ስብከቶች፤

Sujet 13: L’Evangile de Matthieu

[PARTIE 16-1] Nous devons être conscients de l’œuvre de Dieu premièrement (Matthieu 16:21-25)

Nous devons être conscients de l’œuvre de Dieu premièrement
(Matthieu 16:21-25)
“Dès lors Jésus commença à faire connaître à ses disciples qu’il fallait qu'il allât à Jérusalem, qu'il souffrît beaucoup de la part des anciens, des principaux sacrificateurs et des scribes, qu'il fût mis à mort, et qu'il ressuscitât le troisième jour. Pierre, l'ayant pris à part, se mit à le reprendre, et dit: A Dieu ne plaise, Seigneur! Cela ne t’arrivera pas. Mais Jésus, se retournant, dit à Pierre: Arrière de moi, Satan! Tu m’es en scandale; car tes pensées ne sont pas les pensées de Dieu, mais celles des hommes. Alors Jésus dit à ses disciples: Si quelqu'un veut venir après moi, qu'il renonce à lui-même, qu'il se charge de sa croix, et qu'il me suive. Car celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais celui qui la perdra à cause de moi la trouvera.”


J’ai eu beaucoup de difficultés en l’an 2000. Vous avez probablement aussi eu certaines difficultés, n’est-ce pas? Si Jésus ne nous avait pas protégés, nous serions déjà morts, mais nous savons que notre Seigneur nous a gardés en vie, car Il est vraiment puissant. Même quand tous nos ministres et nos saints de la Mission sont ajoutés, notre nombre n’est qu’une centaine, et donc d’une certaine façon, cela semble avoir peu de sens qu’une si petite assemblée essaie de travailler avec le monde entier. Cependant, malgré cela, nous réalisons une fois encore combien la puissance de Dieu est grande. Même si nous sommes insuffisants, le Seigneur n’est jamais insuffisant. C’est pour cela que je crois que si c’est la volonté du Seigneur, alors elle s’accomplira certainement. Même si nous sommes peu en nombre et prêchons l’évangile au monde entier, c’est très dur pour nous de travailler si incessamment. Quand je pense vraiment à cela, nous faisons vraiment quelque chose de très étonnant.
Epuisés par un travail acharné, nous sommes vraiment arrivés près de la mort. Quand nous y pensons en des termes charnels, notre travail est si dur que nous grinçons des dents à la seule perspective du travail qui doit être fait dans les jours à venir, mais quand nous y pensons spirituellement, nous sommes reconnaissants même pour cela. Alors que je lutte moi-même, je sais que nos ouvriers du ministère et vous tous qui soutenez la prédication de l’évangile luttent aussi. En dépit de cette difficulté, vous n’avez pas péri, mais êtes resté en vie pour suivre le Seigneur jusqu’à ce point. Je suis très reconnaissant pour cela.
Aujourd’hui, nous lisons un passage de Matthieu chapitre 16. Dans le passage des Ecritures d’aujourd’hui, Jésus dit aux disciples qu’Il devait aller à Jérusalem, souffrir beaucoup de choses à cause des anciens, des sacrificateurs, et des scribes, être tué, et ressusciter d’entre les morts en trois jours. Alors Pierre, pour montrer sa loyauté à Jésus, Lui dit :“A Dieu ne plaise, Seigneur! Cela ne t 'arrivera pas.” Pierre a dit cela pour le Seigneur, ne réalisant pas que c’étaient en fait ses propres pensées charnelles. Donc au lieu d’être reconnu pour sa loyauté, les paroles de Pierre ont seulement mis Jésus en colère, et il a été repris sévèrement par conséquent.
Le Seigneur dit alors à Pierre et à nous aussi, que nous pourrions vraiment vivre spirituellement: “Si quelqu'un veut venir après moi, qu'il renonce à lui-même, qu'il se charge de sa croix, et qu'il me suive. Car celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais celui qui la perdra à cause de moi la trouvera.” (Matthieu 16:24-25).
