Sermons

Sujet 18: Genèse

[PARTIE 4-5] Vivons comme des bergers (Genèse 4:1-5)

Vivons comme des bergers
(Genèse 4:1-5)
“Adam connut Eve, sa femme; elle conçut, et enfanta Caïn et elle dit: J'ai formé un homme avec l'aide de l'Éternel. Elle enfanta encore son frère Abel. Abel fut berger, et Caïn fut laboureur. Au bout de quelque temps, Caïn fit à l'Éternel une offrande des fruits de la terre; et Abel, de son côté, en fit une des premiers-nés de son troupeau et de leur graisse. L'Éternel porta un regard favorable sur Abel et sur son offrande; mais il ne porta pas un regard favorable sur Caïn et sur son offrande. Caïn fut très irrité, et son visage fut abattu.”
 

Après avoir été chassé du Jardin d’Éden, Adam coucha avec sa femme Eve, et elle conçut un bébé. Il est écrit: “elle conçut, et enfanta Caïn et elle dit: J'ai formé un homme avec l'aide de l'Éternel. Elle enfanta encore son frère Abel. Abel fut berger, et Caïn fut laboureur.” Qu’a dit Eve après avoir donné naissance à Caïn? “J’ai acquis un homme avec l’Éternel.” Eve était très heureuse de donner naissance à Caïn et de voir que le bébé était en bonne santé. Le nom Caïn signifie “obtention” ou “possession”. 
Eve conçut de nouveau et donna naissance au petit frère de Caïn, Abel, et son nom “Abel” signifie “souffle”, “vanité”. Le deuxième bébé a dû sembler être très faible pour ses parents. Ils ont du penser qu’il n’allait pas grandir ni devenir un homme fort, et sa vie semblait seulement transitoire pour expirer après peu de temps. Ils l’ont donc appelé “Abel”, pensant qu’il était transitoire et futile comme la rosée du matin, visiblement incapable de grandir et devenir un homme. 
Quand les deux fils ont grandi, ils ont eu chacun un travail: Caïn devint laboureur de la terre, et Abel devint berger. Et après que plus de temps se soit écoulé, ces deux hommes apportèrent leur offrande à Dieu. Abel offrit le premier né du troupeau et la graisse à Dieu, et Caïn offrit le fruit de la terre. Cependant, Dieu accepta seulement l’offrande d’Abel et rejeta l’offrande de Caïn. C’est le cœur du passage des Écritures d’aujourd’hui. 
Par le passage des Écritures d’aujourd’hui, Dieu dit que chacun est engagé dans un des deux types d’œuvres. Autrement dit, tous les humains sont divisés en deux groupes de gens: ceux qui font une œuvre  spirituelle et ceux qui font une œuvre  charnelle. 
Abel élevait un troupeau – c’est une œuvre  spirituelle. Par contre, Caïn travaillait la terre, ce qui implique l’œuvre  charnelle. Comme profession, chacun peut élever un troupeau ou labourer la terre. Cependant, le message spirituel du passage des Écritures d’aujourd’hui est qu’il y a deux types d’œuvre : l’œuvre  de Dieu et l’œuvre  de l’homme – c’est-à-dire l’œuvre  du Ciel ou l’œuvre  de ce monde.
Jésus a repris Pierre un jour en lui disant: “tes pensées ne sont pas les pensées de Dieu, mais celles des hommes” (Matthieu 16:23). L’apôtre Paul a dit aussi: “Et maintenant, est-ce la faveur des hommes que je désire, ou celle de Dieu? Est-ce que je cherche à plaire aux hommes? Si je plaisais encore aux hommes, je ne serais pas serviteur de Christ” (Galates 1:10). Que nous disent ces passages de la Bible? Ils nous disent qu’il y a deux genres de vies devant nous, et nous devons choisir. 
Chacun dans ce monde est destiné à vivre en faisant l’un de ces deux types d’œuvres. Ces deux œuvres ne sont autres que l’œuvre  de Dieu et l’œuvre  du diable – c’est-à-dire garder le troupeau et labourer la terre. Abel était un berger. Un berger fait l’œuvre  de Dieu. Il fait une œuvre  spirituelle. Ceux qui prêchent l’évangile, conduisent d’autres âmes à recevoir la rémission des péchés par la Parole de vérité, et considèrent comme précieuse l’œuvre  de guider et nourrir les saints sauvés – ces gens œuvrent pour élever le troupeau.
