d’abord leurs estomacs, mais ils se rendirent rapidement compte que s’ils ne se dépêchaient pas de retourner porter cette bonne nouvelle en Samarie, ils seraient punis. Alors ils s’en retournèrent donner la bonne nouvelle en Samarie. 
Les gens au sein de la ville qui mouraient de faim et tremblaient de peur à cause de l’encerclement de l’ennemi, et ne sachant pas quand ils allaient mourir, étaient remplis de joie d’entendre la bonne nouvelle apportée par les lépreux; et entendant cette nouvelle, ils sortirent et prirent dans leurs mains tout ce que les Syriens avaient laissé derrière eux en fuyant, et la famine prit fin. Voici “l’évangile”, la bonne nouvelle et la dynamite dont parle la Bible. 
Tous ceux qui vivent sur cette terre ont des péchés dans leurs cœurs, et font face à une mort certaine pour ces péchés. Pourtant, en envoyant Son Fils sur cette terre, Dieu a effacé tous les péchés des gens avec l’évangile de l’eau et de l’Esprit. Donc comment cela peut-il être quelque chose d’autre sinon la bonne nouvelle? C’est pourquoi l’évangile est appelé la Bonne Nouvelle. La puissance de l’évangile est comme la dynamite. En tant qu’êtres humains, nous sommes tous des pécheurs aux yeux de Dieu et donc nous méritons tous d’être jetés en enfer pour subir la condamnation pour nos péchés; cependant, Dieu le Père a effacé toutes nos iniquités, chacune d'entre elles, en envoyant Son Fils sur cette terre. C’est cela “l’évangile” et la Bonne Nouvelle. 
Avec la forte armée Syrienne qui assiégeait la Samarie, tout le monde dans cette ville mourait de faim, mais Dieu fit entendre un bruit provenant de la grande armée céleste aux Syriens qui furent extrêmement effrayés en entendant cela, et submergés par cette peur, ils s’enfuirent. Tout cela était l’œuvre de Dieu, car la Bible dit: “Aux hommes cela est impossible, mais à Dieu tout est possible” (Matthieu 19:26). Dieu fit entendre le bruit assourdissant de l’armée céleste sur le champ de bataille. Il fit entendre aux Syriens le bruit de la grande armée céleste avec des chars et des chevaux, provoquant en eux une si grande peur qu’ils s’enfuirent d’eux-mêmes, laissant tout derrière eux. Lorsque les Syriens entendirent le bruit des nombreux chars et chevaux s’approcher, c’était si fort qu’ils se sont dit: “Israël doit s’être allié à d’autres pays pour nous attaquer!” Donc ils ont tôt fait de fuir pour sauver leurs vies, abandonnant toutes leurs affaires derrière eux dans le camp. 
À ce moment, les Samaritains mouraient de faim, mais grâce à l’œuvre exceptionnelle de Dieu, ils se revêtirent de Sa grâce de nouvelle vie pour vivre de nouveau. Comment cela est-il arrivé? Cela est arrivé par le bruit stupéfiant de Dieu. Dieu provoqua une si grande peur chez les Syriens en entendant ce bruit qu’ils abandonnèrent leur siège et s’enfuirent dans leur pays. Grâce à Dieu les Samaritains ont gagné la guerre sans livrer une seule bataille. Tout cela était l’œuvre de Dieu, et la victoire dans cette guerre était une bénédiction pour les gens qui vivaient en Samarie. Ils avaient tous été sauvés de la mort, de la famine, de la misère et de la malédiction qui les ravageaient. Cela n’est rien d’autre que l’évangile.
Qu’est-ce que l’évangile? C’est “euangelion” en Grec, et cela signifie “dynamite.” L’évangile a un pouvoir explosif, telle une dynamite qui peut faire exploser tout un bâtiment pour ne laisser que des débris. Voici comment l’évangile est puissant. Certains parmi vous pourraient penser: “Qui ne connaît pas l’utilité de la dynamite? Qu’y a-t-il de nouveau ici? Tu n’es pas le seul à savoir cela. Moi aussi je le sais.” Mais il y a un objectif que je veux atteindre en parlant de dynamite.
Ce que je veux dire est que, bien qu’il y ait d’innombrables personnes dans ce monde qui commettent des péchés sans fin, lorsque Jésus est venu sur cette terre, Il a effacé tous ces péchés du monde en étant baptisé par Jean-Baptiste et versant Son sang sur la Croix. Le problème est que malgré ce fait, beaucoup de personnes ont encore du péché dans leurs cœurs quoiqu’ils croient en Jésus. À quoi ce problème fait-il allusion? Cela montre que beaucoup de Chrétiens ne connaissent pas l’évangile de puissance de l’eau et de l’Esprit quoiqu’ils professent croire en Jésus comme leur Sauveur. Ce qui est le plus tragique dans cette situation c’est que même si le mot “évangile” est suffisamment entendu de nos jours, peu sont ceux qui connaissent son vrai sens. 
Le sermon d’aujourd’hui est centré sur l’explication du vrai sens de l’évangile. S’il y a des péchés dans votre cœur quoique vous prétendiez croire en Jésus comme votre Sauveur, alors cela signifie que l’évangile auquel vous croyez n’est pas l’évangile de l’eau et de l’Esprit donné par Dieu. La Bible est composée du Nouveau et de l’Ancien Testament, et c’est l’instrument de mesure de notre salut. Elle est à la base de notre rémission des péchés. En d’autres termes, ce dont la Bible parle comme étant ce qui nous a sauvés de nos péchés est la base de notre salut. Toute l’œuvre du salut que Dieu a accomplie pour nous délivrer de nos péchés est consignée dans Sa Parole, c’est-à-dire, la Bible, et donc nous pouvons découvrir comment notre salut a été accompli en ayant recours à la Bible. Examinons alors les Écritures pas à pas, attentivement. 
J’ai une histoire drôle à vous raconter, donc avant que nous entrions dans le vif du sujet, permettez-moi de prendre quelques minutes pour vous la raconter.
 
 

