Sermons

Sujet 22: L’Evangile de Luc

[PARTIE 19-9] Remercions le Seigneur pour Sa grâce de nous avoir choisis (Luc 19:28-40)

Remercions le Seigneur pour Sa grâce de nous avoir choisis(Luc19:28-40)
“Après avoir ainsi parlé, Jésus marcha devant la foule, pour monter à Jérusalem. Lorsqu'il approcha de Bethphagé et de Béthanie, vers la montagne appelée montagne des oliviers, Jésus envoya deux de ses disciples, en disant: Allez au village qui est en face; quand vous y serez entrés, vous trouverez un ânon attaché, sur lequel aucun homme ne s'est jamais assis; détachez-le, et amenez-le. Si quelqu'un vous demande: Pourquoi le détachez-vous? Vous lui répondrez: Le Seigneur en a besoin. Ceux qui étaient envoyés allèrent, et trouvèrent les choses comme Jésus leur avait dit. Comme ils détachaient l'ânon, ses maîtres leur dirent: Pourquoi détachez-vous l'ânon? Ils répondirent: Le Seigneur en a besoin. Et ils amenèrent à Jésus l'ânon, sur lequel ils jetèrent leurs vêtements, et firent monter Jésus. Quand il fut en marche, les gens étendirent leurs vêtements sur le chemin. Et lorsque déjà il approchait de Jérusalem, vers la descente de la montagne des oliviers, toute la multitude des disciples, saisie de joie, se mit à louer Dieu à haute voix pour tous les miracles qu’ils avaient vus. Ils disaient:
Béni soit le roi qui vient au nom du Seigneur!
Paix dans le ciel, et gloire dans les lieux très hauts!
Quelques pharisiens, du milieu de la foule, dirent à Jésus: Maître, reprends tes disciples. Et il répondit: Je vous le dis, s 'ils se taisent, les pierres crieront!”
 

Le passage des Ecritures d’aujourd’hui rapporte un épisode qui s’est produit quand Jésus sur Son chemin vers Jérusalem pour être cloué à la Croix. Quand Jésus est arrivé à Béthanie, Il a dit à Ses disciples: “Allez au village qui est en face; quand vous y serez entrés, vous trouverez un ânon attaché, sur lequel aucun homme ne s'est jamais assis; détachez-le, et amenez-le. Si quelqu'un vous demande: Pourquoi le détachez-vous? Vous lui répondrez: Le Seigneur en a besoin.”Ayant entendu cela, les disciples sont allés dans le village et ont fait ce que Jésus leur avait demandé de faire. 
Quand les disciples de Jésus sont entrés dans le village en face, ils ont effectivement vu un ânon attaché. A l’époque, les ânons étaient habituellement attachés à un pieu dans la cour. Les disciples ont commencé à détacher l’ânon sans rien dire à son propriétaire, comme si c’était le leur. Si quelqu’un faisait quelque chose comme cela de nos jours, ce serait certainement un crime et il serait arrêté. Bien sûr, à l’époque un tel acte était aussi du vol. Jésus savait très bien cela, mais Il a quand même demandé aux disciples de le faire.
Ayant ainsi détaché l’ânon, les disciples de Jésus le Lui ont amené. Ils ont ensuite enlevé leurs vêtements et les ont mis sur le dos de l’ânon comme une selle, et ils ont installé Jésus dessus. Et alors que l’ânon commençait à marcher, beaucoup de gens ont jeté leurs habits sur la route, et il est entré à Jérusalem avec Jésus sur son dos.
Un ânon est un animal destiné à porter des charges durant toute sa vie. Mais Jésus a dit aux disciples de détacher l’ânon attaché, et quand il Lui a été amené, Il est monté sur son dos. Le fait que le Seigneur monte sur cet ânon, dont la destinée était de porter des charges, est en soi un événement significatif. C’était le sort de l’ânon de porter de lourdes charges chaque jour, mais puisque Jésus l’a fait venir et est monté dessus, l’ânon a porté Jésus qui est saint et précieux, et alors qu’il est entré à Jérusalem avec Jésus sur son dos, il a reçu un énorme accueil avec Jésus.
Beaucoup de gens à l’époque ont accueilli Jésus quand ils l’ont vu entrer à Jérusalem sur un ânon. Cependant les Pharisiens ont dit au Seigneur: “Reprends tes disciples.” Le Seigneur leur a alors répondu: “s’ils se taisent, les pierres crieront!”La raison pour laquelle Jésus est entré à Jérusalem dans le passage des Ecritures d’aujourd’hui était d’être jugé et crucifié à Jérusalem. L’entrée de Jésus à Jérusalem a eu lieu comme conséquence du fait qu’Il avait été baptisé par Jean-Baptiste, et c’était une marche pour accomplir tout Son ministère en mourant et ressuscitant d’entre les morts après trois jours. En d’autres termes, Jésus est entré à Jérusalem pour ouvrir les portes du Ciel en accomplissant Son ministère qui avait commencé par Son baptême.
Mais la foule ne savait pas ce qui allait se passer. C’est pour cela que, lorsque notre Seigneur est entré sur l’ânon à Jérusalem, Ses disciples étaient très tristes, mais la foule, qui voulait voir Jésus, louait le Seigneur en criant: “Béni soit le roi qui vient au nom du Seigneur! Paix dans le ciel, et gloire dans les lieux très hauts!”Ils étaient si heureux de recevoir Jésus que l’ânon qui portait le Seigneur devait être très surpris. Peut-être qu’il a pensé en lui-même: “Ouah! Quand j’étais attaché chez mon maître, les gens me frappaient sans raison et tapaient comme si j’étais un sac de boxe. Mais maintenant que je porte Jésus, ils enlèvent leurs vêtements et les mettent devant moi, et posent des branches parfumées. Plus encore, ils s’inclinent même devant moi!”
 


Combien cet ânon devait-il être triomphant?


Avec tant de gens qui ont accueilli Jésus de façon si enthousiaste, l’ânon a dû se sentir plutôt triomphant, comme s’il méritait d’être accueilli. Il marchait juste avec Jésus sur son dos, mais les gens étaient si heureux de l’accueillir, et il a donc dû se sentir très heureux. L’ânon était probablement très surpris, pensant en lui-même:“Est-ce réel ou est-ce que je rêve? Je ne peux croire que tant de gens soient heureux de me voir. Les gens que je connaissais ne me nourrissaient même pas bien, et ils me frappaient ou tapaient quand ils me voyaient. Pourquoi ces gens m’accueillent-ils de façon si enthousiaste?” Si l’ânon était intelligent, il aurait réalisé qu’il était glorifié à cause de Jésus; sinon, il aurait couru dans le champ après avoir amené Jésus à Jérusalem et serait fou furieux en pensant que c’était sa propre œuvre. Quoi qu’il en soit, quand Jésus est entré à Jérusalem, l’ânon était très heureux, et Jésus aussi.
