Sermons

Sujet 14: La Première Epître de Jean

[PARTIE 2-4] N’aimez pas le monde, ni les choses qui sont dans le monde (1 Jean 2:15-17)

N’aimez pas le monde, ni les choses qui sont dans le monde
(1 Jean 2:15-17)
«N’aimez point le monde, ni les choses qui sont dans le monde. Si quelqu’un aime le monde, l’amour du Père n’est point en lui ; car tout ce qui est dans le monde, la convoitise de la chair, la convoitise des yeux, et l’orgueil de la vie, ne vient point du Père, mais vient du monde. Et le monde passe, et sa convoitise aussi; mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure éternellement.»
 

Je sais que vous et moi traitons trois sortes de convoitises. En Jacques 4:1 il est écrit: «D’où viennent les luttes, et d’ou viennent les querelles parmi vous? N’est-ce pas de vos passions qui combattent dans vos membres?» Ici en 1 Jean, la Bible parle de la convoitise de la chair, de la convoitise des yeux, et de l’orgueil de la vie.
En fait, c’est parce que c’est avec ces trois genres de convoitises avec lesquelles nous traitons dans nos vies de foi que nous tombons souvent dans les choses du monde. A cause de cette convoitise de la chair, de la convoitise des yeux, et de l’orgueil de la vie, nos vies de foi sont interrompues, bien que nous soyons sauvés. Et cela m’attriste profondément de voir cela se produire.
La Bible nous dit souvent d’attendre le jour du retour de notre Seigneur et de persévérer jusqu’à ce jour, comme il est écrit en Jacques 5:7: «Soyez donc patients, frères jusqu’à l’avènement du Seigneur». Comme la Bible nous y encourage, je crois que jusqu’à ce jour, nous devons consacrer nos vies à répandre l’évangile de l’eau et de l’Esprit et à persévérer dans cette œuvre précieuse jusqu’à la fin.
Je sais, bien sûr, qu’une telle vie de patience est dure à mener. Nous passons par des difficultés non pour une raison particulière, mais à cause de la convoitise de la chair, de la convoitise des yeux, et de l’orgueil de la vie. Bien sûr, vous pouvez considérer ces trois choses comme n’étant rien pour vous, mais les combattre et suivre le Seigneur peut être difficile et douloureux.
L’apôtre Jean nous dit ici en 1 Jean 2:15: «N’aimez pas le monde, ni les choses qui sont dans le monde. Si quelqu’un aime le monde, l’amour du Père n’est point en lui.» Effectivement, si nous aimons les choses du monde ne serait-ce qu’un peu, et si la convoitise de la chair, la convoitise des yeux, et l’orgueil de la vie qui aime le monde vient dans nos cœurs doucement, cela devient d’autant plus difficile pour nous de mener nos vies de foi.
Cela ne signifie pas, cependant, qu’en tant que Chrétiens nous devons être coupés des biens du monde. Notre Seigneur ne nous dit pas de quitter le monde et de vivre retranchés. Plutôt, ce qu’Il nous dit c’est de rejeter notre convoitise. Le Seigneur ne nous a pas dit non plus de mépriser le monde. Il nous a dit, cependant, de faire attention à ces trois sortes de convoitises dans nos cœurs.
Jusqu’au dernier jour, nous devons vivre en prêchant l’évangile, car devant nous, il y a tant d’âmes qui n’ont toujours pas reçu la rémission des péchés. Ce n’est pas une tâche facile, c’est difficile de répandre l’évangile de l’eau et de l’Esprit à tous avant la fin de notre vie. Mais, peu importe quand notre Seigneur reviendra, et peu importe quand nous nous tiendrons en Sa présence, nous devons prêcher l’évangile de l’eau et de l’Esprit jusqu’à ce jour là. Je remercie le Seigneur de nous avoir placés dans Son Eglise, nous protégeant spirituellement, et nous permettant de prêcher l’évangile de l’eau et de l’Esprit, car nous sommes tels que nos cœurs sont attirés par le monde facilement, et que nous ne pourrions tout simplement pas servir l’évangile.
Je vois combien il est difficile de garder un cœur de foi. Je crois que c’est plus difficile que le travail physique. Le travail physique n’est pas si dur, et il n’est pas si difficile de vivre dans le monde – nous faisons ce que nous avons à faire. Mais que nos cœurs s’éloignent de Dieu est le plus grand mal, et c’est pourquoi cela pose problème et trouble. Donc la Bible nous encourage: «Garde ton cœur plus que toute autre chose car c’est de lui que viennent les sources de la vie» (Proverbes 4:23). Quand même, parce que le Seigneur a expié nos péchés, je crois que si nous ne tombons pas dans ces trois convoitises trop profondément, ce n’est pas un problème insurmontable.