Une Parabole à propos du Savoir

 
Un jeune villageois se rendit en ville en vue de poursuivre ses études et après avoir obtenu son doctorat en philosophie, il retourna triomphalement dans son village. Lorsqu’il quittait le village il n’était qu’un jeune garçon, mais au moment où il finissait ses études supérieures, il était déjà dans la trentaine. Évidemment, plusieurs d’entre les personnes qu’il connaissait comme des jeunes adultes avant de s’en aller pour la ville avaient, elles aussi, pris de l’âge; certaines même commençaient à avoir des cheveux blancs. Pour accéder à son village, il fallait traverser une rivière à bord d’une pirogue. Le propriétaire de la pirogue était un vieillard qu’il connaissait dans son enfance. Il le salua chaleureusement, et lorsque le vieil homme lui demanda ce qu’il avait fait toutes ces années, il lui répondit qu’il était parti en ville pour poursuivre ses études et qu’il revenait au bercail après avoir terminé ces études qui se sont soldées par un doctorat en philosophie. Le vieillard le félicita et lui proposa de le faire traverser dans sa pirogue. 
Le jeune docteur monta dans la pirogue et le vieillard commença à ramer. Pendant qu’il ramait, le vieil homme se disait: “Comme c’est merveilleux de voir qu’un jeune homme de notre village soit parti en ville et qu’il en revienne maintenant avec un doctorat! Tout le village doit le célébrer.” Alors notre nouveau docteur lui demanda: “Connais-tu la philosophie?” “Non, je ne sais rien à propos de la philosophie,” répondit le vieillard. Alors le jeune docteur dit: “Si tu ne connais pas la philosophie c’est que tu as perdu un-quart de ta vie.” Le vieil homme était éberlué en entendant cela et se sentit quelque peu offensé. Alors il se dit: “Quelle est cette effronterie? Ce gars a un doctorat en philosophie, mais cela ne lui donne pas le droit de m’insulter de la sorte.” Bien qu’étant blessé, il garda son calme et ne laissa pas voir son mécontentement. 
Un moment après, le jeune docteur demanda encore: “Vous y connaissez-vous en littérature?” Tout ce que le vieillard sait faire de toute sa vie, c’est de ramer à bord d'une pirogue, donc il était évident qu’il ne saurait rien de la littérature. Alors le jeune homme répliqua: “C’est vraiment triste de vivre dans un si bel environnement sans rien savoir de la littérature. Si tu ne t’y connais pas en littérature, tu es à moitié mort.” Le vieil homme fut très irrité en entendant cela et se dit: “Quel abruti! Je t’ai vu lorsque tu étais enfant et que tu pissais et faisais caca dans ton caleçon. Es-tu en train de me dire que je suis semblable à un homme à moitié mort si je ne connais rien à la littérature? Quel petit arrogant!” Le jeune homme était imbu de lui-même, agissant de façon très arrogante juste parce qu’il avait un doctorat. Mais le vieil homme s’accommoda tout de même aux injures, même s'il n'avait maintenant plus aucune bonne volonté vis-à-vis du jeune homme. 
Subissant silencieusement les insultes, le vieil homme continua à ramer. Alors le jeune homme posa une autre question: “Qu’en est-il de l’astronomie? T’y connais-tu?” Le vieil homme répondit: “Non, je n’y connais rien en astronomie. Comme tu es bien instruit, tu sembles prendre plaisir à te vanter de ton savoir. Mais je ne sais rien de la littérature, rien de la philosophie et rien de l’astronomie non plus. Je ne sais rien, donc arrête de me poser ces questions.” “Quel dommage que tu ne sache rien à propos de l’astronomie. Ta vie n’est bonne qu’à un-quart.” Répliqua le jeune docteur. Cette fois-ci le vieil homme fut très contrarié et commença à ramer de façon irrégulière, avec colère, se disant: “Ç’en est de trop! Je devrais le frapper avec ma pagaie. Je ne peux plus supporter cela! Ce petit me prend pour un idiot.”
Soudain, il y eut un bruit assourdissant et la pirogue stoppa net. Elle avait heurté un récif et l’eau s’y introduisait à travers une fente. C’est alors que le vieil homme demanda au jeune docteur: “Tu sais nager?” “Non, je ne sais pas nager,” répondit le jeune homme. “Ah vraiment! Alors ta vie est complètement foutue. Tu es tout seul. Je ne suis pas là!”
Il y a une leçon à tirer de cette histoire. À quoi nous sert-il de tout connaître de la philosophie, de la littérature et de l’astronomie séculière si nous nous noyons? Tout prendra fin lorsque nous mourrons. Si vous ne savez pas comment nager, alors il y a d’énormes chances que vous vous noyiez si vous tombez dans une rivière. Peu importe votre connaissance en philosophie, littérature et astronomie, à quoi vous servira-t-elle au moment où vous devez traverser une rivière? Vous avez besoin d’une pirogue pour traverser une rivière agitée, et s’il arrivait que vous y tombiez, vous devez savoir comment nager pour survivre. 
Beaucoup de Chrétiens modernes sont comme le jeune docteur de cette histoire. Ils se vantent de leur éducation, mais même s’ils ont eu un doctorat en théologie, en philosophie ou en littérature, à quoi cela leur sert-il s’ils ne connaissent pas l’évangile de l’eau et de l’Esprit et donc n’y croient pas? Ils demeureront simplement des pécheurs quoiqu’ils croient en Jésus. Ils ne pourront pas échapper à leurs péchés même s’ils croient en Jésus. C’est précisément la raison pour laquelle ils essaient d’effacer leurs péchés personnels par leurs propres efforts, mais en vain. 
Les innombrables pasteurs et théologiens actifs dans les communautés Chrétiennes d’aujourd’hui sont incapables de prêcher l’évangile de l’eau et de l’Esprit qui a le pouvoir d’effacer tous leurs péchés et tous les péchés de leurs nombreux fidèles. Ayant manqué de connaître l’évangile de l’eau et de l’Esprit qui contient la justice de Dieu, ils ne peuvent pas résoudre le problème des péchés de leurs congrégations par le pouvoir de dynamite de cet évangile. Peu importe combien ces pasteurs sont bien instruits. Même s’ils ont un doctorat en théologie, en littérature, en philosophie ou en astronomie, s’ils sont incapables de déclarer à leurs assemblées que le Seigneur a pris tous leurs péchés avec l’évangile de l’eau et de l’Esprit, alors ils sont absolument inutiles aux pécheurs. Il y a de fortes chances que ceux qui fréquentent les églises dirigées par ce genre de personnes finissent en enfer, car elles ont toujours des péchés dans leurs cœurs même en croyant en Jésus. Bien que ces Chrétiens croient en Jésus, leur foi est complètement erronée. Même s’ils vont régulièrement à l’église, font du volontariat, respectent leurs pasteurs et font beaucoup de dons à l’église, c’est tout à fait inutile. 
Il est vraiment important pour vous de fréquenter une église où l’évangile de l’eau et de l’Esprit est proprement enseigné, même si le pasteur qui la dirige ne s’y connaît pas vraiment en affaires séculières. Malheureusement, cependant, il y a tellement d’églises dans ce siècle présent qui ne peuvent simplement pas enseigner proprement la rémission des péchés par l’évangile de l’eau et de l’Esprit. À quoi cela sert-il qu’il y ait 100 millions d’églises dans ce monde si seulement peu d’entre elles enseignent vraiment l’évangile de l’eau et de l’Esprit? Cela est semblable au fait d’avoir d’innombrables docteurs sans qu’aucun d’eux ne puisse guérir un malade. À quoi cela sert-il donc d’avoir tant de docteurs? Il est donc indispensable pour nous d’enseigner l’évangile de l’eau et de l’Esprit, prêcher cet évangile à tous ceux qui sont spirituellement malades et, par conséquent, effacer leurs péchés parfaitement. 
Dans les temps anciens, lorsque la guerre de Corée éclata, cela suscita tellement de dislocations que toutes les grandes villes de Corée furent parsemées de bidonvilles habités par les réfugiés. Beaucoup d'agents des organisations humanitaires étrangers vinrent en Corée pour porter assistance à la nation opprimée. Certains de ces étrangers dont les vols atterrissaient tard dans la nuit étaient surpris de voir des immeubles à plusieurs étages. Tout ce qu’ils avaient l’habitude d’entendre était que la Corée était si pauvre et que tout le monde y mourait de faim qu’ils se demandèrent comment un pays pauvre avait pu construire tant de gratte-ciel. Mais lorsqu’ils se réveillèrent le lendemain et qu’ils sortirent de leur hôtel, ils virent que ce qu’ils avaient pensé voir comme des hauts immeubles étaient en réalité des bidonvilles construits sur des collines. Les lumières qu’ils avaient vues à travers l’avion provenaient de ces bidonvilles et non des gratte-ciel. Dans le passé, où la Corée était pauvre, les bidonvilles avaient poussé comme des champignons sur les collines. C’est donc ce à quoi cela ressemblait la nuit. 
Il y a maintenant tellement de gratte-ciel qui se profilent dans le ciel de Corée que les étrangers l’appellent la nouvelle Jérusalem. Le Protestantisme s’est tellement développé en Corée que ses leaders proclament qu’il revient à la Corée d’évangéliser le monde. Il y a beaucoup de temples construits à travers le monde ces temps-ci, mais puisque l’évangile de l’eau et de l’Esprit n’y est pas prêché, ils sont tout simplement inutiles. Il y a une myriade de Chrétiens à travers le monde qui professent croire en Jésus comme leur sauveur, mais la grande majorité ont toujours des péchés dans leurs cœurs même s’ils sont très dévoués et prennent fidèlement part aux séances de prières matinales. Parmi les nombreux Chrétiens et nations sur cette terre, il est dit que la Corée possède les croyants les plus zélés. On dit aussi que personne ne participe aux réunions de prières matinales aussi diligemment que ne le font les Chrétiens Coréens.
La Corée est le seul pays où les églises prient publiquement sur les offrandes d’actions de grâce et les dîmes données par les fidèles. En Corée, il est courant qu’un pasteur annonce publiquement pendant le culte quel fidèle a donné quelle offrande et pour quelle raison, et prie ensuite spécifiquement pour ces donateurs devant toute l’assemblée. Pendant qu’il est louable que les croyants remercient Dieu, c’est vraiment une perte de temps de faire mention de la sorte de tous ceux qui font des offrandes d’actions de grâce. Comment le pasteur aura-t-il alors le temps de prêcher l’évangile de l’eau et de l’Esprit? Ce que je veux faire comprendre ici c’est que chaque église et chaque pasteur devrait prêcher l’évangile de l’eau et de l’Esprit à son assemblée en toute priorité, mais malheureusement, ce n’est pas le cas. J’ai parlé un peu des églises en Corée juste pour mettre l’accent sur ce point. 
Comme mentionné, les Chrétiens Coréens sont extrêmement diligents quand il s’agit d’assister aux réunions de prières matinales. Ils sont aussi très enclins à pleurer facilement en adorant Dieu. Ce n’est pas exagéré de dire que parmi tous les Chrétiens du monde, les Coréens sont les plus grands pleurnichards. Ils peuvent faire couler une rivière de larmes pendant le culte d’adoration. Pourquoi, alors, ces Chrétiens ont-ils toujours des péchés dans leurs cœurs, incapables de recevoir la rémission des péchés alors qu’ils pleurent tant lors des cultes et font des prières de repentance si pieusement? Si vous êtes un tel Chrétien, pourquoi allez-vous à l’église alors? Vous avez dû être enseignés par un grand pasteur, mais quel bénéfice cela vous apporte si vos péchés demeurent dans vos cœurs? 
Ce phénomène spirituel est-il propre à la Corée, ou est-ce quelque chose qui a lieu partout dans le monde? C’est un phénomène mondial. La décadence spirituelle qui mine la communauté Chrétienne en Corée aujourd’hui a aussi atteint le reste du monde, ce qui prouve que Satan trompe beaucoup de personnes avec ses mensonges. Nous ne devons pas succomber aux fausses croyances que Satan nous propose, ni nous laisser tromper par lui. Pour s’en assurer, je vous exhorte à découvrir par la Parole écrite que la justice de Dieu est effectivement révélée dans l’évangile de l’eau et de l’Esprit, et j’espère et prie que par cette découverte, vous receviez les nombreuses bénédictions que Dieu vous offre. 
Cela ne fait rien si nous ne connaissons rien à la philosophie. Qui s'en soucie si nous sommes ignorants de la philosophie ? Nous sommes tout de même capables de réfléchir intelligemment et argumenter de façon efficace. À quoi cela sert-il que nous soyons versés dans la littérature? Bien qu’il soit possible que nous ne puissions pas exprimer nos pensées aussi bien que les romanciers et poètes, nous sommes tout de même capables d’apprécier la littérature lorsque nous nous trouvons en face d’une histoire captivante ou un beau poème. Même si vous n’êtes pas assez talentueux pour exprimer vos pensées aussi joliment qu’un manieur de mots, cela ne doit pas vous empêcher de vivre. Vous n’avez pas besoin d’aller à l’université pour apprécier la littérature ou développer des réflexions philosophiques à propos de la vie. Vous pouvez les apprendre sur le tas. Bien que travailler soit dur pour tout le monde, ce n’est pas seulement un moyen de gagner sa vie, mais également une manière de donner un sentiment d'accomplissement à votre vie et apprécier sa beauté. 
Le travail a profondément plus de sens pour votre vie que n’importe quelle littérature ou philosophie que vous pouvez étudier à l’école. Même si vous n’arrivez pas à exprimer vos pensées à l’écrit, cela ne veut pas dire que vous êtes ignares en littérature. Qu’en est-il alors de l’astronomie? Pensez-vous ne rien connaître de l’astronomie? Je suis sûr que lorsque nous étions enfants, beaucoup parmi nous regardaient le ciel pendant la nuit d’été et comptaient les étoiles jusqu’à ce qu’ils aient sommeil. Plusieurs parmi nous connaissent probablement au moins quelques constellations telles que la Grande Casserole. Donc, nous ne sommes pas complètement ignorants en ce qui concerne l’astronomie non plus. De plus, nul n’a besoin d’être un expert en astronomie pour mener sa vie. Après tout, le jeune docteur dont je vous ai parlé, après s’être vanté si pompeusement de sa connaissance et insulté le vieil homme pour son ignorance, s’est rendu compte que la littérature et la philosophie n’étaient d’aucune utilité lorsque la pirogue coulait et qu’il était sur le point de se noyer.
Que serait-il advenu de cet homme si le vieil homme ne l’avait pas secouru? Il se serait noyé. De même qu’il est nécessaire que vous sachiez nager afin de survivre dans l’eau, pour que nous atteignions notre salut, nous devons connaître l’évangile de la justice de Dieu révélé dans la Parole de Dieu, l’évangile de l’eau et de l’Esprit. Et nous devons croire en cet évangile. Tout ce que nous avons à faire est de nous tourner vers les deux testaments de la Bible, connaître exactement comment Dieu a planifié la rémission des péchés et ce que c’est que sa justice, et croire aux Écritures telles qu’elles sont. Nous pouvons atteindre notre salut si nous connaissons et croyons en ce que dit la Bible au sujet de la justice du salut par laquelle Dieu nous a sauvés des péchés du monde, et comment Dieu a établi les lois du salut. Lorsque nous nous noyons, tout ce qui compte est de nous tirer du danger par n’importe quel moyen, peu importe comment nous nous y prenons, même si nous faisons la nage du petit chien. Des gens peuvent dédaigner le style de nage du petit chien en disant que ce n’est pas assez élégant, mais cela est un luxe que peuvent se permettre seulement ceux qui ne sont pas sur le point de se noyer. 
 