Le Seigneur dit ici que quiconque veut suivre Jésus doit d’abord renoncer à lui-même, prendre sa croix, puis Le suivre. Maintenant, certains d’entre vous peuvent penser: “Encore cela; nous savons déjà tout sur ce passage!” Nous pouvons tout savoir sur la Parole, mais bien trop souvent, nous sommes incapables de vraiment mettre la connaissance en pratique. De même, il y a certains passages que nos pensées ne peuvent saisir pleinement et comprendre qu’après quelques années, après avoir entendu plusieurs sermons. Donc même si nous devons parler de tous les passages des 66 livres de la Bible des centaines de fois, cela ne peut pas être excessif pour nous. C’est pour cela que nous devons écouter la Parole de Dieu encore et encore.
Ce que Jésus dit à Pierre dans le passage des Ecritures nous est très bénéfique. “Vous ne pensez pas aux choses de Dieu mais aux choses des hommes.” Le Seigneur a repris Pierre à cause de cela. Quelle est, alors, la différence entre les choses des hommes et les choses de Dieu? En quoi sont-elles différentes? Nous devons être conscients des choses de Dieu. Lorsque nous voulons faire quelque chose, nous devons d’abord penser à l’œuvre de Dieu. Nous devons aussi être plus conscients des plus grandes choses que des petites choses, et de l’image entière que d’une image partielle. Par dessus tout, nous devons fixer nos pensées sur la plus grande cause. Si nous ne sommes pas attentifs, nous sommes prompts à être obsédés par des petites choses et il est alors possible de penser que notre jugement est juste à notre propre façon. Cependant, si nous restons focalisés sur la volonté de Dieu, nous pouvons réaliser que c’est mauvais pour nous de penser sur la base de petites choses. 

 

Nous devons suivre les pensées de l’Esprit, non les pensées de la chair 

 
Tout comme Pierre a été repris par Jésus dans le passage des Ecritures d’aujourd’hui pour cette raison, c’est aussi ce dont nous devons infailliblement nous rappeler dans nos vies de foi. En d’autres termes, il est absolument impératif pour nous de penser d’abord aux plus grandes choses qu’aux petites, et à la plus grande cause qu’aux volontés de la chair. Si ce principe n’est pas clairement établi dans nos cœurs, Jésus nous reprendra aussi vous et moi comme Il a repris Pierre. Il dira la même chose qu’Il a dite à Pierre. Nos pensées doivent être droites. Cela signifie que nous devons d’abord penser à l’œuvre de Dieu. Bien sûr, je suis certain que vous êtes tous conscients de l’œuvre de Dieu, mais cela ne peut pas être assez souligné, combien il est impératif de penser à l’œuvre de Dieu à la différence de l’œuvre de l’humanité, et de connaître clairement cette différence. 
Alors que nous traversons beaucoup de situations dans ce monde, nous sommes tous prompts à penser aux choses des hommes d’abord, comme Pierre. “Dieu t’en préserve, Seigneur; cela ne t’arrivera pas!” C’est ce que Pierre a dit lorsque le Seigneur a dit aux disciples: “j’irai à Jérusalem, je serai persécuté par les anciens et les scribes, et je serai crucifié. Je dois mourir et ressusciter.” Pierre essaya alors de l’en dissuader en disant: “Cela ne t’arrivera pas!” Beaucoup de chrétiens dans ce monde, et parfois même vous et moi, qui professons servir le Seigneur, pensons et parlons comme Pierre trop souvent. Mais vous et moi ne devons jamais le faire. Ce n’est pas seulement Pierre qui exprimait de l’inquiétude pour sa propre prospérité, mais c’est quelque chose dont tous les autres, y inclus vous et moi, se préoccupent aussi. 
En servant le Seigneur, nous nous comparons parfois les uns les autres sur la base de nos propres standards humains et nous demandons qui est meilleur que qui; en réalité, cependant, nous savons qu’il y a peu de différence entre nous. Nous savons qu’en regardant d’un point de vue spirituel, la différence entre deux êtres humains est fine comme du papier. Combien quelqu’un peut-il être plus grand, même s’il est grand, et même s’il est éduqué, combien sa connaissance séculière est grande? La différence est insignifiante. Ceux qui pensent selon la chair, ceux qui pensent dans la perspective de l’humanité – c’est-à-dire ceux qui sont inquiets seulement de leur propre bien être et honneur, et pensent seulement à la prospérité de leur chair – pensent comme Pierre.
