Sermons

Sujet 24: SERMONS POUR CEUX QUI SONT DEVENUS NOS PARTENAIRES

[24-70] Les justes doivent accomplir leur devoir (Genèse 38:1-30)

(Genèse 38:1-30)
«En ce temps-là, Juda s'éloigna de ses frères, et se retira vers un homme d'Adullam, nommé Hira. Là, Juda vit la fille d'un Cananéen, nommé Schua ; il la prit pour femme, et alla vers elle. Elle devint enceinte, et enfanta un fils, qu'elle appela Er. Elle devint encore enceinte, et enfanta un fils, qu'elle appela Onan. Elle enfanta de nouveau un fils, qu'elle appela Schéla ; Juda était à Czib quand elle l'enfanta. Juda prit pour Er, son premier-né, une femme nommée Tamar. Er, premier-né de Juda, était méchant aux yeux de l’Eternel ; et l'Eternel le fit mourir. Alors Juda dit à Onan : Va vers la femme de ton frère, prends-la, comme beau-frère, et suscite une postérité à ton frère. Onan, sachant que cette postérité ne serait pas à lui, se souillait à terre lorsqu'il allait vers la femme de son frère, afin de ne pas donner de postérité à son frère. Ce qu'il faisait déplut à l'Eternel, qui le fit aussi mourir. Alors Juda dit à Tamar, sa belle-fille : Demeure veuve dans la maison de ton père, jusqu'à ce que Schéla, mon fils, soit grand. Il parlait ainsi dans la crainte que Schéla ne mourût comme ses frères. Tamar s'en alla, et elle habita dans la maison de son père. Les jours s'écoulèrent, et la fille de Schua, femme de Juda, mourut. Lorsque Juda fut consolé, il monta à Thimna, vers ceux qui tondaient ses brebis, lui et son ami Hira, l'Adullamite. On en informa Tamar, et on lui dit : Voici ton beau-père qui monte à Thimna, pour tondre ses brebis. Alors elle ôta ses habits de veuve, elle se couvrit d'un voile et s'enveloppa, et elle s'assit à l'entrée d'Enaïm, sur le chemin de Thimna ; car elle voyait que Schéla était devenu grand, et qu'elle ne lui était point donnée pour femme. Juda la vit, et la prit pour une prostituée, parce qu'elle avait couvert son visage. Il l'aborda sur le chemin, et dit : Laisse-moi aller vers toi. Car il ne connut pas que c'était sa belle-fille. Elle dit : Que me donneras-tu pour venir vers moi? Il répondit : Je t'enverrai un chevreau de mon troupeau. Elle dit : Me donneras-tu un gage, jusqu'à ce que tu l'envoies? Il répondit : Quel gage te donnerai-je? Elle dit : Ton cachet, ton cordon, et le bâton que tu as à la main. Il les lui donna. Puis il alla vers elle ; et elle devint enceinte de lui. Elle se leva, et s'en alla ; elle ôta son voile, et remit ses habits de veuve. Juda envoya le chevreau par son ami l'Adullamite, pour retirer le gage des mains de la femme. Mais il ne la trouva point. Il interrogea les gens du lieu, en disant : Où est cette prostituée qui se tenait à Enaïm, sur le chemin? Ils répondirent : Il n'y a point eu ici de prostituée. Il retourna auprès de Juda, et dit : Je ne l'ai pas trouvée, et même les gens du lieu ont dit : Il n'y a point eu ici de prostituée. Juda dit : Qu'elle garde ce qu'elle a! Ne nous exposons pas au mépris. Voici, j'ai envoyé ce chevreau, et tu ne l'as pas trouvée. Environ trois mois après, on vint dire à Juda : Tamar, ta belle-fille, s'est prostituée, et même la voilà enceinte à la suite de sa prostitution. Et Juda dit : Faites-la sortir, et qu'elle soit brûlée. Comme on l'amenait dehors, elle fit dire à son beau-père : C'est de l'homme à qui ces choses appartiennent que je suis enceinte ; reconnais, je te prie, à qui sont ce cachet, ces cordons et ce bâton. Juda les reconnut, et dit : Elle est moins coupable que moi, puisque je ne l'ai pas donnée à Schéla, mon fils. Et il ne la connut plus. Quand elle fut au moment d'accoucher, voici, il y avait deux jumeaux dans son ventre. Et pendant l'accouchement il y en eut un qui présenta la main ; la sage-femme la prit, et y attacha un fil cramoisi, en disant : Celui-ci sort le premier. Mais il retira la main, et son frère sortit. Alors la sage-femme dit : Quelle brèche tu as faite! Et elle lui donna le nom de Pérets. Ensuite sortit son frère, qui avait à la main le fil cramoisi ; et on lui donna le nom de Zérach.»
 

Tout vrai chrétien né de nouveau doit accomplir ses responsabilités que Dieu lui a confiées. Nous devons connaître et assumer nos responsabilités correctement devant Dieu. Parmi les douze fils de Jacob mentionnés dans ce passage de l’Écriture, Juda est devenu l’ancêtre de la tribu royale. Il est écrit ici que Juda a pris une femme pour son fils Er et le nom de sa belle-fille était Tamar. Et c’était une femme païenne.
 


Tamar : Une femme dans la lignée de la foi


Au début de l’Évangile selon Matthieu, nous lisons la généalogie de Jésus-Christ où la lignée de la foi est consignée. Matthieu chapitre 1 verset 3 dit : «Juda engendra de Thamar Pharès et Zara ; Pharès engendra Esrom ; Esrom engendra Aram.» Il est écrit ici que Jacob a engendré Juda et ses frères. Il nous est dit que Juda a engendré Pérets et Zérach par Tamar. Qui est cette Tamar? Elle était l’épouse du fils aîné de Juda. En d’autres termes, elle était la belle-fille de Juda. Mais voilà ce qui s’est passé à la fin. Juda a couché avec sa belle-fille Tamar contre son gré après de nombreux rebondissements. Chers croyants, n’est-il pas horrible que quelque chose comme ça soit consigné dans la Bible? Cependant, je crois que notre Dieu nous parle à travers ce récit disant à comme est exactement notre vrai moi.
Pour le peuple israélite, comme nous les Coréens, les femmes devaient continuer la lignée familiale de leur mari. Lorsqu’une femme se marie, elle a la responsabilité absolue de donner naissance à un descendant pour continuer la lignée familiale de son mari. Et donc, si le fils aîné d’un Israélite était marié mais mourait sans avoir d’enfant de sa femme, alors le frère cadet irait vers elle afin d’avoir un enfant. Même à l’époque du Nouveau Testament, certains sadducéens demandaient à Jésus : «Maître, Moïse nous a écrit que si le frère d’un homme meurt, ayant une femme, et qu’il meurt sans enfants, son frère devrait prendre sa femme et élever une progéniture pour son frère. Maintenant, il y avait sept frères. Et le premier a pris une femme, et est mort sans enfants. Et le second l’a prise comme épouse, et il est mort sans enfant. Puis le troisième l’a prise, et de la même manière les sept aussi ; et ils n’ont laissé aucun enfant, et sont morts. Finalement la femme est morte aussi. Par conséquent, à la résurrection, de qui sera-t-elle la femme? Car tous les sept l’ont eue comme épouse» (Luc 20:28-33).
Dans un tel contexte culturel, Tamar avait le devoir de transmettre la lignée familiale de Juda, mais les fils de Juda ne l’ont pas accompli. La Bible rapporte que le premier-né de Juda, Er, était méchant aux yeux de Dieu et que le Seigneur l’a tué. Ce qui est très étrange, c’est qu’Er savait en quelque sorte que s’il avait des relations avec sa femme, l’enfant qui naîtrait ne serait pas son enfant et il l’a donc empêchée de concevoir. On dit que le Seigneur était en colère contre ses méfaits et l’a tué. Pour l’amour du frère aîné Er, Dieu a donné le frère cadet Onan à Tamar. Si nous regardons le Livre de Genèse 38:8, il est dit : «Alors Juda dit à Onan : Va vers la femme de ton frère, prends-la, comme beau-frère, et suscite une postérité à ton frère.» Et donc Juda l’a fait aller chez sa belle-sœur Tamar. Cependant, cet Onan a fait la même chose que son frère et a été détruit à cause de cela. Si nous regardons le verset 9, il dit : «Onan, sachant que cette postérité ne serait pas à lui, se souillait à terre lorsqu'il allait vers la femme de son frère, afin de ne pas donner de postérité à son frère.»
Alors, à qui cela revient-il maintenant? Le troisième fils de Juda, nommé Schéla était maintenant en ligne, et c’était évidemment son tour d’être marié. Mais Schéla était encore très jeune. Juda a dû continuer sa lignée familiale mais ses deux fils étaient déjà morts. Et sa belle-fille a dû attendre que son troisième fils Schéla grandisse, mais Juda a senti que Schéla mourrait aussi s’il donnait son plus jeune fils en mariage à Tamar, alors il a évité de le faire. Il lui dit : «Je vais te donner Schéla, mais attends qu’il ait grandi.» En tant que père, il avait peur de ce qui arriverait à son plus jeune fils. Juda s’est dit que s’ils étaient autorisés à dormir ensemble, son plus jeune fils mourrait aussi. Il pensait que cette belle-fille était comme une veuve noire qui allait dévorer tous ses fils. Et donc finalement, il n’a pas donné son troisième fils à cette belle-fille.
 