Caïn, par contre, était un laboureur de la terre – c’est-à-dire qu’il était quelqu’un qui faisait l’œuvre  de Satan. Quiconque ne travaille pas pour Dieu est infailliblement destiné à travailler pour le diable. Pensez-vous que l’œuvre  de Satan consiste seulement à conduire les gens à se tuer les uns les autres et à commette activement la débauche sexuelle? Vivre pour sa propre chair en soi c’est faire l’œuvre  du diable. Pourquoi? Parce que ce n’est autre que ce que Satan veut, que les gens vivent seulement pour leur propre chair qui périra. C’est pour cela que Jésus a dit: “Travaillez, non pour la nourriture qui périt, mais pour celle qui subsiste pour la vie éternelle” (Jean 6:27).
Cela signifie-t-il alors que quiconque sert comme pasteur ou travaille comme missionnaire fait l’œuvre  de Dieu? Non, ce n’est pas le cas. Après tout, que faisaient les Pharisiens et les scribes au temps de Jésus? N’ont-ils pas crucifié à mort Dieu qui vint sur la terre, ceci au nom du service de l’Éternel? Pourquoi les chefs des prêtres et leurs leaders religieux se sont-ils déterminés à tuer Jésus une fois qu’Il avait chassé les vendeurs et les changeurs d’argent du Temple? Alors qu’ils disaient servir Dieu, ils étaient en fait intéressés seulement à accumuler de la puissance et de la richesse en utilisant le Temple. Maintenant même, beaucoup de pasteurs et de missionnaires disent faire l’œuvre  de Dieu, mais beaucoup d’entre eux font en fait l’œuvre  de la terre. En d’autres termes, leur but caché est de rassembler le plus de personnes possible dans leur assemblée par n’importe quel moyen, de les exploiter encore plus pour construire un bâtiment d’église extravagant et vivre une vie des plus splendides sur la terre, et jouir de plus de notoriété et de puissance dans ce monde. 
Il y a deux œuvres dans ce monde qui sont disponibles pour vous et moi, et parmi celles là, nous devons choisir celle qui consiste à élever le troupeau. Ceux d’entre nous qui ont reçu la rémission des péchés doivent penser à l’œuvre  de Dieu et y travailler. Si nous ne pensons pas à l’œuvre  de Dieu et sommes seulement préoccupés par les œuvres de l’humanité, nous allons rejoindre Caïn dans la file de ceux qui labourent la terre. Alors que les laboureurs de la terre se vantent du fruit de la terre qui est obtenu par leur propre travail et vivent de cela, les gardiens du troupeau travaillent pour porter la vie. Quelqu’un peut objecter cette vérité et dire que Caïn a aussi travaillé pour que la vie jaillisse en plantant des semences, mais spirituellement parlant, la vie de la chair est dans le sang (Lévitique 17:11). Donc un gardien des brebis, qui ont du sang, révèle quelqu’un qui fait l’œuvre  qui consiste à sauver la vie spirituelle.
Même si notre existence sur la terre est temporaire pour disparaître après peu de temps, nous devons toujours penser à l’œuvre  de Dieu qui amène la vie éternelle, et nous devons travailler à cela. Quoi qu’il arrive, nous devons penser à répandre l’évangile, qui est l’œuvre  de Dieu, et nous devons aussi travailler à proclamer l’évangile. Quiconque n’est pas encore né de nouveau est à 100 pour cent un laboureur de la terre. Il ne peut pas faire l’œuvre  de l’Esprit même s’il le veut, car il n’a lui même pas de vie. Quelqu’un qui est né de nouveau, par contre, est capable de labourer la terre et de garder le troupeau. Ceux qui n’ont pas fixé leurs pensées sur Dieu, même s’ils sont nés de nouveau, retournent facilement à leur ancienne vie et vivent seulement pour eux-mêmes. En d’autres termes, ils redeviendront une fois encore des laboureurs. 
