Sermons

Sujet 12: La Foi du Credo des Apôtres

• Jésus Christ (Ιησούς Χριστός)

Le nom Jésus, “Ιησούς (Iesous)” en grec, vient du nom Hébreux ישוע (yeh-ho-shoo’-ah), signifiant “Jéhovah est le salut.”
Christ est משיח (mashiyach) en hébreux et “Χριστός” (khris-tos) en grec, et signifie “celui qui est oint.” Le nom de Christ est l’appellation du Nouveau Testament pour le mot Messie de l’Ancien Testament. L’expression “ό Χριστός (ho khris-tos)” qui apparaît fréquemment dans les quatre évangiles est le mot “Christ” précédé de l’article défini “le,” nous disant que Jésus est le Dieu absolu Lui-même. Dieu le Père, autrement dit, envoya Son propre Fils pour délivrer quiconque vit en ce monde de tout péché.
À strictement parler, ces deux noms de “Jésus” et “Christ” ne sont pas vraiment interchangeables. Le nom “Jésus” est le nom du Sauveur qui vint comme intercesseur de l’humanité, comme le réconciliateur entre Dieu et les êtres humains. Mais le nom “Christ” signifie “celui qui est oint,” selon les traditions anciennes de la région du Moyen-Orient—c’est-à-dire, selon le rituel de distinguer ceux qui étaient choisis pour porter les responsabilités de hautes positions en les oignant d’huile. 
Pour le peuple d’Israël à l’époque de l’Ancien Testament, cette tradition venait du commandement même de Dieu. Ils oignaient les prophètes, les prêtres et les rois (1 Rois 19:16, Psaume 133:2). C’était le rituel qui affirmait publiquement devant tous le fait que ceux qui étaient choisis par Dieu étaient dignes des devoirs de leurs tâches. De tels rituels symboliques de l’Ancien Testament n’étaient, cependant, efficaces que pour une certaine période de temps, pendant que ces personnes à qui étaient confiés ces devoirs étaient vivantes, et même alors leurs capacités à accomplir leurs devoirs étaient quand même imparfaites. Ces faits impliquent que les Israélites ne pouvaient qu’attendre la venue du Parfait qui serait oint par Dieu Lui-même. 
Dans un tel contexte, il y eu la naissance de Celui qui serait spécialement oint par le Saint-Esprit pour accomplir la Justice de Dieu (Matthieu 3:15-17, Marc 1:10-11, Luc 3:21-22). Jésus Lui-même témoigna de cela: “L’Esprit du Seigneur est sur moi car il m’a oint …” (Luc 4:18; voir aussi Isaïe 61:1). Ainsi, le nom de “Christ” signifie “Celui qui est oint”, celui qui sauve Son peuple du péché. Nous retrouvons dans le nom de Christ, non seulement ses devoirs comme Rédempteur et Intercesseur, mais aussi Son autorité et Sa puissance manifestée par l’accomplissement parfait de Ses tâches.
 


1. Les Attributs de Christ

 
Christ existait déjà avant même la création (Éphésiens 1:4). Expliquant la volonté que Dieu avait avant même la création, Paul a dit: “Pour le mettre à exécution lorsque les temps seraient accomplis, de réunir toutes choses en Christ, celles qui sont dans les cieux et celles qui sont sur la terre” (Éphésiens 1:10).
Pour accomplir Sa volonté, Dieu envoya Son Fils unique, celui qu’Il avait promis et qui serait oint, sur cette terre. La lignée familiale du Fils de Dieu est montrée avec plus de détails dans l’alliance que Dieu a établi avec Abraham—c’est-à-dire qu’Il viendrait comme l’un des descendants d’Abraham, et que toutes les nations seraient bénies en Lui (Genèse 22:17-19). C’était la promesse de Dieu.
Jacob, en bénissant ses fils à l’heure de sa mort, déclara aussi que le Messie viendrait comme un descendant de Juda (Genèse 49:10). Les prophètes des temps anciens révélèrent les attributs et les ministères du Messie de façon encore plus détaillée. Selon Isaïe 53, il fut prophétisé que le Christ prendrait les péchés de Son peuple sur Lui, serait crucifié, souffrirait aux mains du peuple et serait abandonné par eux, et finalement mourrait et serait enseveli.