Combien d’âmes y a-t-il encore à qui nous devons prêcher l’évangile de l’eau et de l’Esprit? Pour que ces âmes croient en l’évangile de l’eau et de l’Esprit et soient sauvées de leurs péchés, nous devons garder nos cœurs, nous détourner des mauvaises voies, et vivre par la foi.
Qui sait quand la Grande Tribulation de sept ans viendra dans ce monde? En ces temps, les signes des temps de la fin apparaissent partout. Vous avez peut être entendu parler des changements climatiques et des désastres naturels qui en résultent. La banquise polaire est en train de fondre rapidement. Il n’y a aucun doute au sujet d’un réchauffement global. De grands désastres naturels dus à ces changements climatiques comme El Niño sont devenus des événements annuels.
De plus, cette époque est pleine de tensions et de conflits parmi les nations. Les guerres et les attaques terroristes éclatent sans cesse dans ces temps-ci. Et quand nous pensons à la façon de prêcher l’évangile à notre propre famille et aux âmes de par le monde entier, et comment vivre par la foi jusqu’au retour de notre Seigneur, nous ne pouvons que nous appuyer sur notre foi en le Seigneur. Et c’est aussi la raison pour laquelle nous devons garder nos cœurs avec diligence.
L’apôtre Jean dit: «N’aimez point le monde, ni les choses qui sont dans le monde. Si quelqu’un aime le monde, l’amour du Père n’est point en lui; car tout ce qui est dans le monde, la convoitise de la chair, la convoitise des yeux, et l’orgueil de la vie, ne vient point du Père, mais vient du monde. Et le monde passe, et sa convoitise aussi; mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure éternellement» (1 Jean 2:15-17).
Qui n’aime pas les choses du monde? C’est parce que tout le monde les aime que Jean nous dit de ne pas aimer les choses du monde. Bien que nous aimions les choses du monde, pour prêcher l’évangile de l’eau et de l’Esprit aux gens, nous devons nous contrôler de sorte que nos cœurs ne sombrent pas dans le monde. Il nous est difficile de ne pas aimer le monde puisque nous y vivons, mais quelle que soit la raison, si nous aimons ce monde, il n’y a pas de place pour l’amour de Dieu dans nos cœurs, et si nous aimons le monde, nous ne pouvons pas prêcher non plus l’évangile de l’eau et de l’Esprit aux gens. C’est pour cela que nous ne devons pas aimer ce monde.
L’évangile de l’eau et de l’Esprit en lequel vous croyez déjà n’est pas si simple intellectuellement, ni facile à saisir. Des gens disent que croire en l’évangile de l’eau et de l’Esprit est simple comme respirer, mais c’est difficile quand il faut d’abord enlever tous les mensonges que les faux enseignants ont répandus.
Donc répandre l’évangile de l’eau et de l’Esprit n’est possible que lorsque nous avons le cœur du Père qui aime les âmes. Si nous avons l’amour du Seigneur dans nos cœurs, alors tout ce que nous avons à faire c’est répandre cet amour. Mais si cet amour de Dieu n’est pas dans nos cœurs, et que tout ce que nous aimons c’est le monde, alors il n’y a rien de plus difficile qu’essayer de répandre cet amour. Comme nous avons été parfaitement sauvés de nos péchés en croyant en l’évangile de l’eau et de l’Esprit, nous devons absolument garder nos cœurs si nous prêchons ce vrai évangile jusqu’au retour du Seigneur. Nous devons servir l’évangile de l’eau et de l’Esprit, en d’autres termes, en changeant nos cœurs faux, en les corrigeant, en nous approchant du Seigneur, et en rejetant la convoitise qui entre en nous. C’est seulement quand nous nous détournons, pas à pas, de nos cœurs qui se sont perdus que nous pouvons servir l’évangile de l’eau et de l’Esprit.
Le passage d’aujourd’hui dit: «Et le monde passe, et sa convoitise aussi ; mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure éternellement.» Mes chers croyants, ce temps est le dernier. Parce que le temps est proche, Satan fait tout ce qu’il peut pour que tous aiment ce monde. L’avancée technologique a exposé chacun à des tentations qui provoquent la convoitise. Par ces choses du monde, Satan essaie de tout voler – nos yeux, nos oreilles, nos lèvres, nos mains, nos pieds, et même nos cœurs.
Quand ce temps passera, il ne restera rien du tout dans ce monde, sinon la guerre, les tremblements de terre, les désastres, et les tribulations. Seule la destruction viendra sur ce que l’humanité a bâti. Jusqu’à ce jour, l’humanité a poursuivi sans relâche des sciences et des technologies avancées, mais comme les découvertes et les inventions ne sont pas utilisées que pour le bien, ils seront détruits par les choses qu’ils ont eux-mêmes créées.
