Проповеди

Sujet 13: L’Evangile de Matthieu

[PARTIE 15] Dieu nous a donné des bénédictions sans limite (Matthieu 15:32-39)

Dieu nous a donné des bénédictions sans limite
(Matthieu 15:32-39)
“Jésus, ayant appelé ses disciples, dit: Je suis ému de compassion pour cette foule; car voilà trois jours qu'ils sont près de moi, et ils n'ont rien à manger. Je ne veux pas les renvoyer à jeun, de peur que les forces ne leur manquent en chemin. Les disciples lui dirent: Comment nous procurer dans ce lieu désert assez de pains pour rassasier une si grande foule? Jésus leur demanda: Combien avez-vous de pains? Sept, répondirent-ils, et quelques petits poissons. Alors il fit asseoir la foule par terre, prit les sept pains et les poissons, et, après avoir rendu grâces, il les rompit et les donna à ses disciples, qui les distribuèrent à la foule. Tous mangèrent et furent rassasiés, et l'on emporta sept corbeilles pleines des morceaux qui restaient. Ceux qui avaient mangé étaient quatre mille hommes, sans les femmes et les enfants. Ensuite, il renvoya la foule, monta dans la barque, et se rendit dans la contrée de Magadan.”


Quand nous nous focalisons sur la dernière partir du passage des Ecritures d’aujourd’hui, nous pouvons voir quelle grâce abondante Dieu a répandue sur l’humanité. La grande multitude qui suivait Jésus-Christ n’avait pas mangé depuis trois jours, et ils avaient donc faim. Il est écrit qu’en les voyant, Jésus avait tant compassion pour eux qu’Il dit:“Je ne veux pas les renvoyer ayant faim, pour qu’ils ne tombent pas en chemin.” Il bénit alors sept pains et deux poissons et les donna à la multitude; ils furent alors tous rassasiés et il resta sept paniers de restes. Plus de 4000 hommes furent nourris, sans compter les femmes et les enfants. 
Le fait qu’il y ait eu sept paniers de restes signifie que la grâce de Dieu est sans limite. Combien est-ce merveilleux qu’il y ait eu assez de nourriture restante pour remplir sept paniers même après avoir nourri plus de 4000 hommes, sans compter les femmes et les enfants? Dieu a béni un repas qui se composait de sept pains et un peu de poisson et l’a partagé avec la multitude, mais sept paniers pleins de restes furent rassemblés après que 4000 personnes furent rassasiées, sans compter les femmes et les enfants. Cela nous montre que la grâce de Dieu est sans limite et éternelle. Cela souligne combien il est important d’avoir foi en Dieu. La grâce de Dieu est si grande. Si la grâce de Dieu n’était pas vraiment grande, alors il aurait été impossible de ne pas être découragés dans nos vies de foi.

 