Tamar qui couchait avec son beau-père

Le Livre de Genèse 38:12-16 dit ce qui suit : «Lorsque Juda fut consolé, il monta à Thimna, vers ceux qui tondaient ses brebis, lui et son ami Hira, l'Adullamite. On en informa Tamar, et on lui dit : Voici ton beau-père qui monte à Thimna, pour tondre ses brebis. Alors elle ôta ses habits de veuve, elle se couvrit d'un voile et s'enveloppa, et elle s'assit à l'entrée d'Enaïm, sur le chemin de Thimna ; car elle voyait que Schéla était devenu grand, et qu'elle ne lui était point donnée pour femme. Juda la vit, et la prit pour une prostituée, parce qu'elle avait couvert son visage. Il l'aborda sur le chemin, et dit : Laisse-moi aller vers toi. Car il ne connut pas que c'était sa belle-fille. Elle dit : Que me donneras-tu pour venir vers moi?»
D’après ce qui est dit dans le passage des Écritures, quelqu’un a dit à Tamar que son beau-père était venu à Thimna, on peut donc supposer que Thimna était l’endroit où Tamar vivait à l’époque. Il semble que la belle-fille de Juda n’avait pas les vêtements de veuve mais cachait son visage et était assise sur le bord de la route comme une prostituée. Et Juda, même si sa femme était morte il n’y a pas si longtemps, a couché avec cette prostituée qui était assise au bord de la route.
Chers croyants, c’est la vraie image de l’homme Juda. Voici le récit biblique tout comme il était. La Parole de Dieu ne cache rien en ce qui concerne l’humanité. Parce que la Parole est la Parole de Dieu, elle dit tout sur les êtres humains. Les biographies que les gens ont écrites ne mentionnent que les bons points de certains grands hommes. Par exemple, il est écrit que le général Lee Soon Shin de notre pays était un génie et était très intelligent dès son plus jeune âge. De plus, il était courageux, honorait ses aînés et était bien éduqué. Cependant, la Bible n’écrit pas sur nos ancêtres dans la foi de cette façon. La Parole de Dieu nous parle de toute personne biblique comme elle est sans rien ajouter ou omettre. Et donc, après que Juda ait perdu sa femme et l’ait enterrée, il avait des relations avec une prostituée.
Les Israélites avaient l’habitude de mettre de côté un jour chaque année pour la tonte des moutons. C’est la même chose dans notre pays si à l’automne nous rassemblons toutes les cultures pour lesquelles nous avons travaillé si dur. Mais en Israël, le travail était principalement l’élevage de bétail, de sorte que la période de tonte des moutons était le moment où ils avaient une récolte abondante. Mais le jour où Juda allait tondre ses brebis, il a vu une femme sur le bord du chemin et a eu des relations avec elle. Il y avait une femme sur le bord de la route qui avait le visage couvert. Je suppose que les prostituées de l’époque le faisaient. Juda lui a dit qu’il irait vers elle, et elle a probablement demandé de l’argent. Juda a dit qu’il n’avait pas d’argent, et donc elle a demandé quelque chose qui pourrait être une garantie de paiement ou une garantie. Juda lui dit alors qu’il avait son signet, son cordon et son bâton. Et donc la femme a demandé cela comme garantie. En fait, cette femme n’était pas une prostituée mais la belle-fille de Juda, Tamar. Elle était l’épouse de ses premier et deuxième fils.
Après un certain temps, il était temps pour Tamar de donner naissance à un enfant. Et certaines personnes en ont parlé à Juda. Les gens disaient que sa belle-fille avait commis l’adultère et était dans la durée de sa grossesse. Ils ont dit qu’elle devait être lapidée et tuée. Si cela était vrai, alors selon le commandement de la Loi, son péché appelait à la mort. Et donc Juda, afin de tuer sa belle-fille, l’attrapa et l’assit et lui demanda qui lui avait fait ça. Tamar a ensuite dit que le propriétaire du signet, du cordon et du bâton lui avait fait cela. Juda était perdu sur ce qu’il fallait dire en réponse à cela. C’était comme si Tamar disait : «Si tu m’avais donné ton plus jeune fils Schéla, alors cela ne serait pas arrivé. Tu n’as pas rempli l’obligation que tu avais envers moi. Et comme j’avais l’importante responsabilité de continuer la lignée familiale, je n’avais pas d’autre choix. Mon but était uniquement de continuer la lignée familiale.»
Chers croyants, lorsqu’une femme se marie dans un ménage, elle a l’obligation de continuer la lignée familiale. Autrement dit, elle doit veiller à ce que les descendants de ce ménage ne soient pas coupés. Personne ne peut nier ce devoir. Et donc, si des femmes israélites n’étaient pas capables d’avoir des enfants, elles étaient méprisées ou rejetées. Et donc, à cause de cela, Juda n’a pas été en mesure de la tuer. Et ainsi la progéniture de Tamar et Juda est devenue une partie de la ligne généalogique de la foi. Et plus tard à travers cette ligne généalogique, qui sort? Jésus-Christ est né dans la chair humaine en tant que Sauveur.
 