Pour nous aussi, si nous devions strictement diviser la vie que nous menons maintenant après avoir reçu la rémission de nos péchés, nous serions séparés en deux types: les bergers qui gardent le troupeau, ou les fermiers qui travaillent la terre. Ceux qui gardent le troupeau pensent à l’œuvre  de Dieu et y travaillent, alors que ceux qui labourent la terre pensent seulement à eux-mêmes et vivent seulement pour eux-mêmes. Nous sommes tous répartis entre ces deux genres de personnes. La question qui est devant nous est donc de savoir comment ceux qui sont nés de nouveau devraient vivre. Comment devrions-nous vivre, ayant reçu la rémission de nos péchés? Nous devons effectivement travailler pour une cause digne. Puisque la Bible dit ici qu’Abel était un gardien de troupeau et que Caïn était un laboureur de la terre, vous ne devriez pas penser: “Ah, donc il est juste question de deux types différents de travail.” En fonction du travail que Caïn et Abel ont choisi comme profession, cela a déterminé de façon conséquente l’offrande qu’ils ont donnée. Abel, en tant que berger, a tué sa brebis et l’a offerte à Dieu, alors que Caïn, un fermier, a amené des produits de la terre comme des pommes de terre, des graines, des fleurs à Dieu. En d’autres termes, ils ont offert à Dieu le fruit de leur travail en fonction de ce que chacun faisait. 
Le même principe s’applique à nous aussi. Ceux d’entre nous qui pensent à l’œuvre  de Dieu et y travaillent après avoir reçu la rémission des péchés sont capables d’offrir des fruits spirituels à Dieu; par contre, ceux qui ne font pas l’œuvre  de Dieu ne peuvent pas faire autrement que de Lui offrir seulement le fruit de la terre. Puisque nous avons tous reçu la rémission des péchés, nous devons décider clairement si nous voulons vivre comme des bergers à l’exemple d’Abel, ou comme des fermiers à l’exemple de Caïn. En d’autres termes, nous devons fixer nos pensées sur la question de vivre en pensant aux œuvres de Dieu et y travailler, ou de continuer à être attaché aux choses périssables de la terre et vivre pour ces choses qui périront. Quiconque a reçu la rémission des péchés doit infailliblement tracer une ligne claire sur ce sujet, sur la façon dont il mènera sa vie, et il doit choisir l’un de ces deux genres de vies. Vous devez clairement décider ce pour quoi vous allez vivre.
Je ne peux pas vraiment dire “Je vivrai une vie parfaite.” Cependant, je suis convaincu de ceci: “Même si j’ai des manques, je vais vivre comme un berger à l’image d’Abel. Il est convenable et correct du point de vue de Dieu que je vive comme gardien des brebis. Et c’est ce qui est bon pour moi, tout comme c’est bon pour quelqu’un.” Si c’est vrai pour moi, alors c’est aussi vrai pour vous. Vous ne pouvez pas dire avec confiance que vous allez vivre une vie droite à 100 pour cent, ni clamer que vous avez vécu une vie si vertueuse. Néanmoins, vous devriez positionner votre cœur en disant: “Moi aussi, je vivrai comme un berger. Plutôt que de vivre comme un laboureur de la terre à l’image de Caïn, je vivrai comme gardien de brebis. Ne devrais-je pas positionner mon cœur ainsi et vivre comme Abel?” Maintenant que Dieu nous a donné la rémission des péchés et nous a permis de vivre une vie nouvelle, comment devrions-nous mener le restant de notre vie? Devrions-nous vivre comme gardiens de troupeau ou laboureurs de la terre? Si nous considérons sérieusement cette question devant Dieu et choisissons clairement dans nos cœurs, nous pourrons fixer nos pensées pour vivre comme des bergers. 
Cependant, même quand nous fixons nos pensées, dans nos actes, nous sommes toujours incapables de vivre à 100 pour cent pour l’œuvre  de l’Esprit. Néanmoins, nous pouvons au moins fixer nos pensées clairement, et psychologiquement comme spirituellement, c’est le choix juste et bon que de décider devant Dieu: “Je vivrai comme un gardien des brebis.” Mes chers croyants, comment devriez-vous vivre? Devriez-vous  vivre comme un gardien de troupeau ou comme un laboureur de la terre? Comment voulez-vous vivre? Je suis sûr que vous voulez tous vivre comme des bergers. Cette vie est correcte et bénie. C’est ce que je crois. Même si nous pouvons nous trouver en train de labourer la terre de temps en temps, nos cœurs doivent toujours choisir et décider de vivre comme gardiens du troupeau.