Dieu est parfait

 
Dans les Ecritures, le chiffre sept est un chiffre parfait symbolisant l’attribut de Dieu. Dieu répand Sa grâce sur Son peuple affamé et soupirant. Comme c’est montré dans le passage des Ecritures d’aujourd’hui, il n’y a aucun doute du tout que Dieu répand effectivement Sa grâce infiniment. Le Seigneur veut que nous connaissions et croyions en la perfection de Dieu et Sa grâce abondante.
Alors, par quel genre de foi devons-nous vivre? Plutôt que de vivre selon nos circonstances et notre état, nous devons demander plus de la grâce de Dieu chaque jour, et vivre dans Son amour. Et affermissant encore plus notre foi en Dieu, nous devons vivre en croyant en Lui davantage. Vous devez réaliser et croire du fond de votre cœur que l’amour de Dieu est infini. Bien que nous ayons souvent entendu les gens dire:“Dieu est grand. Dieu est amour”, Dieu veut que nous réalisions vraiment qu’Il a effectivement répandu Sa grâce abondamment. Quand nous saisissons correctement cette grâce sans limite de Dieu et croyons, nous pouvons aller au-delà de notre état de foi faible qui suit nos propres circonstances et situations.
Ne croyez-vous pas en Dieu à votre propre niveau et ne Le suivez-vous pas dans votre propre état? N’avez-vous pas été touché par les doctrines distillées par le christianisme légaliste? Si vous avez vécu votre vie de foi sur la base de votre propre standard jusqu’ici, et vous êtes trouvé satisfait ou tourmenté selon ce résultat, alors il est temps pour vous d’aller au delà d’un tel état de foi et de venir dans le domaine de foi profond, sans limite, et parfait de Dieu.
Si nous croyons en Dieu, nous pouvons vivre dans Son amour infini, car Son amour n’a pas de limite. Je vous demande à tous de croire en ce Dieu. Vous devez reconnaître que c’est seulement parce que vous n’avez pas assez foi en Dieu que vous luttez dans les difficultés. Quand nous n’avons pas foi en la grâce sans limite de Dieu, nos cœurs sont souvent pleins de découragement et souffrent. Il y a aussi des temps où nous pensons que Dieu ne connaît pas notre souffrance, et par conséquent, nous nous lions dans ces souffrances. C’est pour cela que nous luttons pour mener nos vies de foi comme si nous étions les seuls à souffrir. Cependant, même quand nous avons l’impression que Dieu nous a abandonné à nos luttes dans nos temps de souffrance, de difficulté, et de douleur, Dieu nous connaît encore et répand Son amour sans limite sur nous. Donc, lorsque nous souffrons ou avons des difficultés, nous avons encore plus de raisons de revenir à Dieu, qui répand cette grâce sans limite sur nous. Même jusqu’à ce jour, Dieu vous demande encore:“Confie-toi en Moi, appuie-toi sur Moi, et crois en Moi.”
Notre Dieu n’est pas le genre de Dieu qui répand Sa grâce sur nous seulement pour s’arrêter en chemin. Au contraire, Il est le Dieu qui a laissé sept paniers de nourriture après avoir nourri 4000 hommes. Il n’est pas le Dieu qui vous abandonnera quand vous serez épuisé ayant désespérément besoin de Son aide, mais Il est le Dieu qui répand plus et assez de grâce pour nourrir tout le monde et remplir encore sept paniers. De même, la grâce de Dieu n’est pas quelque chose qui est répandu sur nous pour s’arrêter en chemin. C’est la grâce qui est répandue sur nous continuellement et infiniment.
Y a-t-il un moment dans votre vie où vous aviez l’impression que votre vie était terminée? Ou y a-t-il un moment dans votre vie de foi où vous avez l’impression “ma vie de foi est sur le point de s’arrêter ici”? Alors que nous menons nos vies de foi, il y a de ces moments où il semble que notre foi soit sur le point de se perdre. Dans des temps comme cela, où vous avez l’impression que vous quittez la foi et pensez “ma vie de foi est terminée”, rappelez-vous que l’amour et la grâce sans limite de Dieu n’a pas de fin, même si votre propre justice, force, et foi, peut avoir atteint une certaine limite. C’est parce que notre propre foi est épuisée devant Dieu que nous avons l’impression que tout est fini, mais cela ne signifie pas que la grâce de Dieu pour nous soit épuisée d’aucune façon.
Alors que nous menons nos vies, il y a beaucoup de temps où nos vies semblent finies. Nous avons probablement eu des expériences proches de la mort. Malgré cela, nous avons réussi à survivre et sommes toujours en vie. Cela a été possible à cause de la grâce de Dieu qui a continué de nous soutenir fermement, même si notre force était épuisée et que nous sommes arrivés près de la mort. La force vient de Dieu. Dieu a répandu Sa grâce sans limite sur nous, Il nous a conduit sur la voie de justice par Son amour et Sa grâce sans limite, Il nous a enseignés et guidés, et connaissant notre faim, Il nous a remplis de la plénitude. Si c’est effectivement le cas, alors il n’y a pas besoin d’être découragé ni de rester dans le désespoir à cause de nos difficultés et souffrances présentes, ni à cause des épreuves à venir. Lorsque notre foi semble être épuisée et dépassée par nos faiblesses, tout ce que nous devons faire c’est nous rappeler l’amour sans limite du Seigneur qui nous a apporté Sa grâce selon Son temps, et croire qu’Il est le Dieu dont la grâce n’a pas de limite, car Il prévoit de continuer à répandre Sa grâce sur nous en abondance. C’est quand nous croyons en Dieu comme cela qu’Il se réjouit.
Contemplez ce dont Dieu nous parle dans le passage des Ecritures d’aujourd’hui. Tous ces gens qui étaient avec Jésus-Christ en ce temps là avaient faim depuis trois jours. Beaucoup de gens étaient affamés à ce moment là. Alors que nous menons nos vies de foi, il y a aussi des moments où nous avons faim, et il y a aussi des temps où nous sommes épuisés. Mais tout le temps, Dieu nous revêt de Sa grâce. Cette grâce continuera dans les jours à venir, mais aujourd’hui je voudrais traiter de ce sujet plus en détail. 


Qui ne croit pas vraiment en Dieu?

Dieu dit en Matthieu 15:8-9:“Ce peuple m’honore des lèvres, Mais son cœur est éloigné de moi. C'est en vain qu'ils m’honorent, en enseignant des préceptes qui sont des commandements d'hommes.” Jésus dit cela en pensant aux Pharisiens. Les religieux ne se soucient que des apparences extérieures. Les Pharisiens, aussi, étaient des religieux typiques de leur temps, et donc ils invoquaient le nom de Dieu seulement pour chercher leur propre intérêt disant “Tout ce qui compte c’est de vous garder pur et d’agir vertueusement dans l’apparence extérieure”. Ils prétendaient servir Dieu seulement extérieurement, disant par exemple “Puisque Dieu nous a dit de servir nos parents, nous devons les servir. Mais ce n’est pas absolu, si nous disons que nous aurions donné à nos parents ce que nous venons d’offrir à Dieu” (Marc 7:11). Ces Pharisiens – c’est-à-dire religieux – insistaient tant sur la pureté superficielle. Ils insistaient sur le fait que tout le monde devait laver ses mains lorsqu’il rentrait de l’extérieur, mais d’un autre côté, ils avaient toutes sortes d’excuses à leur propre comportement, tordant la Parole de Dieu pour les arranger, disant:“c’est ce que la Parole de Dieu nous commande, mais il y a toujours une exception.”
Le Seigneur nous dit:“Ce n’est pas ce qui entre dans la bouche d’un homme qui le souille, mais ce qui en sort le souille.” (Marc 7:18-20). Nous devons être libérés de cette pureté superficielle. Cela signifie qu’une doctrine qui prétend que nous devons seulement être purs extérieurement, comme si ce qui entre dans nos bouches nous souillait, n’est pas juste. En d’autres termes, toutes ces choses qui entrent dans la bouche ne peuvent pas souiller quelqu’un, mais c’est ce qui vient de l’intérieur qui le souille. Beaucoup de gens religieux pensent pour eux-mêmes:“c’est ce qui entre dans un homme par sa bouche qui le souille.” Mes chers croyants, je vous demande à tous de saisir que ce qui entre dans la bouche ne peut pas souiller quelqu’un. Indépendamment de la diligence et la vertu avec laquelle quelqu’un a vécu dans les apparences extérieures, si son intérieur est marqué de péchés alors il n’est pas un homme pur. 
Notre Seigneur dit que ce qui entre par la bouche n’est pas le problème. Les gens pensent que s’ils lavent ce qui entre dans leur bouche avant de le manger, alors leur intérieur sera d’une certaine façon purifié. C’est ce que pensaient les pharisiens. Et ce n’étaient pas seulement les Pharisiens qui pensaient cela, mais beaucoup d’autres pensaient aussi comme cela. Ils pensaient que s’ils purifiaient ce qui entrait par leur bouche avant de le manger, ils seraient préservés dans la pureté, mais ce n’est pas le cas. Jésus dit:“C’est de l’abondance du cœur que la bouche parle, et c’est ce qui sort de la bouche de l’homme qui le souille.”