Peut-être que vous vous demandez ici quelle pertinence ce passage a pour nous. Mais le Seigneur veut nous donner une leçon très profonde à travers ce passage. Mes chers croyants, comme vous pouvez le voir ici, l’ânon qui portant Jésus a été grandement glorifié à cause du Seigneur. A partir de ce passage, nous devons réfléchir à la relation entre l’ânon et Jésus, et comment l’ânon a pu recevoir une telle gloire. En d’autres termes, nous devons réfléchir ici sur ce que ce passage nous dit.
Depuis la naissance, chaque ânon est destiné à porter des charges pour toute sa vie. Après avoir été ainsi exploité durant sa vie entière, il est exclu comme un animal inutile s’il est blessé ou tombe malade. Il est alors tué et sa peau est utilisée pour faire des produits en cuir. Puisque l’âne est né pour être utilisé par les gens, il doit accepter sa destinée même si c’est dur. C’est le sort de tout âne. L’âne né sur la terre est destiné à porter des charges que cela lui plaise ou non, et il est né comme animal pour servir les êtres humains. C’est le sort de l’âne de servir les êtres humains en portant leurs charges pour eux.
Si c’est la destinée de l’ânon de porter des charges, quel est le sort des êtres humains? La même chose est vraie pour les êtres humains. Nous, aussi, sommes nés avec la destinée de servir quelqu’un et quelque chose dans nos vies. Tout comme c’est la destinée de l’âne d’être la possession de son propriétaire et de porter des charges toute sa vie pour le servir, c’est notre destinée humaine d’appartenir à quelqu’un, soit à Dieu soit quelqu’un d’autre. Nous devons réaliser clairement ici que tout le monde est destiné à appartenir soit à Dieu soit à quelqu’un d’autre, et à vivre sa vie entière pour son maître.
Bien que les gens de ce monde puissent sembler être libres, en réalités, ils sont liés par d’autres et retenus par le monde. Donc à moins qu’il n’y ait un changement, tout le monde doit vivre sa vie dans ce monde en servant quelqu’un d’autre. Même si les gens pensent vivre selon leur propre volonté, en réalité, la plupart des gens sont liés au monde, attirés partout où le monde les entraîne et servant quelqu’un d’autre jusqu’à leur mort. Ce sort n’est pas réservé à un groupe particulier de gens, mais c’est la destinée imposée à toute personne dans le monde. Presque tous les gens vivent et périssent sans être libérés de ce joug. 
En quoi notre sort humain est-il différent de celui de l’âne? Toute sa vie, l’âne doit travailler pour servir son propriétaire, et même quand il meurt, il doit tout donner à son propriétaire, y compris sa chair et sa peau. Pour ceux qui ne sont pas nés de nouveau, leur vie n’est pas différente de cette vie d’âne. C’est une grande illusion de penser que l’on vive par sa propre volonté alors qu’en fait on ne vit pas en tant qu’être libre devant Dieu. Mes chers croyants, à travers le passage des Ecritures d’aujourd’hui, Dieu nous dit que le sort de l’humanité est le même que le sort de l’âne. L’ânon dans le passage des Ecritures d’aujourd’hui est une analogie qui ne désigne pas moins que vous-même. 
 


Une fois nés dans ce monde, vous et moi sommes destinés à être liés à quelque chose 


Notre Seigneur dit: “Allez au village qui est en face; quand vous y serez entrés, vous trouverez un ânon attaché, sur lequel aucun homme ne s'est jamais assis; détachez-le, et amenez-le. Si quelqu'un vous demande: Pourquoi le détachez-vous? Vous lui répondrez: Le Seigneur en a besoin.”Nous devons tous être liés à quelque chose; la seule différence est de savoir si nous sommes liés à Dieu ou à quelqu’un d’autre. Fondamentalement, c’était notre sort d’être liés à ce monde, d’être assujettis à un autre être humain, et de suivre le cours de la vie jusqu’à la mort. Nous étions tous emprisonnés dans un tel sort pour périr seulement à la fin, mais un jour, notre Seigneur nous a libérés. Le Seigneur a ordonné de nous détacher de nos liens au monde et de nous amener vers Lui.
Et à ceux qui demandent: “Pourquoi les détachez-vous et les enlevez-vous?”, le Seigneur a dit de répondre: “Le Seigneur va les utiliser.” Notre Seigneur, le Maître de toute la création, a eu compassion de nous quand Il a vu comment nous vivions dans les liens de ce monde qu’Il a créé, et donc Il nous rend complètement libres. Quand le Seigneur a dit à Ses disciples de détacher et amener l’ânon qui était lié mais pas encore utilisé, Il disait qu’Il veut nous libérer pour Son usage, de même que les âmes non souillées qui sont liées au monde mais n’ont pas encore été entachées par lui. 
Nés sur cette terre, vous et moi devons servir soit Dieu soit quelqu’un d’autre. Nous ne pouvons servir deux maîtres, mais un seul; et quand nous sommes nés, nous étions fondamentalement liés au monde. Avant de naître de nouveau, nous étions tous liés par nos péchés et esclaves du monde. Tout au long de nos vies nous étions liés aux besoins basiques de vêtement, nourriture, et logement, nous étions tenus par la peur de la mort, nous étions inquiets pour notre âge et nos maladies, et nous avons aspiré à la gloire du monde et d’autres choses semblables. Nos vies étaient liées à ces soucis et ennuis. Obsédés seulement par la prospérité de notre propre chair, nous avons lutté pour assurer nos vies, nous inquiétant nous-mêmes: “Comment garder ma santé? Comment vivre longtemps? Comment devenir riche? Comment éviter de tomber malade?” Même si nous avons essayé de résoudre ces questions, en réalité ces choses sont devenues nos chaînes attachant la corde autour de nous de plus en plus.
Réfléchissez-y. Comment quelqu’un qui vit dans ce monde peut-il ne pas s’attacher à ces questions? Vraiment, les gens reconnaissent qu’ils ne peuvent pas échapper à ces liens, et donc ils les acceptent comme leur sort et sont liés par ce monde, essayant d’en tirer le maximum. Ainsi, il est inévitable à tout le monde d’être utilisé par quelqu’un d’autre à moins qu’il ne soit utilisé par Dieu, et quiconque ne demeure pas en Dieu ne peut qu’être lié pour toujours au monde.
