خطبات

Sujet 15: Galates

[PARTIE 6-3] Servons Dieu, en portant nos fardeaux (Galates 6:1-10)

Servons Dieu, en portant nos fardeaux
(Galates 6:1-10)
«Frères, si un homme vient à être surpris en quelque faute, vous qui êtes spirituels, redressez-le avec un Esprit de douceur. Prends garde à toi-même, de peur que tu ne sois aussi tenté. Portez les fardeaux les uns des autres, et vous accomplirez ainsi la loi de Christ. Si quelqu’un pense être quelque chose, quoiqu’il ne soit rien, il s’abuse lui-même. Que chacun examine ses propres œuvres, et alors il aura sujet de se glorifier pour lui seul, et non par rapport à autrui ; car chacun portera son propre fardeau. Que celui à qui l’on enseigne la parole fasse part de tous ses biens à celui qui l’enseigne. Ne vous y trompez pas : on ne se moque pas de Dieu. Ce qu’un homme aura semé, il le moissonnera aussi. Celui qui sème pour sa chair moissonnera de la chair la corruption ; mais celui qui sème pour l’Esprit moissonnera de l’Esprit la vie éternelle. Ne nous lassons pas de faire le bien ; car nous moissonnerons au temps convenable, si nous ne nous relâchons pas. Ainsi donc, pendant que nous en avons l’occasion, pratiquons le bien envers tous, et surtout envers les frères en la foi.»
 

Le passage des Ecritures d’aujourd’hui dit que si la faiblesse d’un frère est indiquée, nous devrions reprendre cette personne dans un esprit de gentillesse, et nous examiner nous-mêmes. Nous devons d’abord examiner notre propre foi. 
Dans les églises chrétiennes sans l’évangile de l’eau et de l’Esprit, il y a habituellement un ensemble de règles appelées la «discipline d’église.» Dans de telles églises, quand un membre ou un dirigeant commet un péché, un tribunal est ouvert et des réprimandes disciplinaires sont publiées. Ainsi selon la pesanteur de l’offense, dans le cas des dirigeants d’église, des réprimandes telles que la suspension du bureau, le renvoi, le dépôt, et l’expulsion sont publiés, et dans le cas des laïques, des censures telles que la remontrance, le reproche, la suspension de la communion, et l’expulsion sont publiés. 
Tandis que ces réprimandes peuvent sembler appropriées, ce n’est pas réellement le cas. Puis, quelle est la manière biblique d’avoir affaire avec les frères offensants? Le passage d’aujourd’hui indique que nous devrions «les redresser dans un esprit de douceur.» Dans l’église de Dieu, le rassemblement des saints nés de nouveau, ceci est rendu possible par la foi que le Seigneur a expié tous nos péchés avec l’évangile de l’eau et de l’Esprit. Nous devons redresser des contrevenants par notre foi en l’évangile de l’eau et de l’Esprit, souhaiter le meilleur à leurs âmes, et nous nous examinons également, de peur que nous tombions dans le péché aussi.
L’apôtre Paul dit: «portez les fardeaux les uns des autres, et vous accomplirez ainsi la loi de Christ» (Galates 6:2). Vous et moi servons le Seigneur par notre foi dans l’évangile de l’eau et de l’Esprit, cherchons la volonté de Dieu par cette foi, et la suivons par la foi. C’est ainsi que nous servons le Seigneur par la puissance du Seigneur. En fait, le fardeau que nous portons pour l’œuvre de Dieu est un fardeau juste. Bien que ce ne soit pas facile pour nous de servir le Seigneur et de prêcher l’évangile, nous devons œuvrer en partageant nos fardeaux, et alors seulement nous pouvons accomplir la loi de Christ. 
Le Seigneur a dit que chacun de nous devrait porter son fardeau. Le fardeau que nous devrions porter ici se rapporte à l’œuvre de l’évangile de l’eau et de l’Esprit. En Christ, nous avons tous une certaine charge que nous devons accomplir. Puisque vous avez reçu la rémission de vos péchés par la foi en l’évangile de l’eau et de l’Esprit, et que vous œuvrez par la foi dans le champ de l’évangile, Dieu cherche à vous transformer en ses ouvriers. C’est parce que celui qui est juste doit être l’ouvrier de Dieu, menant à bien ses œuvres.
Les justes ont une quantité d’œuvres à faire en servant l’évangile de l’eau et de l’Esprit. C’est pourquoi le Seigneur a dit, «portez les fardeaux les uns des autres, et vous accomplirez ainsi la loi de Christ». Il y a en effet beaucoup de choses que nous devons faire pour répandre l’évangile de l’eau et de l’Esprit. Ainsi plutôt que de porter seul le fardeau entier, nous devrions partager le fardeau de l’évangile, et nous devrions également servir l’évangile loyalement dans chacune de nos positions.