 
Regardons au Passage des Écritures d’Aujourd’hui en Lévitique 1:1-9 
 
Examinons maintenant les lois et ordonnances du salut établies par Dieu. Le mot “Lévi” signifie “unité.” Parmi les douze fils de Jacob, il y en avait un qui s’appelait Lévi, et ce nom signifiait unité. La Bible dit que ceux qui ont été lavés de tous leurs péchés en s’unissant à la justice de Dieu sont Son peuple. Le Livre de Lévitique parle de la méthode par laquelle Dieu a effacé les péchés de l’humanité. 
Il est écrit en Lévitique 1:1-4: “L’Éternel appela Moïse de la tente d’assignation, il lui parla et dit: parle aux enfants d’Israël et dis-leur: Lorsque quelqu’un d’entre vous fera une offrande à l’Éternel, il offrira du bétail, du gros ou du menu bétail. Si son offrande est un holocauste de gros bétail, il offrira un mâle sans défaut; il l’offrira à l’entrée de la tente d’assignation, devant l’Éternel, pour obtenir sa faveur. Il posera sa main sur la tête de l’holocauste, qui sera agréé de l’Éternel, pour lui servir d’expiation.” Ayant appelé Moïse, Dieu commença à lui parler des exigences du système sacrificiel que les Israélites étaient tenus de suivre. Le Livre de Lévitique rapporte la Loi de Dieu qu’Il a communiquée à Moïse lorsqu’Il l’appela sur le Mont Sinaï. 
Dieu a donné au peuple d’Israël pas moins de 613 articles de loi et commandements. Ce nombre des commandements a été vérifié par les spécialistes de la Bible. Mais, y a-t-il un être humain qui puisse observer tous ces 613 commandements de Dieu de façon parfaite? Si cela est impossible, alors, dans quel but Dieu a-t-Il donné la Loi? Dieu donna la Loi à l’humanité pour qu’à travers elle, tout le peuple réalise ses péchés, et leur faire savoir qu’ils doivent aller à Jésus Christ pour être remis de leurs péchés. 
Dans Exode chapitre 25 Dieu demanda au peuple d’Israël, à travers Moïse, de construire le Tabernacle pour être Sa demeure. Après avoir ordonné à Moïse de construire Son Tabernacle, Dieu dit au peuple d’Israël de venir à Lui afin de recevoir la rémission des péchés par la foi, à travers le système sacrificiel qu’Il instaurait pour eux. La manière dont le peuple d’Israël devait s’approcher de Dieu, le type de sacrifice qu’il devait Lui offrir et la manière dont il devait recevoir la rémission des péchés par la foi, sont tous élucidés dans le Livre de Lévitique.
Lévitique 1:4 dit: “Il posera sa main sur la tête de l’holocauste, qui sera agréé de l’Éternel, pour lui servir d’expiation.” Il est clairement écrit ici que lorsqu’un pécheur pose la main sur la tête de son animal sacrificiel, ses péchés seraient transférés sur cet animal, et c’est cela l’expiation. Cela signifiait que si un pécheur posait ses mains sur un animal sacrificiel tel que commandé par Dieu, alors ses péchés seraient transférés sur cet animal sacrificiel. En d’autres termes, lorsque le peuple d’Israël offrait un sacrifice selon les exigences du système sacrificiel établi par Dieu, leurs péchés étaient transférés sur l’animal sacrificiel. Leurs péchés les quittaient pour se poser sur leur animal sacrificiel, qui pouvait être un bélier ou un taureau. 
Lorsque le peuple d’Israël enfreignait une des Lois établies par Dieu, ils commettaient un péché, mais lorsqu’ils posaient leurs mains sur la tête de leur animal sacrificiel, tous leurs péchés étaient transférés sur cet animal. Cela était la loi du salut établie par Dieu au temps de l’Ancien Testament. C’était la règle que Dieu avait établie en vue de sauver les êtres humains de leurs péchés. C’était la règle établie par Dieu. Par conséquent, toute personne au temps de l’Ancien Testament pouvait recevoir la rémission des péchés en croyant en ces règles établies par Dieu. 
Même pour les sacrificateurs, qui étaient les leaders du peuple d’Israël au temps de l’Ancien Testament, s’ils enfreignaient la Loi de Dieu et péchaient contre Lui, ils devaient apporter un taureau sans défaut, un bélier ou un bouc, transférer leurs péchés sur cet animal en posant leurs mains sur sa tête et ensuite le sacrifier. Quiconque recherchait la rémission des péchés devait admettre ses péchés et les confesser d’abord. Quand la personne qui a péché contre Dieu pose alors ses mains sur la tête de son animal sacrificiel et confesse ses péchés sur lui en disant: “Seigneur, j’ai commis tels et tels péchés. J’ai adoré d’autres dieux,” les péchés de cette personne sont transférés sur l’animal sacrificiel, et ainsi, il évite la mort. L’animal sacrificiel mourait donc à sa place. Alors, la personne égorge l’animal et donne son sang au sacrificateur. Ensuite le sacrificateur met une partie du sang sur les cornes de l’autel des holocaustes et verse le reste du sang par terre, au pied de l’autel des holocaustes. 
Après avoir aspergé les quatre cornes de l’autel du sang, le sacrificateur découpe l’animal en morceaux, les met sur l’autel avec la tête et la graisse, et les offre à Dieu en les brûlant. Cela était appelé un sacrifice consumé par le feu. La Bible déclare que l’odeur de la chair consumée de l’animal sacrificiel était un doux parfum agréable au Seigneur. Cela était la loi du salut que Dieu avait établie pour que les pécheurs puissent avoir la rémission de leurs péchés. Pour recevoir la rémission des péchés, tout le monde doit inévitablement offrir un animal sacrificiel à Dieu pour ses péchés, et ce sacrifice devait être offert selon ces règles établies par Dieu. 
Quand quelqu’un péchait contre quelqu’un d’autre, comment est-ce que l’effacement de son péché était obtenu? Cela s’obtenait par le système sacrificiel établi par Dieu, ayant établi tout Seul Sa Loi du salut, l’ayant instituée pour que quiconque offrait un juste sacrifice selon la Loi de Dieu puisse recevoir la rémission des péchés. Cela était la miséricorde de Dieu réservée aux êtres humains. Dieu a donné l’opportunité à tout un chacun de recevoir la rémission des péchés s’ils offraient un sacrifice par la foi selon les exigences du système sacrificiel établi par Dieu.
 