Il y a deux sortes de gens dans ce monde: ceux qui élèvent le troupeau, et ceux qui labourent la terre – les premiers font l’œuvre  de Dieu, pendant que les derniers font l’œuvre  de Satan. Beaucoup de gens labourent la terre comme Caïn. Mais les gardiens des brebis sont rares et très éloignés. Quel est le nombre de ceux qui paissent le troupeau sur la terre? Il y en a très peu. En d’autres termes, ceux qui font l’œuvre  de Dieu sont en nombre extrêmement petit. 
Bien que la Bible montre simplement qu’Abel était un gardien de brebis, et que Dieu accepta son offrande quand il sacrifia le premier né du troupeau et la graisse, un mystère merveilleux de la bénédiction est caché dans cette Parole. Cela signifie que Dieu agréé ceux qui font l’œuvre  spirituelle. Nous devons effectivement devenir des gardiens du troupeau devant Dieu. Nous devons devenir des éleveurs. C’est pour cela que nos prédécesseurs dans la foi, d’Abraham à ses descendants comme Isaac et Jacob, tous avaient des troupeaux. Ils ne demeuraient pas à un seul endroit, mais ils se déplaçaient, cherchant de la pâture et de l’eau pour nourrir le troupeau. En d’autres termes, ils vivaient sur la terre comme des voyageurs et des nomades, dévoués pour donner naissance à la vie (Hébreux 11:9, 13).
Cette profession d’élever le troupeau est impeccablement droite devant Dieu. Et c’est bon. C’est cent fois meilleur que de labourer la terre. Un laboureur de la terre peut fertiliser le champ chaque jour et manger seulement ce qui est produit par la terre. Par contre, le gardien des brebis fait fructifier le troupeau, le nourrit, et en prend soin. Il est fréquemment témoin du mystère de la naissance d’une nouvelle vie qui se déroule sous ses yeux. Autrement dit, cette œuvre  d’élevage du troupeau représente l’œuvre  du salut des âmes. D’un point de vue spirituel, cette profession elle-même est un travail béni. C’est différent du fait de travailler la terre. C’est parce qu’il est question de vie. 
Combien un agneau qui vient de naître est mignon? Ayant vécu dans une petite île pendant ma jeunesse, j’ai vu des brebis et des chèvres donner naissance de nombreuses fois. Les petits de ces animaux peuvent se tenir sur leurs pattes peu après être nés, et ils peuvent courir après avoir fait quelques pas seulement. Ils se mettent sur leurs pattes et sautent partout peu après leur naissance. Ils sont si merveilleux et beaux. Tous les petits de quelque espèce que ce soit sont mignons comme cela. Une vie née de nouveau est mystérieuse, très belle et aimable. 
Une fois que vous et moi recevons la rémission des péchés, nous devons commencer à paître le troupeau. Notre travail doit être de paître le troupeau. Nous n’avons pas d’autre travail à faire après avoir reçu la rémission de nos péchés. L’agriculture n’est pas un travail qui donne la vie. À quoi servent les produits de la terre? Ils soutiennent seulement la famille du fermier, au mieux. Les fermiers mangent le fruit de leurs efforts, mais tout est fini quand ils vont aux toilettes. Donc il n’y a rien qui dure. Cependant, élever un troupeau est un travail qui donne naissance à des vies nouvelles, les nourrit, et les multiplie. Un gardien de brebis entoure le troupeau, en prend soin, le fait grandir, et les fait multiplier. Nous devons faire ce travail. 
C’est pour cela que même si j’ai vraiment des manques devant Dieu, je suis toujours déterminé à élever le troupeau pour le restant de ma vie. Donc je prie de cette façon: “Seigneur, même si je suis insuffisant, je veux paître le troupeau. Je prêcherai l’évangile à beaucoup de gens dans mon pays, et je prêcherai aussi à l’étranger, jusqu’aux extrémités de la terre. Je veux conduire les frères et sœurs à notre École de la Mission à travailler comme gardiens de brebis. Aide-moi s’il te plaît, et permets-moi de vivre le restant de ma vie comme un berger à l’image d’Abel.”