Nous devons accomplir tous nos devoirs spirituels


Nous voyons ici que la raison pour laquelle les fils de Juda, Er et Onan, ont été tués est parce qu’ils n’ont pas accompli leurs devoirs devant Dieu. Leurs devoirs étaient d’avoir des enfants pour succéder à leur lignée familiale. Il est normal que l’on fasse le devoir qui lui revient. Pourquoi alors ont-ils mis du sperme sur le sol pour qu’un enfant ne puisse pas être porté? 
Si tel est le cas, quels sont les devoirs ou les responsabilités de ceux d’entre nous qui croient en l’évangile de l’eau et de l’Esprit? Chers croyants, c’est un grand mal pour nous de ne pas accomplir nos devoirs devant Dieu. Et il n’y a rien de plus mauvais que ceux qui croient en la Justice de Dieu pour ne pas proclamer Sa Justice. C’est un péché plus grand que n’importe quel type de meurtre. Je dis que ces hommes mentionnés ici qui n’étaient pas fidèles dans leurs responsabilités envers leur famille et devant Dieu et ces croyants en l’évangile de l’eau et de l’Esprit qui ne proclament pas l’évangile de l’eau et de l’Esprit sont les mêmes. C’est le devoir des justes d’accomplir ce qui leur a été confié. Ceux qui ne s’acquittent pas de cette responsabilité ne pourront pas éviter la mort. Cependant, il y aura toujours des saints qui ne proclameront pas l’évangile de l’eau et de l’Esprit. Ils ne servent pas la Justice de Dieu et ne s’unissent pas à l’Église de Dieu. Ils doivent tenir et ne pas le faire.
Nous voyons ici que les deux fils de Juda sont morts parce qu’ils n’ont pas rempli leurs devoirs. Je suppose qu’ils ne se sont pas particulièrement intéressés à Tamar en tant que personne. À votre avis, pourquoi Dieu a-t-il tué Er? Il est écrit qu’Er, le premier-né de Juda était méchant aux yeux de l’Éternel, et l’Éternel l’a tué. Je pense que parce qu’Er avait versé sa semence sur le sol, Tamar ne pouvait pas concevoir d’enfant. Et Dieu a considéré cela comme le mal et l’a tué. L’autre frère Onan a également été tué. Juda a dit : «Onan, s’il te plaît, continue la descendance de ton frère aîné. Va chez ta belle-sœur à la place de ton frère, faites-la concevoir et continue la lignée familiale.» Mais Onan a pensé à cela et avait dans le cœur que même si un enfant était né, ce ne serait pas le sien mais l’enfant de son frère aîné à la place. Il n’y avait aucune raison pour qu’il fasse concevoir sa belle-sœur et il a donc évité cela. À cause de cet acte, Dieu a considéré Onan comme étant mauvais et l’a tué aussi. Il aurait dû remplir son devoir, mais il ne l’a pas fait. Et donc, ces deux frères ont été mis à mort pour leurs péchés.
Chers croyants, ce passage des Écritures s’applique aussi à nous. C’est pourquoi nous devons méditer très attentivement sur ce passage des Écritures. Nous sommes nés de nouveau en croyant en la Parole de l’eau et de l’Esprit. Jésus-Christ nous a sauvés de tous les péchés du monde par l’évangile de l’eau et de l’Esprit. Il a effacé tous nos péchés. Mais si nous, qui avons été sauvés de tous nos péchés, ne faisons pas nos devoirs pour sauver les âmes, alors nous ne sommes pas différents des fils de Juda. Et donc, le passage des Écritures d’aujourd’hui est une Parole d’une signification profonde pour nous les justes. Autrement dit, les personnes nées de nouveau qui ne s’unissent pas à l’Église ne s’acquittent pas de leurs responsabilités spirituelles. Si quelqu’un parmi les nés de nouveau garde sa bouche fermée et ne partage pas l’évangile de l’eau et de l’Esprit avec les autres, alors il est le même que ces deux hommes qui n’ont pas accompli leurs devoirs.
Si quelqu’un me demandait de dire quelle est la chose la plus misérable que les nés de nouveau puissent faire, je dirais que la personne la plus méchante de toutes est celle qui a reçu la rémission des péchés mais ne sert pas la Justice de Dieu, et sert plutôt ses propres désirs de la chair à la place. Quiconque ne peut pas proclamer l’Évangile directement doit s’unir à l’Église, afin qu’il puisse partager avec les autres ce véritable Évangile de toutes les manières possibles, et il doit faire l’œuvre de la transmission de la postérité et de la naissance de l’âme en faisant connaître cet Évangile. Mais il y aura toujours des saints misérables qui refuseront de le faire. Même les gangsters maléfiques les plus impitoyables ne peuvent pas être comparés à des gens comme ceci. Ce que je dis, c’est que ces gangsters ne sont pas si mauvais quand on les compare aux yeux de Dieu.
Bien sûr, ce que ce gangster a fait est un péché, et terrible. Mais quelqu’un qui a été sauvé et qui a clairement cru en l’évangile de l’eau et de l’Esprit devant Dieu et qui a été sauvé de tous ses péchés, mais qui refuse d’assumer la responsabilité de servir l’évangile de l’eau et de l’Esprit en s’unissant à l’Église de Dieu, est misérable et a commis un péché digne de la mort. Une telle personne mérite la malédiction de Dieu. Une telle personne deviendra ruinée à la fois spirituellement et physiquement. Quelqu’un qui n’accomplit pas son devoir est la personne la plus mauvaise aux yeux de Dieu. Le Seigneur ne montre-t-il pas son traitement envers ces personnes dans la parabole des talents? La Bible nous dit qu’une personne en particulier a reçu un talent de son maître et a ensuite caché ce talent dans le sol. Ce maître est revenu plus tard et s’est exclamé après avoir appris ce qu’il avait fait : «Jetez ce serviteur non rentable.» Et la Bible dit, «Il y aura des pleurs et des grincements de dents.» Nous devons donc nous unir à l’Église de Dieu et à la Justice du Seigneur tout en vivant dans ce monde.
Chers croyants, à votre avis, quel est le plus grand péché qu’un mari puisse commettre envers sa femme dans une relation conjugale? C’est ne pas remplir son devoir envers elle en tant que mari. Si vous aviez une femme, mais que vous refusiez de vivre avec elle mais que vous viviez séparé d’elle, il n’y aurait rien de plus mauvais que cela. Disons qu’il y a un fils ou une fille né d’un couple marié. Si cet enfant ne pouvait pas remplir d’une manière ou d’une autre ses devoirs envers ses parents, alors ce serait bien, mais s’il le pouvait, mais ne le faisait pas et négligeait ses responsabilités de prendre soin de ses parents âgés, alors c’est vraiment une mauvaise chose.
Chers croyants, à votre avis, quel est le plus grand péché parmi les péchés que quelqu’un qui a été sauvé en croyant en l’évangile de l’eau et de l’Esprit peut commettre? Le plus grand péché est de ne pas accomplir le devoir que Dieu lui a commandé de garder. Quelqu’un qui croit en la Parole de l’Évangile de l’eau et de l’Esprit par la Parole devant Dieu mais qui ne remplit pas ses obligations est la personne la plus mauvaise. Notre devoir maintenant est de servir la Justice de Dieu, mais si quelqu’un ne s’acquitte pas de cette responsabilité, alors c’est un péché qui mérite la mort spirituelle. Ce genre de péché est le pire de tous les péchés. Quel est le plus grand péché que quelqu’un peut commettre après avoir reçu la rémission des péchés en assistant à l’Église de Dieu? C’est le péché d’oublier rapidement la grâce de Dieu juste après avoir reçu la rémission des péchés.
Ils sont comme une terrible épine dans le côté de Dieu. Et je pense que les gens qui se comportent de cette façon sont des gens qui jettent les bénédictions que Dieu leur a données. Dieu se dit donc alors qu’Il planifie Sa vengeance : «Tu penses que tu es sage. Mais voyons ce qui se passe lorsque tu continues à le faire. Si les serviteurs de Dieu dans son Église interdisent à quelqu’un de venir à l’Église, alors ce sera la fin de sa vie. Chers croyants, savez-vous quelle est la pire punition pour un saint? C’est ne pas pouvoir assister à l’Église de Dieu. Ce sera la fin pour les justes s’ils ne peuvent plus assister à l’Église de Dieu.
Qui est une épine dans le côté de Dieu? Qui doit être maudit par Dieu? Nous qui croyons en la Justice de Dieu ne maudissons pas les autres, mais Dieu les maudira. Qui est donc condamné à être maudit? Ceux qui n’ont pas reçu la rémission des péchés ne sont pas l’objet des malédictions de Dieu. Ils sont en fait les objets de Sa miséricorde. Ils sont toujours les objets de la compassion de Dieu. Mais seule la mort attend cette personne qui a entendu et cru en l’évangile de l’eau et de l’Esprit, mais qui ne s’unit pas à l’Église de Dieu et ne remplit absolument pas ses devoirs - elle pense qu’elle peut déjouer les autres et refuse de s’unir à la Justice de Dieu jusqu’à la fin. 
Dieu a tué Er et Onan, les fils de Juda. Et Dieu a placé Tamar dans la généalogie des ancêtres de la foi. Comment Tamar qui a eu des relations avec son beau-père peut-elle devenir un ancêtre physique de Jésus-Christ? Mais la Bible a élevé la foi de Tamar et l’a placée dans la table généalogique de la foi. Qui est le meilleur dans la foi entre Juda et Tamar? Sa foi était supérieure à celle de Juda. Pourquoi? Tamar était mariée dans ce ménage, elle a donc dû continuer la semence de cette famille. Et ainsi, elle a fidèlement rempli son devoir. La Bible rapporte la généalogie de Jésus-Christ, et Tamar est clairement mentionnée comme ceci : «Juda engendra de Thamar Pharès et Zara ; Pharès engendra Esrom ; Esrom engendra Aram» (Matthieu 1:3).
Alors physiquement parlant, comment s’inscrivait-elle dans la généalogie de Jésus? Elle est en fait devenue l’épouse de Juda. N’est-ce pas? C’est ainsi que ce compte s’est terminé. C’est un peu étrange dans la lignée généalogique que Tamar ait été la belle-fille de Juda, mais elle est devenue plus tard sa femme. Néanmoins, il y a beaucoup de choses étranges qui se produisent dans le domaine de la foi.
Ce que nous devons cependant réaliser ici, c’est que, que nous soyons faibles ou manquants ou non, nous devons comprendre que c’est la volonté de Dieu envers nous que nous devions remplir les obligations que Dieu nous a données. Nous ne devons jamais oublier quelles sont nos responsabilités. La personne qui accomplit ses devoirs est la personne qui reçoit vraiment des bénédictions devant Dieu et cette personne peut se tenir en toute confiance devant Lui comme quelqu’un qui a fait tout ce qui lui a été confié. Par conséquent, accomplissons notre devoir de proclamer l’évangile de l’eau et de l’Esprit. Pour un saint, négliger ses responsabilités est la chose la plus mauvaise. Vous, saints, devez croire et servir la Justice de Dieu et être bénis par Dieu. Vous devez servir la Justice du Seigneur et participer au corps de l’Église. Vous devez être déterminés à vivre ou à mourir avec l’Église. Si l’Église prospère, vous prospérerez ; si l’Église périt, vous périrez alors aussi. Et nous devons être les gens qui poursuivent nos devoirs spirituels devant Dieu et les accomplissent, et donc se tiennent avec confiance devant Dieu.
Chers croyants, cela fait plusieurs années que je n’ai pas pu visiter les tombes de ma mère et de mon père. Cela s’est produit parce que je servais la Justice de Dieu. Servir vraiment Dieu est ma responsabilité première, donc je ne peux pas arrêter de faire ce devoir pour faire autre chose. Mes devoirs devant Dieu et devant les saints sont de mener ma vie par une foi qui sert la Justice du Seigneur. Nous devons faire trois choses au cours de notre vie : croire en la Justice du Seigneur, proclamer l’évangile de l’eau et de l’Esprit, et nous unir à l’Église de Dieu. Quoi que nous puissions faire, nous devons au moins partager l’évangile de l’eau et de l’Esprit. Et nous devons élever et servir la Justice de Dieu.
Ce que nous devons savoir, c’est que notre Seigneur nous a dit qu’il est venu sur cette terre non pas pour être servi, mais pour servir les autres. Après avoir grandi dans notre foi un peu plus depuis que nous avons été sauvés en croyant en l’évangile de l’eau et de l’Esprit, nous devons apprendre à servir la Justice de Dieu. Chers croyants, nous devons savoir quels sont nos devoirs spirituels. Nous devons savoir comment nous allons servir la Justice de Dieu et quelles sont les choses que nous devons faire? Et nous devons apprendre par la foi comment servir la Justice de Dieu.
Nous devons mener notre vie en n’étant pas comme Er ou Onan qui ont été tués par Dieu pour ne pas avoir rempli leurs obligations. En outre, nous ne devons pas être les gens qui vivent des vies stupides et égoïstes en demandant aux autres de simplement les servir. Nous devons nous unir à l’Église de Dieu afin de pouvoir obtenir l’aide de Dieu et de son Église en cas de besoin. Nous devons faire de notre mieux pour être les travailleurs fidèles qui servent la Justice du Seigneur. Nous devons être les personnes qui remplissent nos obligations spirituelles. La personne qui s’acquitte de ses responsabilités spirituelles est celle qui proclame la Justice de Dieu.
Nous avons été sauvés de tous nos péchés en croyant en l’évangile de l’eau et de l’Esprit. Donc, si nous n’accomplissons pas nos devoirs, ne serons-nous pas alors considérés par Dieu comme étant mauvais? Dieu est heureux avec les gens qui s’acquittent de leurs responsabilités en Sa présence. Même si nous manquons dans certains domaines de notre vie, nous devons toujours remplir nos devoirs du mieux que nous pouvons. Bien sûr, il y a des moments où nous remplissons bien nos devoirs et des moments où nous ne le faisons pas. Mais nos incapacités n’ont pas d’importance. Ce qu’il faut, c’est un cœur prêt à remplir nos devoirs. Les gens qui sont comme ça recevront l’amour et l’aide de Dieu.
 