Récemment, j’ai regardé un film historique à la TV, et je vois souvent les gens conspirer contre leurs ennemis politiques les tuant pour prendre le pouvoir, et comment ces gens qui convoitent et sont injustes prévalent. Ce n’est pas exagéré de dire que l’histoire de l’humanité est marquée de sang versé sans cesse, par ceux qui ont soif de pouvoir et cherchent à accomplir leur envie. En d’autres termes, l’histoire de l’humanité est le résultat des activités de ceux qui cherchent le pouvoir. En beaucoup d’aspects, c’est par peu d’individus que l’histoire de la race humaine s’est passée sur un terrain de contestation pour déterminer qui aura le succès, qui sera plus élevé, qui sera plus grand, qui sera prééminent, au lieu d’une autre grande cause.
Pierre aimait tellement Jésus que lorsque Jésus dit “Je dois mourir”, il essaya de L’en dissuader, disant: “Cela ne t’arrivera pas!” Pierre dit cela parce qu’Il aimait trop Jésus. Ce n’est pas parce que Pierre détestait Jésus qu’il a dit cela. Alors que nous servons le Seigneur, cependant, notre accent doit être mis sur le fait que la volonté du Seigneur soit accomplie. Nous devons penser aux choses plus grandes. En d’autres termes, plutôt que de se disputer pour des mérites individuels, vous et moi devons fixer nos pensées sur la cause plus grande. “C’est ce que dit le Seigneur et c’est ce qu’Il veut. Comment devons-nous donc Le servir avec le même cœur et le même but que le Seigneur sur ce sujet?” C’est avec ces pensées que nous devons mener notre vie de foi.
Cependant, même parmi nos ministres qui servent le Seigneur et nos frères, et nos sœurs aussi, beaucoup trop d’entre eux sont contents s’ils sont bons dans un domaine et que leur travail va bien, mais au moment où ils sont même un peu déçus d’eux-mêmes, ils tombent dans un désespoir spirituel et finissent soudainement morts spirituellement. Bien sûr, beaucoup de nos ouvriers du ministère ne sont pas comme cela. Il y a aussi les croyants qui se réjouissent quand la volonté de Dieu est accomplie et qui sont tristes lorsque la volonté de Dieu n’est pas accomplie. En d’autres termes, il y a ceux qui fixent leurs pensées sur l’œuvre du Seigneur et unissent leur cœur à cet effort indépendamment d’eux-mêmes et que ce qu’ils fassent soit bon ou non. Leur cœur est conditionné par l’œuvre du Seigneur, réjoui et attristé avec Lui en fonction de la façon dont Son œuvre se déroule. 
Il y a deux types de personnes parmi ceux qui mènent une vie de foi, ceux qui cherchent la plus grande cause et ceux qui cherchent seulement leurs propres intérêts. Dans les églises de Corinthe, il y avait des saints qui formaient différents groupes, disant: “Je suis d’Apollos, je suis de Pierre, je suis de Paul.” De même, il y a beaucoup de chrétiens aujourd’hui qui ne sont conscients que des choses des hommes, ne se souciant pas de la volonté du Seigneur. Ces gens pensent tous comme Pierre. Mais Dieu ne peut pas travailler avec ces chrétiens. C’est pour cela que les saints de ces églises étaient les premiers à être corrompus lorsque Rome a donné la liberté religieuse aux chrétiens. Intoxiqués par le monde, ils ont fini par abandonner la vérité du salut et renoncer à l’œuvre juste de Dieu. Par conséquent, ces régions sont devenues les premiers endroits où l’œuvre de l’évangile a disparu.
Pendant le Camp de Formation de Disciples de la Nouvelle Vie en hiver 2011, j’aimerais poser la question suivante à tout le monde, y inclus moi-même, tous nos partenaires, nos saints, et mêmes ceux qui ne sont pas sauvés et ne croient pas en cet évangile: “Pensez-vous aux choses de Dieu ou aux choses des hommes?” Je voudrais partager la Parole pour traiter de ce sujet. Si nous sommes conscients des choses des hommes, tout doit satisfaire notre désir à la fin. Quoi que nous fassions avec un tel état d’esprit, nous ne sommes heureux que si notre désir est satisfait, et sommes malheureux si ce n’est pas le cas.