(1) La Nature Divine de Jésus-Christ: Jésus-Christ non seulement existait avant même la création, mais il existait comme véritable Dieu éternel. De plus, même s’il vint sur cette terre dans la chair d’un homme, Il continua à être Dieu Lui-même (Jean 1:1, 14). Comme Romains 9:5 le déclare: “[Lui] qui est au-dessus de toutes choses, Dieu béni éternellement.” 
La confession de l’église de Dieu sur la nature divine de Jésus-Christ n’est pas une confession humaine, car elle est fondée sur la véritable révélation de Dieu Lui-même (Matthieu 16:17). De plus, toutes les vérités de la Bible décrivent la nature divine de Christ explicitement, sans ambiguïté (Michée 5:2; Isaïe 9:6). Dans le Nouveau Testament, la vraie divinité de Christ le Sauveur est souvent solennellement déclarée par Christ Lui-même. Pierre aussi confessa à Jésus, “Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant” (Matthieu 16:16; voir aussi Marc 8:29 et Luc 9:20).
De surcroît, Paul déclara aussi: “[Christ Jésus] lequel, existant en forme de Dieu, n’a point regardé comme une proie à arracher d’être égal avec Dieu” (Philippiens 2:6). Jean, louant Christ, confessa aussi: “Nous savons aussi que le fils de Dieu est venu, et qu’Il nous a donné l’intelligence pour connaître le Véritable; et nous sommes dans le Véritable, en Son fils Jésus-Christ. C’est Lui qui est le Dieu véritable, et la vie éternelle” (1 Jean 5:20). Lorsque le Grand prêtre Caïphe demanda à Jésus: “Dis-nous si tu es le Christ, le Fils de Dieu,” Jésus lui répondit: “Tu l'as dit.” (Matthieu 26:63-64; voir aussi Marc 15:2).
À d’autres occasions, Jésus déclara aussi que Lui et Dieu était UN (Jean 10:30), et qu’Il existait avant Abraham (Jean 8:58). Christ, de plus, mentionna Son rôle de Grand Prêtre et la gloire qu’Il partageait avec le Père avant même la création du monde (Jean 17:5). De plus, lorsque Christ pardonnait les gens de leurs péchés ou les guérissait de leurs maladies, tout comme lorsqu’il exhortait Ses disciples à croire en Lui, toutes ces choses contribuaient à leur reconnaissance de Sa divinité.
Jésus-Christ est la Seconde Personne de la Trinité divine qui œuvra comme Fils de Dieu (Matthieu 16:16; 26:63-64). Selon l’Ange qui visita Marie, le Fils qui naîtrait de Marie serait appelé le Saint Fils de Dieu (Luc 1:35). Tout de suite après le baptême de Jésus par Jean, une voix se fit entendre des Cieux et déclara: “Celui-ci est Mon fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection” (Matthieu 3:17; voir aussi Marc 1:11 et Luc 3:22).
Cela signifie que Son baptême n’était pas un simple rituel, mais plutôt celui approuvé de Dieu le Père. Cela fait référence au baptême que Jésus reçu pour prendre tous les péchés de l’humanité sur Lui. C’est de cette manière qu’il a accompli toute la Justice de Dieu (Matthieu 3:15). Juste avant que Jésus fut baptisé, Il dit à Jean: “Laisse faire maintenant [c’est-à-dire, baptise-moi], car il est convenable que nous accomplissions ainsi tout ce qui est juste” (Matthieu 3:15). La Bible déclare que Jésus-Christ a la même puissance particulière que le Père (Jean 5:26). L’apôtre Paul appelle le Christ “propre Fils’’ de Dieu (Romains 8:32). Et Jean dit que le Christ était “la Parole [qui] était avec Dieu” (Jean 1:1). Il le décrit aussi comme étant le Fils unique de Dieu (Jean 1:14, 3:16; voir aussi 5:18, où Jésus Lui-même appelait Dieu Son propre Père.)