C’est pour cela que Dieu nous dit en ces temps: «N’aimez pas le monde, ni les choses qui sont dans le monde.» Alors qu’il est bon de jouir des choses du monde, il n’est pas bon de les aimer dans nos cœurs. Il est bon de régner sur les choses du monde, d’en jouir, et de les gérer correctement en en faisant un bon usage à de bonnes fins.
Mais peu importe combien d’argent nous avons dans ce monde, combien de choses dont nous pouvons être fiers, et avoir même le pouvoir de régner sur le monde, si ce monde et nous-mêmes allons à la destruction, tout sera complètement inutile. C’est parce que l’apôtre Jean le savait très bien qu’il nous dit ici dans la Bible: «N’aimez pas le monde, ni les choses qui sont dans le monde.» Il nous dit de ne pas aimer les choses du monde parce que si nous les aimons, l’amour de Christ n’est pas en nous.
Nous devons mettre ce message dans nos cœurs et le méditer encore et encore, même si c’est difficile. Ces trois genres de convoitise sont toujours proches de nous, pour que nous soyons tentés de les suivre à tout moment. Mais si nous suivons les convoitises de la chair, l’amour du Père disparaîtra de nos cœurs et nous serons coupés de Son amour qui sauve. Donc, nous devons toujours être prudents quant aux choses du monde, et au lieu de les aimer, nous devons nous consacrer davantage encore à répandre l’évangile de l’eau et de l’Esprit.
De quoi avons-nous, vous et moi, le plus besoin en ces temps? Quel est le plus grand problème auquel vous et moi faisons face? C’est l’amour du monde. Si quelque chose est mal dans nos cœurs et que nous vivons nos vies de foi seulement en émotion, cela signifie que nous servons au moins l’une des trois convoitises – la convoitise de la chair, la convoitise des yeux, ou l’orgueil de la vie. Si nous suivons le monde et nos propres convoitises, nous ne pouvons mener une bonne vie de foi, et nous finirons par périr, comme notre famille.
Donc nous devons veiller et être conscients de ces convoitises charnelles. Bien que ces convoitises soient dans notre cœur, nous devons réaliser qu’elles ne sont pas de Dieu. La convoitise de la chair, en d’autres termes, vient du monde et de Satan. De plus, convoiter quelque chose ne signifie pas que cela satisfait une fois obtenu. C’est seulement quand Dieu le Père nous permet d’avoir quelque chose que c’est à nous. La Bible déclare: «Si l’Éternel ne bâtit la maison, Ceux qui la bâtissent travaillent en vain; Si l’Éternel ne garde la ville, Celui qui la garde veille en vain» (Psaumes 127:1). Donc que nos cœurs convoitent quelque chose est insensé, et il est sage de veiller et de surmonter cela.
Si nous voulons maintenir nos vies de foi jusqu’au retour du Seigneur, nous devons nous rappeler ce message que Dieu nous donne ici: «N’aimez pas le monde ni les choses qui sont dans le monde.» C’est seulement en nous rappelant ce commandement de Dieu que nous pouvons maintenir nos vies de foi jusqu’au retour du Seigneur. Si nous n’avons pas l’amour de Christ dans nos cœurs, nous ne pouvons mener nos vies de foi, car c’est par le cœur et la foi qu’on peut la mener. C’est pour cela que nous devons rejeter notre amour pour ce monde jusqu’à ce que l’amour de Christ germe dans nos cœurs à la place. C’est seulement quand nous rejetons cet amour du monde que l’amour du Père peut venir dans nos cœurs, et que nous pouvons aussi servir le Seigneur, Le suivre volontairement, porter des fruits spirituels avec Lui, et recevoir la fertilité de la terre, les bénédictions abondantes, et les soins de Dieu le Père aussi. Pour que nous soyons bénis corps et esprit, nous ne devons pas aimer les choses du monde, mais devons surmonter la convoitise de la chair et nous en détourner.
Ce n’est vraiment pas si difficile de vivre une vie de foi. Nous pouvons mener cette vie de foi juste en gardant nos cœurs avec diligence, mais si nous ne le faisons pas, tout s’écroule. A chaque année qui passe, nous faisons un pas de plus vers le retour du Seigneur, et il semble que nous nous sommes endormis et aimons de plus en plus ce monde alors que nous sommes supposés L’attendre. Dans la parabole des dix vierges attendant l’époux, même les cinq vierges sages se sont endormies. En ces temps de la fin, le monde entier semble endormi comme ces vierges. Néanmoins, rejetons de nos cœurs l’amour du monde, vivons chaque année en faisant l’œuvre du Seigneur, recevant ses bénédictions, et portant d’abondants fruits spirituels qui sauvent les âmes, puis nous rencontrerons notre Seigneur avec beaucoup de joie.