 

Pensons aux péchés qui sortent du cœur de l’humanité 

 
Nous avons alors besoin de considérer les questions suivantes ici:“Combien cette humanité est-elle souillée exactement? Et combien la pureté extérieure de l’humanité est inutile?” Jésus dit que tout ce qui sort de la bouche de l’homme vient du cœur, et cela signifie que ce qui vient du cœur est la nature fondamentale de l’homme. Le Seigneur dit que tout ce qui vient de la bouche d’un homme n’est autre que lui-même et c’est ce qui souille les autres. Ce qui sort de la bouche est ce qui sort du cœur et il est impératif que nous sachions ce qui vient de la bouche – c’est-à-dire, ce qui vient de nos cœurs.
Regardons en Matthieu 15:19 ici: “Car c'est du cœur que viennent les mauvaises pensées, les meurtres, les adultères, les impudicités, les vols, les faux témoignages, les calomnies.” Jésus dit ici que ce qui vient du cœur se sont les mauvaises pensées, les meurtres, les adultères, les fornications, les vols, les faux témoignages, et les injures, et c’est ce qui souille l’humanité. Si nous regardons à nous-mêmes comme êtres humains, laissant le fait que le Seigneur a expié tous nos péchés, comment nous verrions-nous? Regardez bien à vous-même et regardez aussi les autres. Une fois que nous nous voyons dans le reflet de la Parole de Dieu dans nos vies, et laissons Jésus-Christ de côté en regardant à nous-mêmes, alors nous réalisons combien nous sommes excessivement pécheurs. Nous pratiquons constamment le mal seul. Nous débordons de mauvaises pensées, de meurtres, d’adultères, de fornications, de vols, de faux témoignages, et d’injures. Si nous écartons notre foi en Jésus-Christ, alors nous en tant qu’êtres humains ne sommes rien de plus que des tas de péchés. La nature de l’humanité, ce qui vient des êtres humains, et ce qui sort du cœur humain est mauvais. Ce n’est pas exagéré de dire que la nature fondamentale de l’humanité est marquée de telles iniquités que les mauvaises pensées, les meurtres, les adultères, et les vols. C’est clair comme la lumière du jour que l’humanité n’est qu’une foule de pécheurs qui ne peuvent éviter de produire que de la corruption et du mal. 
Bien que beaucoup de gens, dont le cerveau est lavé par les enseignements religieux, pensent qu’il y a de la bonté en eux, c’est précisément parce que les humains sont fondamentalement méchants qu’ils cherchent la bonté. C’est pour cela que les gens cherchent à pratiquer la vertu dans leurs actes, essayant de cacher leur nature fondamentalement méchante avec leurs mérites, et pensent que l’humanité est aussi capable d’atteindre une certaine vertu. Cependant, quand nous regardons à nous-mêmes comme êtres humains, nous savons que l’humanité elle-même est souillée. Si vous vous connaissiez vous-même, vous ne pourriez que reconnaître combien les êtres humains sont souillés, combien leurs pensées sont méchantes, combien ils blasphèment, et combien souvent ils rendent de faux témoignages. Vous pouvez réaliser tout cela en regardant à vous-même. Mais si vous ne vous reconnaissez pas vous-même, vous pouvez être trompé et penser que vous êtes une bonne personne. De plus, à part cette pensée qui considère que quelqu’un est vertueux, il est absolument certain que ce raisonnement sera associé à la religion et tissé d’hypocrisie religieuse. Par nous-mêmes, il n’y a rien qui justifie que nous nous voyions vertueux. Tout comme Jésus le dit dans la Bible ici, il n’y a pas de question du tout sur le fait que les gens vivant sur la planète terre, y inclus moi-même, sont une bande de méchants dont les pensées sont mauvaises, souillées, et dépravées, et qui ne pratiquent effectivement que le mal. 
Nous humains sommes complètement indignes. Quand nous regardons au centre du cœur humain, nous voyons combien il est souillé. Comme la Bible dit: “Le cœur est tortueux par-dessus tout, et il est méchant: Qui peut le connaître?” (Jérémie 17:9), il n’y a rien de plus souillé et dépravé que le cœur humain. Toutes les autres choses de ce monde, comme les fleurs, sont pures telles qu’elles sont. Par contre, les êtres humains essaient de cacher leur corruption par leur hypocrisie. De toute la création, seule l’humanité pratique l’hypocrisie, incapable de se reconnaître elle-même. C’est précisément parce que les êtres humains sont hypocrites qu’ils se trompent eux-mêmes en pensant qu’ils sont vertueux. A la différence des fleurs, qui sont belles comme elles sont, quand les humains sont exposés dans leurs vraies couleurs, ils sont si sales, mauvais, et dégoûtants qu’ils sont même pires que la saleté et les déchets dans la poubelle. Qu’en est-il des excréments pleins de vers? Ne sont-ils pas inclus dans “toutes choses”? Bien sûr. Si oui, alors le cœur humain est encore pire que ces excréments et les vers qui vivent à l’intérieur. C’est la vraie nature de l’humanité. 


Vous connaissez-vous bien vous-même?