Pour nous, les Saints, il est de notre devoir de nous unir à l’Église de Dieu


Chers saints et serviteurs de Dieu. Je crois que, que vous soyez matures ou encore jeunes dans la foi, si vous avez au moins été sauvés de tous vos péchés, vous devez vous unir à l’Église de Dieu. Les justes doivent accomplir leurs devoirs. Si vous n’êtes pas doué pour prêcher l’évangile de l’eau et de l’Esprit, vous devez vous acquitter de vos responsabilités sous quelque forme ou moyen que ce soit en vous unissant pour la propagation de l’Évangile. Alors, en accomplissant vos devoirs légitimes devant Dieu, vous recevrez l’amour de Dieu. Et quand vous sentez que vous manquez de quelque chose, vous pouvez prier Dieu pour son aide, et vous recevrez alors son aide et sa grâce en toutes choses. De cette manière, la relation entre Dieu et nous, saints, deviendra plus forte parce que nous avons confiance en lui. Chers croyants, nous devons accomplir nos devoirs afin de pouvoir nous tenir en toute confiance devant Dieu. Lorsque nous nous acquitterons de nos responsabilités même si nous ne sommes pas parfaits, nous serons le peuple qui pourra vivre en communion avec Dieu dans sa grâce et ses bénédictions abondantes. 
 