Si vous sentez quelque chose s’étouffer et suffoquer dans votre cœur en vivant votre vie de foi, et si vous trouvez que vous vous sentez vide intérieurement en servant le Seigneur extérieurement, c’est surement parce que votre cœur aime le monde, donc l’amour du Père n’y est pas. Il n’y a pas d’autre raison. Notre Seigneur veut demeurer en nous et marcher avec nous.
Si nous aimons le monde, Dieu le Saint Esprit en nous est jaloux et fâché contre nous disant: «Je suis en toi et tu n’es pas satisfait en Moi?» Parce que le Maître en nous c’est le Saint Esprit, quand notre Maître est fâché et blessé, notre homme extérieur est blessé aussi, et nous sommes fâchés et impatients au sujet de choses minimes, et nous devenons durs et aveugles spirituellement. Ainsi, nous devons rejeter l’amour du monde de nos cœurs, demander ce dont nous avons besoin par la foi, et remplir notre rôle en gérant ce que nous avons avec sagesse. Nous devons aussi aimer Christ, vivre la vie bénie qui reçoit beaucoup de bénédictions spirituelles et matérielles de Lui et partager avec les autres jusqu’au jour où nous rencontrerons le Seigneur.
Si cet amour du monde s’accroche à votre cœur ou mon cœur, débarrassons-nous-en régulièrement. Il semble que nous devrions le faire au moins une fois par semaine. Une fois sauvé, nous sommes pour toujours sauvés, mais nous devons fréquemment filtrer ces sédiments à enlever de nos cœurs. Il arrive que l’amour de ce monde ou les trois convoitises de la chair grandissent dans nos cœurs. Dans nos cœurs, il y a des résidus de notre amour pour le monde, ce n’est pas seulement notre cas à vous et moi, mais tout le monde est comme cela.
Ceci étant, comment mener nos vies de foi? Comme nos maisons sont propres parce que nous les nettoyons et les époussetons chaque jour, c’est en lavant nos cœurs de l’amour de ce monde que nous menons nos vies de foi. Avant chaque fête de la Pâque, les Israélites devaient enlever le levain de leurs maisons (Exode 12:15). Le Seigneur nous exhorte: «Gardez-vous avec soin du levain des pharisiens et des sadducéens» (Matthieu 16:6). Il nous prévient que nous devrions nous garder du légalisme et du sécularisme. Si nous permettons à nos cœurs d’aimer ce monde constamment, même un tout petit peu de ce levain agira dans nos cœurs, et nous finirons par faire face au jugement.
Donc, nous devons laver cet amour pour ce monde de nos cœurs, pensez à la façon dont le Seigneur nous a sauvés, à la bénédiction qu’Il nous a donnée, et bien que nous ne soyons pas capables de faire de grandes choses, faire ce qui plaît au Seigneur, même si c’est petit. Puis nous verrons le Seigneur.
 


Attention à la beauté des filles de l’homme


Regardons en Genèse 6:1-4: «Lorsque les hommes eurent commencé à se multiplier sur la face de la terre, et que des filles leur furent nées, les fils de Dieu virent que les filles des hommes étaient belles, et ils en prirent pour femmes parmi toutes celles qu’ils choisirent. Alors l’Éternel dit: Mon esprit ne restera pas à toujours dans l’homme, car l’homme n’est que chair, et ses jours seront de cent vingt ans. Les géants étaient sur la terre en ces temps-là, après que les fils de Dieu furent venus vers les filles des hommes, et qu’elles leur eurent donné des enfants: ce sont ces héros qui furent fameux dans l’antiquité.»
Cette époque semble être une répétition de ce dont Genèse 6 parle. Dieu nous dit que maintenant, cette époque est comme l’époque de Noé, et que la fin approche: «Comment viendra la fin du monde? Que se passera-t-il à la fin du monde? A quoi devons-nous faire attention?» Je crois que c’est ce que Dieu nous dit.
Au temps de Noé, les hommes se multipliaient sur la terre, et le péché se répandait. Et le peuple de Dieu, abandonnant la foi étant ivre du monde, était aussi devenu méchant. Dieu ne pouvait pas laisser ce monde tel quel, et décida de le juger.