Le problème, cependant, c’est que nous ne nous connaissons pas si bien. Parfois, même ceux qui ont reçu la rémission des péchés ne se connaissent pas eux-mêmes. Donc par conséquent ils deviennent fiers quand ils accomplissent quelque chose, mais quand leurs insuffisances sont exposées, ils finissent avec une bien plus grande déception que la fierté qu’ils avaient ressentie.
Il y avait beaucoup de gens affamés qui suivaient Jésus-Christ. Jésus avait tant de compassion pour ces gens épuisés par la faim qu’Il a fait un miracle pour les nourrir, mais quel genre de gens sont ceux qui ont vraiment faim en esprit? Ce sont ceux qui savent réellement qui ils sont. Une fois que les humains se connaissent eux-mêmes, ils ont tellement faim spirituellement qu’ils sont complètement épuisés. Donc ils viennent demander aux dieux de ce monde de l’aide désespérément mais en vain. Seul Dieu peut leur donner Sa grâce divine, et c’est effectivement vrai.
Par contre, il y a beaucoup de gens qui vivent sans se connaître eux-mêmes, mais cela n’a aucun sens pour eux de venir devant Dieu et de demander de l’aide quand ils ne se connaissent même pas eux-mêmes. Et cela n’a pas de sens non plus de supplier Dieu:“Aide-moi juste un peu, pardonne-moi juste cette fois.” C’est la mauvaise prière à faire, qui n’est rien de plus que dire:“Je suis juste un peu impur et j’ai seulement besoin d’un peu d’aide. Je m’occuperai du reste moi-même.” Quand vous réalisez votre dépravation totale, connaissez l’étendue de votre corruption, et acceptez:“Je suis complètement souillé. Mes pensées sont mauvaises comme mes actes sont mauvais; je ne suis rien de plus qu’un déchet humain” - c’est alors que vous pouvez devenir pauvre de cœur et que votre cœur peut réellement avoir faim et soif de justice.
Si vous et moi pensons toujours que nous avons quelque chose de vertueux par nous-mêmes après être nés de nouveau, alors nous devons y repenser. Si, par hasard, vous pensez que vous pouvez pratiquer la justice d’une certaine façon, qu’il y a quelque chose de bon en vous, et que vous avez certaines vertus, alors cela signifie que vous n’avez pas encore faim en esprit. Tous les humains, y inclus vous et moi, sont complètement dépravés comme l’a dit le Seigneur. Du moment que nous sommes nés, nous étions déjà destinés à la corruption. Depuis la chute d’Adam et Eve, tous les humains sont nés comme un tas de corruption complète et de dépravation. Si vous et moi réalisons notre vraie réalité comme cela, alors loin de nous vanter de nous-mêmes, nous nous trouverons soupirants dans le deuil. Même si nous sommes tristes en nous connaissant et en nous acceptant nous-mêmes, que se passera-t-il ensuite? Nous réaliserons que c’est précisément ces gens sur qui Dieu répand Sa grâce. C’est alors que nous pourrons croire en Dieu en nous confiant et en acceptant cette grâce, et ceux qui croient en cela sont capables de trouver Sa grâce par la foi.
Par contre, ceux qui ne savent pas encore quel genre de personne ils sont, se considèrent capables de produire quelque chose de juste, s’occupent à servir Dieu par leurs propres vertus. Ces gens vacillent, servant Dieu et eux-mêmes moitié-moitié. Par contre, ceux qui savent qu’ils sont insuffisants reconnaissent qu’ils sont complètement dépravés et mettent toutes leurs attentes seulement et entièrement sur la grâce de Dieu, même s’ils peuvent aussi un peu vaciller. En d’autres termes, en s’appuyant sur Dieu et en se confiant en Sa grâce seule, ils ont foi en Sa Parole et en Sa grâce.

 