Mais comment cela se passe-t-il quand nous pensons aux choses de Dieu? Si Dieu dit “Je t’ai sauvé comme cela”, alors indépendamment du fait que cette Parole nous convienne ou non, la bonne chose à faire est de dire “Amen! Si Tu as fait cela, alors Tu l’as fait.” En fonction du fait que nous ayons une pensée spirituelle selon la plus grande cause ou succombons à des pensées humanistes centrées sur nous-mêmes, le succès ou l’échec de nos vies de foi est déterminé. Quand Jésus dit qu’Il devait mourir, Pierre essaya de Le dissuader, disant: “Non, cela n’arrivera pas!” Mais il fut repris par Jésus, qui lui dit: “Arrière de moi Satan!” Cela signifie que ceux qui pensent seulement aux choses du monde sont un groupe du Diable.
Puisque vous et moi avons la chair, il est extrêmement difficile de renier cette chair. Pour mener une vie de foi, cependant, il est absolument impératif que nous renoncions à nous-mêmes. Tout comme Jésus le dit dans le passage des Ecritures d’aujourd’hui, quiconque désire venir après le Seigneur doit renoncer à lui-même, prendre sa croix, et Le suivre. C’est pour cela que c’est une telle lutte pour nous qui sommes nés de nouveau de mener une vie de foi. Même si c’est dur, nous devons nous examiner nous-mêmes pour voir ce qui compte vraiment dans notre vie de foi. Nous devons nous demander si nous sommes dans la pensée des choses de la chair ou la volonté du Seigneur, si nos pensées sont de l’humanité ou de l’Esprit, et si nous servons le Seigneur selon Ses désirs ou avec la mentalité des hommes. Ceux qui désirent que l’œuvre de Dieu réussisse et dont leur cœur est consacré à l’accomplissement de la volonté de Dieu sont clairement les ouvriers de Dieu et Ses serviteurs.
Même si la volonté de Dieu n’est pas accomplie exactement, ces gens fixent leur objectif sur cette volonté, ils travaillent et se sacrifient pour cela, et ils vont vers ce but. Si c’est la volonté de Dieu, alors ces gens courent dans cette direction indépendamment de la réussite ou non, et ils se réjouissent quand cette œuvre est accomplie; en fait, il y a peu de choses qui leur donne de la joie en dehors de l’œuvre de Dieu. Clairement, ces gens doivent être les ouvriers de Dieu et Ses serviteurs. Par contre, si quelqu’un ne s’occupe pas de ce qu’il en est de la volonté de Dieu et Son œuvre, mais ne s’intéresse qu’à son propre contentement et bien être – se réjouissant quand son propre travail va bien et étant triste quand ce n’est pas le cas – alors strictement parlant, il n’est pas un vrai ouvrier de Dieu. Tous ceux qui servent le Seigneur doivent s’examiner eux-mêmes attentivement pour voir s’ils servent effectivement Dieu ou se servent eux-mêmes, et ils doivent complètement consacrer tout leur cœur à vivre pour le Seigneur. 
Nous prêchons maintenant l’évangile de l’eau et de l’Esprit dans le monde entier. D’une certaine façon, proclamer l’évangile dans le monde entier peut sembler un défi énorme, mais quand on y regarde avec foi, c’est un défi que nous pouvons relever. Puisque le Seigneur nous a dit de diffuser l’évangile à toute tribu dans le monde entier, c’est la volonté du Seigneur, Son plaisir, et Son commandement, parce que le commandement du Seigneur s’accomplit infailliblement, et puisque nous sommes des instruments utilisés pour cette œuvre, tout ce que nous faisons c’est obéir à ce commandement. Il n’y a pas d’autre raison. 
Franchement, je pense qu’à travers toute l’histoire du christianisme, il n’y a pas eu d’organisation missionnaire ou de dénomination où que ce soit dans le monde qui ait travaillé aussi dur que nous. Y a-t-il un groupe missionnaire qui prêche l’évangile dans plus de 200 nations du monde entier? Il n’y a pas de dénomination dans ce monde, peu importe sa taille, qui travaille avec le monde entier à l’esprit comme nous. C’est un accomplissement remarquable si nous devions nous en vanter. Mais qu’en est-il quand Dieu nous voit de Son point de vue? Qu’en est il si nous nous regardons de la perspective de Dieu ou par les yeux de la foi? Nous faisons juste ce que Dieu nous a dit comme Ses serviteurs – pas plus, pas moins.