Pourquoi, alors, le peuple de Dieu se perdit-il spirituellement? C’est parce que les fils de Dieu, voyant la beauté des filles des hommes, prirent celles qu’ils aimaient pour femme (Genèse 6:1). Alors, Dieu dit: «Mon Esprit ne restera pas dans l’homme éternellement.» Qu’y avait-il de si important à propos de ce que Dieu dise ne pas demeurer en l’homme éternellement? Nous devons savoir pourquoi Dieu quitta les gens de ces temps là. Et nous devons voir ce que signifie vraiment ce passage.
Dieu eut tellement en horreur que Ses fils soient intoxiqués par la beauté des filles des hommes. Les êtres humains sont tous descendants d’Adam. Ces descendants d’Adam sont nés pécheurs, mais parmi eux, il y avait ceux qui étaient nés de nouveau et les autre. Comme le temps passa, cette terre fut très peuplée, mais parce que beaucoup ne croyaient pas mais étaient du monde, l’humanité fut divisée en deux genres : ceux qui croyaient en Dieu et Le suivaient, et les gens qui étaient du monde. Au temps de Noé, le péché était si répandu sur la terre que même les fils de Dieu étaient tentés par la beauté des filles des hommes. C’est la raison pour laquelle Dieu se sépara de l’humanité et jugea la terre.
Nous devons comprendre ici ce que signifie «la beauté des filles des hommes», et pourquoi nous devons être attentifs à ce passage. Le passage de Genèse 6 que nous considérons ici donne une description du monde juste avant que Dieu n’exerce Son jugement du déluge. Nous pouvons voir que ce temps était très similaire aux jours d’aujourd’hui, comme il est écrit: «Ils veulent ignorer, en effet, que des cieux existèrent autrefois par la parole de Dieu, de même qu’une terre tirée de l’eau et formée au moyen de l’eau, et que par ces choses le monde d’alors périt, submergé par l’eau, tandis que, par la même parole, les cieux et la terre d’à présent sont gardés et réservés pour le feu, pour le jour du jugement et de la ruine des hommes impies» (2 Pierre 3:5-7).
Alors que cela signifie-t-il lorsqu’il est dit ici que les fils de Dieu furent captivés par les filles des hommes et les prirent pour femmes, et qu’ainsi, ils furent abandonnés et jugés par Dieu? Nous devons d’abord comprendre ce qu’est cette «beauté des filles des hommes». La beauté des filles des hommes désigne littéralement la beauté du corps. Les fils de Dieu, en d’autres termes, furent ivres de la beauté physique des femmes.
La Bible nous dit que dans les temps ancien de l’Ancien Testament aussi, beaucoup de gens périssaient suivant la beauté physique et l’attirance sexuelle. La beauté des filles des hommes se réfère à des éléments qui expriment l’attirance physique comme une grande taille, de longues jambes, un corps fin, des visages voluptueux, de grands yeux, de grands nez, des lèvres sexy, et ainsi de suite. Voyant donc ce qui plait aux yeux de la chair, les fils de Dieu étaient intoxiqués et prirent les filles des hommes pour femmes.
Ici donc, en ces temps là, nous devons examiner attentivement si nous, fils de Dieu aujourd’hui qui sommes nés de nouveau en croyant en l’évangile de l’eau et de l’Esprit, pouvons aussi être attirés par la beauté des filles des hommes et être captivés. Ne nous connaissant pas bien, nous pourrions dire que nous ne sommes pas comme cela, mais nous devons nous examiner sérieusement et voir si nous sommes attirés ou non involontairement par la beauté des filles des hommes, et nous devons trouver quoi faire.
Est-il possible que les fils de Dieu voient et tombent sous l’emprise de la beauté des filles des hommes? C’est possible. En fait, d’une perspective spirituelle, cette beauté n’est rien. Quand nous regardons dans une perspective biblique, nous découvrons que cette beauté physique ne vaut en fait rien du tout. Mais quand nous n’avons pas cette connaissance biblique, le monde semble beau, et nous avons souvent des tentations.
Les gens de ce monde préfèrent les longues jambes aux courtes, et ils considèrent les corps longs, fins, et aux courbes formées comme beaux. Ils sont si attirés par cela que cela occupe leurs pensées, en dépit du fait que, si nous y pensons un peu, ces attributs physiques ne valent rien. Comme Cléopâtre succomba étant donc réduite à rien, et comme les plus belles fleurs sèchent et fanent, peu importe qu’une femme soit la plus belle du monde entier, quand elle vieillit puis meurt, tout est fini, en vain. Pour les gens les plus attirants du monde, la gloire de leur beauté n’est qu’éphémère, ne durant que quelques années.