Dieu répand le même salut sur les gentils aussi 

 
Un jour, alors que Jésus voyageait dans la région de Sidon, une femme Cananéenne de cette région est venue vers Lui et a crié:“Aie pitié de moi, Seigneur, Fils de David! Ma fille est sérieusement possédée par un démon.” Que signifie le fait qu’une femme gentille vivant dans la région de Canaan cherche Jésus et lui dise “aie pitié de moi”? Essentiellement, cela signifie que cette femme connaissait l’étendue de son être dépravé et corrompu, mais elle voyait aussi que sa fille était possédée par un esprit méchant et une fois qu’elle a vu ce mal, elle n’avait pas d’autre choix que de s’appuyer complètement sur Jésus et s’attacher à Lui.
C’est pour cela qu’elle est allée vers Jésus en criant:“Aie pitié de moi, Fils de David!” Cette femme, qui se connaissait bien, a demandé à Jésus d’aider sa fille en disant:“Ma fille souffre terriblement de la possession démoniaque. Aie pitié de moi!” En dépit de cela, Jésus ne s’est même pas retourné, et a dit: “Il n'est pas bien de prendre le pain des enfants, et de le jeter aux petits chiens.” Jésus traitait cette femme comme un chien. Il lui disait face à face:“Tu ne vaux pas mieux qu’un chien!” Regardez à la façon dont la femme a répondu en dépit de cette insulte, disant “Oui, Seigneur, même les petits chiens mangent les miettes qui tombent de la table de leur maître.” En d’autres termes, la femme se reconnaissait franchement devant Jésus, disant:“Oui, tu as raison. Je suis une femme qui ne vaut pas mieux qu’un chien. Je suis un chien.” Jésus avait mentionné le chien en référence indirecte à la femme, car Il connaissait tout du cœur humain, et en réponse, cette femme s’est aussi reconnue exactement comme elle était, car elle, aussi, savait qu’elle était comme un chien. En d’autres termes, elle avait laissé sa fille de côté pour le moment et accepté d’abord qu’elle était une telle femme. C’est ainsi que cette femme a pu trouver grâce devant Dieu.
Mes chers croyants, même si nous sommes nés de nouveau, quel genre de personnes sommes-nous fondamentalement? Nous-mêmes ne valons pas mieux qu’un chien. Jésus dit que ce qui vient du cœur de l’homme souille l’humanité. Ce qui vient du cœur de l’homme ce sont toutes sortes de péchés, des mauvaises pensées aux meurtres, adultères, vols, envies, conflits, fierté, et ainsi de suite. En d’autres termes, Jésus nous dit que nous ne sommes autres que ceux qui sont nés avec ces choses, comme un chien. Un chien revient à ce qu’il a vomi (Proverbes 26:11).
Un chien régurgite et mange son propre vomi. L’humanité est pareille. Les gens enlèvent la saleté de leur intérieur pour la ravaler ensuite; ils commettent des actes pécheurs, se repentent, puis commettent encore plus d’actes pécheurs à nouveau, répétant cela encore et encore. Mais que pensez-vous? Pensez-vous que les humains sont meilleurs qu’un chien? Non, nous ne sommes pas mieux. Plutôt, nos cœurs sont pires et plus dépravés qu’un chien. Quand vous vous regardez vraiment de très près, vous réaliserez combien vous êtes faible et corrompu et n’aurez pas d’autre choix que d’être déçu de vous-même. 
Que se passerait-il si les gens voyaient correctement qui ils sont vraiment? Ils seraient déçus de leur image corrompue et dépravée. Ils finiraient découragés, pensant “Comme je suis mauvais!” N’est-ce pas? Quand vous regardez à vous-même, n’êtes-vous pas déçu? Tous ceux qui regardent à eux-mêmes de près sont forcément déçus. Cependant, parfois même la déception peut être une bonne dose de médicament, car c’est dans des temps comme cela que les gens finissent par avoir faim et soif de justice. C’est précisément parce que vous savez que vous êtes insuffisant que votre cœur est animé du désir de s’attacher à Jésus-Christ et de croire en tout ce qu’Il dit exactement comme c’est. C’est alors que vous vous reniez vous-même totalement et vous appuyez sur la Parole de Dieu. Alors que vous réalisez votre être complètement indigne, vous réalisez que ce corps indigne ne peut pas vivre sans le Seigneur, et dans la reconnaissance, vous soupirez après la grâce de Jésus Christ, Ses bénédictions, Son amour infini, et Son salut sans limite.
Cependant, la plupart des gens ne se connaissent pas encore eux-mêmes. Socrate a dit un jour “Connais-toi toi-même”, mais tant de gens continuent d’être inconscients de qui ils sont vraiment. Il y a tant de gens qui ne réalisent pas qu’ils ne sont pas meilleurs qu’un chien et qu’ils ne sont rien de plus que des déchets humains; maintenant même, enivrés par les enseignements des religieux, ils continuent de se tromper eux-mêmes en croyant que leur autoportrait, embelli par leur prétention et hypocrisie, est leur vrai portait. Nous humains, par nous-mêmes, sommes complètement indignes. Donc il n’y a aucun doute que si la foi est enlevée à ceux qui sont nés de nouveau et la religion à ceux qui ne sont pas nés de nouveau, tout le monde sera invariablement inutile et indigne devant Dieu.
Si Jésus, qui a expié tous les péchés du monde, vous était enlevé, quel genre de personne seriez-vous? Imaginez ce qui se passerait si vous étiez laissé sans la Parole d’évangile de l’eau et de l’Esprit. Quel genre de personne serions-nous alors, vous et moi? Nous serions révélés comme complètement indignes. Nous deviendrions des gens inutiles, non différents des animaux. Nous finirions comme des sangsues, mangeant et buvant tous les jours, mais en voulant de plus en plus (Proverbes 30:15). N’est-ce pas vrai? Bien sûr que oui. C’est pour cela que nous n’avons pas d’autre choix que croire en Jésus, qui a expié tous nos péchés. C’est parce que nous étions des pécheurs inutiles que nous avions besoin de Jésus. Après avoir tant soupiré, nous étions trop heureux, reconnaissants, et réjouis de rencontrer Jésus.
C’est pour cela que nous croyons en Jésus. Nous croyons que Jésus a pris tous nos péchés et a été condamné à notre place. Nous avons aussi cru que lorsque nous croyons en Lui nous obtenons la vie éternelle. Nous croyons qu’Il a expié tous nos péchés par Son amour pour nous. Nous croyons aussi que nous avons été sauvés par la foi. Nous avons vraiment besoin de Jésus-Christ.
Même après être nés de nouveau, nous avons encore besoin de Jésus. Comme êtres humains, nous sommes toujours souillés en nous-mêmes et par nous-mêmes, même après être nés de nouveau, mais Jésus-Christ nous parle et nous permet de croire en Lui, et donc notre foi en le Seigneur purifie nos cœurs, rend nos actes droits, et nous conduit correctement. Croyez-vous cela? Par nous-mêmes, nous sommes incapables de pratiquer la justice. C’est à cause du Seigneur que nous pratiquons la justice. C’est à cause du Seigneur que nous pratiquons la vertu. C’est à cause du Seigneur que nous connaissons l’amour de Dieu, et c’est à cause de Lui que nous aimons les autres. Et c’est à cause du Seigneur que nous marchons maintenant sur le droit chemin, car il est clair que nous-mêmes comme humains sommes incapables de le faire.
Si une personne née de nouveau a pratiqué le bien, prêché l’évangile, et servi le Seigneur de différentes façons, alors c’est parce que Dieu lui a donné un bon cœur, la foi, et la capacité, la force, et les circonstances pour pratiquer la justice. Nous devons saisir ici que c’est seulement parce que le Seigneur nous a conduits que nous sommes maintenant capables de L’aimer, Le servir, et prêcher l’évangile aux gens; si nous devions aimer le Seigneur par nous-mêmes, nous ne serions jamais capables d’aimer les gens, ni de servir le Seigneur.