Quand nous, nés de nouveau, faisons l’œuvre de Dieu, comment nos cœurs et notre foi sont-ils disposés? Nous devons être conscients de l’œuvre de Dieu dans tout ce que nous faisons. Si nous sommes attristés et luttant dans nos vies de foi, c’est parce que nos cœurs sont fixés sur notre propre chair. L’œuvre de Dieu elle-même n’est pas la cause de notre tristesse ou difficulté. Bien sûr, dans certains cas, nous nous sentons comme si la tristesse et l’épreuve venait du service de Dieu. Cependant, si nous reconsidérons cela, nous pouvons voir que c’est parce que nous pensons aux choses des hommes que nos cœurs dévient et souffrent. C’est quand nous pensons sur la base de standards humains et aux choses des hommes que nous sommes attristés et nous sentons si dépassés. Si nous pensons de la perspective de Dieu – c’est-à-dire sur la base de la volonté de Dieu – alors c’est une évidence pour nous de payer le prix du sacrifice. Et si nous pensons à combien l’œuvre de Dieu est accomplie par notre sacrifice, nos cœurs sont réjouis et heureux.
Je ne dis pas ces choses pour vous reprendre, comme si certains d’entre vous avaient fait ou dit quelque chose de mal. Plutôt, je dis seulement ces choses pour qu’en ce temps et cette époque où le jour du retour du Seigneur n’est pas loin, nous raffinions notre foi correctement et menions une vie de foi qui soit vraiment libre de tout regret ou échec.
Vous et moi sommes le peuple de Dieu qui suit le Seigneur. Je sais que vous avez travaillé dur et vous êtes beaucoup sacrifiés en suivant le Seigneur et que vous avez perdu beaucoup mais aussi gagné beaucoup. C’est ainsi que les justes ont mené leur vie. En ce temps présent, où il ne reste pas beaucoup de jours à nos vies de foi, je contemple ce que nous devrions faire. Finalement, nous devons devenir le genre de gens qui sont toujours réjouis quand l’œuvre de Dieu va bien et tristes quand l’œuvre de Dieu progresse doucement. Vous et moi devons effectivement être toujours conscients de l’œuvre de Dieu. Nous ne devons jamais devenir des gens qui pensent seulement aux choses des hommes, tristes et réjouis selon eux. Nos croyances, nos pensées, et notre foi doivent être libres des liens des désirs humains et tournées vers les choses de Dieu pour en être conscients.
Nous devons avoir de telles foi et pensées. C’est alors seulement que nous pouvons suivre le Seigneur sans vaciller en ce temps, où la fin n’est pas loin. Indépendamment de nos mérites ou démérites, nous devons devenir le genre de personnes qui suivent le Seigneur invariablement, qui Lui sont reconnaissantes, et qui peuvent se tenir debout sans honte au dernier jour, au moment où le Seigneur reviendra. C’est possible seulement si notre foi est telle que nous sommes toujours conscients de l’œuvre de Dieu premièrement. Sans ce genre de foi, rien ne peut jamais s’accomplir.
Vous et moi ne devons jamais nous permettre de succomber aux pensées de la chair comme Pierre, qui a parlé du côté du Diable dans le passage des Ecritures d’aujourd’hui. Même s’il peut sembler juste aux yeux de Pierre de s’opposer à la façon dont Jésus devait accomplir la volonté de Dieu, aux yeux de Dieu, il parlait clairement sous l’inspiration des serviteurs de Satan. Ainsi, mettant de côté nos mérites et démérites, nous devons apprendre et réaliser à partir du passage des Ecritures d’aujourd’hui quel genre de foi nous devons tous avoir. Vous et moi devons penser à l’œuvre de Dieu. 