 
La Rémission des Péchés pour les Sacrificateurs 
 
Comment Dieu a-t-Il promis d'effacer les péchés des sacrificateurs lorsqu’ils péchaient? Lisons Lévitique 4:1-4: “L’Éternel parla à Moïse, et dit: Parle aux enfants d’Israël, et dis: Lorsque quelqu’un péchera involontairement contre l’un des commandements de l’Éternel, en faisant des choses qui ne doivent point se faire; Si c’est le sacrificateur ayant reçu l’onction qui a péché et a rendu par là le peuple coupable, il offrira à l’Éternel, pour le péché qu’il a commis, un jeune taureau sans défaut, en sacrifice d’expiation. Il amènera le taureau à l’entrée de la tente d’assignation, devant l’Éternel; et il posera sa main sur la tête du taureau, qu’il égorgera devant l’Éternel.” Dieu dit ici que si un sacrificateur péchait, il devait amener un jeune taureau sans défaut. Quand le sacrificateur apportait un taureau sans défaut et le sacrifiait dans le Tabernacle, il était plus qu’indispensable pour lui de poser ses mains sur la tête du taureau d’abord. Dieu ordonne clairement que le sacrificateur doit poser ses mains sur la tête de l’animal et l’offrir à Dieu.
Les sacrificateurs étaient seulement les descendants d’Aaron, et si l’un d’eux péchait et rendait par là le peuple coupable, Dieu commandait qu’il Lui offrît un animal sacrificiel pour ses péchés et paye ainsi le prix de ces péchés. Et pour ce faire, il devait offrir inévitablement un taureau sans défaut selon les règles établies par Dieu. Dieu a également dit que le sacrificateur devait transférer ses péchés sur l’animal sacrificiel en posant inévitablement ses mains sur sa tête. C’est seulement dans ce cas-là que le prix des péchés était payé par la mort de l’animal sacrificiel. Donc, nous pouvons clairement voir par ceci que la Loi du salut de Dieu était fondée sur des principes justes. 
Pour qu’un sacrificateur reçoive la rémission des péchés, la première chose qu’il faisait était de poser ses mains sur la tête d’un taureau. Cela se faisait pour transférer ses péchés sur cet animal sacrificiel. Dans la Bible, l'imposition des mains a la signification spirituelle suivante: “passer sur,” “être transféré” et “être enseveli.” Même maintenant, si vous permettez qu’une personne possédée d’un démon vous impose les mains et prie sur vous, les démons en elle seront transférés sur vous. Cela arrive souvent dans les confessions charismatiques et dans les soi-disant centres de prière qui ne sont rien d’autres que des sectes. Il y a longtemps, Frère Bochun Kim s’était une fois rendu dans un centre de prière, et lorsque le dirigeant a posé ses mains sur la tête de Frère Kim, ses yeux s’étaient illuminés. Cela est la preuve évidente que ce dirigeant était possédé d’un démon. Pourquoi les yeux de Frère Kim se sont-ils illuminés? Est-il un robot? Quelque chose ne va pas si les yeux d’un être humain s’illuminent. C’est la preuve que le responsable de cet établissement était possédé de démons, et le mauvais esprit avait été transféré sur le frère à qui le responsable avait imposé les mains. 
Pour qu’un sacrificateur soit sauvé de ses péchés, il devait d’abord apporter un animal sacrificiel sans défaut, tel qu’institué par Dieu et ensuite lui transférer ses péchés en posant ses mains sur sa tête. Deuxièmement, le sacrificateur devait recueillir le sang de cet animal sacrificiel, mettre une partie du sang sur les cornes de l’autel des holocaustes et verser le reste par terre. 
Il priait de cette façon: “Seigneur, j’ai péché et ai ainsi rendu le peuple d’Israël coupable. Donc, je pose maintenant mes mains sur cet animal sacrificiel pour lui transférer mes péchés. Quoique je doive mourir à cause de mes péchés selon Ta Loi, Tu as préparé une offrande sacrificielle pour porter mes péchés. Merci pour ce sacrifice, Seigneur. Au lieu que je ne meure, j’ai apporté un taureau sans défaut auquel j’ai transféré mes péchés en posant mes mains sur sa tête, selon les règles que Tu as établies afin que je reçoive la rémission des péchés. Et maintenant, voici le sang de l’animal qui est mort à ma place.” Après cela, le sacrificateur découpe la chair de l’animal sacrificiel en morceaux, les met sur l’autel des holocaustes et les offre à Dieu en les brûlant selon les exigences du système sacrificiel établies par Dieu. Ainsi, le sacrificateur finissait d’offrir son offrande sacrificielle pour la rémission de ses péchés. 
Au dixième jour du septième mois, lorsque le souverain sacrificateur offrait le sacrifice du Jour de l’Expiation pour le peuple, il sacrifiait un taureau pour les péchés de sa maison d’abord, selon les exigences du système sacrificiel établies par Dieu. Pour ce sacrifice, le souverain sacrificateur mettait le sang de l’animal sacrificiel sur les cornes de l’autel des parfums qui se trouvait dans le Lieu Saint, et ensuite aspergeait l’Arche du Témoignage, qu’on appelait aussi le Propitiatoire, avec le reste du sang. Le chiffre sept ici était un chiffre institué par Dieu. En ce jour-là, le souverain sacrificateur pouvait confirmer devant Dieu que ses péchés et ceux de sa maison avaient disparus, en disant: “Seigneur, quoique je doive mourir pour mes péchés, cet animal sacrificiel a porté mes péchés, a versé son sang et est mort à ma place. Regarde ce sang, Seigneur.” 
De cette même manière, les offrandes que nous donnons à Dieu doivent être données selon les exigences du système sacrificiel, telles qu’instituées par Dieu. Il n’ y a pas une autre alternative. Notre rémission des péchés s’accomplit selon la manière dont Dieu l’a établie pour nous les pécheurs. Les sacrificateurs pouvaient confirmer qu’il n’y avait plus de péché dans leurs cœurs lorsqu’ils pouvaient dire à Dieu: “Seigneur, j’ai fait mon offrande selon Tes règles. Cet animal est mort à ma place. Regarde son sang.” C’est ainsi que les sacrificateurs pouvaient avoir la conviction dans leurs cœurs qu’ils avaient reçu la rémission des péchés. 
Mes chers croyants, votre rémission des péchés ne dépend pas juste de comment vous vous sentez en un jour donné, mais votre salut est plutôt accompli lorsque cela atteint votre connaissance, votre conscience, la justice de Dieu et son amour miséricordieux. La rémission des péchés n’est pas quelque chose de simplement émotionnel. Ce n’est pas non plus quelque chose que vous sentez dans votre conscience. Ce qui est plus important que vos propres émotions et consciences est l’accomplissement du juste amour de Dieu par lequel la rémission des péchés est obtenue. Recevoir la rémission des péchés n’est pas une affaire émotionnelle. La vraie rémission des péchés est plutôt reçue dans votre cœur. 
Aucune rémission des péchés n’est viable si votre conscience demeure infectée de culpabilité. Qu’adviendrait-il à votre cœur s’il demeurait dans un tel état? Si vous avez du péché dans votre cœur, alors il vous sera demandé de payer le prix de ce péché. En d’autres termes, vous serez toujours tenu de fournir des types de sacrifice pour votre péché. En revanche, si le prix de vos péchés a été payé par le sacrifice de quelqu’un d’autre, alors vous aurez une conscience claire et votre cœur sera débarrassé de vos péchés. C’est la raison pour laquelle Dieu commanda que lorsque le sacrificateur péchait, il devait apporter un taureau sans défaut, lui imposer les mains, l’égorger, recueillir son sang et répandre ce sang devant le Lieu Saint de Dieu sept fois. Cela implique que Dieu peut dire que nous sommes sans péchés seulement si nous avons une offrande sacrificielle pour nos péchés ainsi que la preuve qui montre à Dieu que cette offrande sacrificielle est effectivement morte à notre place. 
La Bible dit que le sacrificateur devait également mettre le sang de l’animal sacrificiel sur les cornes de l’autel de l’encens. Chaque sacrificateur faisait des prières d’intercession pour le peuple. Il est écrit: “Le sacrificateur mettra du sang sur les cornes de l’autel des parfums odoriférants, qui est devant l’Éternel dans la tente d’assignation; et il répandra tout le sang au pied de l’autel des holocaustes, qui est à l’entrée de la tente d’assignation.” (Lévitique 4:7). Le fait que le sacrificateur mette le sang de l’holocauste sur les cornes de l’autel de l’encens signifie que le sacrificateur priait pour le peuple d’Israël. Cet autel de l’encens est en réalité un autel de prière. Dieu ordonna aux sacrificateurs de mettre le sang du sacrifice sur les cornes de cet autel de prière. Cela signifie que lorsque nous prions Dieu, il est absolument nécessaire que nous croyions que parce que nous avons transféré nos péchés à notre offrande sacrificielle, cette offrande a versé son sang et est morte. C’est alors que nous pouvons venir dans la présence de Dieu et Le prier.
Nous pouvons venir dans la présence de Dieu et Lui demander de l’aide seulement si nous avons la conviction que nos péchés ont été effectivement transférés sur notre offrande sacrificielle et que cet animal est mort à notre place. Dans le cas contraire, nos cœurs ne peuvent pas s’approcher du Dieu Saint. Sans cette conviction, nous ne pouvons pas prier Dieu correctement. Nous serons bloqués dès le début de notre prière, appelant le Père sans rien avoir à dire de plus dans notre prière. Donc, vu que le sacrificateur était celui qui intercédait pour le peuple comme leur représentant, alors s’il péchait et rendait le peuple coupable, il devait d’abord apporter une offrande sacrificielle à Dieu comme le prix de son péché, lui imposer les mains, recueillir son sang et offrir ce sang à Dieu. Comme je l’ai déjà mentionné de nombreuses fois, tout cela était institué par Dieu comme étant Ses règles. C’est en croyant selon les ordonnances de Dieu que nous avons reçu la rémission des péchés. 
Il est écrit en Lévitique 4:11-12: “Mais la peau du taureau, toute sa chair, avec sa tête, ses jambes, ses entrailles et ses excréments, le taureau entier, il l’emportera hors du camp, dans un lieu pur, où l’on jette les cendres, et il le brûlera au feu sur du bois: c’est sur le tas de cendres qu’il sera brûlé.” Dieu dit ici que l’animal sacrificiel devait être dépouillé, sa chair découpée en morceaux, toutes les parties souillées telles que les entrailles devaient être retirées, et on devait emporter toutes ces parties hors du camp pour les brûler. Le lieu où les parties souillées étaient brûlées se trouvait au nord du Tabernacle. Les parties souillées de l’animal sacrificiel y étaient emportées pour être brûlées, pendant que sa graisse était retirée et brûlée sur l’autel des holocaustes. Par la fumée qui sortait de la graisse consumée de l’animal sacrificiel, Dieu disait: “Oui, cet animal sacrificiel est mort à votre place.” La graisse ici se réfère au Saint Esprit. Et la graisse de l’animal sacrificiel signifie que grâce au Saint Esprit nous avons reçu la rémission des péchés en offrant notre sacrifice à Dieu selon les exigences du système sacrificiel telles qu’établies par la Parole de Dieu et comme Il l’a commandé, et par la foi. 
Malheureusement, nombreux sont les ministres des communautés chrétiennes d’aujourd’hui qui essaient d’enseigner sans même savoir comment Jésus Christ a pris soin de leurs péchés. Ces efforts ne viennent pas de la foi en la justice de Dieu, mais plutôt des croyances imaginaires de leurs propres fabrications. 
 