Parfois, nous menons nos vies de foi dans l’illusion 

Alors que nous qui sommes nés de nouveau menons nos vies de foi, il est possible que nous tombions parfois dans l’illusion. “Seigneur, je t’ai servi tout ce temps, mais qu’as-tu fait pour moi? As-tu fait quelque chose pour moi? Tout ce que tu as fait c’est me donner des difficultés. Qu’as-tu fait pour moi? Je ne veux plus te servir. Je ferais mieux d’abandonner ma vie de foi maintenant.” Certains d’entre nous ont ces pensées erronées.
Mais ce n’est pas juste. Si vous avez effectivement servi le Seigneur de tout votre cœur, alors vous devez Lui être reconnaissant de vous avoir donné un cœur de justice, permettant à Sa Parole de venir en vous, et vous rendant capable de Le servir. Et vous devez Le remercier de vous avoir utilisé comme Son instrument juste. Ce n’est pas nous qui avons servi le Seigneur, mais c’est le Seigneur qui nous a servis, de sorte que nous soyons capables de Le servir. Nous devons réaliser que ce n’est pas nous qui avons pratiqué la justice de nous-mêmes, mais c’est le Seigneur qui nous a donné la force de pratiquer la justice.
Même parmi nos saints nés de nouveau, certaines personnes sont déçues dans leur cœur se demandant:“J’ai suivi le Seigneur, mais qu’ai-je reçu de Lui?” C’est parce qu’ils ne réalisent pas encore combien ils sont réellement souillés et dépravés, combien leur existence est comme celle d’un chien. Puisqu’ils ne savent pas vraiment combien ils sont dépravés et indignes, ils montrent leur propre justice et ont le cou raide devant le Seigneur, pensant qu’ils sont encore dignes d’estime. Vous, cependant, devez réaliser que vous n’êtes rien en tant qu’humain. Effectivement, nous ne sommes rien si le Seigneur nous laisse. Sans le Seigneur, nous sommes incapables de pratiquer la justice, nous commettrons seulement le péché. Nous ne pourrons pas non plus aimer, mais loin de là nous maudirons nos vies. Est-ce ainsi que vous voulez vivre le reste de votre vie, débordant de souillure comme un égout et répandant une odeur fétide?
Il est trop évident que si le Seigneur nous était enlevé, nous irions sombrer dans de l’eau souillée, demeurant dans des choses souillées, puantes et nauséabondes, pour tomber plus profondément dans le péché et être détruits pour toujours. Mais même si nous ne pouvons pas éviter de vivre comme cela, Dieu nous a quand même sauvés et à cette lumière, je vous exhorte à vraiment saisir que vous pouvez seulement remercier Dieu. Puisque Dieu a eu compassion de nous, même si nous étions souillés, dépravés, et sales, Il est venu à nous, a expié nos péchés, nous a conduits, et nous a permis de pratiquer la justice. Il nous a enseigné ce qui est juste et ce qui est vrai, Il nous a fait L’aimer, et Il nous a permis de mener une vie juste. Ce n’est autre que ce que Dieu a fait pour nous. C’est la raison pour laquelle nous devons tous donner gloire à Dieu. Ce n’est pas nous qui avons aimé Dieu, ni nous qui L’avons servi. C’est le Seigneur qui nous a aimés, et c’est Lui qui nous a permis de ne pas gaspiller nos vies, et c’est Dieu Lui-même qui nous conduit sur le bon chemin, pour que nous soyons récompensés par Lui.
Mes chers croyants, qui est le maître de nos vies? Votre vie est-elle vraiment à vous? Non, ce n’est pas le cas. Alors qui est la force qui dirige nos vies, et qui nous a permis de pratiquer la justice et la vertu, d’aimer, et de mener une vie droite? Ce n’est autre que Jésus-Christ, pas nous.
Sans le Seigneur, les humains sont complètement indignes, faisant toujours une faute après l’autre. De temps en temps quand je regarde à moi-même, je réalise encore plus profondément:“Si je ne faisais pas l’œuvre de Dieu, je serai un homme complètement inutile pour ne rien faire que commettre le péché dans tout ma vie.” Non seulement j’aurais commis le péché, mais j’aurai été un expert. Je suis certain que j’aurais pu vivre dans ce monde très astucieusement, jouir de tous ses plaisirs, et commettre toute mauvaise action imaginable, échappant à la loi pour éviter la prison. Peut être que vous êtes trop vertueux pour que cela soit vrai dans votre cas. Certains d’entre vous peuvent penser qu’il y a encore de la vertu qui reste en vous-même si vous ne suivez pas le Seigneur, mais en ce qui me concerne, je sais que je ne suis rien qu’une pile de péché si je ne suis pas le Seigneur. Donc je sais très bien que quoi que je fasse, je ne pourrais pas faire autrement que faire ce qui est mal. Bien sûr, c’est seulement après avoir reçu la rémission de mes péchés que je me suis vu moi-même comme un tel homme.
Évidemment, avant que je ne sois né de nouveau, je n’ai jamais pensé que j’étais si mauvais. Je me considérais plutôt vertueux, même si tout le monde pouvait être mauvais. Lorsque je rencontrais un enfant abandonné sur mon chemin de retour, je m’assurais toujours d’accompagner l’enfant jusque chez lui; lorsque je voyais le propriétaire du magasin de charbon de mon voisinage luttant pour tirer le chariot, je m’assurais de l’aider à pousser le chariot de derrière; et lorsque je voyais un homme âgé porter une charge lourde sur les épaules, je la portais toujours à sa place. Donc je pensais que j’étais un homme très bon. Cependant, avec le temps qui passait, une fois que j’ai regardé de près, j’ai réalisé:“Ah, même si je suis le Seigneur, je deviendrai un tricheur indigne et un homme complètement inutile.”
Qu’en est-il de vous alors? N’êtes-vous pas aussi comme cela? Quelqu’un parmi vous peut-il vraiment vivre une vie droite sans Jésus? Pouvez-vous vivre comme les grands sages de l’histoire humaine même si Jésus vous est enlevé? Il est clair comme la lumière du jour que sans Jésus vous deviendriez infailliblement corruption même. 