 


Renoncez à vos pensées charnelles

 
Le Seigneur dit: “Si quelqu'un veut venir après moi, qu'il renonce à lui-même, qu'il se charge de sa croix, et qu'il me suive.” Ce serait une lutte pour vous d’obéir à cette Parole. Néanmoins, je sais très bien que vous avez suivi le Seigneur jusqu’à ce jour précisément parce que vous avez renoncé à vous-même tout ce temps. N’est-ce pas? J’en suis certain. Cependant, le Seigneur nous commande à nouveau, demandant la même chose encore et encore, aujourd’hui et demain: “Si quelqu'un veut venir après moi, qu'il renonce à lui-même, qu'il se charge de sa croix, et qu'il me suive.” Cette Parole n’est pas quelque chose qui a été donné une seule fois, mais elle a été donnée continuellement. Aujourd’hui et demain aussi, et jusqu’au jour du retour du Seigneur, cette Parole est le commandement de Dieu pour nous tous.
Pour suivre le Seigneur, renoncer à nous-mêmes ne suffit pas. Le Seigneur dit “Prenez votre croix et suivez-moi.” La croix ici représente les difficultés. Il n’y a personne parmi vous qui n’ait pas de croix. C’est pour cela que tout le monde lutte. Il y a un excellent chant dans notre répertoire qui dit: “♪ Bien que je sois chargé et seul, je crois que Dieu me donne une nouvelle force ♪.” Ce qui est important, cependant, c’est que nous ne devons pas tomber dans l’apitoiement même en chantant les paroles d’un tel chant de louange, disant en nous-mêmes: “Oh c’est si dur! Je suis si misérable!”
Quand il s’agit de servir le Seigneur, chacun a sa propre croix. Les gens réalisent cela dès qu’ils rencontrent le Seigneur, aussitôt qu’ils sont sauvés. A une certaine lumière, peut être même avant d’être sauvés, pour rencontrer le Seigneur et recevoir Son salut et la vie éternelle, il y avait probablement une croix à porter pour cela aussi. Tous ceux qui veulent être bénis par le Seigneur se trouvent d’abord confronté à cette Parole.
C’est le commandement du Seigneur pour nous. “Si tu veux me suivre, renonce à toi-même, prends ta croix, et suis-moi.” Parfois, il est plus difficile de renoncer à nous-mêmes et de prendre notre croix que de mourir. Si la croix était loin, alors vous pourriez errer et l’éviter, mais votre croix est-elle vraiment si loin? Non, votre croix est si près de vous qu’il n’y a pas de moyen de l’éviter. Tout et tout le monde peut constituer votre croix – vous pouvez être votre croix, votre entêtement et vos pensées peuvent être votre croix, ou votre famille, vos relations, vos amis proches, et même vos parents bien aimés pourraient être votre croix. Toutes ces choses peuvent être ce qui nous rend difficile de suivre le Seigneur.
Est-ce donc une malédiction de lutter à ce point pour suivre le Seigneur après être né de nouveau? Non, ce n’est pas le cas. Tout le monde a sa propre croix même si beaucoup de gens ne le montrent pas ouvertement. Qu’en est-il de vous? N’avez-vous pas une croix à porter? Bien sûr que si. Je suis certain que vous êtes tous d’accord. Puisque tout le monde a sa propre croix à porter, il n’y a personne qui ne lutte pas en servant le Seigneur. Nous devons reconnaître que chacun de nous a sa croix à porter – si ce n’est pas la même que la mienne, alors vous avez un type de croix différent à porter; et si on ne la voit pas, vous avez une croix spirituelle à prendre. Servir l’évangile est inévitablement accompagné de difficulté. Puisque c’est ce que le Seigneur Lui-même dit, il est vraiment étrange de rencontrer quelqu’un qui ne lutte pas.
Même parmi ces épreuves, le Seigneur nous commande de Le suivre. Nous devons donc accepter notre croix et être reconnaissants. Si nous n’avions pas de croix à porter, combien serions-nous fiers? Il y en a beaucoup parmi nous qui, sans croix à porter, deviendraient si fiers que ce serait insupportable. Une telle personne, convaincue qu’elle est digne, méprise ses propres frères et sœurs dans la foi et devient une pierre d’achoppement qui les conduit à la mort spirituelle, leur disant: “Est-ce tout ce que tu peux faire? Ce n’est pas la bonne vie de foi; voilà la bonne vie de foi!” Il ne resterait alors personne ici. Il finirait par être seul dans l’Eglise et mener sa vie de foi comme s’il était plus grand que Jésus Lui-même. Ces gens ne peuvent pas tolérer quelqu’un qui soit même légèrement faible.