 


Notre Seigneur nous a sauvés vous et moi du lien de tous les péchés 


“Je vais t’utiliser” dit le Seigneur lorsqu’Il nous a libérés de notre lien au monde. Parmi ceux qui ont été détachés pour l’usage du Seigneur, certains ont été utilisés avant les autres, et certains ont été formés pour un usage plus approprié. Quand le Seigneur nous utilise, Il ne nous utilise pas juste tels que nous sommes. Puisqu’Il ne peut pas utiliser ceux qui sont pécheurs, Il leur fait recevoir d’abord la rémission des péchés. Il les forme et les nourrit ensuite une fois qu’ils sont libérés de leurs péchés, pour qu’ils soient utilisés parfaitement. En d’autres termes, cela signifie que si les gens veulent être utilisés par le Seigneur, ils doivent avant tout croire en l’évangile de l’eau et de l’Esprit et naître de nouveau en tant que peuple de Dieu. Seuls les justes qui sont nés de nouveau d’eau et d’Esprit sont utilisés par le Seigneur comme Ses instruments précieux plutôt que par l’homme. Maintenant, alors que vous et moi avons reçu la rémission des péchés en croyant en l’évangile de l’eau et de l’Esprit, nous devons réfléchir en quoi nous devrions être utilisés, et quelle était notre destinée première.
Quel était, alors, notre sort fondamental sur cette terre? Que nous l’aimions ou non, c’était notre sort inévitable d’être liés par l’homme durant toute notre vie et le servir comme esclave jusqu’à notre mort. Même si aucun de nous ne veut accepter cela, nous ne pouvons faire autrement que l’accepter parce que nous sommes vraiment nés avec un tel sort. Admettez-vous cela, mes chers croyants?
Dans une société démocratique, les gens disent “Je suis une personne libre.” Je sais aussi que c’est ce que chacun de vous veut devenir. Cependant, bien que tout le monde veuille être libre, en réalité, personne dans ce monde n’est réellement libre. En particulier, l’âme de tout le monde est invariablement liée à une chose ou une autre, et donc c’est encore plus impossible à quelqu’un d’être libre. C’est juste que nous ne le réalisions pas nous-mêmes même si nous étions assujettis à d’autres humains et au monde depuis notre naissance, pour vivre en tant qu’esclaves. Mais le Seigneur a appelé des gens comme nous.
C’est précisément la question dont vous et moi devons être conscients. En d’autres termes, même si au commencement nous étions dans les liens comme l’ânon dans le passage des Ecritures d’aujourd’hui, nous devons être libérés par le Seigneur pour être utilisés comme Ses instruments précieux. Qu’en est-il de vous alors? Serez-vous utilisé par le Seigneur comme son instrument précieux, comme l’ânon qui devait être utilisé par le Seigneur? Ou continuerez-vous d’être lié par les autres dans l’esclavage pour être utilisé comme leur esclave? Si vous n’êtes pas utilisé par le Seigneur, alors il convient que vous soyez utilisé par les gens du monde assurément, car tout être humain est destiné à être utilisé d’une façon ou d’une autre. Ainsi, nous devons nous demander sans faute si nous serons esclaves du monde ou utilisé par le Seigneur plutôt. Si vous ne posez pas cette question fondamentale et remettez votre décision à plus tard, alors indépendamment de ce que peut être votre vraie intention, cela ne peut que signifier que vous avez décidé d’être esclave du monde. Vous ne devez jamais vous permettre d’être une telle bête insensée qui saute de la falaise sans même réaliser sa propre destruction imminente.
Bien qu’il y ait eu beaucoup d’ânons dans le monde, tous les autres ânons à part celui du passage des Ecritures d’aujourd’hui étaient des animaux indignes. Seul l’ânon qui a été utilisé par le Seigneur et L’a porté sur son dos était digne. Un âne est destiné à porter des charges lourdes toute sa vie, et être soit tué soit abandonné quand il est trop vieux ou malade pour être utile. Cependant, l’âne dans le passage des Ecritures d’aujourd’hui, qui n’avait jamais porté personne sur son dos, a été particulièrement choisi par le Seigneur pour Son usage. Si le Seigneur ne l’avait pas appelé, l’ânon aurait passé toute sa vie à porter de lourdes charges, mais sa vie a été changée en un instant grâce au Seigneur.
Dans l’ancien temps, les ânes étaient un moyen commun de transport, portant des charges lourdes dans les terrains difficiles. Et ce qu’ils portaient n’était pas seulement les sacs et charges habituels, mais cela incluait même des déchets humains. Il y a des gens dont le travail était d’enlever et porter les déchets humains, et ils utilisaient souvent un âne pour ce travail. Ils ramassaient les déchets dans des contenants et les attachaient sur l’âne, et l’âne devait les porter sur son dos. Peu importe combien la charge était lourde et pouvait sentir mauvais, c’était le sort de l’âne de le supporter, et il n’avait pas d’autre choix que porter la charge.
Parfois l’âne devait porter de l’urine, une tâche plus difficile que de porter des déchets solides, puisque cela bougeait et éclaboussait quand l’âne était en mouvement. Donc c’était plus dur pour l’âne d’équilibrer sa charge, mais il n’avait pas le choix, puisque c’était son sort de terminer le travail du jour peu importe la difficulté ou la saleté. De tels jours, l’âne devait faire spécialement attention à ses pas, puisqu’il pouvait finir baigné dans l’urine s’il trébuchait et tombait dans un fossé.
D’autres fois, l’âne portait une charge entière de fumier en décomposition. Un chariot était habituellement utilisé dans de telles occasions, puisqu’il y avait une limite à ce que l’âne pouvait porter sur son dos. D’autres charges lourdes, comme du grain ou du sel, étaient déplacées grâces à cette méthode. Le chariot était chargé à sa pleine capacité, pour être tiré par un âne ou un bœuf. Parfois, l’âne devait tirer un tel chariot lourd non seulement sur un chemin plat mais aussi sur une route montagneuse. C’était si lourd et difficile que les jambes de l’âne tremblaient. Et ce n’était pas comme si l’état des routes était bon à l’époque. S’il devait tirer le chariot dans un terrain difficile ou une route montagneuse, ce jour aurait très bien pu être son dernier jour, qu’il soit frappé à mort par le propriétaire ou qu’il meure d’épuisement. Quand la charge était trop lourde pour que l’âne puisse faire un pas de plus, le propriétaire le frappait sans pitié pour le forcer à avancer. Parfois, quand cela ne fonctionnait pas, le propriétaire pouvait pousser le chariot par l’arrière, mais l’âne pouvait toujours ne pas être en mesure d’avancer puisqu’il était trop épuisé. Il serait alors frappé à nouveau, et avec de la mousse dans la gueule, cet âne pourrait même mourir ce jour-là. 