Sans le Seigneur, nous sommes complètement indignes 

Vous et moi aussi, comme tout le monde, devons reconnaître et admettre que nous sommes indignes, et nous confier au Seigneur. Sans Jésus-Christ et sans la Parole de Dieu, nous sommes complètement inutiles pour l’humanité et ce monde. Sans le Seigneur, nos vies sont absolument indignes. Il y a un hymne intitulé:“Je ne peux pas vivre sans mon Seigneur”, et il n’y a effectivement rien qui reste en nous si nous sommes sans Jésus. Si Jésus-Christ et la Parole de vérité nous sont enlevés, nous serons incapables de dire la vérité. Sans le Seigneur, nous serions comme un bateau sans voiles flottant sur la mer. Notre direction dans la vie prendrait alors une mauvaise tournure, et donc il nous serait impossible de mener une vie droite. Une vie sans le Seigneur est gaspillée quelle que soit sa voie, tout comme un bateau sans voile vogue avec le courant de la vaste mer. Sans la Parole du Seigneur, nous ne pouvons même pas fixer la bonne direction dans notre vie, et sans le Seigneur demeurant en nous, nous ne pouvons que continuer de commettre le péché – c’est ce que nous sommes.
Ouvrez vos oreilles à ce que cette femme de Canaan a dit. Même si Jésus-Christ lui a dit: “Il n’est pas bon de prendre le pain des enfants et de le jeter aux petits chiens”, cette femme a répondu en disant:“Oui, Seigneur, mais même les petits chiens mangent les miettes qui tombent de la table de leur maître.” En d’autres termes, la femme Lui a dit:“Même si je suis comme un chien, je veux toujours obtenir et me nourrir même du peu de Ta grâce dans ma vie. Seigneur, veuille répandre Ta grâce sur moi, même si je suis un chien.”
Entendant les paroles de cette femme, le Seigneur dit:“O femme, ta foi est grande!” Qui sont ceux dont la foi est grande? Ce sont ceux qui savent qu’ils sont eux-mêmes comme un chien et reconnaissent qu’ils sont un déchet indigne. Ce sont les gens qui reconnaissent que sans Jésus, ils sont complètement incapables d’éviter l’enfer parce qu’il n’y a pas de vertu qui se trouve en eux. Ils sont incapables de pratiquer autre chose que le mal. Ils demandent alors à Jésus-Christ la grâce du salut et le don de Dieu et ils y croient. Ce n’est autre que ces gens dont la foi est vraiment grande. Le Seigneur Lui-même a dit à la femme que sa foi était grande.
Voyageant avec Ses disciples depuis trois jours, notre Seigneur avait enseigné une multitude. Mais il y avait beaucoup de gens dans la foule qui avaient faim, sans nourriture pour leur chair, pendant qu’ils suivaient Jésus depuis trois jours. Au troisième jour, Jésus dit:“J’ai été avec cette foule pendant trois jours, et j’ai tant de compassion pour eux que je ne peux pas les renvoyer affamés.” Quand Jésus dit cela, quelqu’un Lui apporta un repas composé d’un peu de poisson et de pain. Puisque ces poissons et ces pains étaient le repas habituel emporté par les gens ordinaires, il ne devait pas y en avoir beaucoup. Quelqu’un a apporté un petit repas à Jésus-Christ. Et quand Jésus a mis Ses mains dessus, l’a béni, et l’a distribué à la foule, pas moins de 4000 personnes en ont mangé, en ne comptant que les hommes. Dans la Bible, les femmes et les enfants ne sont généralement pas comptés. Cela ne signifie pas que la Bible les ignore, mais quand les Israélites comptaient les gens, ils comptaient seulement le nombre d’hommes. C’est seulement après l’arrivée de Jésus-Christ que les femmes ont fini par être traitées également et les femmes dans la Bible nous représentent nous, l’épouse de Jésus-Christ. 


Nous devons demander au Seigneur Sa grâce, qui est la fontaine de toutes bénédictions 