Notre œuvre a maintenant augmenté encore plus pour servir l’évangile de Dieu. Quand notre foi est jeune, nous souhaitons parfois vivre seulement pour nous-mêmes. Mais une fois que nous continuons à servir l’évangile de l’eau et de l’Esprit, nous nous rendons compte que ce n’est pas exact. Quand nous grandissons spirituellement peu à peu, nous nous rendons compte par la suite qu’il y a beaucoup de fardeaux de l’évangile que nous devons porter. Pour prêcher l’évangile à d’autres âmes, tout d’abord, nous devons nous armer avec la foi, prier, et prêter attention aux œuvres de l’évangile effectuées dans l’église de Dieu. Ce sont les fardeaux que nous nés de nouveau devons porter dans son église. C’est seulement quand nous partageons de tels fardeaux que nous pouvons prêcher l’évangile partout dans le monde. 
Comme ceci, à moins que nous ne vivions dans la foi, nous ne pouvons pas prêcher l’évangile de l’eau et de l’Esprit. C’est pourquoi nous devons porter les fardeaux assignés à chacun de nous. Vous devez porter le fardeau du ministère que Dieu vous a assigné, et ne pas vous dégager vous-même de votre fardeau. Comme l’apôtre Paul nous dit de porter le fardeau de chacun, nous savons ce que nous devons faire pour la propagation de l’évangile. Nous devrions réfléchir à la question: «quelles sont les œuvres que Dieu m’a confiées?» Nous devrions porter notre fardeau volontairement ; et nous devrions être fidèles à nos fonctions confiées même jusqu’à la mort. 
Dieu nous a dit de porter le fardeau de chacun, et nous devons terminer loyalement les œuvres assignés à chacun. À moins que nous ne le fassions, toutes les œuvres que Dieu nous a confiées seront ruinées. Je suis sûr que si nous unissons nos cœurs à cette mission, n’importe qui de nous, qui qu’il soit, pourra remplir ses fonctions assignées. Ceux qui ont offert leurs vies au Seigneur sont remplis de bonheur et fiers toutes les fois qu’ils finissent leurs œuvres. 
Si vous connaissez vraiment la volonté de Dieu, que vous soyez étudiants, adultes, femmes au foyer, ou jeunes, vous ne direz pas, «rien ne m’est assigné». Ainsi je suis sûr que dans notre église, il n’y a personne qui puisse dire «je n’ai rien à faire, puisque rien ne m’est confié». Pourquoi n’y aurait-il aucune œuvre que vous ayez à effectuer, si vous avez en effet reçu la rémission du péché et menez vos vies de foi dans l’église de Dieu? En fait, il y a tellement d’œuvres dans l’église de Dieu qui attendent d’être accomplies par ceux qui croient en l’évangile de l’eau et de l’Esprit. 
Nous devons nous examiner pour voir si nous vivons maintenant pour l’évangile de Dieu. Alors que la Bible indique ici que nous devons porter les fardeaux de chacun, chacun de nous doit examiner l’œuvre de Dieu. Nous devons réfléchir sur ce que Dieu nous a assigné, et nous devons nous examiner pour voir si nous sommes en effet fidèles à notre œuvre confiée. Quand nous faisons l’œuvre de Dieu, plutôt que de le faire à contre cœur seulement parce que nous le devons, nous devrions remplir volontairement et par la foi les fonctions que Dieu nous a assignées. 
Il y a bien longtemps, en lisant Matthieu 3:13-17, j’ai découvert le Seigneur de la vérité par la grâce de Dieu. J’ai réalisé à ce moment-là, «le Seigneur m’a sauvé comme ceci en étant baptisé et en prenant les péchés du monde une fois pour toutes. Mais, que diriez-vous de tous ces chrétiens? Aucun d’eux ne connaît cette vérité d’évangile!» Ainsi, à ce moment là, j’ai prié Dieu: «Père, donne moi la force de prêcher l’évangile partout dans le monde». Il n’y a eu aucun changement depuis ; Je n’ai jamais abandonné le service de l’évangile de l’eau et de l’Esprit. Naturellement, il y a beaucoup de crises qui m’ont gêné en servant l’évangile de l’eau et de l’Esprit, mais j’ai prêché cet évangile sans cesse à maintes reprises. La raison pour laquelle j’ai fait ainsi est que j’ai su que Dieu m’avait chargé de proclamer cet évangile véritable. 
J’ai su que si je devais me libérer du fardeau de prêcher et de servir l’évangile de l’eau et de l’Esprit, des personnes innombrables derrière moi seraient toutes détruites. Ainsi quoique j’aie été fortement persécuté, je restais inébranlable pour prêcher l’évangile de l’eau et de l’Esprit. Parfois j’ai été giflé, et d’autres fois j’ai été insulté sans aucune raison, mais en dépit de tout ceci, je ne pourrais jamais abandonner la prédication de l’évangile de l’eau et de l’Esprit. C’est précisément parce que Dieu m’a confié ce fardeau que j’ai porté le fardeau de prêcher l’évangile. Que ce soit dans de bonnes périodes ou de mauvaises périodes, je n’ai jamais pu abandonner cette œuvre du service de l’évangile. C’est pourquoi je continue toujours à prêcher cet évangile vrai même maintenant. 