C’était heureux si l’âne pouvait monter la colline même en étant frappé. Je me souviens d’un épisode de mon enfance où j’ai vu un âne lutter pour monter une colline difficile, et comment il ne pouvait plus avancer bien qu’on l’ait frappé sans pitié. En étant témoin de cela, j’ai soudainement entendu quelque chose claquer, et l’âne s’est écroulé sur place. La jambe de l’âne a craqué alors qu’il essayait de monter la colline sous les coups du propriétaire. Si l’âne avait rencontré un bon propriétaire, il aurait soigné sa jambe, mais la plupart des propriétaires l’auraient envoyé à l’abattoir, pensant: “Un âne est supposé porter des choses, et donc je préfère acheter un nouvel âne qui peut mieux travailler et porter la charge que de soigner un âne qui a la jambe cassée.” De cette façon, j’ai vu la fin de la vie d’un âne.
Comme ceci, des animaux comme un âne, un bœuf, ou un cheval doivent toujours porter une charge durant toute leur vie, que ce soit porter des gens, du grain, des déchets humains, ou de l’urine. C’est parce que c’est leur sort assigné de bétail de porter des charges durant toute leur vie. 
Qu’en est-il de vous et moi alors? Nous, aussi, devions porter le fardeau d’homme toute notre vie. Depuis le jour de notre naissance jusqu’au jour de notre mort de vieillesse ou de maladie, nous devons porter la charge de quelqu’un d’autre. Nous devons porter la charge pour nos enfants, pour nos parents, et pour le monde. Il n’y a pas de fin à cela. Si un âne a porté des déchets humains aujourd’hui, il doit porter de l’urine demain; et s’il a porté du riz aujourd’hui, il doit porter du blé demain et de l’orge le lendemain. Tout comme cet âne, nous avons aussi dû continuer à porter un type de charge ou un autre. En réalité, un âne porte la charge pour être nourri. Donc pour utiliser l’âne plus efficacement, le propriétaire met une muselière sur l’âne, pour qu’il ne broute pas l’herbe en chemin. C’est parce que le propriétaire pense que si l’âne était autorisé à brouter librement, il serait paresseux, puisque son ventre serait rempli même si le propriétaire ne le nourrissait pas. Donc l’âne ne peut pas manger mais seulement voir le champ plein d’herbe. L’âne doit travailler encore plus dur pour être nourri par le propriétaire, car le propriétaire ne le nourrirait jamais s’il ne finissait pas le travail.
Mes chers croyants, nous humains sommes réellement pareils que ces ânes. A moins que nous ne travaillions, nous ne pouvons pas nous nourrir. Personne ne peut vivre à moins de travailler dans un emploi et gagner de l’argent. Les ânes et êtres humains sont pareils. Ils sont tous les deux également bornés, ils doivent tous deux porter une charge, ils travaillent tous deux toute leur vie jusqu’à la mort, et ils vivent et meurent tous deux en vain. C’est le sort de tous les êtres humains qui sont liés par le monde plutôt que d’appartenir à Dieu. Leur sort est le même que celui qu’un âne.
Tout comme un âne, les êtres humains travaillent aussi toute leur vie pour gagner leur vie. Donc dans l’enfance, quand vous êtes sous la protection et les soins de vos parents, c’est le temps le plus confortable. Mais une fois que vous allez à l’université, vous êtes déjà inquiet de trouver un travail, vous demandant: “que devrais-je faire pour alléger mon fardeau et gagner plus d’argent? Que dois-je faire pour gagner ma vie dans ce monde difficile?” C’est une agonie de réfléchir à de telles questions.
Les quatre années d’université passent en un rien de temps. Vous devez alors vraiment trouver un travail et gagner votre vie par vous-même. Quand vous êtes embauché par une entreprise, vous devez vous changer pour correspondre à l’entreprise. Vous devez faire tout ce que votre patron vous dit de faire; si vous faites une erreur, vous devez supporter toutes sortes de reproches insultants de votre patron; et si vous ne finissez pas votre travail au bureau, vous devez l’amener à la maison et travailler dessus toute la nuit. Qu’arrive-t-il si le résultat d’un travail si dur n’est pas suffisant? Vous devez supporter que votre patron jette des documents et vous crie des insultes. Quand le patron vous dit de refaire entièrement le rapport, vous devez avaler votre fierté, lui faire des excuses, prendre les documents, et vous remettre au travail.
Qu’y a-t-il que vous obteniez de tout ce travail, rejetant toute votre fierté et votre amour propre? C’est le salaire d’un mois. Autrement dit, tout ce que vous obtenez c’est votre pain quotidien. Vous gagnez juste assez d’argent pour tenir durant un mois. Et vous devez travailler de nouveau pour gagner assez en vue de vivre le mois suivant. Vu sous cet éclairage, tous les gens qui travaillent dans ce monde demandent souvent un salaire d’avance pour assurer leur vie. A la fin, tout le monde doit vivre comme cela tout au long de sa vie, comme s’il avait une dette. Telle est notre existence d’être humain.
Cependant, notre Seigneur nous a rendus complètement libres d’un tel monde désespéré, disant: “Détachez l’ânon et amenez-le vers Moi, et Je l’utiliserai.” Avec l’évangile de l’eau et de l’Esprit, le Seigneur a expié tous nos péchés, à nous qui vivons liés au monde. En d’autres termes, même si nous ne pouvions éviter de vivre comme esclaves du monde, le Seigneur nous a maintenant donné la possibilité de Le servir en remettant tous nos péchés.
Quelles pensées nous viennent à l’esprit, alors que nous lisons ce qui concerne l’ânon qui a été utilisé par Dieu? Nous sommes confrontés aux sujets importants qui suivent: “Maintenant que nous sommes nés de nouveau, par qui devons-nous réellement être utilisés? Il est inévitable que nous soyons utilisés, mais par qui? Qui est notre Maître? Qui devrions-nous servir comme Maître dans nos vies? Devrions-nous servir Jésus comme notre Maître ou quelqu’un d’autre?”
Mes chers croyants, qu’arrivera-t-il si nous servons Jésus dans nos vies. Quand l’ânon est entré à Jérusalem, il a été glorifié en même temps que le Seigneur et loué par les gens, chantant: “Hosanna! Hosanna! Loué soit le Seigneur!” Comme cet ânon, nous entrerons aussi à Jérusalem avec Jésus et jouirons d’une grande gloire. L’ânon était toujours un ânon, mais il a été glorifié parce qu’il portait Jésus sur son dos. Même si l’ânon était destiné à porter des déchets humains toute sa vie, il a été loué et glorifié quand le Seigneur a choisi de monter dessus; et cet ânon nous désigne nous les justes qui, étant nés de nouveau par l’évangile de l’eau et de l’Esprit, vivons maintenant pour Dieu. Tout comme l’ânon ici, nous les justes, qui sommes nés de nouveau d’eau et d’Esprit, portons maintenant Jésus sur notre dos, et nous vivons une vie glorieuse grâce à Lui. 