Il est écrit dans le passage des Ecritures d’aujourd’hui: “Jésus, ayant appelé ses disciples, dit: Je suis ému de compassion pour cette foule; car voilà trois jours qu'ils sont près de moi, et ils n'ont rien à manger. Je ne veux pas les renvoyer à jeun, de peur que les forces ne leur manquent en chemin. Les disciples lui dirent: Comment nous procurer dans ce lieu désert assez de pains pour rassasier une si grande foule? Jésus leur demanda: Combien avez-vous de pains? Sept, répondirent-ils, et quelques petits poissons. Alors il fit asseoir la foule par terre, prit les sept pains et les poissons, et, après avoir rendu grâces, il les rompit et les donna à ses disciples, qui les distribuèrent à la foule. Tous mangèrent et furent rassasiés, et l'on emporta sept corbeilles pleines des morceaux qui restaient. Ceux qui avaient mangé étaient quatre mille hommes, sans les femmes et les enfants.”
Mes chers croyants, nous sommes tous des gens affamés. Nous sommes insuffisants, nous sommes pauvres, et nous sommes dépourvus de justice. Nous humains ne vivons pas seulement en mangeant le pain de la chair, mais nous devons manger le pain spirituel aussi. C’est ainsi que toute vie humaine se mène. Quand nous avions trop faim pour continuer nos vies dans ce monde, les mains de Jésus se sont tendues et nous ont touchés. Effectivement, si Jésus-Christ n’était pas venu sur la terre, alors nous n’aurions pas pu manger de nourriture spirituelle, ni de pain pour nous âmes, ni aucun pain du cœur sans Jésus, la planète terre entière et tout ce qu’elle contient ne sont rien que déchets. Même si beaucoup de gens ont laissé des paroles sages, de Bouddha à Confucius, Platon, Socrate, et Gandhi, sans Jésus tout ce qui est venu de l’humanité est en fait une poubelle.
Mais que s’est-il passé? Il est dit dans le passage des Ecritures d’aujourd’hui que Jésus-Christ a nourri la multitude. Et il dit aussi que même après qu’ils aient été remplis au contentement, il y avait encore des restes pour remplir sept paniers. Maintenant comme avant, la grâce de Dieu est toujours illimitée. C’est quand nous croyons en la grâce infinie de Dieu que nous pouvons vivre en jouissant de cette grâce sans limite. Si les êtres humains, qui sont limités, étaient déterminés à suivre le Seigneur, pourraient-ils suivre le Seigneur pour pratiquer la justice par leur propre effort et leur propre mérite? Non, la justice de l’humanité est épuisée en un rien de temps.
Le Seigneur nous a donné Sa prière, nous enseignant comment et pourquoi nous devons prier. Parmi ces prières, Il nous dit de prier:“Donne-nous notre pain quotidien”. Puisque le Seigneur Lui-même nous a dit de demander à Dieu notre pain quotidien, Dieu ne s’occuperait-Il pas de nos besoins de pain? La grâce de Dieu est éternelle et sans limite. Le pain de Dieu, qui est Sa grâce infinie, est notre pain quotidien d’amour, de vérité, et de grâce. Notre Dieu a répandu sur nous ce pain pour l’éternité, et chaque jour nous mangeons ce pain quotidien par la foi. La grâce abondante que Dieu a répandue sur nous n’est pas quelque chose qui a été donné seulement dans le passé, mais c’est quelque chose qui dure pour toujours dans le futur.
Alors que nous menons nos vies de foi, nous sommes découragés de temps en temps. Cependant, une fois que nous renouvelons notre foi en la grâce de Dieu qui est sans limite, notre découragement devient vite de l’espoir. Je vous exhorte tous à croire en ce fait, que cette grâce de Dieu est sans limite et que Dieu a encore assez de grâce pour remplir sept paniers. Si vous croyez cela, alors la grâce de Dieu continuera d’être répandue sur vous maintenant et pour toujours. Si nous croyons que la grâce de Dieu est encore répandue sur nous, nous pouvons être libérés non seulement de notre propre pauvreté, mais aussi de nos circonstances difficiles.
Par contre, si nous croyons en nous-mêmes et nous confions en nos propres forces au lieu de croire en la grâce sans limite de Dieu, il nous sera inévitable d’avoir à nouveau faim, d’être lourds, et de dévier dans le désert. Vous et moi sommes des êtres si fragiles. Qu’en est-il de vous? Même si vous courez vers le Seigneur de toute votre force, n’avez-vous pas parfois encore faim, n’êtes-vous pas nu, ou ne tombez-vous pas dans la faiblesse? C’est dans des temps comme cela que vous avez besoin de la grâce sans limite de notre Dieu. C’est quand nous croyons en cette grâce de Dieu sans fin qui est répandue sur nous chaque jour, quand nous demandons à Dieu cette grâce, et quand nous nous confions en ce Dieu, que nous sommes remplis jour après jour. De cette façon, vous et moi sommes capables de vivre devant le Seigneur au milieu des bénédictions de Dieu.
Pourquoi êtes-vous toujours découragé alors que le Seigneur est avec nous et qu’Il répand sur nous Sa grâce débordante? La raison pour laquelle nous nous sentons découragés et tombons dans le désespoir est le fait que nous ne croyons pas en l’amour illimité de Dieu, en Sa vérité et en Sa grâce. Même si nous sommes tous insuffisants et des êtres limités, Dieu est sans limite. Même si notre force est limitée, la puissance de Jésus-Christ est illimitée. L’amour de Dieu et Ses bénédictions pour nous sont infinis. Bien que notre propre justice soit comme le brouillard qui passe en un peu de temps, Dieu Lui-même est éternel, Il répand Sa grâce éternelle sur la race humaine entière, Il a gardé plus qu’assez de grâce pour durer toujours, et même en ce moment précis, Il nous donne cette grâce.
Mes chers saints, le Seigneur demeure dans nos cœurs. L’apôtre Paul a dit une fois aux croyants corinthiens: “Notre bouche s'est ouverte pour vous, Corinthiens, notre cœur s'est élargi. Vous n'êtes point à l'étroit au dedans de nous; mais vos entrailles se sont rétrécies. Rendez-vous la pareille,-je vous parle comme à mes enfants,-élargissez-vous aussi!”(2 Corinthiens 6:11-13). Gravons ce passage dans nos cœurs. C’est seulement quand nos cœurs ont soif et faim de la grâce du Seigneur dans Sa présence que nous pouvons recevoir Son amour infini, la vérité éternelle, et les bénédictions abondantes. Si nous sommes incapables de demander l’aide de Dieu, c’est seulement parce que nos propres cœurs sont restreints. Ainsi, je vous exhorte tous à croire que Dieu Lui-même est sans limite et que Son cœur est toujours ouvert pour vous. Quand nous avons des difficultés, c’est seulement parce que nous avons restreint nos cœurs. L’amour sans limite, la vérité éternelle, le salut sans limite, et les bénédictions infinies que Dieu a répandues sur nous ne sont jamais restreintes. Croyez-vous cela, mes chers croyants?
Demandons donc incessamment cette grâce de Dieu par la foi pour le restant de notre vie. Je crois que les bénédictions de Dieu seront alors répandues abondamment sur nous tous.