Parfois, j’ai également été tenté dans mon esprit de me compromettre avec les chrétiens qui ne sont pas nés de nouveau. Quand ma foi était très jeune, j’ai même pensé que je devrais abandonner, me demandant: «ne pourrais je pas me mélanger avec les chrétiens mondains et prêcher encore cet évangile véritable pour moi?» Mais ce n’était rien qu’un dossier, passant par la pensée charnelle. L’Esprit-Saint ne m’a pas laissé seul dans mon ancienne dénomination. Mes amis et connaissances de mon ancienne dénomination ont fait une grande agitation au sujet de ma séparation. Peu importe combien ils ont tendu leurs mains tentatrices, je ne suis pas revenu vers eux. 
En fait, il n’y a aucune raison pour laquelle nous nés de nouveau ne pouvons pas réussir. Puisque nous sommes nés de nouveau de l’eau et de l’Esprit, et Dieu est donc maintenant vraiment notre Père, qu’y a-t-il pour nous empêcher de devenir les meilleurs du monde? J’ai pensé que je pourrais devenir le dirigeant de mon ancienne dénomination et même le dirigeant de toutes les communautés chrétiennes, si je revenais à la communauté des pécheurs chrétiens. Cependant, même si je pourrais devenir une élite de premier ordre dans le monde, je ne pourrais pas abandonner le service de l’évangile de l’eau et de l’Esprit. Je ne pourrais jamais faire cela. Quoique nous puissions effectuer la plus petite de toutes les œuvres dans l’église de Dieu, nous sommes encore plus heureux que le puissant, le riche, et le célèbre dans le monde.
Tout comme Dieu m’a confié un fardeau, il y a aussi un fardeau que Dieu a confié à chacun de vous. Nous devons porter chacun nos fardeaux. Si nous prenons le fardeau de Christ, il nous aidera et nous bénira. Cependant, si nous enlevons nos fardeaux, le Seigneur ne pourra ni nous aider, ni nous accepter. Si nous ne servons pas l’évangile, Dieu emportera notre sagesse et nous ne pourrons pas saisir Sa Parole. Il emportera toutes nos bénédictions. 
Plutôt que de dire, «je ne peux pas effectuer l’œuvre de Dieu en raison de ceci et cela,» nous devrions examiner l’œuvre de Dieu et trouver un service que nous pouvons faire. Si vous êtes un étudiant, voici ce que vous devriez faire : vous devriez évidemment étudier dur, mais toutes les fois qu’il y a une occasion, vous devriez prêcher l’évangile de l’eau et l’Esprit à vos amis. Il y a beaucoup d’étudiants qui sentent que la vie est vide. Les adolescents sont assez vieux pour être contemplatifs, et ainsi quelques adolescents réfléchissent sur la signification de la vie sérieusement. Je ne suis pas trop sûr au sujet des années de l’adolescence d’aujourd’hui, mais dans mon temps, j’ai senti le vide de la vie à la puberté vers 15 ans. «Qui suis-je? D’où suis-je venu? Où vais-je? Pourquoi dois-je vivre?» De telles questions commencent à être contemplées profondément quand les enfants sont au collège ou lycée. Naturellement, quelques enfants ne contemplent pas cela profondément, mais la plupart des enfants pensent habituellement à de telles questions une fois qu’ils atteignent les 12 ans. 
S’il y a quelqu’un qui ne considère pas ces questions, il est une personne plutôt particulière. Nous pourrions aussi bien le considérer comme appartenant aux espèces de porc. Ceux qui ne veulent pas se transformer en de tels porcs qui sont seulement heureux à la porcherie, mais sont soudain traînés à l’abattoir un jour, doivent croire en l’évangile de l’eau et de l’Esprit prêchés par ceux qui sont nés de nouveau. Il y a un temps où les gens s’interrogent sérieusement sur leur prochain monde et pensent à leurs âmes, et en périodes comme ceci, si seulement le juste les guide un peu, leurs âmes peuvent recevoir la rémission de leurs péchés. C’est pourquoi les étudiants nés de nouveau devraient également prêcher l’évangile de l’eau et l’Esprit à leurs amis. 
Ne dites pas dans l’église de Dieu: «je n’ai rien à faire». Quand il y a tant à faire dans l’église de Dieu, comment pouvez-vous dire que vous seul n’avez rien à faire? Pendant que nous écoutons la Parole de Dieu, prêtons l’oreille à la voix de l’Esprit-Saint, croyons en la Parole, et nous développons dans la foi, nous réaliserons le but de Dieu en nous appelant. Et une fois que nous comprenons sa volonté, nous saisirons volontairement et mènerons à bien les œuvres de l’évangile. C’est ainsi que nous portons nos fardeaux. Il n’y a personne parmi nous qui n’ait pas de tels fardeaux. 
Chacun a son propre fardeau. Les apôtres ont également eu des fardeaux. Nos ministres ont tous des fardeaux aussi. Chacun de nous a un fardeau, des jeunes aux vieux, des hommes aux femmes, des années de l’adolescence aux enfants dans l’école de dimanche. La seule différence est la quantité d’œuvres confiées à chacun, et chaque personne née de nouveau a son fardeau. 
Quand votre foi est jeune, ce peut être un fardeau pour que vous même veniez à l’église de Dieu et écoutiez la Parole de Dieu. Mais vous devez porter ce fardeau. Écouter la Parole de Dieu est une œuvre extrêmement importante que nous devons tous effectuer. Le Seigneur a dit, «L'œuvre de Dieu, c 'est que vous croyiez en celui qu’'il a envoyé.» (Jean 6:29). 