Par une seule raison, à savoir notre nouvelle naissance en croyant en l’évangile de l’eau et de l’Esprit, il nous a été possible d’être libérés du monde et de porter Jésus; et parce que nous portons Jésus, nous pouvons vivre pour obtenir la gloire plutôt que vivre au jour le jour constamment inquiets du manger et du boire. Maintenant, nous ne sommes plus liés par le monde pour servir les autres dans nos vies, mais nous vivons pour Dieu qui nous a faits et nous a sauvés. En bref, notre destinée mauvaise a été remplacée par une gloire splendide. Combien notre nouveau sort est digne, alors que nous, les justes nés de nouveau, pouvons maintenant vivre pour Dieu? Porter des déchets humains peut-il se comparer au fait de porter Jésus? Tout comme l’ânon a été glorifié parce qu’il a porté Jésus, c’est aussi parce que nous servons et portons Jésus que nous pouvons mener le reste de nos vies pour une cause vraiment digne. Tout comme cet ânon, notre destinée a changé pour entrer dans la Jérusalem céleste au dernier jour et recevoir des applaudissements et une gloire sans fin, et ce fait montre combien nous avons revêtu une splendeur glorieuse.
Nous devons réaliser exactement ce que notre Seigneur nous dit à travers le passage des Ecritures d’aujourd’hui. En d’autres termes, nous devons déterminer notre charge. Dieu nous a sauvés vous et moi par l’évangile de l’eau et de l’Esprit, et donc, si le Seigneur nous appelle maintenant pour nous utiliser, nous devons répondre à cet appel avec la bonne disposition et la foi. Au lieu de la destruction, notre Seigneur nous a appelés, sauvés, et a changé notre chemin. Tout ce que nous devons faire c’est suivre Sa direction, fixer nos pensées par la foi, et répondre à l’appel de Dieu. 
 


Le fait même que nous soyons utilisés par Dieu est une telle joie glorieuse


Même si nous sommes tous nés à l’origine destinés à porter des excréments sales durant toute notre vie, nous sommes maintenant nés de nouveau par l’évangile de l’eau et de l’Esprit, et nous avons reçu l’appel du Seigneur, pour que nous puissions Le servir, faire Son œuvre, et porter Son fardeau. Tout comme l’ânon est entré à Jérusalem avec le Seigneur et a reçu une énorme louange et gloire, nous qui sommes nés de nouveau avons aussi vécu un moment où notre destinée a changé, et nous avons été appelés par le Seigneur, disant: “Je vais t’utiliser.” Comme le Seigneur nous a détachés de ce lien qui nous tenait à ce monde pour nous utiliser, nous sommes maintenant pleinement devenus le peuple de Dieu. Quelle bénédiction précieuse c’est là!
Par hasard, y a-t-il quelqu’un parmi vous qui ne réalise pas ou n’admet pas qu’il soit né avec la même destinée qu’un âne? Pensez-vous en vous-même: “je suis un humain, pas un ânon. Je suis une personne libre, liée par rien.” Même si nous sommes tous des êtres humains, nous sommes tous nés aussi avec le sort d’un âne. Et c’est la destinée de tout le monde d’être lié à quelque chose et de servir quelqu’un. Regardez à vous-même. Ne luttez-vous pas avec les affaires du monde chaque jour, vivant jour après jour pour régler vos soucis du monde et anxiétés, et pour satisfaire votre envie? Ce n’est autre que notre autoportrait en tant que ceux qui vivons liés par le monde.
A qui, alors, voulez-vous appartenir, et pour qui voulez-vous vivre? Voulez-vous être attachés par le monde pour être fidèle à quelqu’un d’autre dans votre vie? Appartenir à un autre être humain c’est accepté son sort sale et douloureux, comme un ânon qui porte des déchets. Si vous aviez le choix, préféreriez-vous porter le fardeau précieux de Jésus à la place? Si c’est votre sort inévitable de porter un type de charge, alors la vie qui est attachée au Seigneur plutôt qu’à l’homme et au monde, et qui est dirigée comme instrument du Seigneur pour servir Dieu et Son évangile, et une vie bien plus glorieuse, satisfaisante, et digne que toute autre vie. Si nous sommes attachés au Seigneur, nous sommes utilisés par Lui chaque jour, et c’est pour cela que c’est la vie la plus glorieuse.
Il est impératif que vous réalisiez pleinement à quoi vous êtes attaché, et pour quoi vous êtes utilisé. Si le Seigneur vous utilise, alors c’est une grande bénédiction, bien plus précieuse que vous ne le réalisez maintenant. Un porteur est un porteur, mais le statut de porteur royal est complètement différent de celui d’un porteur commun. Bien que nous tous humains soyons nés avec le même sort de porteurs aux yeux de Dieu, nous croyants en l’évangile de l’eau et de l’Esprit sommes nés de nouveau comme porteurs honorés pour porter la charge du Roi. En d’autres termes, même si nous sommes toujours des porteurs comme tout le monde, nous avons été appelés comme des porteurs distingués, royaux. Cependant, bien que certaines personnes aient répondu à cet appel, d’autres ne réalisent même pas qu’elles ont été appelées, et elles pensent toujours à tort qu’être attaché au Seigneur est une chaîne, disant: “Je ne veux pas être attaché. Je suis une personne libre.”
Mes chers croyants, vous devez saisir ici que c’est la destinée de tout le monde de porter une charge quelle qu’elle soit. Aussi longtemps que vous êtes en vie, vous devez travailler, quoi que ce soit. De plus, tout le monde doit servir soit l’homme soit Dieu aussi longtemps qu’il est vivant. Si nous ne faisons pas l’œuvre de Dieu, alors nous devons faire l’œuvre de l’homme. Puisqu’aucun de nous n’est mort mais que nous sommes tous vivants, nous devons travailler et servir quoi et qui que ce soit. Mes chers croyants, réalisez-vous que vous êtes né avec le sort d’un âne? Et croyez-vous cela? N’êtes-vous pas tous des ânes? Oui, vous et moi aussi sommes tous clairement comme des ânes.