Cela, cependant, ne pourra jamais nous arriver, car vous et moi avons une croix à porter. Si notre croix était une croix de bois, nous pourrions juste l’enlever, mais nous ne pouvons pas le faire parce que cette croix nous accompagne tout le temps. Il est inévitable que ceux qui ont lutté aient compassion des autres âmes qui luttent et supportent leur faiblesse précisément parce qu’eux-mêmes ont traversé ces épreuves. C’est parce que vous et moi sommes comme cela, parce que nous nous tolérons les uns les autres, que nous sommes assemblés ici pour adorer et servir l’évangile ensemble.
Tous ceux qui servent le Seigneur ont une croix à porter. C’est pour cela que le Seigneur nous a commandé de renoncer à nous-mêmes, de prendre notre croix, et Le suivre. La foi consiste à suivre le Seigneur peu importe ce qui nous arrive. En d’autres termes, il s’agit de renoncer à nous-mêmes et suivre le Seigneur. Cette Parole est la vérité que nous ne pouvons qu’accepter même si nous l’entendons des milliers et des dizaines de milliers de fois. Indépendamment de nos circonstances et situations, nous devons appliquer cette parole à notre foi, nos pensées, et circonstances actuelles. Et s’il y a quelque chose qui nous pousse à renoncer à nous-mêmes, nous devons effectivement renoncer à nous-mêmes. Ceux qui se considèrent trop faibles devraient renier ces pensées et se dire qu’ils sont forts en Christ, car ils croient au Seigneur. Par contre, ceux qui pensent qu’ils sont forts et parfaits devraient regarder au Seigneur et se dire qu’ils ne sont rien. Vous et moi devons renoncer à nous-mêmes et prendre notre croix même dans nos difficultés et si cette difficulté a été permise par le Seigneur, regarder de l’avant vers le Seigneur et Le suivre.
Le Seigneur nous dit: “Si quelqu'un veut venir après moi, qu'il renonce à lui-même, qu'il se charge de sa croix, et qu'il me suive.” Nous n’avons d’autre choix que de suivre le Seigneur et accepter Sa Parole. Pourquoi? Parce que nos prédécesseurs dans la foi ont suivi le Seigneur même dans leurs difficultés. Si vous pensez: “Il me semble que mes prédécesseurs dans la foi n’ont pas de difficultés. Ils semblent aller bien et sont toujours heureux”, alors vous avez tort. Les prédécesseurs dans la foi de l’Eglise de Dieu ont renoncé à eux-mêmes pendant longtemps pour servir l’évangile et suivre la volonté de Dieu. C’est parce que c’est si dur et difficile que lorsque vos prédécesseurs dans la foi s’assemblent, ils jouent au football de temps en temps. Le Rev. Kim, qui sert maintenant seul aux Etats-Unis, m’a confié une fois qu’il n’avait personne avec qui jouer au football. Il se souvient combien il avait pris du plaisir à jouer au football en salle avec nous avec une balle faite de quelques éponges et chaussettes quand il était revenu en Corée. Il m’a dit aussi que lorsqu’il conduit, il se trouve à chanter des chants Coréens tout le temps. Je peux très bien comprendre cela. C’est dur à ce point pour le Rev. Kim de suivre le Seigneur en renonçant à lui-même pour accomplir les choses de Dieu.
Savez-vous combien des mots vulgaires sont utiles parfois? Les mots vulgaires font partie de la langue ou non? Ils font partie de la langue. Pouvez-vous vivre sans la langue? Certaines personnes, quand elles m’entendent jurer en prêchant, disent: “Ce pasteur parle si mal!” Mais je ne jure pas tant que cela. Quand mon cœur est échauffé, cependant, il m’arrive de jurer un peu. Je ne peux l’éviter. A moins de jurer, ma pression sanguine monterait et j’en mourrais. Quand je suis stressé, ma tension monte, à tel point que je ne peux rien voir, même les gens qui sont juste devant moi. Donc quand il n’y a personne autour de moi, je n’hésite pas à dire quelques unes des pires obscénités; s’il y a un bâton par terre je tape dedans; ou je vais dans les toilettes, allume le robinet pour que personne ne m’entende, et jure comme un pirate. 