Il y a tant à faire pour l’évangile de Dieu. Quand nous menons à bien certaines œuvres de Dieu, nous pensons toujours, «quand cette œuvre sera finie, prenons une pause pour nous reposer». Mais une fois que nous finissons l’œuvre, il y a plus d’œuvres qui attendent, et ainsi nous devons œuvrer encore plus qu’avant. Mes chers croyants, alors que nous servons le Seigneur, le fardeau du service augmente réellement de plus en plus. Cependant, quand nous portons le fardeau du Seigneur, notre fardeau est lumière. Puisque le Seigneur nous aide, nos fardeaux sont suffisamment supportables même s’ils continuent d’augmenter.
Récemment nous avons fait une mise à niveau complète de notre site Web afin de l’adapter à plus de visiteurs. Beaucoup d’ouvriers ont œuvré jour et nuit pendant des mois à ce projet. C’est parce que non seulement le site anglais a dû être amélioré, mais tout a dû être traduit et amélioré dans plus de 20 langues. En conséquence, nous avons maintenant plus de visiteurs sur notre site Web et qui surfent sur nos matériaux. Toute notre œuvre n’a pas été faite en vain. 
Puisque chacun de nous a porté son fardeau comme ceci, nous avons vu beaucoup de fruits spirituels. Car nous avons porté les fardeaux de chacun et avons accompli nos rôles dans nos positions, nous avons édité beaucoup de livres d’évangile, et nous les partageons maintenant partout dans le monde. Puisque nous avons traduit les livres d’évangile de l’eau et de l’Esprit en beaucoup de langues du monde et les avons mis sur notre site Web en livres et e-livres, les gens dans le monde entier peuvent télécharger nos e-livres et demander les versions imprimées aussi. 
C’est précisément parce que nous œuvrons unis ensemble que l’évangile se répand avec un succès si énorme. Récemment nous avons eu beaucoup d’Allemands sur notre site. Si vingt de nos ouvriers allaient personnellement en Allemagne servir là, aurions-nous accompli même un dixième de ce que nous avons accompli par l’Internet en répandant l’évangile? Non, nous ne pourrions jamais avoir accompli autant que ce que nous avons accompli ici en Corée par l’Internet. 
Il y a toujours trop de pays où l’évangile de l’eau et de l’Esprit n’est pas encore entré. Quoique la quantité de notre œuvre soit différente pour chacun de nous, nous avons tous beaucoup à faire. Nous ne pouvons même pas nous permettre de nous reposer le jour du Seigneur, bien que notre souhait serait de nous reposer au moins un jour par semaine, et la raison à cela est que si nous n’accomplissons pas chacun notre charge, cela ralentira la propagation de l’évangile. Si nous accomplissons chacun de notre charge de quelque position qui nous ait été assignée, nous pourrons accomplir la volonté de Dieu de proclamer l’évangile partout dans le monde. Si seulement nous avons assez de ressources financières, nous pouvons traduire nos livres en chaque langue, et si seulement nous sommes diligents, nous pouvons répandre l’évangile plus rapidement à chaque nation dans tout le monde entier. 
Dieu a dit que quiconque œuvre pour Dieu devrait être diligent lui-même. Quelqu’un qui est paresseux ne peut jamais inspirer d’autres ouvriers à effectuer l’œuvre de Dieu. Celui qui fait l’œuvre de Dieu doit être lui-même bien plus diligent pour inspirer d’autres ouvriers. Quand ceux qui œuvrent avec lui sont endormis, il doit préparer leur œuvre à l’avance. Puisque celui qui délègue l’œuvre de Dieu à d’autres doit assigner des choses, il a beaucoup à faire. Quiconque a reçu la rémission du péché a beaucoup de charge à effectuer. 
Nous avons besoin également de personnes qui prient pour nous. Pendant le culte d’aujourd’hui, un diacre a prié en notre nom. Il a prié pour tous nos ouvriers œuvrant dans chaque nation, des Etats-Unis en Chine, au Japon, en Russie, et en Mongolie, pour nos collègues partout dans le monde, et pour les âmes perdues dans chaque recoin du monde. Ainsi, si nous devions prier pour chaque nation, il y a beaucoup à prier. Je sais et crois que ce n’est jamais en vain que nos saints prient et demandent ainsi l’aide de Dieu pour nos ministres, les âmes perdues, et chaque nation. Je crois que Dieu répondra à leurs prières et nous aidera. 
Il doit y avoir des saints qui prient pour la propagation de cet évangile véritable. Ainsi si vous pensez que vous n’avez rien que vous pouvez faire, tous ce que vous devez faire c’est prier. Les prières sont énormément importantes. C’est également pour cette raison que nous devons continuer à tenir des réunions de prière le matin dans l’église. 
Pour être honnête, je suis si occupé avec le ministère réel que je n’ai pas assez de temps de beaucoup prier. Même lorsque je prie, c’est habituellement pour nos ouvriers, et mes prières sont larges, plutôt que d’être plus spécifiques et détaillées. C’est précisément parce que moi-même suis incapable de prier beaucoup que j’ai besoin de ceux qui prient pour moi. L’apôtre Paul a également demandé de telles prières indiquant, «Priez pour moi, afin qu'il me soit donné, quand j'ouvre la bouche, de faire connaître hardiment et librement le mystère de l'Évangile,» (Ephésiens 6:19). Ceux qui prient devraient prier loyalement, et ceux qui sortent réellement pour œuvrer devraient mener à bien leurs œuvres assignés loyalement. C’est ainsi que nous portons chacun nos propres fardeaux. 