 

La Rémission des Péchés pour Toute l’Assemblée

 
Le système sacrificiel institué par Dieu avait aussi une clause réservée à toute l’assemblée d’Israël, de sorte que lorsque le peuple d’Israël péchait de façon collective, il pouvait aussi être lavé de ces péchés. Examinons Lévitique 4:13-21, “Si c’est toute l’assemblée d’Israël qui a péché involontairement et sans s’en apercevoir, en faisant contre l’un des commandements de l’Éternel des choses qui ne doivent point se faire et en se rendant ainsi coupable, et que le péché qu’on a commis vienne à être découvert, l’assemblée offrira un jeune taureau en sacrifice d’expiation, et on l’amènera devant la tente d’assignation. Les anciens d’Israël poseront leurs mains sur la tête du taureau devant l’Éternel, et on égorgera devant l’Éternel. Le sacrificateur ayant reçu l’onction apportera du sang du taureau dans la tente d’assignation; il trempera son doigt dans le sang, et il en fera sept fois l’aspersion devant l’Éternel, en face du voile. Il mettra du sang sur les cornes de l’autel qui est devant l’Éternel dans la tente d’assignation; et il répandra tout le sang au pied de l’autel des holocaustes, qui est à l’entrée de la tente d’assignation. Il enlèvera toute la graisse du taureau, et le brûlera sur l’autel. Il fera de ce taureau comme le taureau expiatoire; il fera de même. C’est ainsi que le sacrificateur fera pour eux l’expiation, et il leur sera pardonné. Il emportera le taureau hors du camp, et il le brûlera comme le premier taureau. C’est un sacrifice d’expiation pour l’assemblée.” 
Lorsque l’assemblée toute entière d’Israël péchait, comment recevait-elle la rémission des péchés? Le système sacrificiel avait aussi une clause pour les péchés collectifs, c’est-à-dire que Dieu a institué une manière spécifique pour que tout Israël puisse recevoir la rémission des péchés lorsqu’ils péchaient collectivement. Il est écrit ici que lorsque toute l’assemblée d’Israël péchait contre Dieu, l’assemblée devait offrir un jeune taureau pour ces péchés, et amener le taureau devant la tente d’assignation. Les anciens de l’assemblée devaient poser leurs mains sur la tête de l’animal devant le SEIGNEUR, et on devait ensuite tuer le taureau devant Lui. 
Tout d’abord, lorsqu’un sacrificateur péchait, il posait personnellement les mains sur la tête de l’offrande sacrificielle. En revanche, lorsque toute l’assemblée péchait, au lieu que chacun pose ses mains sur la tête de l’animal sacrificiel, quelques anciens se présentaient en tant que leurs représentants, transféraient les péchés de l’assemblée en posant leurs mains sur la tête de l’animal et le sacrifiaient à Dieu selon les exigences du système sacrificiel que les sacrificateurs devaient suivre. C’est ainsi que toute l’assemblée d’Israël recevait la rémission de leurs péchés collectifs.
En posant leurs mains sur la tête de l’animal sacrificiel, les anciens confessaient les péchés de l’assemblée sur lui en disant: “Seigneur, nous avons tous péché. Nous avons commis l’idolâtrie, nous avons fait du mal aux autres et nous avons fait ces choses ensemble.” Que se passait-il lorsque les anciens ôtaient leurs mains de la tête de l’animal sacrificiel? Qu’est-ce que l'imposition des mains signifie, selon ce que j’ai dit? Cela signifie “passer à” ou “être transféré,” et conformément à cela, les péchés de toute l’assemblée étaient transférés sur l’animal. Où donc est-ce que les péchés de l’assemblée reposaient une fois que les anciens posaient leurs mains sur la tête de l’animal sacrificiel et les retiraient? Ils étaient tous transférés sur le taureau et reposaient sur sa tête. L’assemblée devait alors livrer le taureau qui avait ainsi accepté leurs péchés et l’offraient formellement à Dieu comme leur sacrifice. 
Le sang de cet animal devait inévitablement être recueilli dans un récipient. Lorsque le sang de ce sacrifice était offert à Dieu, toute l’assemblée recevait la rémission des péchés. Ce sacrifice devait se faire de la même façon que le sacrifice qu’offraient les sacrificateurs lorsqu’ils péchaient. De la même manière qu’ils l’ont fait pour eux-mêmes, les sacrificateurs devaient offrir le sacrifice à Dieu en répandant son sang et en brûlant sa graisse et sa chair pour toute l’assemblée pour la rémission de leurs péchés. Les anciens de l’assemblée devaient tout d’abord poser leurs mains sur l’animal sacrificiel; ensuite, le sacrificateur devait égorger l’animal et recueillir son sang, répandre ce sang sur le propitiatoire sept fois, mettre ce sang du sacrifice sur les cornes de l’autel et verser le reste par terre. Lorsque le sacrificateur plongeait la main dans le sang du sacrifice, aspergeait le propitiatoire sept fois et renversait le reste du sang par terre au pied de l’autel des holocaustes dans la tente d’assignation, l’expiation était faite pour toute l’assemblée et leurs péchés étaient pardonnés.
Lorsque le sacrificateur lui-même péchait, il devait lui-même poser ses mains sur l’animal sacrificiel, recueillir son sang, répandre le sang lui-même et brûler la chair du sacrifice lui-même – le sacrificateur devait tout faire lui-même. En revanche, lorsque toute l’assemblée péchait, les anciens se chargeaient de transférer leurs péchés en posant leurs mains sur l’animal sacrificiel à leur place, ensuite les sacrificateurs prenaient la relève et accomplissaient le reste de la procédure. Tous les rituels sacrificiels qui suivaient étaient effectués par les sacrificateurs: recueillir le sang de l’animal, asperger le propitiatoire, le mettre sur les cornes de l’autel de l’encens, enlever les reins et la graisse et les brûler sur l’autel des holocaustes. Lorsque le sacrificateur effectuait ainsi le sacrifice pour le compte de l’assemblée, l’assemblée recevait la rémission des péchés par la foi. 
 