(2) La Nature humaine de Jésus-Christ: Une emphase est aussi mise sur la nature humaine de Christ dans le Nouveau Testament. Le Fils éternel de Dieu est né “ayant paru comme un simple homme” (Philippiens 2:7-8). Il fut appelé “Jésus-Christ homme” (1 Timothée 2:5). Même s’il était Dieu Lui-même, Il s’incarna en homme et demeura parmi nous (Jean 1:14). Par conséquent, Il fut baptisé par Jean le Baptiste. Il vécu parmi les gens en tant qu’homme, et il partagea leur bonheur, leurs joies et leurs tristesses. Il mangea aussi la même nourriture qu’eux. Il ne fut pas un homme seulement d’apparence, mais de caractère aussi. Comme les autres, Il fut aussi un descendant d’Adam (la lignée familiale de Luc 3:38). Et il est né d’une femme (Luc 2:6-7; Matthieu 1:18-25, et Galates 4:4). On retrouve Abraham et David parmi Ses pères (Matthieu 1:1).
Même si Jésus Lui-même n’avait point de péché, il vint néanmoins sur cette terre dans une chair d’homme affaiblie par le péché. En d’autres mots, Christ vint “dans une chair semblable à celle du péché,” et en étant baptisé par Jean, Il a accompli toute la Justice de Dieu (Jean 19:30). Alors qu’Il porta nos péchés par Son baptême et qu’Il souffrit, Il n’était pas différent des autres (Isaïe 53:2-3).
Cependant, même si Christ avait la même nature humaine que nous, Il ne se soumit jamais à la tentation du péché. Selon l’auteur de l’Épître aux Hébreux, Christ “a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché” (Hébreux 4:15). Jésus porta des péchés uniquement parce qu’Il prit les péchés du monde sur Lui en étant baptisé par Jean, et c’est pourquoi Il fut crucifié par amour des pécheurs. En faisant référence à Christ, Hébreux 7:26 déclare: “Il nous convenait en effet d’avoir un souverain sacrificateur comme Lui, saint, innocent, sans tache, séparé des pécheurs, et plus élevé que les cieux.”
 


Les trois Tâches de Christ

 
Il y avait trois catégories de personnes qui étaient ointes d’huile dans l’Ancien Testament: les prophètes, les prêtres, et les rois (1 Rois 19:16; Exode 40:13-15; 2 Rois 9:3). 
Christ est le Prophète et l’Enseignant Oint par le Saint-Esprit. Il est aussi le Grand Prêtre céleste. Les concepts des divers rôles que Christ joua sont tous fondés bibliquement. Deutéronome 18:15 déclare: “L’Éternel, ton Dieu, te suscitera du milieu de toi, d’entre tes frères, un prophète” (voir aussi le verset 18). Dans le Psaume 110:4, Jéhovah appela Christ en disant: “Tu es sacrificateur pour toujours.” Zacharie 6:12-13 révèle la Royauté de Christ en déclarant qu’ “un Homme dont le nom est germe (branche)” porterait “la gloire” et “s’assiéra et dominera sur son trône.” Ces trois tâches de Christ furent toutes accomplies lorsque Christ vint sur cette terre, porta tous les péchés du monde en étant baptisé par Jean, fut crucifié et versa Son sang sur la croix et qu’Il ressuscita des morts.
A. Prophète: Comme les prophètes de l’Ancien Testament, Christ a accompli Son rôle prophétique en révélant la Volonté de Dieu et en mettant en œuvre la Parole de Dieu pour Son peuple. Mais Christ ne fut pas simplement un prophète ou un messager. Il fut le plus Grand des prophètes pour l’humanité. Sa Parole était la Parole parfaite et complète de Dieu à laquelle aucun prophète ne pourrait jamais rien ajouter ou retrancher. C’est parce que tous les trésors de la sagesse et de la connaissance étaient cachés en Lui (Colossiens 2:3). C’est aussi parce qu’Il est “le Fils Unique de Dieu, qui est dans le sein du Père” (Jean 1:18).