Priez pour le salut des âmes

L’Évangile selon Matthieu 8:28-34 dit : «Lorsqu'il fut à l'autre bord, dans le pays des Gadaréniens, deux démoniaques, sortant des sépulcres, vinrent au-devant de lui. Ils étaient si furieux que personne n'osait passer par là. Et voici, ils s'écrièrent : Qu'y a-t-il entre nous et toi, Fils de Dieu? Es-tu venu ici pour nous tourmenter avant le temps? Il y avait loin d'eux un grand troupeau de pourceaux qui paissaient. Les démons priaient Jésus, disant : Si tu nous chasses, envoie-nous dans ce troupeau de pourceaux. Il leur dit : Allez! Ils sortirent, et entrèrent dans les pourceaux. Et voici, tout le troupeau se précipita des pentes escarpées dans la mer, et ils périrent dans les eaux. Ceux qui les faisaient paître s'enfuirent, et allèrent dans la ville raconter tout ce qui s'était passé et ce qui était arrivé aux démoniaques. Alors toute la ville sortit à la rencontre de Jésus ; et, dès qu'ils le virent, ils le supplièrent de quitter leur territoire.»
Dans le passage de l’Écriture que nous venons de lire, deux hommes possédés par des démons ont rencontré Jésus et ont été guéris de leurs mauvais esprits. Dans le processus de leur guérison, les mauvais esprits sont entrés dans le troupeau de porcs à proximité et le troupeau a couru dans la mer et a péri. Quand les gens de cette région ont vu cela, ils ont demandé à Jésus de quitter leur région.
Jésus-Christ a accompli un miracle pour libérer ces hommes possédés par des démons. Néanmoins, d’un point de vue spirituel, ce passage semble un peu étrange. Ces deux personnes ont rencontré notre Seigneur qui avait une si grande capacité et autorité et le Seigneur a chassé ces démons. Mais malgré cela, les villageois ont demandé au Seigneur de quitter leur région. Si ces gens étaient maintenant dans leur bon esprit même si un troupeau de porcs avait péri, ils auraient été tellement reconnaissants pour le fait que deux personnes ont eu leur santé complètement rétablie. Et ils auraient dû souhaiter que Jésus reste avec eux longtemps dans leur village et guérisse les malades et les possédés de démons, mais ces villageois n’étaient pas comme ça. Ils n’étaient pas intéressés par leur salut. Ils ne pensaient et se plaignaient que du troupeau de cochons qui s’était noyé et ils pensaient donc que Jésus ne devait pas rester avec eux. Ils pensaient que si Jésus continuait à rester avec eux, ils seraient ruinés dans la chair et ils ont donc imploré Jésus de s’éloigner loin d’eux.
En vivant notre vie spirituelle, nous méditons souvent sur la façon dont nous allons vivre notre foi. Devons-nous continuer à faire le travail de sauver les âmes perdues de leurs péchés? Je crains que nous ne devenions les gens charnels comme les gens de Gadara. Et pour cette raison, notre vie spirituelle doit être dirigée par l’Esprit. C’est pourquoi nous devons nous concentrer sur le salut des âmes perdues de leurs péchés. Dans ce passage, les deux hommes ont rencontré Jésus et ont été libérés des mauvais esprits qui étaient entrés en eux et ont été sauvés. Et donc, nous devons prendre garde à ce que nous nous concentrions sur le salut des âmes perdues et ne devenions pas comme les propriétaires des porcs qui étaient aveugles à autre chose que leur prospérité physique. N’est-ce pas juste? Nous ne devons pas vivre notre foi de cette manière. N’est-ce pas si vrai?
J’aurais dû rendre grâce à Jésus-Christ qui était venu par l’évangile de l’eau et de l’Esprit. Ils auraient dû dire : «Les cochons sont morts et c’est une perte énorme, mais beaucoup de gens ont eu des démons chassés d’eux et donc nous sommes vraiment reconnaissants. Merci beaucoup. Ces porcs ne sont pas importants. Nous voulions avoir du bacon à un moment donné, donc bien que nous ne puissions pas les vendre, nous devrions avoir un festin de village. Prenons des crochets et amenons ces carcasses à terre une par une et découpons-les. Enlevons les poils. Faisonsmariner la viande et faisons un barbecue. N’est-ce pas quelque chose dont nous devrions nous réjouir?» Mais il est vraiment regrettable qu’ils aient chassé Jésus de ce village.
Dans notre vie spirituelle, nous devons nous concentrer sur le fait que de nombreuses personnes reçoivent le salut et soient sauvées de tous les péchés du monde. Pour ce faire, nous devons avoir un énorme intérêt pour l’œuvre de Dieu. Nous devons en prendre pleinement conscience et accomplir l’œuvre de Dieu avec encore plus de ferveur. De toutes les manières possibles, nous devons être les personnes spirituelles de la foi. Si nos cœurs ne sont pas guidés par l’Esprit, alors nous pouvons être considérés comme les propriétaires de ces cochons. Nous devons nous demander si nous allons perdre les choses de la chair et gagner les choses de l’Esprit, ou si nous allons perdre les choses de l’Esprit et gagner les choses de la chair. La vraie spiritualité consiste à donner le meilleur de nous-mêmes pour sauver ne serait-ce qu’une seule âme de ses péchés. Notre Dieu exige que nous ayons la foi et que nous concentrions nos efforts sur ses œuvres spirituelles.
Au cours de la récente exposition de livres à l’Université de Gangwon, plusieurs âmes ont reçu la rémission des péchés. Je pense que l’Église de Dieu doit s’efforcer davantage de faire des œuvres spirituelles pendant que nous vivons notre vie de foi. Les objets de notre évangélisation ne devraient pas seulement être des étudiants universitaires, mais nous devons également entrer en contact avec de nombreux lycéens. Honnêtement, prêcher l’Évangile aux élèves du secondaire peut être trop tard. Il faut commencer par les collégiens. C’est parce que les lycéens sont très occupés. Je pense que ce serait formidable si nous avions des expositions de livres pour les collégiens ainsi que divers événements prévus pour eux. C’est une bonne chose pour notre cœur, notre corps, nos pensées, notre temps et notre foi d’être investis pour sauver les âmes perdues de leurs péchés.
Lorsque nous nous consacrons au salut des âmes perdues, Dieu nous donne toute la foi nécessaire pour gérer un tel travail. Ne sommes-nous donc pas vraiment les gens qui vivent dans les bénédictions de Dieu? Mais que se passera-t-il si nous ne nous consacrons pas à l’œuvre de sauver des âmes? Dieu ne s’intéressera plus à nous parce que même s’Il nous bénit, nous ne penserons qu’à des moyens de faire prospérer notre chair. C’est pourquoi nous devons nous intéresser à l’œuvre spirituelle et vivre notre foi spirituellement. Nous devons tous nous efforcer de proclamer l’évangile de l’eau et de l’Esprit afin de sauver les âmes perdues de tous leurs péchés. À cette fin, nous devons nous consacrer au service de l’Évangile. Et beaucoup de temps doit être investi pour cette œuvre de Dieu. Nos pensées doivent être dirigées spirituellement. Notre foi devrait être «spirituelle» aussi. Nous devons concentrer nos efforts pour sauver une âme du péché plutôt que de tout ce qui a à voir avec la chair. Pour ce faire, nous devons nous intéresser à l’œuvre de la Justice de Dieu et mettre de côté toute déception, difficulté et fierté personnelles. Nous devons contempler, prier et parler de la façon dont nous pouvons spirituellement sauver ne serait-ce qu’une âme de plus tous les jours.
Si nous ne sommes pas capables de bien discerner ce qui est spirituel de ce qui est charnel, nous ferons des allers-retours entre l’œuvre de l’Esprit et celle de la chair. Et donc, quand nous regardons ce passage des Écritures du chapitre 8 de Matthieu, le Seigneur nous demande d’être conscients de nos responsabilités envers les âmes perdues. Au lieu d’être reconnaissants que le possédé ait été sauvé, les villageois n’étaient pas conscients de cela, mais lui ont demandé de partir après s’être disputés sur la perte du troupeau de porcs. Le Seigneur nous dit que nous ne devons pas vivre notre vie spirituelle de cette manière. Nous devons mener spirituellement notre vie de foi. Nous devons nous concentrer sur le salut des âmes perdues de leurs péchés. Que nous mangions ou buvions, nous devons tout faire pour la gloire de Dieu. Nous devons nous efforcer, travailler dur et concentrer toutes nos ressources pour la gloire de Dieu et pour le salut des âmes. Pour ce faire, nous devons tracer une ligne claire de foi dans notre cœur qui nous permette de rechercher d’abord l’œuvre de l’Esprit. Lorsque notre chair est en difficulté et que nous sommes inquiets, c’est à ce moment que nous devons d’autant plus pratiquer notre foi spirituellement. Si nous ne le faisons pas, nous deviendrons frustrés et tout semblera laborieux et dur. Mais si nous regardons l’œuvre de Dieu d’un point de vue spirituel, tout est précieux et significatif.
 