Nous devons tous être fidèles aux charges qui nous sont assignées. Nous ne pouvons pas simplement faire une œuvre hésitante et dire que c’est assez, parce que nous œuvrons devant Dieu par la foi. L’œuvre de Dieu est quelque chose qui doit être fait avec l’attachement de toutes nos vies. Si nous ne pouvons pas réaliser quelque chose lorsque nous mobilisons tout moyen, alors nous devons demander l’aide de Dieu. 
Y en a-t-il parmi vous qui disent: «j’étais très occupé quand j’étais dans mon ancienne église, mais maintenant que je suis entré dans l’église de Dieu après avoir été sauvé de mes péchés, il n’y a rien à faire». Si vous sentez qu’il n’y a rien à faire après avoir rejoint l’église de Dieu, alors voici ce que vous devriez faire : tout d’abord, vous devez assister au culte et écouter attentivement la Parole ; et deuxièmement, vous devriez participer à ce que l’église fait, même si c’est des courses urgentes. Nous devons remplir la charge confiée à chacun de nous. C’est seulement quand nous sommes tous fidèles que l’œuvre de Dieu être accomplie avec succès. Une fois que nous commençons personnellement à effectuer l’œuvre de Dieu, nous nous rendrons compte qu’il y a tellement de faire. 
Tandis que certains dans l’église de Dieu ont trop à faire, d’autres ont trop peu à faire. Par conséquent, pendant que votre foi se développe, vous devez suivre votre prédécesseur de la foi ; quoi qu’ils fassent, vous devez vous unir à eux. Et vous devez tout faire de votre propre volonté. C’est ainsi que vous vous renseignez sur l’œuvre de Dieu, vous renseignez sur la foi dans le Seigneur, et servez le Seigneur. Et à ceux qui effectuent loyalement leur charge, d’autres chargent sont confiées pour continuer à mener à bien les œuvres de Dieu.
 


C’est pourquoi nous devons porter nos fardeaux en servant l’évangile de l’eau et de l’Esprit 


Vous et moi devons nous rappeler la Parole disant de porter nos fardeaux. Le passage d’aujourd’hui des Ecritures dit: «Si quelqu’un pense être quelque chose, quoiqu’il ne soit rien, il s’abuse lui-même. Que chacun examine ses propres œuvres, et alors il aura sujet de se glorifier pour lui seul, et non par rapport à autrui ; car chacun portera son propre fardeau» (Galates 6:3-5). 
Dieu a dit que celui à qui on enseigne la Parole devrait partager toutes bonnes choses avec celui qui enseigne. Et Dieu a également dit que si quelqu’un pense être quelque chose, quand il n’est rien, il se trompe. «Ma foi est-elle vraiment appropriée? Est-ce que je crois vraiment en Dieu et compte sur lui, et ai donné mon cœur entier pour le Seigneur? Est-ce que je vais partout où le Seigneur me mène, séparé du monde? Est-ce que j’essaie de vivre seulement pour moi? Ma foi est-elle vraiment droite? Est-ce que je suis vraiment un ouvrier devant Dieu? Suis-je vraiment devenu le serviteur de Dieu?» Vous devez vous examiner pour répondre à ces questions. 
La Bible dit que si quelqu’un pense être quelque chose, quand il n’est rien, alors il se trompe. Bien que nous menions une vie de foi, quand nous nous examinons devant Dieu, nous voyons qu’il y a vraiment beaucoup d’aspects qui demeurent toujours sans changement. Quand nous contemplons sur nous-mêmes pour voir si nous croyons complètement au Seigneur, si nous vivons en effet avec lui, et si nous avons en effet été améliorés avec lui, nous voyons que ce n’est pas réellement le cas. Devant Dieu, nous devons apprendre la vérité qui nous mène à la connaissance de sa justice. Pour ce faire, nous devons enlever la crasse de nos cœurs, et nous devons suivre le Seigneur par la foi. Quand nous réfléchissons sur la Parole devant Dieu, nous devons nous examiner pour voir si notre foi est appropriée. Et nous devons devenir des hommes et des femmes de foi pour enseigner beaucoup plus de personnes. 
Paul a dit, «que celui à qui l’on enseigne la parole fasse part de tous ses biens à celui qui l’enseigne» (Galates 6:6). C’est approprié. Ceux qui enseignent la Parole de Dieu doivent eux-mêmes croire à la Parole de Dieu et le suivre, précisément parce qu’ils sont responsables de ce devoir très important d’enseigner la Parole. Ceux qui sont enseignés devraient également croire à ce que Dieu dit, et le suivre unissant leurs cœurs à ceux qui les enseignent. 