Le message de Christ fut rendu suffisant lorsqu’Il eut complété Sa mission: Pour accomplir toute la Justice de Dieu, Jésus fut baptisé par Jean et versa Son sang sur la Croix; Et Il appela tout pécheur à être pardonné de ses péchés par la Justice qu’Il avait accompli. Ainsi, une telle connaissance véritable de Dieu et des enseignements sur le Salut ne peut être atteinte sans croire au baptême de Christ et au Sang sur la croix. Ceux qui ne croient pas sont déjà condamnés, parce qu’ils n’ont pas cru au nom du Fils Unique de Dieu, et demeurent ainsi pécheurs (Jean 3:18). Ils ne peuvent trouver la voie de la vie éternelle. Puisque les sermons de Christ avaient la puissance et l’autorité du Prophète, ils amenaient les auditeurs à obéir à Sa Parole. 
B. Grand Prêtre: Dans le Psaume 110:4, en parlant à Son Oint, Dieu dit: “Tu es sacrificateur pour toujours, selon l’ordre de Melchisédech.” Cela signifie que Christ est le Grand Prêtre, non pas issu de l’ordre d’Aaron, mais qu’Il est Grand Prêtre par appel spécial et singulier de Dieu. Les prêtres de l’Ancien Testament, qui servaient dans le Tabernacle ou le Temple, furent l’ombre de ce Christ à venir, préfigurant Christ comme Prêtre parfait et éternel. Il œuvra comme Grand Prêtre parfait, “Car Christ n’est pas entré dans un sanctuaire fait de main d’homme, en imitation du véritable, mais il est entré dans le ciel même, afin de comparaître maintenant pour nous devant la face de Dieu” (Hébreux 9:24).
Le ministère de Christ comme Grand Prêtre comportait trois dimensions.
Tout d’abord, Il s’est offert Lui-même comme sacrifice éternel pour nos péchés. Jésus-Christ, autrement dit, a racheté toute l’humanité de la destruction par Son baptême et son Sang versé. Il a accompli la Justice de Dieu en obtenant la rédemption éternelle pour nous. Le sacrifice d’expiation de Christ fut annoncé et connu pendant des milliers d’années à travers le système sacrificiel et l’ancien rituel sacrificiel de l’imposition des mains. Particulièrement, ce fut typiquement révélé à travers l’imposition des mains sur la tête de l’agneau pascal et son sacrifice sanglant.
Contrairement aux offrandes sacrificielles d’Aaron et des autres prêtres de L’Ancien Testament, qui étaient symboliques et répétitives, Christ vint sur cette terre une seule fois, et en prenant les péchés du monde sur Lui par Son baptême reçu de Jean et en mourant sur la Croix, Il a accompli toute la Justice de Dieu une fois pour toutes. C’est pourquoi il fut baptisé et donna entièrement la parfaite offrande sacrificielle sur la Croix. Christ, comme Hébreux 9:26 le déclare; “à la fin des siècles, il a paru une seule fois pour abolir le péché par son sacrifice.”
Il est l’Agneau de Dieu qui prit les péchés du monde par Son baptême et les porta jusqu’à la Croix (Matthieu 3:13-17). Christ nous révèle qu’Il fut Lui-même sacrifié comme étant “notre propre Agneau Pascal.” En se sacrifiant Lui-même pour les péchés de l’humanité, Il paya le prix de la rédemption à Dieu par amour pour Son peuple. Comme Hébreux 9:28 le déclare, “Christ qui s’est offert une seule fois pour porter les péchés de plusieurs.” Il n’entra pas au moyen du sang des chèvres et des boucs; mais Il entra dans le Saint des Saints une fois pour toutes avec Son propre Sang, ayant obtenu une rédemption éternelle (Hébreux 9:12). Cela fut accompli en acceptant Son baptême et la Croix. Il fit comme les Grands Prêtres de l’Ancien Testament, qui, au Jour de l’Expiation, entrait dans le Saint des Saints avec le sang du sacrifice.