Et donc nous devons accorder plus d’attention à faire l’œuvre spirituelle


Nous devons accorder plus d’attention à sauver les âmes perdues. Plus que tout autre travail, nous devons nous consacrer au travail de sauver les âmes. Dieu nous parle exactement de cela. La question est donc posée : «Comment vous et moi vivons-nous en ce moment?» Réfléchissons à savoir si nous passons plus de temps sur les choses de l’Esprit ou sur les choses de la chair. Puisque nous sommes des humains, bien sûr, nous allons donner de notre temps à la fois aux œuvres de l’Esprit et à la chair. Mais si nous sommes nés de nouveau, nous devons accorder plus d’attention à l’œuvre de l’Esprit. Nous devons nous préoccuper davantage du fait qu’une âme perdue soit sauvée que de la noyade d’un troupeau de porcs.
Néanmoins, parmi ceux qui ont été sauvés, il y en a qui demandent à Jésus de partir parce qu’ils ne peuvent pas oublier le fait qu’ils ont perdu plusieurs cochons. Ces personnes doivent se repentir. Ce n’est pas juste. Ils sont nés de nouveau en acceptant l’Évangile, mais ils disent qu’ils ne peuvent pas vivre leur vie de foi de cette manière. Ils disent qu’ils ne peuvent pas chercher seulement l’œuvre de l’Esprit. Ils disent qu’ils ne peuvent suivre le Seigneur que s’ils sont à l’aise dans leur chair, c’est-à-dire seulement si leur troupeau de porcs augmente en nombre. Chers croyants, ce n’est pas juste. Il y a malheureusement beaucoup de gens qui pensent de cette façon. 
La Bible dit que notre esprit doit d’abord être sauvé pour que notre chair prospère. Mais ceux qui ont le mauvais état d’esprit pensent le contraire et croient que la chair doit d’abord être bien pour que l’esprit prospère. Lorsque votre âme prospère spirituellement, votre chair prospère aussi bien. Il est garanti à cent pour cent que lorsque votre esprit sera sauvé, vous prospérerez dans tous les aspects charnels, comme il est écrit : «Bien-aimé, je désire que tu prospères à tous égards et sois en bonne santé, comme prospère l’état de ton âme» (3 Jean 1:2). Il n’y a aucune preuve où la chair prospère d’abord, puis l’esprit prospère. En faisant l’œuvre de Dieu, la Bible dit que nous devons d’abord rechercher le Royaume de Dieu et la Justice, et toutes ces choses nous seront ajoutées. L’œuvre de Dieu est d’une priorité absolue. Lorsque nous méditons et considérons ce que nous devrions faire en premier et ce que nous devrions penser en premier, sans aucun doute, c’est un travail spirituel. Nous devons d’abord penser à l’œuvre de l’Esprit. Un saint spirituel doit faire l’œuvre de l’Esprit d’abord avant toute autre chose. Quel que soit l’état dans lequel se trouve notre chair et que je sois mauvais ou non, si nous servons l’Évangile du Seigneur et le proclamons de tout cœur, alors Dieu nous considérera comme de vraies personnes spirituelles. Mais peu importe à quel point quelqu’un peut être juste et vertueux, s’il ne travaille pas pour le Seigneur, ce sera une personne de la chair. Comme cela est montré si clairement ci-dessus, notre Dieu désire que nous vivions selon l’Esprit.
Pourquoi la Bible a-t-elle enregistré ce récit? Nous ne savons pas combien de cochons sont morts dans le passage des Écritures ci-dessus. Peut-être s’agit-il de plusieurs milliers de porcs. Mais ils ne pouvaient pas être échangés contre une seule âme humaine. Si quelqu’un est vraiment une personne spirituelle peut-il ou elle échanger mille cochons avec les âmes de deux êtres humains? Et donc, le Seigneur nous dit que nous devons être les gens de foi comme ça.
Quand Jésus est allé dans la région des Gadaréniens, une grande œuvre de salut a été accomplie. Néanmoins, en raison du système de valeurs charnel de ces villageois, ils ont chassé Jésus. Nous pouvons être comme ça aussi. Tout en menant notre vie spirituelle, si notre chair lutte et fait face à des difficultés, nous sommes enclins à abandonner le Seigneur. Mais nous ne devons pas être de tels chrétiens dépravés qui finissent par suivre la chair. Nous devons absolument suivre l’Esprit. Nous devons d’abord penser à l’œuvre de Dieu et au salut des âmes. Nous devons penser à suivre Dieu d’abord et avant tout et penser d’abord à la volonté de Dieu alors que nous menons notre vie de foi. Bien sûr, ce n’est pas aussi facile qu’il n’y paraît. C’est très difficile. Néanmoins, nous devons vivre de cette manière. Nous ne pouvons que mener notre vie dans la chair, mais nous devons d’abord penser à l’œuvre de l’Esprit et la servir. Nous devons mener notre vie spirituelle de cette manière. Chers croyants, comprenez-vous?
 