L’apôtre Paul continue ici, disant: «Ne vous y trompez pas : on ne se moque pas de Dieu. Ce qu’un homme aura semé, il le moissonnera aussi» (Galates 6:7). Dieu nous a dit qu’on ne se moque pas de lui. Ceci signifie que nous ne devrions pas penser que nous pouvons tromper Dieu d’une façon ou d’une autre. Si nous pensons que notre foi ait grandie, alors qu’elle n’en est rien, Dieu le sait.
Dieu dit: «Ce qu’un homme aura semé, il le moissonnera aussi» (Galates 6:7). Il est dit que celui qui sème pour la chair récoltera de la chair la corruption, mais celui qui sème pour l’Esprit récoltera de l’Esprit la vie éternelle. En d’autres termes, même après être né de nouveau, nous continuons à effectuer les œuvres de la chair et l’œuvre de l’Esprit, et nous récolterons ce que nous semons. Parfois, par les insuffisances de notre chair, nous semons des choses de la chair. Cependant, si nous continuons à servir le Seigneur par la foi et à œuvrer pour le Seigneur, nous semons pour l’Esprit. Quand nous continuons à servir l’évangile de diverses manières, l’évangile continuera à être proclamé partout dans le monde, et il y aura beaucoup plus de personnes qui recevront la rémission de leurs péchés. Ainsi, alors qu’il peut y avoir des choses périssables en nos vies, il y a également des choses non périssables qui durent pour toujours. Sauver les âmes par l’évangile de l’eau et de l’Esprit, c’est l’œuvre spirituel qui récolte les fruits de l’Esprit-Saint. C’est en menant à bien de telles œuvres spirituelles que nous récoltons le fruit de l’Esprit-Saint. 
Nous savons que le Seigneur a parlé de ce qui est évident en soi. Si nous servons cet évangile maintenant, nous porterons des fruits spirituels, mais si nous ne servons pas l’évangile maintenant, alors nous porterons seulement les fruits de la chair qui périra. En d’autres termes, le type de fruit que nous portons est déterminé par ce que nous servons après avoir reçu la rémission de nos péchés.
 


Nous avons maintenant une mission mondiale


Il y a maintenant beaucoup de gens en ce monde qui croient et suivent l’évangile vrai de l’eau et de l’Esprit. Nous savons qu’il y en a également beaucoup que nous ne connaissons pas encore, mais néanmoins croient en l’évangile de l’eau et l’Esprit avec leurs cœurs. Il y a également ceux qui, bien qu’incertains maintenant, par la suite nous rejoindront dans la ligne des martyres le dernier jour, feront la même confession de la foi que la nôtre, et embrasseront le martyre avec nous. 
Si nous prêchons l’évangile de l’eau et l’Esprit maintenant, nous récolterons le fruit vrai de l’Esprit-Saint, mais si nous t ne prêchons pas l’évangile, alors il n’y aura aucun fruit du salut à récolter. Comment un fermier peut-il compter moissonner une récolte en automne, sans ensemencer d’abord au printemps? Le même principe s’applique aux affaires spirituelles. Il est absolument indispensable que nous vivions dans la foi, faisant confiance à l’évangile de l’eau et de l’Esprit, priant pour cet évangile, et pratiquant réellement notre foi dans notre vie quotidienne. Quoique nous soyons insuffisants, Dieu veut répandre l’évangile partout dans le monde par nous. 
Toutes les fois que je voyage outre-mer, je trouve beaucoup de missionnaires envoyés de Corée qui fonctionnent en communautés locales. Mais toutes les fois qu’ils nous approchent, nous qui sommes venus là pour répandre l’évangile de l’eau et de l’Esprit, c’est un moment si difficile. C’est clair qu’ils feignent d’être amicaux, cachant leur motif secret de nous conduire hors de leur territoire. Ils devraient être réjouis quand nous leur disons que nous sommes venus là pour prêcher l’évangile de l’eau et de l’Esprit, mais ils sont si soupçonneux et méfiants envers nous. Ils ont tant de questions pour nous, demandant quand nous sommes venus, pourquoi nous sommes venus, et quelle est notre dénomination, que c’est comme s’ils interrogeaient un criminel. Ces personnes ne servent pas l’évangile de l’eau et de l’Esprit. Elles sont occupées à répandre seulement les noms de leurs propres dénominations et de leurs propres fondateurs. Elles n’ont aucun intérêt à prêcher l’évangile de l’eau et de l’Esprit pour que les gens soient réellement sauvés. En bref, ils ne connaissent pas l’évangile de l’eau et de l’Esprit et n’en ont rien à faire. 
Parmi ceux qui sont renommés pour leur œuvre de missionnaire outre-mer, beaucoup répandent seulement leurs propres noms ou leur propre justice. Par exemple, Livingston, qui est souvent considéré en tant que Saint de l’Afrique, est l’un d’entre eux. Il est allé aux coins les plus éloignés d’Afrique, fournissant des services médicaux aux malades et prenant soins des Africains, c’est pourquoi on l’a élevé en tant que saint. Mais son ministère n’a rien eu à faire avec l’évangile de l’eau et de l’Esprit. 