C’est mon désir sincère que vous travailliez tous comme bergers une fois que vous recevez la rémission des péchés. Plutôt que de vivre votre vie juste pour travailler la terre et vous nourrir vous-même, je veux que vous travailliez tous à sauver au moins une âme, à donner naissance à une nouvelle vie, et à nourrir correctement les sauvés, pour qu’eux aussi puissent en venir à paître le troupeau. Si nous participons effectivement maintenant à répandre l’évangile après avoir reçu la rémission des péchés, alors nous sommes tous des gardiens du troupeau. Vivre pour l’évangile, offrir nos ressources financières pour l’évangile, consacrer notre temps, travailler dur et prier – toutes ces choses c’est paître le troupeau. Tout ce que nous avons à faire c’est fixer nos pensées pour faire cela. Si nous fixons nos pensées pour vivre comme des bergers et vivre par la foi, alors nous serons capables de vivre une vie digne comme celle-là, car Dieu nous donne spécialement Sa grâce, Ses bénédictions, et Sa puissance. Par contre, labourer la terre demande beaucoup de travail par nous-mêmes. Même si quelqu’un travaille dur, tout est fait pour lui-même, produisant seulement de la nourriture périssable qui disparaîtra une fois que quelqu’un la mangera. 
Combien les laboureurs doivent-ils travailler dur? Alors que les gardiens de brebis doivent aussi travailler dur, leur travail donne naissance à la vie. Ce n’est pas par leur propre dévouement, mais par la vie que Dieu leur a donnée, qu’ils s’unissent à Jésus Christ et donnent naissance à des enfants spirituels. C’est une génération spontanée. Ce n’est pas quelque chose qui s’obtient par les propres efforts de quelqu’un, mais cette œuvre  d’élevage du troupeau est accomplie par la grâce et la force que Dieu donne. Donc si nous faisons cette œuvre  par la foi, nous donnerons naissance à beaucoup d’enfants spirituels. 
Puisque Dieu nous a sauvés en nous donnant l’évangile, nous répandons cet évangile. Les gens ne reçoivent-ils pas la rémission des péchés quand nous leurs prêchons l’évangile? L’évangile que nous répandons est si puissant. Alors que nous prêchons simplement ce que nous croyons, des gens reçoivent la rémission de leurs péchés en entendant cette Parole d’évangile que nous proclamons. Donc quand nous rassemblons ceux qui sont nés de nouveau et leur prêchons la Parole de Dieu, certains d’entre eux reçoivent inévitablement la rémission des péchés. L’œuvre  de la vie nouvelle se déroule sous nos yeux. Quand nous demandons aux auditeurs du véritable évangile: “S’il vous plaît, levez la main si vous avez reçu la rémission des péchés par l’évangile de l’eau et de l’Esprit que vous venez d’écouter”, quelques mains se lèvent forcément. Et quand nous leur demandons de donner un témoignage de salut, ils témoignent clairement aussi, disant: “j’avais tant de péchés auparavant, mais maintenant que j’ai entendu l’évangile de l’eau et de l’Esprit et que j’ai cru, tous ces péchés ont disparu, et je suis devenu une personne juste, sans péché.”
Au lieu de dévouer tous nos efforts sur la terre pour cueillir le fruit de la terre comme Caïn, nous travaillons à répandre ce que Dieu nous a donné. Nous partageons la Parole de vérité, nous donnons naissance à des enfants spirituels, les protégeons aussi, les conduisons dans l’Église, et leur enseignons la Parole pour qu’ils puissent donner naissance à davantage d’enfants spirituels. Un berger est quelqu’un qui multiplie et prend soin du troupeau. Il travaille pour s’assurer que le troupeau fera beaucoup de petits, et il nourrit et protège les petits pour qu’ils donnent aussi naissance à encore plus de petits quand ils seront grands. Donc la vie d’un juste est une continuation de naissances, encore et encore. Matthieu chapitre premier commence par une généalogie qui décrit qui a donné naissance à qui. C’est parce que les gens cités dans ce passage sont tous nos prédécesseurs dans la foi qui ont fait paître le troupeau. 