Peut-être que certains de vous se demandent: “Nous sommes tous des êtres humains, et donc pourquoi Pasteur Jong nous compare-t-il à un âne, un humble animal?” Cependant, la réalité c’est que si nous humains vivons liés par ce monde, nous finirons vraiment traités de façon pire qu’un animal. C’est alors d’autant plus impératif pour nous de réaliser, admettre, et croire que comme le dit la Parole de Dieu, nous sommes nés avec la même destinée qu’un âne. Cela ne sera alors pas si énervant d’entendre que nous sommes un ânon. Si nous admettons maintenant et croyons que notre destinée est comme celle d’un âne, la seule question qui reste est de savoir qui nous allons porter sur notre dos. Allez-vous porter des déchets humains toute votre vie? Allez-vous porter de l’urine? Allez-vous porter du bois de chauffage? Allez-vous porter des sacs de grain? Ou porterez-vous le Seigneur, le Roi de tous les rois? C’est la seule question qui reste.
Dans le passage des Ecritures d’aujourd’hui, le Seigneur a dit aux disciples d’amener un ânon qui n’avait jamais porté personne. Ainsi, dans le cas des êtres humains aussi, les plus heureux sont ceux qui sont appelés par le Seigneur quand ils n’ont pas été entachés par le monde encore – c’est-à-dire quand nous sommes encore très jeunes. Et ceux qui sont appelés par le Seigneur tout de suite après avoir été sauvés sont encore plus heureux. Je ne parle pas de l’âge physique ici, mais je désigne la renaissance spirituelle. Dieu ne peut pas utiliser ceux qui ont perdu leur innocence, entachés par le monde, et qui sont venus à Dieu avec une motivation autre. En d’autres termes, quiconque est venu dans l’Eglise en rêvant à sa propre ambition et gloire charnelle, et espérant s’exalter lui-même, n’est pas quelqu’un est apte à être utilisé par le Seigneur, car il porte déjà sur son dos quelqu’un d’autre que le Seigneur. Bien que nous soyons tous des ânes qui doivent porter un type de charge ou un autre, maintenant que nous avons reçu la rémission des péchés, nous devons tous réaliser notre destinée et ne jamais fixer notre but ailleurs que sur le Seigneur. Bien que nous soyons les mêmes ânes, que nous soyons utilisés par Dieu ou quelqu’un d’autre détermine la valeur de notre vie.
Si nous sommes nés de nouveau et appelés par le Seigneur, alors c’est en soi une énorme bénédiction. De plus, même si nous sommes des ânes, si nous pouvons porter Jésus et Son fardeau, alors notre sort d’ânes est meilleur que celui d’un cheval précieux dans ce monde. Réfléchissez-y. Un ânon qui porte Jésus, le Roi des rois, n’est-il pas de loin plus attirant qu’un cheval qui porte un riche boucher? Nous sommes ni plus ni moins de tels ânes. Je vous demande de ne jamais oublier le fait que vous et moi, qui demeurons maintenant dans l’Eglise pour la justice de Dieu après être nés de nouveau de l’eau et de l’Esprit, sommes des ânes qui portent le précieux Jésus. C’est une grande bénédiction qu’un âne, destiné à porter de lourdes charges toute sa vie, soit en mesure de porter la précieuse charge appelée Jésus.
Voulez-vous porter le fardeau de Jésus ou le fardeau de l’homme? Je suis certain que tous les croyants en l’évangile de l’eau et de l’Esprit nés de nouveau désirent porter le fardeau de Jésus. Si vous savez que vous êtes né avec la destinée de porter un fardeau toute votre vie, alors vous savez maintenant que le désir de porter l’œuvre de Jésus est le bon désir. 
Cependant, beaucoup de chrétiens mènent toujours leur vie de foi sans réaliser ce fait. Donc ils vacillent d’avant en arrière, parfois liés à Jésus et d’autres fois au monde, et ils trouvent que c’est trop lourd de porter la charge de Jésus. Mais que se passera-t-il si vous rejetez le fardeau de Jésus? Vous retournerez à votre mauvaise vie passée. Pire encore, vous pourriez vous trouver dans une situation pire qu’auparavant, devant porter non seulement des déchets et de l’urine mais aussi des sacs et des sacs de grain. Ayant empilé une montagne de bois de chauffage, le monde attend que vous abandonniez le Seigneur. Il vous tente et attend que vous repreniez le fardeau du monde et viviez avec. Le monde attend toujours la première occasion de vous utiliser, vous disant: “Viens et porte ma charge pour le restant de ta vie!” Ce n’est absolument pas pour bien vous traiter que le monde vous attend. Loin de là, il attend de nous assujettir vous et moi, d’attacher des déchets, de l’urine, et des sacs de grain sur nous. Si vous refusez encore de porter le fardeau de Jésus même après être né de nouveau, alors le monde imposera son joug sale en un rien de temps pour que vous portiez le fardeau de ce monde.
Mes chers croyants, quel genre de vie voulez-vous mener? Je suis certain que vous voulez tous mener une vie digne pour servir l’évangile de l’eau et de l’Esprit pour le Seigneur et sauver les âmes en prêchant l’évangile dans le monde entier, plutôt que commettre le péché dans le monde et vivre juste pour vous-même.
Pour vous tenter, le monde a toutes sortes de fardeaux prêts à disposition, attendant que vous tombiez dans son piège. Quiconque ne porte pas le fardeau de Jésus ne peut échapper à ces fardeaux du monde, comme un âne ne peut échapper au lien de son propriétaire sur lui. Après avoir été utilisé pour porter toutes sortes de charges, quand l’âne n’est plus utile, il sera conduit à l’abattoir pour être tué. Et même après la mort, sa chair, sa peau, et même les os seront utilisés pour quelqu’un d’autre. Alors laissons ce mauvais sort à ceux qui ne croient pas en l’évangile de l’eau et de l’Esprit et qui ne sont donc pas nés de nouveau. Pour nous qui sommes nés de nouveau, il est impératif de porter le fardeau du Seigneur plutôt que le fardeau du monde.
Dans le passage des Ecritures d’aujourd’hui, le Seigneur dit à Ses disciples de détacher un ânon lié et de le Lui amener. De même, nous avons aussi vécu tous les jours en pensant qu’il était naturel pour nous d’être liés par les chaînes de ce monde, mais le Seigneur est venu vers nous et nous a libérés de ce joug, et Il nous a donné la possibilité de devenir des ânes précieux qui vivent pour le Seigneur.