La Bible dit: «Celui qui marche en pleurant, quand il porte la semence, Revient avec allégresse, quand il porte ses gerbes» (Psaume 126:6). Je crois que ceux qui œuvrent aujourd’hui pour l’évangile de l’eau et de l’Esprit récolteront les fruits de la vie éternelle. Nous devons œuvrer pour ces œuvres de Dieu et porter nos fardeaux. Nous devons vraiment nous offrir aux œuvres de Dieu. Si nous devenons les grains de Dieu et nous consacrons complètement au Seigneur, alors des personnes seront sauvées par nous. À moins que nous ne prêchions l’évangile, les gens partout dans le monde mourront sans être nés de nouveau. 
Bien que nous ne soyons pas réellement présents partout dans le monde, nous prêcherons l’évangile de l’eau et l’Esprit partout dans le monde par notre littérature. Quoique ce soit très difficile, nous accomplirons tout ce que Dieu nous a confié maintenant. Puis, les jours difficiles viendront bientôt. Quand le monde sera vraiment trop dur et que nous ne pourrons plus prêcher l’évangile, nous danserons, nous régalerons, et sauterons de joie. Et quand l’heure du martyre viendra, nous serons martyrs volontairement, espérant le royaume de Dieu et étant remplis de l’Esprit. Nous crierons: «Je veux que le Royaume du Seigneur vienne!» 
Mes chers croyants, ceux qui ont consacré tous leurs cœurs au Seigneur ne craignent pas le martyre. Qu’en pensez-vous? La mort, mes chers croyants, est naturellement une perspective terrifiante en termes charnels. Mais quand nous la regardons d’un point de vue spirituel, il n’y a rien à craindre. Nous ne craignons pas la mort précisément parce que nous avons l’espoir d’un prochain monde. 
Actuellement, quand nous pouvons encore répandre l’évangile de l’eau et de l’Esprit, vivons diligemment pour cet évangile. Et semons beaucoup de graines pour l’évangile. Nous ne pouvons pas nous arrêter maintenant. Notre ligne d’arrivée est encore lointaine. Il y a toujours quelques pays où les gens ne savent même pas ce qu’est le christianisme. De tels endroits sont si sous-développés. Et les personnes là-bas sont trop ignorantes de Dieu. 
Quand j’ai visité la Mongolie il y a quelques années, j’ai interrogé quelqu’un au sujet de Dieu, et il m’a dit que Dieu était Bouddha. En d’autres termes, les Mongoliens ont le concept de Dieu comme Bouddha. Leur concept de déité n’est pas défini par Dieu, mais par Bouddha, et ils croient que Bouddha est la déité toute-puissante. Nous devons les amener à entendre parler du vrai Dieu, Jésus-Christ qui est venu par l’évangile de l’eau et de l’Esprit. Nous devons reconstituer le nom de Dieu, sa position, et sa puissance de nouveau comme Dieu à la place de ce Bouddha qui l’a remplacé. Nous devrions leur enseigner que tandis que Bouddha est juste un homme, Dieu est le vrai Dieu qui a fait l’univers tout entier. C’est pourquoi il y a tant à faire. 
Tout comme un fermier ne moissonne pas sa récolte avec l’œuvre d’un moment, nous devons également cultiver les champs de l’esprit humain pour moissonner leur salut point par point. Un fermier laboure le champ, sème la graine, fertilise la terre et quand les pousses se développent, nettoie le champ, et enlève les parasites – c’est alors seulement qu’il moissonne en automne. De même, nous semons la graine de l’évangile selon les temps, enlevons les herbes des doctrines fallacieuses, donnons l’engrais de la Parole en temps voulu, et de cette manière, nous consolidons ceux qui sont nés de nouveau pour se développer comme enfants et ouvriers de Dieu. C’est pourquoi nous devons prêcher l’évangile et entretenir les saints. Nous devons prêcher l’évangile même dans des pays obscurs, et pour ce faire, nous devons prier, mettre nos ressources financières vers ce ministère, et envoyer nos ouvriers là-bas. 
Ceux qui sont en Corée devraient œuvrer diligemment pour fixer les ressources financières et fournir assez d’appui à l’évangile. Même parmi les militaires, il y a différents types de troupes. En période de guerre, les troupes d’approvisionnement fournissent aux troupes de combat des équipements, alors que les troupes de combat emploient ces approvisionnements pour entrer dans la bataille et le combat. De même, pour répandre l’évangile partout dans le monde, il doit y avoir des ouvriers qui servent personnellement pour prêcher l’évangile, d’autres ouvriers qui offrent les ressources financières, et toujours d’autres ouvriers qui prient pour la propagation de l’évangile. 
Il y a une telle œuvre de Dieu que nous devons effectuer. Nous faisons face à une situation importante, et si nous abandonnons ici et maintenant, rien ne sera accompli. Quand nous envoyons nos livres à chaque nation dans sa propre langue, et entretenons et stimulons nos collègues, beaucoup d’âmes seront sauvées. Il n’y a plus de temps pour nous reposer en ne faisant rien. Nous devons prendre nos fardeaux et œuvrer tandis que nous pouvons encore mener à bien les œuvres de Dieu. Il y a tellement à faire. 