De façon semblable, en étant baptisé en Son corps, Christ accepta aussi que les péchés du monde soient transférés sur Lui, et Il monta aux Cieux après avoir expié tous les péchés du monde par Son sang sur la Croix, entrant ainsi dans le Sanctuaire du Ciel avec le Sang de Son propre sacrifice. En faisant cela, Christ a sauvé tous ceux qui croient en Son baptême et en Son sang de leur culpabilité et de la malédiction.
Plus que tout, pour le salut des péchés de Son peuple, Christ put accomplir toutes Ses œuvres, incluant être baptisé par Jean et verser son Sang sur la Croix. Par cette “obéissance volontaire”—c’est-à-dire, en étant baptisé — Christ porta les péchés de Son peuple, et par cette “obéissance active”—c’est-à-dire, en portant les péchés du monde à la Croix et en étant crucifié — Il a accompli la Justice de Dieu parfaitement. C’est lorsque nous croyons en cela que nous obtenons notre éligibilité au Salut. En venant sur cette terre et en abandonnant Son corps comme sacrifice pour toute l’humanité, Christ a accompli toutes les œuvres justes de Dieu. En faisant cela, Il a sauvé Son peuple qui, par la corruption d’Adam était devenu pécheur, de tous ses péchés. C’est par cette œuvre que Christ a accompli le Plan juste de Dieu parfaitement. En offrant Son baptême et Son sang à Son peuple, Il leur permettait de recevoir la Justice de Dieu.
Le second aspect du ministère de prêtre de Christ est la prière. Il n’a pas seulement permis à l’humanité de s’approcher de Dieu, mais en plus, Il leur permet d’avoir accès avec assurance au trône de la grâce (Hébreux 4:16; voir aussi 10:19). Christ ne nous enseigne pas seulement comment prier (Luc 11:1-4; Matthieu 6:9-13), mais Il garanti aussi que Dieu entendra les prières de quiconque prie véritablement en Son nom et en implorant Dieu selon Sa volonté, faisant en sorte que ses prières soient répondues. Christ Lui-même prie pour Son peuple, et Il œuvre comme un intercesseur qui, pour leur bien, plaide pour eux et les défends devant Dieu. 
Cela se faisait déjà lorsque Christ servait sur cette terre (Luc 22:32; 23:34; Jean 17), et cela continue à s’accomplir maintenant, même après qu’Il fut exalté et qu’Il entra dans le Sanctuaire du Ciel pour s’asseoir à la droite de Dieu le Père (Romains 8:34). Christ comprend parfaitement toutes les souffrances et la tristesse des êtres humains, il connaît leurs besoins très bien, et Il s’en approche avec un cœur miséricordieux et rempli de compassion. Comme hébreux 4:15 le déclare, “Car nous n’avons pas un souverain sacrificateur qui ne puisse compatir à nos faiblesses; au contraire, il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché.” Ses prières reflètent Sa profonde compréhension des besoins de l’humanité.
La troisième dimension du ministère de prêtre de Christ est d’implorer des bénédictions pour Son peuple. Dans l’Ancien Testament, une des tâches des prêtres était d’imposer les mains sur les gens et d’ainsi les bénir. Dieu a promis que lorsque les prêtres béniraient les descendants d’Israël au nom de Jéhovah, Il leur accorderait en effet Ses bénédictions (Nombres 6:22-27). De manière semblable, lorsque Christ accomplit son ministère sur cette terre, Son existence en elle-même fut une bénédiction, et lorsqu’Il monta aux Cieux, Il leva ses mains et bénit Ses disciples (Luc 24:50-51). De plus, même maintenant, Il bénit Son peuple de toute bénédiction du Ciel (Éphésiens 1:3). Par Son Esprit, il répand les dons du Ciel sur eux, et leur apporte une pluie sans fin de bénédictions.