Il y a un certain temps, j’ai regardé un film historique à la TV. Ce film parlait des rois qui régnaient à l’époque des Trois Anciens Royaumes dans l’histoire de Corée. Tous ces rois avaient l’ambition d’étendre leur territoire et de régner sur un grand royaume. Légitimant leur propre ambition comme si c’était une grande cause, ils ont assemblé des sujets aux mêmes motivations et n’avaient pas peur de faire la guerre pour accomplir leur ambition. J’ai vu aussi comment ces rois ont maintenu leurs relations d’une façon sanguinaire et risquée, alors que les alliés d’aujourd’hui deviennent les ennemis de demain. Comme ils étaient esclaves de leur seule ambition de devenir roi d’un grand royaume, ils n’hésitaient pas à commettre le meurtre, faire la guerre, et trahir leurs propres amis. Leur vie entière était menée comme esclaves de leur ambition charnelle de devenir un grand empereur.
Mais ces gens ne réalisaient même pas qu’ils étaient esclaves de leur propre ambition, et s’étant hypnotisés eux-mêmes en croyant qu’ils poursuivaient une grande cause, ils ne pouvaient faire confiance à personne mais étaient tout le temps suspicieux. En Corée, les rois portaient une robe royale brodée avec les images élaborées d’un dragon, et beaucoup d’accessoires royaux avaient aussi la gravure d’images de dragons. Le mot dragon représentait la prééminence dans les termes utilisés pour décrire le roi aussi. Par exemple, en parlant du visage du roi, on l’exprimait comme “visage de dragon.” Aussi, le trône était désigné comme le “siège de dragon.” Mais dans la Parole de Dieu, le mot dragon, comme le mot serpent, est un mot utilisé pour décrire Satan. Donc quand nous regardons à la façon dont les Coréens du passé révéraient et adoraient les dragons, nous pouvons voir combien ils étaient complètement liés par Satan.
Bien sûr, maintenant comme auparavant, quiconque n’appartient pas à Jésus vit comme un esclave du Diable, comme il est écrit: “Vous étiez morts par vos offenses et par vos péchés, dans lesquels vous marchiez autrefois, selon le train de ce monde, selon le prince de la puissance de l'air, de l'esprit qui agit maintenant dans les fils de la rébellion. Nous tous aussi, nous étions de leur nombre, et nous vivions autrefois selon les convoitises de notre chair, accomplissant les volontés de la chair et de nos pensées, et nous étions par nature des enfants de colère, comme les autres” (Ephésiens 2:1-3). Ici, “le chef de l’autorité de l’air” désigne Satan, c’est-à-dire le dragon ou le serpent ancien (Apocalypse 20:2).
Alors que les gens étaient encadrés par le dragon – c’est-à-dire le Diable – et esclaves du monde, parfois ils étaient conscients de cela même si ce n’était que vaguement, et essayaient d’être libérés du lien de leur envie brûlante. Cependant, ils ne pouvaient que continuer de porter le fardeau du monde dans leur vie. C’était pareil non seulement pour ceux qui vivent dans le temps présent comme nous, mais aussi pour ceux qui ont vécu dans les temps anciens des Trois Royaumes. Les gens communs de l’époque souffraient beaucoup de l’esclavage et du travail forcé. Ils n’avaient d’autre choix que de vivre comme cela parce qu’ils ne pouvaient rien faire peu importe qu’ils essaient d’être libérés des liens de la chair. C’est inévitable pour chaque vie humaine jusqu’à ce que l’on croie en l’évangile de Jésus-Christ de l’eau et de l’Esprit qui sauve parfaitement. 
Mes chers croyants, que se serait-il passé si nous n’avions pas rencontré le Seigneur? Attachés pour le restant de nos vies aux responsabilités du monde comme le travail, la famille, et les relations sociales, comme à notre système de valeur, idéologie, et envie, nous serions destinés à continuer de vivre comme esclaves du monde. Pour être libérés une fois pour toutes des liens du monde qui vous retiennent dans un ensemble de péchés, défauts, et insuffisances, et l’envie, il n’y a pas d’autre moyen que croire au baptême de Jésus-Christ et Sa mort à la Croix. Puisque le Seigneur a accepté tous nos péchés, défauts, et insuffisances charnelles à travers l’évangile de l’eau et de l’Esprit, en croyant cela, nous pouvons transférer nos péchés et insuffisances sur le Seigneur en une fois par Son baptême, et nous pouvons les résoudre par Son sacrifice d’expiation à la Croix. Vivre par la foi en l’évangile de l’eau et de l’Esprit est notre devoir indispensable et la plus grande bénédiction aussi. Le Seigneur a changé notre destinée une fois pour toutes.
Peu importe combien quelqu’un peut crier qu’il est une personne libre, tout être humain est destiné à être lié soit au monde soit au Seigneur, et servir l’un des deux. En d’autres termes, tout le monde appartient invariablement à l’un des deux. Il n’y a personne qui soit vraiment libre dans ce monde, peu importe combien quelqu’un le prétend. Si quelqu’un n’est pas né de nouveau, ne portant pas le Seigneur ni ne diffusant l’évangile dans sa vie, alors par nature cette personne est retenue par le monde. Quand le Seigneur est venu sur la terre, Il ne nous a pas seulement sauvés, mais Il nous a enlevés de ce monde et nous a placés ailleurs pour Le servir. 
Et maintenant même, le Seigneur nous appelle. Il dit: “Détachez l’ânon qui est attaché et amenez-le-Moi.” Si le Seigneur dit qu’Il va nous utiliser, alors tout ce que nous devons faire c’est répondre à Son appel par la foi et nous soumettre à Son usage. Peut-être que certains d’entre vous peuvent dire, lorsque le Seigneur dit qu’Il vous utilisera: “Seigneur, est-ce absolument nécessaire? Je voudrais vivre avec liberté. Pourquoi veux-Tu m’utiliser? Je voudrais juste que Tu me laisses tranquille.” Cependant, mes chers croyants, rappelez-vous qu’aussi longtemps que nous vivons dans ce monde, nous devons appartenir clairement à quelque chose et être utilisé dans un but. Auparavant, vous étiez destiné à être utilisé par le monde pour Satan et ses buts méchants, mais maintenant le Seigneur offre de changer votre vie en une vie bénie menée pour le Seigneur, et pour les autres âmes. Donc, quelle opportunité est-ce là? Donc, je vous exhorte à vous soumettre volontairement au Seigneur. De telles personnes sont vraiment sages. 
 


Que ferez-vous si le Seigneur vous appelle pour Son usage?


Quand cela arrivera, répondrez-vous ou rejetterez-vous Son appel? Je suis certain que tout le monde ici répondre à l’appel du Seigneur. Mais peut-être qu’il y a quelques personnes qui pourraient dire: “Non, je ne veux pas. Maintenant que je suis sauvé, je veux mener ma propre vie. Je veux construire une maison parfaite sur un terrain vert et mener le reste de ma vie avec ceux que j’aime. Je veux semer au printemps, voir les fleurs en été, moissonner à l’automne, et être heureux et content l’hiver.” Bien que cela puisse sembler un vœu simple et petit, si vous rejetez l’appel de Dieu comme cela, vous aurez seulement des fardeaux sales et lourds qui vous attendent. C’est parce qu’une fois né dans ce monde, chacun doit être attaché à quelque chose. Peu importe que vous viviez avec ceux que vous aimez ou quelqu’un d’autre, car cela ne changera pas votre sort fondamental de porter un fardeau.