Vous et moi devons aussi faire cette œuvre. Sans exception, nous tous qui sommes rassemblés devons nous dévouer à cette œuvre . Alors que nos vies se poursuivent, nous devons positionner nos cœurs et faire cette œuvre. Nous n’avons pas d’autre travail à faire. Maintenant que nous avons reçu la rémission des péchés, que devrions-nous faire? Nous devrions paître le troupeau. Nous ne devrions pas labourer la terre comme Caïn. 
Sœur Reba Choi de Russie, ne retourneras-tu pas dans ton pays après avoir été formée ici? Que devras-tu faire quand tu seras de retour en Russie? Tu dois paître le troupeau. Plutôt que de chercher un travail dans le monde, tu dois dévouer ta vie entière à paître le troupeau. Tu dois t’unir aux autres serviteurs de Dieu là-bas et prendre soin du troupeau. Pour rassembler le peuple de Dieu, partage leur la Parole, témoigne de la Parole, fixe des horaires de réunion, protège le troupeau des menteurs semblables à des loups, et continue d’enseigner le troupeau – ce n’est autre que paître le troupeau. Sœur Choi, tu dois vivre une vie spirituelle comme celle-là. C’est la raison de ton existence. C’est pour paître le troupeau que nous existons. 
Le passage des Écritures d’aujourd’hui dit: “Abel fut berger, et Caïn fut laboureur.” Il est dit aussi qu’Abel amena le premier né du troupeau et la graisse comme offrande à Dieu. Quand Abel sacrifia son offrande, il n’a pas seulement tué un agneau pour le placer sur une pierre. Mais, il en a coupé l’estomac, retiré la graisse et les entrailles, le foie, et les boyaux, puis il coupa et retira les parties impures. Ensuite il coupa la chair en morceaux, les plaça sur l’autel, mit la graisse qu’il avait retirée sur la chair, puis les brûla pour les offrir à Dieu. 
Que signifie tout ceci? Cela signifie qu’Abel sacrifia Son offrande à Dieu selon la loi du salut par laquelle Dieu nous a sauvés, en croyant en le même évangile qu’il avait entendu de ses parents. Dans un holocauste, l’on doit poser ses mains sur l’animal avant de le tuer. C’est le processus essentiel pour transférer tous les péchés sur l’animal. Puis on doit le tuer, prendre son sang, le couper en morceaux, puis enlever toute la graisse attachée aux entrailles et les placer sur la chair avant d’offrir l’holocauste comme un parfum agréable à Dieu. C’est le processus indispensable, bibliquement, pour un holocauste légal. Abel devait offrir le même holocauste avec le premier né de son troupeau et la graisse. 
Que signifie “la graisse” ici? Elle révèle Dieu, le Saint-Esprit. Autrement dit, Abel a cru selon ce que Dieu avait dit. C’est ainsi qu’Abel a adoré Dieu. Et quand il a effectivement adoré ainsi, Dieu l’agréa. Les parents d’Abel, Adam et Eve, avaient l’évangile des vêtements de peau. Pour préparer les vêtements de peau, un agneau était sacrifié. Cet évangile des vêtements de peau comprenait l’imposition des mains qui transférait le péché sur l’animal à sacrifier, et le sang versé. Abel sacrifia son offrande à Dieu comme cela, avec la même foi. 
Quelqu’un pourrait amener une objection à mon interprétation, en disant: “Où trouvons-nous l’imposition des mains dans le récit des tuniques de peau de Genèse chapitre trois?” Mais vous devez savoir que la Bible montre la vérité pas à pas. Par exemple, Genèse 3:15 dit: “Je mettrai inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité: celle-ci t'écrasera la tête, et tu lui blesseras le talon.” Ce passage révèle clairement Jésus Christ comme notre Sauveur, mais nous ne pouvons pas trouver un seul mot concernant Son baptême et Son sang versé dans ce passage. La Bible est la Parole de la révélation. Nous ne pouvons l’interpréter que par l’inspiration du Saint-Esprit (Jean 16:13).