Il est approprié pour nous de vivre pour le salut des âmes perdues 

«Jésus, voyant une grande foule autour de lui, donna l'ordre de passer à l'autre bord. Un scribe s'approcha, et lui dit : Maître, je te suivrai partout où tu iras. Jésus lui répondit : Les renards ont des tanières, et les oiseaux du ciel ont des nids ; mais le Fils de l'homme n'a pas où reposer sa tête. Un autre, d'entre les disciples, lui dit : Seigneur, permets-moi d'aller d'abord ensevelir mon père. Mais Jésus lui répondit : Suis-moi, et laisse les morts ensevelir leurs morts.» (Matthieu 8:18-22).
 Dans ce passage des Écritures que nous venons de lire, le Seigneur nous parle de deux choix, que ce soit vivre pour l’Esprit ou vivre pour la chair, en nous enseignant qu’il est juste que nous vivions pour l’Esprit. Jésus était populaire quand Il était sur cette terre. Il est vrai que Jésus a été giflé, a été déshabillé et on lui a craché dessus. Les gens Le méprisaient jusqu’à ce qu’Il meure sur la Croix. Mais en fait, quand Jésus faisait son ministère sur cette terre, il était une véritable superstar. Ces jours-ci, je vois beaucoup d’affiches pour les superstars. Mais Jésus était une véritable superstar. Qui est la superstar de l’écran qui vole dans le ciel? Est-il Superman? Oui, un Superman. Jésus était plus populaire que Superman et avait plus de pouvoir que lui. Superman n’a pas pu préparer de nourriture pour environ 10 000 personnes assises dans les champs, mais Jésus a préparé de la nourriture pour plus de 10 000 personnes ce jour-là. Quand Jésus était sur cette terre, Il était populaire auprès des hommes aussi bien que des femmes. Il était populaire auprès des malades et de ceux qui avaient le pouvoir. S’il y avait eu un vote de popularité parmi les Israélites, Jésus aurait probablement pris la première place. Et donc, le peuple d’Israël a essayé de faire de Jésus leur roi. Si Jésus le voulait, il pourrait devenir le roi d’Israël. Mais Jésus voulait être un enseignant pour les multitudes qui l’entouraient et le suivaient en criant «Enseignant, enseignant», tout en trébuchant et en tombant parfois à plat sur le dos.
Une fois, un scribe est venu à Jésus. Un scribe à l’époque était un fonctionnaire, un poste public important. Cette personne est venue à Jésus et a dit : «Maître, je te suivrai partout où tu iras». Ce scribe avait été captivé par Jésus car il avait vu les miracles et les merveilles que le Seigneur avait accomplis. Il voulait suivre le Seigneur, disant : «Jésus Superstar, vraiment Tu peux tout résoudre. S’il y a une maladie, elle est résolue ; même s’il n’y a pas de nourriture, Tu nous donneras à manger pour que nous ne manquions de rien. Quoi qu’il en soit, je Te suivrai.»
Notre Seigneur lui dit alors : «Les renards ont des tanières, et les oiseaux du ciel ont des nids ; mais le Fils de l'homme n'a pas où reposer sa tête.» Notre Seigneur a dit ceci à ce scribe. Et c’est aussi ce qu’Il nous dit : «Me suivez-vous parce que J’ai montré Mon pouvoir et que Je vous ai donné toutes les bénédictions du monde? En fait, je ne veux pas être votre roi physique et je ne suis pas intéressé à gagner en popularité. Je ne suis pas intéressé à bien faire dans la chair sur cette terre. Le Fils de l’Homme n’a pas de place pour déposer Sa tête. Même les moineaux ont leurs nids, mais pas le Fils de l’Homme. Il n’a même pas de maison. Vous n’avez rien à gagner de Moi, peu importe avec quelle dévotion vous Me suivez pour le reste de votre vie.» Jésus parlait et sous-entendait que le scribe aurait dû suivre les choses de l’Esprit, mais il voulait suivre les choses de la chair et donc il était complétement sur le mauvais chemin. 
Lorsque nous suivons le Seigneur, nous devons d’abord examiner si nous suivons l’Esprit ou la chair. Chers croyants, après avoir reçu la rémission des péchés en croyant en Jésus, comment allez-vous vivre le reste de votre vie? Il s’agit de savoir si vous allez vivre pour le salut des âmes perdues ou si nous allons chercher la prospérité de notre chair. Réfléchissons à cela en profondeur.
Parce que nous sommes encore dans la chair, il est naturel que notre chair prospère. Parce que nous vivons encore dans la chair, nous voulons que l’esprit et la chair prospèrent. Mais si nous devions choisir entre les deux, lequel choisirions-nous? Si l’un d’eux serait le bon choix? C’est de cela que je parle. Nous devons d’abord nous poser la question de savoir si nous allons faire l’œuvre de sauver les âmes pendant toute notre vie ou si nous allons chercher à plaire à la chair. Lequel va prospérer? Bien sûr, nous consacrer au travail de sauver les âmes est le bon choix.
Quelqu’un pourrait me demander, en disant : «Alors, qu’est-ce que tu vas choisir?» Je répondrai en disant : «Je choisirai de faire le travail de sauver les âmes.» Alors la personne demandera en retour : «Vous vivez encore dans la chair. Ne désirez-vous donc pas vivre pour la chair?» Bien sûr, je le désire. Néanmoins, bien que je vive toujours dans la chair et que je puisse désirer vivre pour la chair, il n’est pas approprié de suivre seulement la chair et donc je ne poursuis pas les choses de la chair. Je ne dis pas que je hais les désirs de la chair, mais je ne suis pas la chair parce que je déteste les choses de la chair comme un saint né de nouveau et, par conséquent, je ne poursuis pas les choses de la chair. La chair aime les choses de la chair, mais simplement pour la raison que ce n’est pas juste, je ne suis pas les désirs de la chair.
Ignorons la manière dont nous avons vécu jusqu’à présent. Devons-nous maintenant prendre en considération la façon dont nous allons vivre à l’avenir? Allez-vous vivre pour l’Esprit ou pour la chair? Qu’est-ce qui est juste, vivre pour la chair ou pour l’Esprit? Évidemment, il est correct de vivre pour l’Esprit. Alors que signifie vivre pour l’Esprit? Ne fait-on pas le travail de sauver les âmes perdues? Ne parle-t-on pas de l’Évangile aux gens pour que les âmes reçoivent le salut? N’est-ce pas l’œuvre de vivre pour l’Esprit? Alors, quelle que soit la situation dans laquelle nous nous trouvons, «Allons-nous vivre pour l’Esprit, c’est-à-dire pour les œuvres spirituelles de Dieu?»
Je manque de capacité ou de grande compétence, mais parce qu’il est juste de vivre pour l’Esprit, je veux vivre pour l’Esprit. Pour tout ce qui me manque ou pour les besoins, je prie toujours Dieu de cette manière : «Seigneur, s’il te plaît, fournis-moi ces choses. Si Tu ne me les fournis pas, alors je n’obtiendrai rien, et si Tu me les fournis, je les recevrai. Mais il serait bon que Tu me les fournisses. Mais il n’y a qu’une seule chose sur laquelle je peux me concentrer à la fois. Je ne peux pas me concentrer sur deux choses à la fois. Permettez-moi, s’il vous plaît, de faire le travail de sauver des âmes. Je me consacrerai à l’œuvre spirituelle. Il est correct de vivre pour l’Esprit. Avec une foi résolue qui cherche ce qui est juste, que je sois capable de bien faire l’œuvre de la foi ou non, je Te consacrerai mes mains, mes pieds, mes lèvres, mon cœur, mes pensées, mon âme et tous mes biens au cours de ma vie.»
Le Seigneur dit que nous devons vivre pour le salut des âmes perdues. Nous devons prendre à cœur la Parole que notre Seigneur a prononcée : «les oiseaux du ciel ont des nids, mais le Fils de l’Homme n’a nulle part où poser la tête.» Dieu a fourni toutes les bénédictions qui sont nécessaires pour chaque créature de ce monde. Même les oiseaux dans le ciel, quand le soir arrive ont un endroit pour se reposer. Et le matin, ils se réveillent et volent dans le grand ciel que Dieu leur a donné, et ils dévorent les insectes et vivent leur vie joyeusement.
Néanmoins, notre Seigneur n’avait pas un seul endroit pour déposer sa tête quand il était sur cette terre. Qu’est-ce que cela signifie? Cela signifie que le Seigneur n’avait pas sa propre maison. Le Seigneur n’avait pas de maison physique. Si le Seigneur désirait la prospérité de Sa chair, Il aurait pu devenir le roi d’un pays ou même le roi du monde entier. Il aurait pu recevoir l’adulation de tous les peuples et réussir à régner en tant que roi. Mais notre Seigneur a abandonné les choses de la chair afin de sauver les âmes des êtres humains, c’est-à-dire nos propres âmes.
Le Seigneur a servi dans la chair pendant trois ans, puis un jour avant de mourir sur la Croix dans le jardin de Gethsémané, Il pria «Si c’est possible, que cette coupe s’éloigne de Moi.» Jésus ressentait la douleur et la joie dans la chair tout comme nous. Notre Seigneur savait aussi ce que la chair désirait. Néanmoins, notre Seigneur n’a pas suivi la chair. Qu’est-ce que notre Seigneur a poursuivi alors? Il a poursuivi le salut de nos âmes. Ainsi, Il a suivi le Saint-Esprit seulement.
Quand quelqu’un meurt, il retourne à la poussière, ou seulement une poignée de cendres. De temps en temps, vous et moi pouvons aller dans un crématorium. Même lorsque quelqu’un qui avait une grande construction est mort et est incinéré, il y a une bouteille de poudre qui sort du corps mort. Si le corps était incinéré absolument, alors il y aurait moins d’une bouteille de poudre. Le cartilage est tout brûlé, y compris les chevilles, les genoux et puis de petits os. Presque tous les os sont brûlés. Et quelques gros os sont choisis parmi les cendres et ils sont broyés. Tout pourrait être brûlé avec une chaleur encore beaucoup plus élevée, mais parce que la famille peut être submergée, ils laissent quelques portions. De cette façon, lorsque les gens meurent, ils deviennent une petite portion de poudre ou une poignée de saleté. La quantité de saleté qui reste après la mort des gens n’est pas si grande. Lorsque vous déterrez une tombe, le corps s’est totalement décomposé et est tombé plus loin dans le sol. Le cercueil a pourri et vous pouvez trouver juste quelques os cachés dans le sol. Mais ce sol est différent du sol normal. Et quand vous ramassez cette saleté, il n’y a plus qu’une poignée. Vous et moi ne pouvons pas échapper à devenir une poignée de saleté un jour.
Mais l’âme de l’homme dure pour toujours. Si nous croyons que Jésus est né sur cette terre, a porté tous nos péchés en se faisant baptiser par Jean-Baptiste, a reçu le jugement à notre place sur la Croix et est ressuscité d’entre les morts, nos âmes vivront pour toujours. Par conséquent, le Seigneur Lui-même a accompli l’œuvre qui dure pour toujours, qui est notre salut de tous nos péchés, et Il désire que Ses disciples qui Le suivent fassent la même œuvre de l’Esprit. Et donc le Seigneur nous parle à tous par Matthieu 8:18-22, disant que nous devons mettre notre cœur à faire l’œuvre de l’Esprit pendant toute notre vie. Nous ne devons pas faire les œuvres de la chair. Nous pouvons souvent faire certaines choses de la chair, mais nous devons clairement avoir dans notre cœur le but de faire une œuvre spirituelle. Le Seigneur nous en parle aujourd’hui.
Quand Jésus parlait au scribe, il y avait un disciple de Jésus qui se tenait à côté de Lui et disait : «Seigneur, permets-moi d'aller d'abord ensevelir mon père. Mais Jésus lui répondit : Suis-moi, et laisse les morts ensevelir leurs morts.»
Notre Seigneur a clairement fait la distinction entre la vie et la mort, entre les choses qui périssent et la vie éternelle quand Il a dit cela. Il dit que nous ne devrions pas faire les choses qui vont disparaître, qui sont futiles et qui n’ont aucun sens. L’œuvre la plus précieuse et la plus éternelle est de permettre aux âmes des gens de recevoir la rémission des péchés et d’être pour toujours enfants de Dieu. Et Dieu désire que nous fassions l’œuvre de sauver les âmes afin qu’elles reçoivent aussi la rémission des péchés et reçoivent des bénédictions célestes de Dieu au cours de leur vie actuelle et dans leur vie après la mort.
Notre Seigneur dit à ses disciples : «Suis-moi, et laisse les morts ensevelir leurs morts.» Chers croyants, la Parole que Jésus a dite à Ses deux disciples est la même Parole qu’Il nous dit à vous et à moi qui avons un cœur qui désire le suivre après avoir reçu la rémission des péchés en croyant au Seigneur Jésus. Comment devrions-nous vivre alors? Devons-nous vivre pour la chair ou pour l’Esprit? Dieu veut que nous fassions l’œuvre de l’Esprit pour le reste de notre vie. Et Il veut que nous vivions de cette façon. Le Seigneur dit : «Il appartient aux hommes de mourir une fois, après quoi le jugement» (Hébreux 9:27). Dieu veut que nous fassions un travail spirituel pendant cette période de la vie actuelle avant d’aller à Dieu.
 