Si c’est une destinée inévitable de porter un fardeau dans votre vie, alors il est clair comme la lumière du jour que vous feriez mieux de prendre le précieux fardeau du Seigneur. Vous serez glorifié si vous portez la charge du Seigneur. Même si vous pouvez parfois avoir des difficultés, le Seigneur prendra soin de vous, parce que vous portez Son fardeau. Il vous donnera la capacité, force, et sagesse pour vivre pour le Seigneur, et Il prendra soin de toutes vos circonstances pour que cela réussisse. Par contre, qu’arrivera-t-il si vous prenez le fardeau d’homme ou de votre propre envie au lieu de la charge du Seigneur? Ce fardeau d’envie pèsera lourdement sur vous, et un jour il vous tuera. Ces fardeaux, qu’ils soient d’envie, du monde, ou pour ceux que vous aimez, vous oppresseront et vous étoufferont à mort. Donc que ferez-vous alors?
Quand le Seigneur dit qu’Il veut vous utiliser, quand Il vous ordonne d’être détaché et amené à Lui, vous devez réfléchir par la foi et décider par la foi. Vous devez Lui donner la bonne réponse, disant: “Seigneur, puisque je suis destiné à porter un fardeau tout ma vie, je porterai Ton fardeau.” Ainsi, nous devons exercer le bon jugement et avoir la foi correcte. A moins que vous n’ayez un tel juste jugement, votre vie sera ruinée. Puisque vous et moi sommes des ânons, ne serons-nous pas réellement heureux seulement si nous portons le Seigneur sur notre dos?
Moi, aussi, je portais le fardeau d’homme dans le passé. Permettez-moi de vous parler d’un épisode des jours où je fréquentais le séminaire. Un jour, sur le chemin de retour de l’école, j’ai vu une bûche de bois sur la rive. Voyant cela, j’ai pensé en moi-même: “Ce serait bien de ramener cette bûche à la maison et de l’utiliser pour chauffer.” A ce moment-là, je tenais mon sac de cours d’une main, et un sac de riz de l’autre main. Donc j’ai mis le sac de riz sur ma tête, et j’ai porté la bûche dans ma main libre. A cette époque ma maison était chauffée par un foyer de feu, et c’est pour cela que lorsque j’ai vu la bûche, la première pensée qui m’est venue à l’esprit était combien ce serait merveilleux de ramener cette bûche à la maison et la brûler pour le chauffage.
Alors que j’étais en chemin vers la maison en portant mon sac d’une main et une bûche de l’autre, pour ne pas parler du sac de riz sur ma tête, les voisins se sont moqués de moi. Mais je ne m’en occupais pas; tout ce que je voulais était ramener quelque chose à la maison sans rien déposer. Mon seul désir était de prendre soin de ma famille, de protéger ceux que j’aime et de pourvoir à leurs besoins, car servir mes parents et ma famille c’était me servir moi-même. C’est parce que lorsqu’ils étaient heureux et contents, moi aussi, j’étais heureux et content.
Cependant, maintenant que j’y pense, ce contentement n’était pas durable. Plutôt, c’était un contentement éphémère qui disparaissait rapidement, comme la fournaise émet de la chaleur seulement quelques heures puis se refroidit. Mon sujet ici c’est que l’on doit travailler toute la journée juste pour une chaleur brève et c’est en cela que consiste le fait de porter le fardeau du monde.
A cette époque, j’ai appris et mémorisé les Cinq Points du Calvinisme, et donc mes sermons étaient souvent basés dessus. Cependant, ces sermons étaient absolument incapables de sauver qui que ce soit, et ils laissaient plutôt mon assemblée dans son état pécheur même s’ils professaient croire en Jésus chaque jour. De plus, dans ma dénomination, plus quelqu’un était chrétien depuis longtemps, plus il devenait pécheur, et c’était ce pécheur qui était hautement respecté. Lorsque je priais devant l’assemblée: “Seigneur, nous sommes de graves pécheurs. Donc, quand Tu appelles les pécheurs, appelle-nous aussi. Ce pécheur a prié dans le nom de Jésus-Christ,” tout le monde répondait amen.
Devant Dieu, chacun de nous doit prendre la décision individuelle sur ce qu’il va porter en tant qu’ânon. Ceux qui sont sages devraient déjà avoir pris la décision, alors que ceux qui sont lents et insensés n’ont pas encore compris la Parole de Dieu, donc ils penseront et diront autre chose. Pour leur transmettre le message, je devrais parler à répétition pendant deux ou trois heures de plus. C’est alors seulement qu’ils réaliseront ce que j’essaie de leur dire et comprendront le message d’aujourd’hui en disant: “Ah! Ce message m’est finalement adressé à moi.”
Mes chers croyants, puisque nous sommes déjà tous nés avec le sort d’un âne, portons le juste fardeau du Seigneur plutôt que le fardeau du monde. Puisqu’il n’y a rien que nous puissions faire pour changer cela, nous pourrions aussi bien mener une vie heureuse avec le Seigneur. Si vous ne voulez toujours pas porter le fardeau du Seigneur, alors vous n’aurez pas d’autre choix que porter des déchets. Mais je suis plein de confiance et d’espoir que vous tous qui avez entendu la leçon du passage des Ecritures d’aujourd’hui deviendrez des ânes glorifiés qui portent le fardeau du Seigneur. Le Seigneur vous dit maintenant: “Soyez libérés de vos péchés par la foi, venez à Moi, prenez Mon fardeau, car par Mon eau et le sang j’ai enlevé tous vos péchés et défauts qui liaient vos cœurs.”
Si le Seigneur dit qu’Il vous libérera du monde et vous utilisera, tout ce que vous devez faire c’est dire oui. Je vous exhorte, avant tout, à croire en l’évangile de l’eau et de l’Esprit, recevoir la rémission des péchés dans votre cœur, puis participer à cette œuvre de diffusion de l’évangile dans le monde entier pour le Seigneur.
Croyez que cela rendra votre vie bénie au plus haut point. Je rends grâces au Seigneur de nous avoir appelés et de nous utiliser pour Son œuvre précieuse. Et j’espère et prie que notre Seigneur appelle chacun de vous sans exception, et vous donne ainsi la possibilité d’être utilisés pour l’œuvre précieuse du Seigneur.