Dans le livre du Lévitique, nous voyons que lorsque le peuple d’Israël sacrifiait ses offrandes d’expiation, ils devaient infailliblement offrir la graisse avec la chair après avoir posé leurs mains sur la tête de l’animal. Ils recevaient la rémission de leurs péchés quand ils faisaient un tel sacrifice. Quand nous croyons en l’évangile de l’eau et du sang que Jésus nous a donné, tous nos péchés sont enlevés de nos cœurs et ils sont expiés. Nous devenons des gens sans péché. Quand nous avons ce genre de foi qui nous rend sans péchés, Dieu nous fait don du Saint-Esprit. 
Recevoir le Saint-Esprit n’est pas quelque chose dont nous sommes conscients à travers nos sens. Pensez-vous que quelqu’un doive sentir un feu ou des frissons quand il reçoit le Saint-Esprit? Si un tel phénomène se produit, cela signifie seulement que cette personne a reçu un mauvais esprit. Dieu le Saint-Esprit est paisible comme une colombe et pur, donc Il vient dans le cœur de ceux qui n’ont plus de péché, qui ont reçu la rémission des péchés. 
L’adoration que nous devons offrir à Dieu est celle-ci: “Seigneur, merci de m’avoir sauvé. Merci d’avoir expié mes péchés par Ton eau et Ton sang.” C’est seulement quand nous adorons Dieu par la foi ainsi qu’Il accepte notre adoration. Par contre, Caïn apporta le fruit de la terre comme offrande à Dieu, et Dieu ne l’a pas acceptée. Pourquoi Dieu n’a-t-il pas agréé l’offrande de Caïn? Parce que Caïn a vécu seulement pour lui-même, sans respecter la volonté de Dieu, et Il lui a aussi offert ce qui était bon à ses propres yeux et selon ses propres pensées charnelles. C’est parce qu’il était un laboureur de la terre, quelqu’un qui ne pensait qu’aux choses de la terre. Même si c’est ainsi que Caïn vivait devant Dieu, en labourant la terre, spirituellement parlant, il aurait au moins dû être un berger, et il aurait dû accepter la Parole de Dieu et apporter une offrande de foi, mais il manqua de le faire. C’est à cause de cette faute que Dieu a refusé d’accepter l’offrande de Caïn. 
Dieu dit: “ne pas ressembler à Caïn” (1 Jean 3:12). Caïn offrit le fruit de la terre. La profession de Caïn était l’agriculture. Cela signifie aussi que lorsqu’il était question de foi, il offrit le fruit de la terre à Dieu – c’est-à-dire qu’il offrit sa foi selon ses propres désirs, de la façon qui convenait à ses propres pensées. Il fit cela même en inventant des doctrines, et c’est ainsi qu’il adora Dieu. Mais Dieu a-t-il accepté son offrande? Non, Il ne l’a pas fait.
La profession de Caïn elle-même n’était pas bonne. Après avoir reçu la rémission des péchés, quel genre de profession devrions-nous avoir dans ce monde? Notre travail devrait être de paître le troupeau. En d’autres termes, notre travail doit être de donner naissance à la vie. Comme la Bible le dit: “Soit donc que vous mangiez, soit que vous buviez, soit que vous fassiez quelque autre chose, faites tout pour la gloire de Dieu” (1 Corinthiens 10:31), donner naissance à une nouvelle vie en prêchant l’évangile, conduire et nourrir ceux qui sont nés de nouveau – ce n’est autre que paître le troupeau. Une fois que nous faisons personnellement l’œuvre  de la diffusion de l’évangile, nous devons mettre de côté les affaires du monde et nous dévouer nous-mêmes entièrement à l’œuvre  de Dieu. Si, par contre, nous sommes incapables d’être directement engagés dans l’œuvre  de la diffusion de l’évangile, alors tout ce que nous avons à faire c’est travailler diligemment dans notre emploi séculier et soutenir le ministère de l’évangile par nos prières, le service, et les moyens financiers. Si l’œuvre  pour l’évangile s’unit à l’Église ainsi, alors nous pouvons tous faire l’œuvre  qui consiste à paître le troupeau correctement. 
Par le passage des Écritures d’aujourd’hui, Dieu nous dit que nous devons nous dévouer à l’œuvre  qui consiste à paître le troupeau. Nous devons tous vivre effectivement comme de bons bergers.