Dans l’Ancien Testament, les fils de Dieu virent combien les filles des hommes étaient belles, et étant ivres de cette beauté, ils prirent ces filles pour femmes et vécurent ensemble. En d’autres termes, les fils de Dieu étaient tombés tête la première sur les filles des hommes, et étaient devenus uns avec elles. Quel grand péché est-ce qu’ils tombent sous l’emprise de la beauté du monde qui est destinée à passer à la fin et dont ils se lasseront eux-mêmes, et abandonnent par là la Parole éternelle de Dieu?
Ceux qui ne sont pas nés de nouveau sont pécheurs même en faisant de leur mieux. Et peu importe qu’ils soient beaux, la différence n’est qu’épidermique. Nous ne pouvons même pas les comparer à ceux qui sont nés de nouveau. Quand nous regardons spirituellement, ceux qui sont nés de nouveau sont les plus beaux. Etre captivé par les filles des hommes, dont les âmes ne sont pas nées de nouveau, est une grande erreur. La chair peut animer nos pensées charnelles, mais la grande erreur c’est que même leurs pensées spirituelles sont infectées par leur convoitise charnelle.
Quand je regarde aux temps présents, je trouve que c’est exactement pareil qu’au temps de Noé juste avant le déluge, quand ces fils de Dieu furent captivés par les filles des hommes et les prirent pour femmes. Je me demande si une telle époque, où les fils de Dieu furent détruits pour avoir succombé à la beauté des filles des hommes, n’est autre que ce temps où nous vivons.
Dans des temps comme cela, où le peuple de Dieu s’unit à des gens qui ne sont pas nés de nouveau, la colère de Dieu est provoquée. Ces temps, où les fils de Dieu sont attirés par les femmes qui ne sont pas nées de nouveau (ou les filles de Dieu par les hommes sans Dieu), se marient et se mettent ensemble, arrivera en ces derniers temps. Comme Jésus dit: «Quand le fils de l’homme viendra, trouvera-t-Il la foi sur la terre?» (Luc 18:8), je me demande si ce n’est pas ainsi que tous périront.
Qu’en est-il de vous? N’êtes-vous pas aussi attiré par cette beauté du monde? Si vous regardez votre cœur et confessez honnêtement, vous devez le reconnaître. Comme nous sommes humains, il est possible que nous ayons de ces pensées, mais nous devons trouver bon de savoir au moins que nous avons ces désirs. Ce qui est le plus effrayant c’est la possibilité de ne pas réaliser que nous avons ces convoitises et cet amour pour le monde quand c’est le cas, car lorsque dans notre ignorance nous tombons sous l’emprise de la beauté des filles des hommes, nous pourrions bien être incapables d’y échapper. Si nous savons que nous avons ces désirs, nous sommes plus prudents. Je dis, en d’autres termes, que nous devons réaliser que nous avons cette tendance, et que nous devons donc faire attention à ces aspects charnels.
Aussi, nous ne devons pas avoir une double pensée. Comme il est écrit en Jacques 4:8: «Purifiez vos cœurs, hommes irrésolus», nous ne pouvons avoir un cœur partagé. Nous ne pouvons servir Dieu et le monde. Nous devons nous aimer les uns les autres selon les liens qu’Il tisse, et ne pas être captivés et tomber sous l’emprise de la beauté de ceux qui ne sont pas nés de nouveau. Si cela arrive, ce sera la fin du monde.
Combien de beaux païens y-a-t-il de nos jours? Ils regardent seulement aux apparences extérieures, exhibant de longues jambes, de belles figures, de grandes femmes aux beaux visages comme des reines de beauté.
La Genèse nous dit que les fils de Dieu prirent les femmes des hommes et firent des enfants, que ces descendants étaient des géants, et qu’il y en avait beaucoup. Il nous est dit aussi qu’ils étaient forts et renommés. Ils étaient, en d’autres termes, grands, forts et habiles.
Qu’en est-il de ce temps-ci? Comme nous aussi sommes humains, nous aimons aussi les hommes grands et bien bâtis, les femmes belles et fines, mais cette époque met plus l’accent sur ces aspects superficiels que ce n’était le cas pendant que les géants étaient sur terre. Nous aussi avons des yeux, et nous voyons ce qu’il faut voir, comme nous avons des oreilles, nous entendons ce qu’il faut, comme nous avons une tête, nous pensons à ce qu’il faut, comme nous avons des pensées, nous sentons ce qu’il faut, et comme c’est dans l’environnement de ce monde que nous vivons, nous sentons tout ce qu’il y a à sentir, que nous croyions ou non en l’évangile de l’eau et de l’Esprit.
Donc, si nous perdons nos cœurs étant attirés par la beauté des filles des hommes, il n’y a pas moyen de bien vivre nos vies de foi. Particulièrement pour vous et moi qui vivons en ces temps, les tentations du monde sont encore plus pressantes, et cela demande beaucoup d’efforts pour les rejeter.