 
La Rémission des Péchés pour les Chefs
 
Le système sacrificiel avait une autre clause destinée aux chefs, leur permettant de recevoir la rémission des péchés. Il est écrit en Lévitique 4:22-24: “Si c’est un chef qui a péché, en faisant involontairement contre l’un des commandements de l’ÉTERNEL, son Dieu, des choses qui ne doivent point se faire et en se rendant ainsi coupable, et qu’il vienne à découvrir le péché commis, il offrira en sacrifice un bouc mâle sans défaut. Il posera sa main sur la tête du bouc, qu’il égorgera dans le lieu où l’on égorge les holocaustes devant l’ÉTERNEL. C’est un sacrifice d'expiation.” Qui étaient les chefs? La nation d’Israël était composée de douze tribus d’après les douze fils de Jacob. Le représentant de chacune de ces tribus était un chef. La Bible dit que lorsqu’un chef péchait contre Dieu, il devait offrir un bouc mâle. Pour ce sacrifice spécial, l’animal utilisé était un bouc mâle au lieu d’un taureau.
La Bible dit que lorsqu’un chef péchait, il devait poser ses mains sur la tête du bouc mâle, comme il est écrit: “Il posera sa main sur la tête du bouc, qu’il égorgera dans le lieu où l’on égorge les holocaustes devant l’ÉTERNEL. C’est un sacrifice d'expiation” (Lévitique 4:24). Quand le chef amenait le bouc mâle sans défaut, qu’il posait ses mains sur sa tête et le tuait, les péchés du chef étaient effacés en étant transférés sur le bouc. Et lorsque les sacrificateurs prenaient la relève et effectuaient le sacrifice, les péchés du chef étaient effacés.
 La Bible dit en Lévitique 4:25-26: “Le sacrificateur prendra avec son doigt du sang de la victime expiatoire, il en mettra sur les cornes de l’autel des holocaustes, et il répandra le sang au pied de l’autel des holocaustes. Il brûlera toute la graisse sur l’autel, comme la graisse du sacrifice d’actions de grâces. C’est ainsi que le sacrificateur fera pour ce chef l’expiation de son péché, et il lui sera pardonné.” Comme il est écrit ici, quoique le chef pose lui-même ses mains sur l’animal sacrificiel et le tue pour recueillir son sang, le reste de la procédure sacrificielle était effectuée par les sacrificateurs. En revanche, lorsque les sacrificateurs péchaient, ils imposaient eux-mêmes les mains à leur animal sacrificiel. Comme cela se passait avec les anciens de l’assemblée, une fois que le chef transférait ses péchés sur l’animal sacrificiel en lui imposant les mains et tuait cet animal, les sacrificateurs prenaient alors la relève pour le reste du rituel. C’est de cette manière que le peuple de l’Ancien Testament recevait la rémission des péchés. 
 
 
Les Sacrifices pour le Peuple
 
Voyons maintenant comment le peuple effaçait ses péchés lorsqu’il les commettait. Il est écrit en Lévitique 4:27-30: “Si quelqu’un du peuple qui a péché involontairement, en faisant contre l’un des commandements de l’Éternel des choses qui ne doivent point se faire et en se rendant ainsi coupable, et qu’il vienne à découvrir le péché qu’il a commis, il offrira en sacrifice une chèvre, une femelle sans défaut, pour le péché qu’il a commis. Il posera sa main sur la tête de la victime expiatoire, qu’il égorgera où l’on égorge les holocaustes. Le sacrificateur prendra avec son doigt du sang de la victime, il en mettra sur les cornes de l’autel des holocaustes, et il répandra tout le sang au pied de l’autel.”
Lorsque le peuple péchait, comment effaçait-il ses péchés? Ceux du peuple n’étaient ni des chefs, ni des sacrificateurs, ni des représentants de l’assemblée, ni les anciens; ils étaient plutôt de simple gens. Comment et avec quel sacrifice le peuple d’Israël recevait-il la rémission des péchés lorsqu’il péchait contre Dieu? Il est écrit: “Si quelqu’un du peuple qui a péché involontairement, en faisant contre l’un des commandements de l’Éternel des choses qui ne doivent point se faire et en se rendant ainsi coupable, et qu’il vienne à découvrir le péché qu’il a commis.” Pendant que nous vivons notre vie, ne péchons-nous pas? Bien sûr que si. Quoiqu’il puisse nous sembler faire le bien, à mesure que le temps passe, nous pouvons nous rendre compte qu’en réalité nous péchions aux yeux de Dieu. Et ainsi, il y a plusieurs péchés que les gens commettent involontairement. 
Comme je l’ai dit lors du culte de ce matin, le cœur humain est naturellement rempli de péchés, personne ne peut s’empêcher de pécher involontairement même en essayant de ne pas pécher, car tout le monde naît et vit dans ce monde dans un état de péché. De même qu’un poirier donne des poires et qu’un plaqueminier donne des plaquemines, parce que tous les hommes sont nés dans ce monde comme des pécheurs, ils ne peuvent s’empêcher de commettre toutes sortes de péchés. En tant que descendants d’Adam, tout le monde a été conçu dans le péché et né dans l’iniquité depuis le ventre de leurs mères, et par conséquent, tous les êtres humains pèchent dans leurs vies sans même le réaliser. Voilà pourquoi les gens commettent tant de péchés et de transgressions. 
Selon Dieu, qu’est-ce que le peuple d’Israël devait faire quand il découvrait qu’il avait enfreint l’un des commandements de la Loi donnée par Dieu qui prescrivait ce qu’il fallait et ne fallait pas faire? Dieu dit: “Et qu’il vienne à découvrir le péché qu’il a commis, il offrira en sacrifice une chèvre, une femelle sans défaut, pour le péché qu’il a commis. Il posera sa main sur la tête de la victime expiatoire, qu’il égorgera où l’on égorge les holocaustes.” En effet, la Bible donne une description assez détaillée du sacrifice offert par le peuple pour l’effacement de ses péchés. 
Lorsque quelqu’un parmi le peuple péchait et qu’il découvrait qu’il avait manqué de vivre selon les commandements de Dieu, que ses actes l’avaient effectivement égaré, que ce qu’il croyait être une bonne chose était en réalité un péché, qu’il avait enfreint à la Loi de Dieu, et qu’il était par conséquent un pécheur, il devait tout d’abord amener une chèvre sans défaut aux sacrificateurs. En offrant cette chèvre comme son offrande sacrificielle à Dieu, cette personne devait transférer ses péchés à l’animal en posant ses mains sur sa tête, de la même manière que le faisaient les sacrificateurs et les anciens. Quelqu’un peut-il rappeler la signification de l'imposition des mains? C’est la loi de Dieu par laquelle le peuple d’Israël pouvait transférer ses péchés sur la tête de leur animal sacrificiel. Cela signifie “être transféré sur.”
Lévitique 1:4 dit: “Il posera sa main sur la tête de l’holocauste, qui sera agréé de l’Éternel, pour lui servir d’expiation.” Si par hasard, quelqu’un parmi le peuple péchait contre Dieu et offrait un animal sacrificiel sans d’abord poser ses mains sur sa tête, alors ce dernier ne pouvait jamais avoir ses péchés remis même si le sang de cet animal sacrificiel coulait comme mille fleuves réunis. C’était un devoir absolu pour chaque pécheur d’apporter une offrande sacrificielle pour ses péchés et de transférer ces péchés sur l’animal en posant ses mains sur sa tête. Avant de livrer l’animal sacrificiel aux sacrificateurs, il était absolument nécessaire pour le pécheur de transférer ses péchés sur cet animal sacrificiel en posant ses mains sur sa tête selon les exigences du système sacrificiel établies par Dieu. Les sacrificateurs devaient ensuite recueillir le sang de cet animal sacrificiel et effectuer le reste des rituels, et c’est alors seulement que le pécheur pouvait recevoir la rémission des péchés qui vient de Dieu et retourner à la maison le cœur en paix.
L'imposition des mains était effectuée par le peuple lui-même, tandis que l’animal sacrificiel était tué par les prêtres sur l’autel des holocaustes. L’animal était sacrifié pour le pécheur en mourant pour ses péchés. C’était cet animal sacrificiel qui portait les péchés du pécheur et mourait à sa place. Dans le Livre de Lévitique de l’Ancien Testament, il semble que le but premier pour lequel le peuple d’Israël élevait le bétail était de s’en servir comme animaux sacrificiels pour leurs péchés. Il est écrit que si quelqu’un tuait une chèvre ou une brebis dans une autre ville, il serait condamné pour le sang versé comme un meurtrier. Parmi les animaux purs tels que les chèvres et les moutons, les animaux sans défaut étaient tous utilisés par le peuple d’Israël pour recevoir la rémission de leurs péchés. Ils offraient ces animaux à Dieu comme propitiation pour leurs péchés. Ils transféraient les péchés sur ces animaux sacrificiels en posant leurs mains sur eux, et les animaux étaient inévitablement tués et condamnés devant Dieu. Dieu a permis au peuple d’Israël de se servir de leur bétail tels que les moutons et les chèvres pour résoudre le problème de leurs péchés. 
 