Nous devons fixer nos cœurs


Vous et moi sommes encore dans la chair, donc nous pouvons éprouver beaucoup de difficultés et d’angoisse. Il y a beaucoup d’affliction dans notre cœur quant à savoir si nous allons faire l’œuvre de l’Esprit ou l’œuvre de la chair. Néanmoins, bien que je ne sois pas capable de tout faire bien à cent pour cent, j’ai mis mon cœur à faire une œuvre spirituelle pour le reste de ma vie parce que j’ai toute confiance que faire l’œuvre de l’Esprit est vraiment la chose droite à faire. À partir de maintenant, je vais faire l’œuvre de l’Esprit, et pour le reste de ma vie avant d’aller devant le Seigneur, je vais me consacrer à l’œuvre de l’Esprit. Et de la même manière, je veux dire aux saints de mettre leur cœur aussi à l’œuvre de l’Esprit dans leur vie, bien qu’ils soient encore dans la chair.
Vous devez aussi le faire afin de ne pas avoir de regrets et afin de vivre une vie bénie devant Dieu. Les gens recevront alors la rémission des péchés à travers nous. Nous devons aussi nous souvenir et tenir compte du fait que, comme ceux qui ont rencontré Abraham ont été bénis, quand nous vivons selon l’Esprit, beaucoup de gens autour de nous seront bénis, y compris nos familles. Si l’un de nous renonce à vivre selon l’Esprit, alors non seulement nous mourrons, mais des multitudes d’autres personnes s’engageront sur le chemin de la destruction. Et nous devons savoir que si nous négligeons nos responsabilités, notre propre âme sera sauvée, mais notre chair tombera dans la destruction, comme il est écrit : «Si l’œuvre de quelqu’un est brûlée, il subira la perte ; mais lui-même sera sauvé, comme par le feu» (1 Corinthiens 3:15). Par conséquent, il est 100% juste pour nous de faire les œuvres de l’Esprit.
Nous devons faire l’œuvre de l’Esprit avec le Seigneur pour le reste de notre vie, puis aller à sa rencontre. Bien que nous soyons faibles et manquants dans de nombreux domaines, nous devons faire les œuvres de l’Esprit et proclamer l’évangile de l’eau et de l’Esprit à ne serait-ce qu’une âme de plus, prier pour cette âme et vivre une vie de préparation du salut des autres âmes et de partage de la nouvelle vie avec elles. Et puis quand le Seigneur nous appellera à la maison ou si le Seigneur revient, nous irons devant lui. Nous devons mener une vie aussi significative avec une foi digne de confiance. La personne qui aide les gens à retourner sur le bon chemin, c’est-à-dire à retourner au Seigneur brillera comme le soleil. Le Seigneur dit : «Alors les justes brilleront comme le soleil dans le royaume de leur Père» (Matthieu 13:43). Et Il dit aussi :
«Ceux qui sont sages brilleront 
Comme la luminosité du firmament, 
Et ceux qui en dirigent beaucoup vers la justice 
Comme les étoiles pour toujours et à jamais» (Daniel 12:3).
Comme c’est écrit dans le Livre de Daniel et le Livre de Matthieu, nous devons vivre le reste de notre vie comme des instruments qui permettent à beaucoup de gens de retourner à Jésus-Christ et d’être vêtus de sa justice.