Pour ceux d’entre nous qui font l’œuvre de Dieu, le plus grand ennemi c’est la beauté des filles des hommes – c’est-à-dire, la beauté de ce monde. Bien plus dangereuse que des attaques armées est la beauté des filles des hommes que nous voyons de nos yeux, la beauté du monde. C’est pour cela que notre Seigneur nous dit ici que si nous tombons sous l’emprise de cette beauté, notre foi prendra fin et nous irons inévitablement à la destruction.
Donc, nous devons nous assurer que nos cœurs sont sanctifiés. Si nous avons ce genre de convoitises, nous devons sanctifier nos cœurs et les rendre justes en croyant en l’évangile de l’eau et de l’Esprit.
Mes chers croyants, combien la beauté du monde qui nous entoure nous confond-elle? Il y a tant de tentations dans ce monde cherchant des opportunités pour s’infiltrer dans les petites failles de nos yeux, de nos cœurs, de nos pensées et de notre raison. Elles ne sont pas loin de nous, mais tout autour. Nous devons graver dans nos cœurs le fait que si nous les suivons dans le monde, nous finirons par nous soumettre à la convoitise de la chair, et manquerons d’accomplir l’œuvre précieuse qui consiste à servir l’évangile de l’eau et de l’Esprit. Nous ne devons pas suivre le monde, ni fricoter avec lui.
Parce que nous vivons maintenant dans une telle époque, tout est accessible virtuellement. Dans l’ancien temps, il fallait du temps pour qu’une rumeur se répande, mais aujourd’hui, il suffit de quelques heures à quelqu’un pour découvrir ce qui s’est passé la nuit dernière. Il y a une génération seulement, il fallait au moins un an pour qu’une mode se répande puis passe, mais maintenant, la mode vient et passe en quelques minutes. Par la Télévision, les journaux et Internet, nous pouvons facilement accéder à des informations détaillées sur tout, d’une question mondaine comme savoir quels vêtements portait telle star de la pop, ses chaussures, ses accessoires, et ses chansons, à la toute dernière mode, et à ce que développe la politique, la société, l’économie locale et internationale à cet instant précis. C’est précisément parce que les individus ont tant d’informations que ce temps est celui des flux d’information. C’est dans un tel temps, temps de confusion, de transition, et de développement rapide que nous vivons maintenant.
La civilisation du monde entier déborde de la beauté des filles des hommes. A cause de cela, il y a des endroits où ceux qui sont nés de nouveau sont déjà tombés sous l’emprise de la beauté des filles des hommes à un point considérable, sans même le réaliser. Comme nous suivons les convoitises de la chair et y tombons profondément, à un point qu’on aurait jamais imaginé auparavant, nous ne réalisons même pas notre condition, et nous trouvons tous, sans exception, pris dans cette culture – ce qui est encore pire, c’est qu’incapables de le reconnaître, nous tombons encore plus profondément sous l’emprise de la beauté des filles du monde.
Si ceux qui sont nés de nouveau par l’évangile de l’eau et de l’Esprit suivent la chair et sont captivés par la beauté des filles des hommes, de celles qui ne sont pas nés de nouveau, ils seront finalement détruits, car Dieu n’est plus avec eux. Donc, la Bible nous avertit: «Car il est impossible que ceux qui ont été une fois éclairés, qui ont goûté le don céleste, qui ont eu part au Saint Esprit, qui ont goûté la bonne parole de Dieu et les puissances du siècle à venir, et qui sont tombés, soient encore renouvelés et amenés à la repentance, puisqu’ils crucifient pour leur part le Fils de Dieu et l’exposent à l’ignominie» (Hébreux 6:4-6). Les Ecritures disent encore que ces gens finiront par être brûlés.
Le passage d’aujourd’hui, donc, nous dit que nous ne devons pas permettre à la convoitise de la chair de nous vaincre facilement, et ne pas être captivés par la beauté des filles des hommes, et souligne le fait que nous devons être attentifs à la façon de mener notre vie de foi.
A quoi, alors, devons-nous être le plus attentifs pour l’éviter? Nous devons éviter d’être captivés par la beauté des filles des hommes, de devenir un avec elles, de tomber dans la convoitise de la chair, et de finir par abandonner l’œuvre de Dieu. C’est ce à quoi nous devons faire attention dans nos cœurs.
Savez-vous comment étaient l’époque de Noé juste avant le déluge? Cette époque, comme aujourd’hui, était prospère. Des pays sont prospères maintenant, et avec cette prospérité vint une obsession individualiste, une beauté superficielle, la prévalence du péché, les cœurs endurcis, l’immoralité sexuelle. Mais comme l’époque de Noé était une époque prospère jusqu’à sa destruction, il y a de grandes possibilités que ce soit ce qui arrivera à notre époque.