 

Réexaminons l'Imposition des Mains

 
L'imposition des mains est extrêmement importante, et donc examinons-la à nouveau pour avoir une idée claire de la façon dont le peuple d’Israël transférait ses péchés sur son animal sacrificiel en posant ses mains sur sa tête. Lévitique 1:4 dit “Il posera sa main sur la tête de l’holocauste, qui sera agréé de l’Éternel, pour lui servir d’expiation.” Dieu ordonna à Moïse et au peuple d’Israël de poser leurs mains sur l’animal sacrificiel en disant: “Vous devez impérativement poser vos mains sur l’animal sacrificiel. L’animal sacrificiel sera absolument inefficace pour la rémission de vos péchés si vous ne posez pas vos mains sur sa tête. Souvenez-vous toujours de cela.” Cela était la règle du système sacrificiel établie par Dieu, par laquelle le peuple d’Israël pouvait recevoir la rémission des péchés.
Pour récapituler, lorsque quelqu’un parmi le peuple péchait, il devait poser ses mains sur la tête de son offrande sacrificielle et la livrer aux sacrificateurs. Les sacrificateurs devaient alors mettre le sang de l’animal sur les cornes de l’autel des holocaustes à sa place. Que ce soit pour les sacrificateurs, les chefs et l’assemblée, le sang était mis sur les cornes de l’autel de l’encens. Cela se faisait ainsi parce qu’il était du devoir des leaders de prier Dieu. C’est la raison pour laquelle le sang du sacrifice était mis sur l’autel de l’encens. Pour que ces sacrificateurs puissent prier Dieu, il était plus qu’indispensable qu’ils aient la conviction de la rémission de leurs propres péchés devant Dieu. En ce temps présent, nous sommes les vrais sacrificateurs. Donc, pour que nous priions notre Dieu, nous devons aussi avoir dans nos cœurs la pleine conviction que nous avons reçu la rémission des péchés. Nous pouvons prier si et seulement si nous savons et sommes convaincus, avec une conscience claire, de la manière dont le problème de nos péchés a été réglé devant Dieu. Personne ne devrait dire que tous nos péchés ont été effacés seulement à la Croix de Jésus. Pour que nos péchés soient effacés, nous devons inévitablement croire que Jean a effectivement posé ses mains sur Jésus avant qu’Il ne soit condamné sur la Croix. C’est alors seulement que nous sommes qualifiés pour prier Dieu sans hésiter avec une conscience claire. 
Dieu ordonna au souverain sacrificateur de faire l’expiation sur les cornes de l’autel de l’encens. L’autel de l’encens est le lieu où le souverain sacrificateur priait Dieu, et c’était sur les cornes de cet autel que Dieu commanda au souverain sacrificateur de faire l’expiation. Cela était fait le dixième jour du septième mois, le jour de l’expiation, et une fois que cela était fait, tous les péchés annuels du peuple d’Israël étaient effacés une fois pour toutes, et donc ils pouvaient venir dans la présence de Dieu avec une conscience claire. La rémission de nos péchés n’est pas quelque chose que nous recevons quotidiennement. Alors que le système sacrificiel permettait au peuple d’Israël de recevoir la rémission de ses péchés quotidiens, lorsque nous allons dans Lévitique chapitre 16, nous voyons qu’il y avait aussi une clause pour la rémission de leurs péchés annuels. Ce sacrifice du jour d’expiation était l’ombre de la rémission éternelle des péchés à venir pour nous tous. De même que le peuple d’Israël recevait la rémission de ses péchés annuels par le sacrifice du jour de l’expiation au temps de l’Ancien Testament, Jésus Christ nous a donné “un sacrifice éternel” en cette ère du Nouveau Testament. De la même manière que le peuple d’Israël posait ses mains sur l’animal sacrificiel dans l’Ancien Testament, de cette même manière, Jean-Baptiste posa ses mains sur la tête de Jésus juste avant de le baptiser. C’est le principe du système sacrificiel établi par Dieu.
Il est écrit en Lévitique 4:30-31: “Le sacrificateur prendra avec son doigt du sang de la victime, il en mettra sur les cornes de l’autel des holocaustes, et il répandra tout le sang au pied de l’autel. Le sacrificateur ôtera toute la graisse, comme on ôte la graisse du sacrifice d’actions de grâces, et il la brûlera sur l’autel, et elle sera d’une agréable odeur à l’Éternel. C’est ainsi que le sacrificateur fera pour cet homme l’expiation, et il lui sera pardonné.” Lorsqu’un membre du peuple livrait son animal sacrificiel au sacrificateur après lui avoir imposé les mains, le sacrificateur le tuait, recueillait son sang et aspergeait les cornes de l’autel des holocaustes. L’autel des holocaustes est le lieu où l’animal sacrificiel était offert à Dieu en le brûlant. En d’autres termes, c’est le lieu du jugement des pécheurs. 
 