Ainsi, Christ est Dieu Lui-même, à nul autre comparable, car Christ seul pouvait devenir le sacrifice d’expiation, et, se tenant au côté de Son peuple, Lui seul pouvait accomplir la Loi parfaitement. De cette manière, seul Christ est l’Intercesseur qui nous amène les bénédictions du Ciel. Maintenant, s’il y a des gens qui ne croient point à Son ministère de prêtrise, ils ne seront certainement pas capables de trouver un autre prêtre qui pourrait expier pour leurs péchés. Puisqu’ils ne peuvent trouver aucun intercesseur qui soit avec Dieu, ils finiront, loin de recevoir les bénédictions des Cieux, par faire plutôt face à leur condamnation éternelle.
C. Roi: Christ fut aussi oint comme Roi pour accomplir Ses tâches, comme les rois de l’Ancien Testament. Mais Il n’est pas comme les rois précédents, dont la gloire et la puissance était atteinte par la force. Plutôt, Christ fut oint comme Roi éternel, et comme étant le roi qui règnerait avec une puissance, une justice et une vérité infinies.
Jean attire notre attention sur le fait que le royaume de Christ “n’est pas de ce monde” (Jean 18:36). Paul, d’un autre côté, enseigne que le royaume de Dieu n’est constitué que “de justice, de paix et de joie par le Saint-Esprit” (Romains 14:17). L’auteur de l’Épître aux Hébreux dit que ce Roi règne avec Sa Parole: “Car la Parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante qu’une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu’à partager âme et esprit, jointures et moelles; elle juge les sentiments et les pensées du cœur” (Hébreux 4:12). De plus, la royauté souveraine de Christ n’est pas limitée à la nation juive. Christ est la Tête de l’Église, la congrégation de Ses croyants (Éphésiens 4:15).
Cette Église fut rachetée de la domination du Diable, et fut construite avec le Sang du Christ. Son église est conduite par l’Esprit-Saint, et elle appartient à Christ pour toujours. Comme Roi, Christ protège Son Église de tout danger. Il ne permet pas que quelques forces, peut importe ce qu’elles pourraient être, puisse vaincre l’église à jamais. Même si ces forces étaient les portes de l’Hadès même (l’enfer), elles ne pourraient avoir le dessus contre l’église (Matthieu 16:18).
De surcroît, Son règne est miséricordieux et parfait. À travers Son règne, Il fait en sorte que Son peuple se soumette à Son autorité et obéisse à Sa Parole. De plus, même ceux qui ne reconnaissent pas Sa souveraineté ne peuvent échapper au règne de Christ, car Dieu le Père a permis au Fils de gouverner sur l’univers entier. Le Père a donné toute autorité à Christ. Jésus a d’ailleurs dit: “Tout pouvoir m’a été donné dans le ciel et sur la terre” (Matthieu 28:18). Paul écrit que le Christ triomphant lia l’autorité des anges déchus (Colossiens 2:15). L’apôtre Jean a dit que Christ est “le prince des rois de la terre” (Apocalypse 1:5).
L’autorité souveraine de Christ peut sembler être ignorée sur cette terre, et Sa gloire peut paraître être blasphémée, insultée, et cachée par Ses ennemis mauvais (Psaume 89:51). Mais Sa majesté continue à briller au Ciel comme Roi des rois et Seigneur des seigneurs (Apocalypse 19:16). À la fin, Christ reviendra finalement sur les nuées, Il donnera honneur à ceux qui ont cru et honte à ceux qui l’ont rejeté (Matthieu 25:31-46). Lorsque ce temps viendra, le règne de Christ sera manifesté par Sa Justice partout aux Cieux et sur terre (2 Pierre 3:13, Apocalypse 21).
Dans le Nouveau Testament, Christ fut Prophète et, au même moment, Il fut Grand prêtre et Roi. Lorsque Christ parle en tant que Prophète, Ses enseignements sont accompagnés de Son autorité de Roi (Luc 4:32). Lorsque Christ a admis à Pilate qu’il était en effet un Roi, il a aussi dit qu’il était venu en ce monde comme Prophète pour attester de la Vérité (Jean 18:37). Lorsque Christ a accompli des miracles, Sa souveraine autorité fut révélée, de tels miracles furent appuyés par Ses enseignements prophétiques, et ces miracles furent répandus par Sa prêtrise miséricordieuse (Matthieu 8:17).