De par le monde entier, cette culture d’hédonisme s’est développée et répandue, par tous les médias possibles, des films aux vidéos, par les chants, les jeux, Internet. Même dans des pays moins prospères, cette industrie qui prône le plaisir de la beauté de la chair est avancée et avance, alors que beaucoup souffrent de la faim. Regardez l’image de ce monde qui rappelle l’époque du déluge de Noé. La Bible nous dit d’avoir la foi de Noé, qui, connaissant son époque et croyant en l’évangile de l’eau et de l’Esprit, sauva sa vie et celle de sa famille.
Le monde d’aujourd’hui se réserve pour le feu jusqu’au Jour du Jugement et la perdition des hommes impies (2 Pierre 3:7). En d’autres termes, Dieu consumera ce monde par le feu. Qu’en est-il de cet âge? Il ne fait aucun doute que ce temps approche de sa propre destruction. C’est un âge qui est pleinement rempli de la beauté des filles des hommes. Et c’est un âge où il se peut que les fils de Dieu soient captivés par leur beauté.
La triste réalité c’est que même ceux qui clament ostensiblement croire en Dieu et Le suivre, loin de rendre témoignage aux inconvertis, sont fascinés et gagnés par elles. Nous devons nous rappeler ici de ce que le Seigneur nous a dit, qu’Il viendrait quand les temps seraient tels que les fils de Dieu, loin de prêcher l’évangile aux inconvertis, seraient séduits par elles et saturés par leur chair, suivraient le monde. Quand cela arrivera, ce sera la fin du monde.
Nous aussi devons reconnaître et réaliser que nous pourrions tomber dans cette corruption, et si cela arrivait, nous serions détruits. Nous devons faire attention à ce genre de tentation; et jusqu’au jour du retour du Seigneur, nous devons rester sur nos gardes, veiller, prier, et garder nos cœurs. Nous ne devons pas suivre la beauté de ceux qui doivent encore naître de nouveau et être tentés par le monde d’abandonner l’œuvre de Dieu. Nous devons réaliser qu’il nous faut garder notre foi en l’évangile de l’eau et de l’Esprit dans nos cœurs et faire l’œuvre de Dieu jusqu’à la fin, ne pas être capturés par le monde en suivant les convoitises de la chair. Nous devons sanctifier nos cœurs en croyant en l’évangile de l’eau et de l’Esprit, et garder nos cœurs toujours purs.
Nous sommes les fils de Dieu. Nous ne devons pas être captivés par la beauté des filles des hommes. Nous ne devons pas la suivre. Nous tous, nos frères, nos sœurs, et les serviteurs de Dieu aussi, ne devons pas la suivre. Si nous la suivons, ce sera notre destruction. Si ceux qui sont nés de nouveau suivent la beauté du monde, ils seront eux-mêmes détruits, mais plus il y en a, plus vite ce monde sera jugé. Il n’y aura plus d’espoir dans ce monde.
Nous devons être conscients de ces faiblesses en nous et faire attention, réalisant qu’il est possible que nous tombions dans ce monde pécheur. Et ayant la foi, nous ne devons pas, en ces temps où le retour du Seigneur est imminent, être trompés par les tentations et les séductions du monde, ni suivre les convoitises de la chair et abandonner le reste. Ayant foi en le fait que nous sommes nés de nouveau d’eau et d’Esprit en Jésus Christ, nous devons vivre dans la pureté. Et nous devons fortifier notre foi pour ne pas tomber sous l’emprise de la beauté de ce monde; nous devons nous battre contre cela pour ne pas trahir le Seigneur finalement.
J’espère sincèrement et prie qu’en ces temps, où la fin est si proche, personne ne finisse par abandonner sa foi. Une fois né de nouveau, vous ne devez pas trahir le Seigneur, votre Sauveur, ni suivre la beauté des filles des hommes.
Suivre les filles des hommes ne signifie pas seulement que des hommes suivent des femmes et des femmes suivent des hommes. Plutôt, suivre la popularité, le pouvoir, la richesse ou la beauté de ce monde c’est suivre la beauté des filles des hommes.
Donc, au lieu de suivre simplement la richesse de ce monde, la popularité, la beauté physique, ou tout ce qui est beau dans ce monde, nous devons nous rappeler que le Seigneur nous a donné la grande foi en l’évangile de l’eau et de l’Esprit, garder cette foi, remercier Dieu, et sanctifier nos cœurs pour les garder purs en tout temps.