 
Les Quatre Cornes de l’Autel des Holocaustes
 
 Les cornes de l’autel des holocaustes symbolisent le Livre des Œuvres qui apparaît dans Apocalypse. Le Royaume des Cieux possède le Livre des Œuvres alors que le cœur humain possède le Livre de la conscience. Donc, toutes les fois que vous commettez un péché, il est inévitablement inscrit dans deux lieux, c'est-à-dire, un lieu étant la tablette de votre cœur et l’autre étant le Livre des Œuvres de Dieu. Par conséquent, la rémission des péchés doit être reçue aux deux endroits: devant Dieu et devant vous-même. C’est seulement quand vous avez la pleine conviction d’avoir fait l’expiation à ces deux endroits que vous pouvez recevoir la parfaite rémission des péchés. Si au lieu de cela vous vous dites, de façon arbitraire, que vous avez reçu la rémission des péchés, alors vous ne l’avez certainement pas reçue. C’est la raison pour laquelle le sacrificateur mettait le sang du sacrifice sur les cornes de l’autel des holocaustes. 
Apocalypse 20:12 dit: “Et je vis les morts, les grands et les petits, qui se tenaient devant le trône. Des livres furent ouverts. Et un autre livre fut ouvert, celui qui est le livre de vie. Et les morts furent jugés selon leurs œuvres, d’après ce qui était écrit dans ces livres.” Lorsque nous nous tiendrons enfin devant Dieu et Son Trône Blanc du Jugement, il y aura deux livres: le Livre de Vie et le Livre des Œuvres. Ceux qui ont reçu la rémission des péchés, ceux qui sont devenus les justes par la foi alors qu’ils vivent maintenant sur cette terre, et ceux dont les cœurs sont complètement dépourvus de péchés devant Dieu et en leur conscience, verront leurs noms écrits dans le Livre de Vie. En revanche, ceux dont les cœurs demeurent remplis de péchés et quoique croyant en Jésus n’ont toujours pas reçu la rémission des péchés, verront leurs noms écrits dans le Livre des Œuvres. Tous les péchés commis par ces gens sont inscrits dans le Livre des Œuvres. Aucun pécheur ne peut se tenir devant Dieu et clamer être juste. Alors que ces Chrétiens pécheurs peuvent prétendre être justes selon leurs doctrines confessionnelles, lorsqu’ils se tiennent devant Dieu ou Le prient, ils ne peuvent jamais dire qu’ils sont justes. 
En revanche, ceux qui sont devenus justes en croyant en l’évangile de l’eau et de l’Esprit peuvent dire avec vigueur lorsqu’ils se tiennent devant Dieu le Père: “Père, je suis venu dans Ta présence. Tu as effacé tous mes péchés. Alléluia! Merci Seigneur. De la même manière que tu as effacé les péchés annuels du peuple d’Israël une fois pour toutes, ainsi tu as effacé tous les péchés infinis de ce monde une fois pour toutes en étant baptisé. Je crois en Ta justice. Je crois en la rémission des péchés telle que Tu l’as décrétée. En étant baptisé par Jean-Baptiste, Tu as porté tous mes péchés une fois pour toutes.” Lorsque nous prions Dieu, nous pouvons aussi l’appeler fièrement notre Père. 
 Même si nous avons de nombreuses faiblesses, nous sommes heureux du fait que Jésus Christ ait effacé tous les péchés de ce monde une fois pour toutes par Son baptême et Son sang. Et étant pleinement convaincus et joyeux de ce que Dieu a fait pour nous, nous pouvons le prier fièrement. Lorsque les justes prient, ils prient avec l’assurance de leur salut et la rémission de leurs péchés, qu’ils prient pour eux-mêmes, pour les autres ou pour autres choses. Cela est vrai pour quiconque a reçu la vraie rémission des péchés venant de Dieu en croyant en l’évangile de l’eau et de l’Esprit. 
Mes chers croyants, Dieu ordonna au peuple d’Israël de mettre le sang de l’animal sacrificiel sur les cornes de l’autel des holocaustes. Ces cornes de l’autel des holocaustes symbolisent le Livre du Jugement. Vu que les péchés de tous sont inscrits dans le Livre du Jugement, Dieu ordonna au peuple de l’Ancien Testament de mettre le sang du sacrifice sur les cornes de l’autel des holocaustes, de sorte qu’Il puisse accepter ceux qui mettent le sang du sacrifice sur ces cornes par la foi comme étant sans péchés. L’Ancien Testament dit que l’âme de la chair se trouve dans le sang, comme il est écrit: “Car l’âme de la chair est dans le sang. Je vous l’ai donné sur, afin qu’il servît d’expiation pour vos âmes, car c’est par l’âme que le sang fait l’expiation” (Lévitique 17:11). 
Le verset 14 dit aussi: “Car l’âme de toute chair, c’est son sang, qui est en elle. C’est pourquoi j’ai dit aux enfants d’Israël: Vous ne mangerez le sang d’aucune chair; car l’âme de toute chair, c’est son sang: quiconque en mangera sera retranché.” Dieu dit clairement ici que l’âme de la chair est dans le sang. C’est pourquoi quiconque était pécheur aux yeux de Dieu devait apporter un animal sacrificiel tel que spécifié par Dieu et lui transférer ses péchés en posant ses mains sur sa tête. Les sacrificateurs pouvaient alors effectuer le sacrifice pour le pécheur afin de laver ses péchés en recueillant le sang de l’animal sacrificiel et en le mettant sur les cornes de l’autel des holocaustes. 
Mettre le sang du sacrifice sur les cornes de l’autel des holocaustes était semblable au fait de le mettre sur le Livre des Œuvres décrit dans Apocalypse, démontrant que le salaire du péché était entièrement payé. Le pécheur pouvait dire à Dieu: “Seigneur, regarde ce sang. Par l’imposition de mes mains sur l’animal sacrificiel et l’écoulement de son sang, tout le salaire de mes péchés a été payé, ainsi que Ta Loi déclare que le salaire du péché est la mort.” C’est pour cette raison que le sang du sacrifice était mis sur les cornes de l’autel des holocaustes pour le peuple. 
Puisque l’animal sacrificiel avait accepté les iniquités du pécheur à travers l'imposition des mains, qu’il avait versé son sang et était mort à sa place, désormais, Dieu ne pouvait plus le condamner pour ses péchés. C’est précisément la raison pour laquelle Dieu est le Dieu de justice. Quoique Dieu soit strict, il nous a rendus capables de dire qu’Il est aussi le Dieu juste et miséricordieux. C’est parce que Dieu aime tout le monde. En principe, Dieu devait détruire tous ceux qui ont un quelconque péché. Dieu ne devrait rien faire d’autre que de détruire tous les pécheurs. 
Cependant, à travers Son système sacrificiel, Dieu pouvait effacer les péchés de tout le monde. Quoique les gens puissent tolérer les péchés d’une autre personne d’une façon humaine, Dieu étant Saint, Il ne peut simplement pas ne pas faire cas ou excuser un pécheur. Le Dieu Saint doit donc détruire toute personne qui a du péché. Pourtant, parce que Dieu a tant aimé l’humanité, Il a mis en place un moyen pour qu'ils puissent transférer leurs péchés sur un animal sacrificiel et laisser cet animal être condamné à leur place, délivrant ainsi de leurs péchés ceux qui marchent par la foi. Bref, Dieu a sauvé les pécheurs par Sa juste loi. 
C’est pourquoi Dieu ordonna au temps de l’Ancien Testament qu’après avoir mis le sang du sacrifice sur les cornes de l’autel des holocaustes, il fallait verser le reste du sang au pied de l’autel. Le sol du Tabernacle était composé de sable et de terre. Dans la Bible, la terre symbolise parfois le cœur humain. L’expression “de la terre à la terre” est souvent utilisée pour décrire la vie. Le sacrificateur versait le sang du sacrifice sur le sol du Tabernacle. Pouvez-vous vous imaginer combien le sol du Tabernacle devait être couvert de sang au temps de l’Ancien Testament? Le sang de tous ces animaux sacrificiels devait couler comme une rivière, l’odeur, on n’en parle pas. 
La cour du Tabernacle où se trouvait l’autel des holocaustes n’était pas un endroit particulièrement beau. Elle empestait à cause de l’odeur du sang, remplie de fumée épaisse et de l’odeur de la viande consumée, tout cela résultant des innombrables animaux sacrificiels qui étaient tués et brûlés pour porter la condamnation du péché. Au nord du Tabernacle, les sacrificateurs brûlaient les parties sales telles que la peau et les déchets d’animaux, pendant que sur l’autel des holocaustes, ils brûlaient la graisse, les reins et les morceaux de chair. Donc, l’endroit devait être rempli de l’odeur de la viande consumée et de la fumée. Le fait que les animaux sacrificiels soient ainsi brûlés signifie la condamnation du péché. Les animaux qui étaient mis à part pour ce genre de sacrifice étaient tous brûlés par le feu. 
Lorsqu’on regarde au sang du sacrifice dans le Tabernacle, on pouvait voir qu’un animal sacrificiel était tué à la place de quelqu’un. Un pécheur a posé ses mains sur un animal et cet animal a ensuite versé son sang et est mort à la place du pécheur. Les sacrificateurs qui officiaient dans le Tabernacle effectuaient le reste des rituels sacrificiels pour les pécheurs. Cependant, le pécheur devait inévitablement poser ses mains sur la tête de l’animal sacrificiel. Quiconque péchait devait offrir un des quatre sacrifices, selon qu’il soit parmi le peuple, membre de toute l’assemblée, un chef ou un sacrificateur. C’est seulement dans le cas où toute l’assemblée péchait que les anciens posaient leurs mains sur l’animal sacrificiel comme leurs représentants; pour le reste, ceux qui ont péché devaient personnellement transférer leurs péchés sur l’animal sacrificiel en posant leurs mains sur sa tête. 
Qu’est-ce que tout cela signifie? Nous croyons en toute la Parole de Dieu, et Dieu nous dit de nous accorder de tout cœur avec l’œuvre juste de Jésus Christ accomplie lorsqu’Il vint sur cette terre et d'y croire de tout cœur. Bien que Jésus Christ soit mort sur la Croix, Sa mort n’aurait eu aucun sens s’Il n’avait pas été baptisé par Jean-Baptiste. Au temps de l’Ancien Testament, Dieu pouvait sauver les pécheurs de leurs iniquités lorsqu’ils posaient leurs mains sur l’animal sacrificiel sans défaut dans le Tabernacle, et ces animaux versaient leur sang et étaient brûlés. L'imposition des mains des pécheurs sur l’animal sacrificiel n’était pas en vain. Donc, avant que Jésus Christ ne soit crucifié, il était impératif qu’Il reçoive le baptême de Jean-Baptiste qui équivaut à l'imposition des mains de l’Ancien Testament. Dieu n’acceptait aucune offrande sacrificielle s’il n’y avait pas d'imposition des mains. La Bible dit que Dieu acceptait l’offrande avec plaisir si et seulement si elle était accompagnée de l'imposition des mains. 
L’Ancien Testament dit donc que les sacrificateurs feraient l’expiation pour le pécheur, et le pécheur serait en retour pardonné. Il est absolument nécessaire pour nous de nous rappeler que la condamnation du péché n’est pas faite par nous, mais elle est faite par notre souverain sacrificateur à notre place. La seule chose que nous devons faire en tant que pécheurs est de transférer inévitablement nos péchés sur l’offrande sacrificielle par l'imposition des mains. Le souverain sacrificateur qui officiait pour les pécheurs se chargeait du reste. Il est très important de se souvenir de cela. 
Nous péchons parce que nous sommes faibles, mais nous pouvons toujours croire en Jésus et aux principes qui se trouvent dans la Parole de Dieu, et nous pouvons consentir au système sacrificiel de Dieu. Ce sont ces choses que nous pouvons tous faire malgré nos nombreuses insuffisances. Dieu a payé le prix de nos péchés en se sacrifiant Lui-même; le Seigneur a été personnellement baptisé par Jean-Baptiste; Il a été crucifié et Son sang a coulé sur la Croix, et Il est ressuscité des morts; voici les choses que le Seigneur a Lui-même faites pour nous. En tant que pécheurs, tout ce que nous pouvons faire est de juste transférer nos péchés sur l’offrande sacrificielle en posant nos mains dessus. Nous n’avons pas le droit de tuer cette offrande sacrificielle ou verser son sang.
La Bible dit que: “le salaire du péché, c’est la mort,” et donc chaque pécheur devait être tué. C’est pourquoi la Bible dit: “C’est ainsi que le sacrificateur fera pour eux l’expiation, et il leur sera pardonné.” À combien peut-on évaluer l’importance du rôle du sacrificateur alors? Sans le rôle du souverain sacrificateur, les pécheurs ne pouvaient pas recevoir la rémission des péchés. Ils étaient tous destinés à la destruction si le souverain sacrificateur ne jouait pas son rôle.
Pour cette raison, Dieu appela Aaron, le frère de Moïse, et fit de lui un souverain sacrificateur. Quand Dieu délivra le peuple d’Israël de l’Égypte, Aaron joua le rôle de porte-parole pour son frère Moïse. Moïse reçut la Loi de Dieu et le communiqua au peuple alors qu’Aaron officiait en tant que sacrificateur pour effacer leurs péchés. Seulement Aaron et sa descendance pouvaient devenir ces sacrificateurs. Il est absolument important que nous comprenions clairement que seulement les descendants d’Aaron pouvaient officier comme souverain sacrificateur. Aujourd’hui, nous avons terminé avec les sacrifices offerts par le peuple.