Nous avons cherché à prêcher l’évangile aux pays de l’Indochine tels que le Vietnam, le Laos, et le Cambodge, mais on nous a dit qu’il n’est toujours pas possible de prêcher l’évangile librement dans ces pays, comme ils ont tous été des pays communistes jusqu’à récemment. Comment pouvons-nous alors prêcher l’évangile à de tels pays? Ce serait une manière très efficace de chercher les Vietnamiens, Laotiens, et Cambodgiens qui sont venus en Corée en tant qu’ouvriers migrateurs, leur enseigner l’évangile de l’eau et de l’Esprit, en faire des disciples, et les envoyer de nouveau dans leurs pays d’origine. Ainsi, Dieu nous donnera des occasions de servir l’évangile de diverses manières tant que nous voulons servir cet évangile véritable de tout cœur. 
Je suis entièrement d’accord avec ce que Paul dit dans Galates 6:9, «Ne nous lassons pas de faire le bien ; car nous moissonnerons au temps convenable, si nous ne nous relâchons pas». Paul nous dit que nous devons faire de bonnes œuvres diligemment. Si nous servons cet évangile diligemment, prions, et ne nous lassons pas, nous récolterons en temps voulu. En d’autres termes, nous récolterons si nous sommes diligents. 
Vous avez probablement entendu beaucoup de fois combien les gens nous envoient des lettres de remerciement pour nous parler de leur salut. Pourrions-nous avoir moissonné ces personnes, si nous n’avions pas prêché l’évangile de l’eau et de l’Esprit? C’est parce que nous avons édité et avons envoyé nos livres d’évangile que nous pouvons récolter de tels fruits dans la joie. Quelqu’un a même reconnu qu’alors qu’il avait étudié la théologie toute sa vie, un seul de nos livres a eu plus d’influence sur lui que tout qu’il avait lu jusque-là. 
Paul dit, «Ne nous lassons pas de faire le bien ; car nous moissonnerons au temps convenable, si nous ne nous relâchons pas» (Galates 6:9). Comme promis dans ce passage, si nous menons à bien diligemment les œuvres de l’évangile, nous moissonnerons les fruits abondants de la foi. Nous devons faire l’œuvre de Dieu diligemment tant que c’est possible. 
Paul a continué en disant: «Ainsi donc, pendant que nous en avons l’occasion, pratiquons le bien envers tous, et surtout envers les frères en la foi» (Galates 6:10). Ceux qui sont nés de nouveau doivent être attentifs à leurs frères et sœurs nés de nouveau. Nous devrions leur enseigner que «nous, nés de nouveau, devons vivre dans la foi», prier pour eux, et les mener à vivre dans la foi, et s’ils ont besoin de notre aide, nous les aidons. S’ils doivent prêcher l’évangile, il est aussi juste que ceux qui sont nés de nouveau soient attentifs à leur famille. Mais il n’est pas juste pour qu’ils se sacrifient seulement pour les avantages physiques de leur famille. 
Nous devons servir l’évangile et le prêcher à chaque occasion. Le temps passe, mais que faisons-nous vraiment? Qu’avons-nous fait? Et que devrions-nous continuer de faire en ces jours à venir? Nous devrions veiller de peur que nous ne perdions le temps précieux en vain. Nous mettrons bien plus d’e-livres sur notre site Web et œuvrerons encore plus dur, de sorte que plus de 10.000 personnes partout dans le monde téléchargent nos livres chaque jour. 
À la différence du passé, où les gens voyageaient par bateau et montaient à cheval, nous pouvons aller où nous voulons sur cette planète en un clin d’œil. Le monde entier s’est rétréci. C’est le moment idéal où nous pouvons répandre l’évangile dynamiquement. Nous pouvons maintenant œuvrer pour le monde entier. Mes chers croyants, je ne dis pas ceci pour me plaindre que vous n’œuvrez pas assez dur. Plutôt, je dis ceci parce que vous et moi devons partager le fardeau de Christ, et je voudrais que tous pensent à la façon dont nous pouvons le faire. 
Jusqu’à ce jour, vous avez tous porté de lourds fardeaux, mais vous ne devriez pas vous relâcher. Au lieu de cela, vous devriez continuer à porter le fardeau de l’évangile et le prêcher dans le monde entier jusqu’au jour où notre Seigneur reviendra. Bientôt, le jour viendra où nous ne pourrons pas prêcher l’évangile. Portons maintenant chacun de nos fardeaux pour l’évangile, à cette heure où nous pouvons toujours prêcher. 
Estimez-vous que votre fardeau actuel est déjà assez lourd, et qu’on vous invite maintenant à porter bien plus de fardeaux? Trouvez-vous cela trop insoutenable et trop dur pour vous de les porter et souhaitez-vous pouvoir les enlever tous? Le fardeau du Seigneur est un fardeau mystérieux ; plus nous le portons, plus nous sommes fortifiés, et cela nous permet de tout porter. Si le fardeau est trop lourd pour que nous le portions, le Seigneur le portera avec nous, et ainsi même si le fardeau du Seigneur augmente, il ne devient pas plus lourd pour nous. Le fardeau du Seigneur est tel que plus nous le portons, plus il devient léger ; cependant, si nous l’enlevons, le fardeau du monde pèsera fortement pour nous écraser. 
Je rends grâces à notre Seigneur. Nous qui croyons en l’évangile de l’eau et de l’Esprit avons revêtu la gloire qui nous permet de porter le fardeau du Seigneur. Alléluia!