Que se passe-t-il après avoir juré comme cela? Je me demande: “N’est-ce pas trop? N’es-tu finalement pas comme tout le monde? Pourquoi te plains-tu des autres alors que tu n’es pas différent?” Je me réponds alors à moi-même: “Oui, c’est vrai. Je ne suis pas meilleur, mais c’est si dur et difficile. Je me sens si honteux.”
Que se serait-il passé si le Seigneur n’avait pas vécu sur la terre pendant 33 ans? Il a expérimenté combien c’est difficile de vivre avec la chair. Donc il est écrit: “Car nous n'avons pas un souverain sacrificateur qui ne puisse compatir à nos faiblesses; au contraire, il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché” (Hébreux 4:15). Si Jésus n’avait pas expérimenté par Lui-même combien la vie elle-même est une croix, Il ne répondrait pas à nos prières. C’est parce que le Seigneur Lui-même a expérimenté toute chose que nous vivons qu’Il connaît nos sujets de prière et veut nous aider nous qui sommes faibles. C’est pour cela que nous prions le Seigneur.
Aujourd’hui, je voudrais vous exhorter à être conscients des choses de Dieu plutôt que des choses des hommes. Nous devons cesser de nous attacher aux choses des hommes. Nous devons avoir une pensée large, si nous sommes fermés d’esprit, nous deviendrons des canailles du monde. Si nous abandonnons la plus grande cause et pensons seulement à nous-mêmes, alors à la fin, tout sera fait seulement pour nous-mêmes et notre petit groupe. Nous sommes supposés vivre pour le Seigneur, donc combien serait-ce ridicule si nous nous soucions seulement de nous-mêmes et non du Seigneur? Pour qu’un pays prospère, il doit y avoir beaucoup de patriotes qui sont dévoués à leur pays. S’il y a plus de gens qui pensent seulement à eux-mêmes, à leur propre groupe, et à leurs propres intérêts que de patriotes qui sont consacrés à leur pays, alors la nation tombera.
Parfois quand nous sommes effectivement engagés dans un grand projet, nous voyons des gens préoccupés par de petites choses et nous nous étonnons en pensant: “Qu’est-ce qui ne va pas chez eux?” Mais si nous nous mettons à leur place, nous pouvons comprendre leur mentalité. Ce qui est important c’est que nous ne devons pas nous soucier des choses des hommes, comme l’a fait Pierre. Quand nous pensons aux choses de Dieu, nous pouvons résoudre tous les problèmes auxquels nous faisons face et nous pouvons aussi surmonter nos difficultés. En d’autres termes, penser à l’œuvre de Dieu est la réponse à tout problème. C’est quand nous croyons en Dieu et faisons Son œuvre que nous pouvons surmonter nos insuffisances et porter notre croix. En servant le Seigneur, dites-vous parfois: “Si ça continue, je vais mourir de surmenage?” Dans des temps comme cela, nous devons avoir la foi et avancer, en nous disant: “Finissons tout ce qu’il y a à faire avant de mourir. Si nous échouons, nous commettrons un grand péché devant Dieu. Nous devons finir tout ce qui doit être fait. Nous devons diffuser l’évangile dans le monde maintenant de toute notre force.”
Vous demandez-vous dans vos pensées ce qui pourrait être accompli par un groupe de gens qui ne sont pas plus d’une poignée lorsqu’ils sont tous rassemblés? Dieu accomplit Son œuvre à travers qui Il veut. Si Dieu bénit notre ministère, si Ses serviteurs travaillent, et si vous travaillez avec eux, alors même avec notre petit nombre nous sommes plus que capables de prêcher cet évangile à tout le monde dans le monde entier mille fois et plus. N’est-ce pas possible? Oui, ça l’est.
Le nombre total des membres de notre Mission, y inclus les enfants, est d’environ 300. Si chacun de vous prenait un pays, il resterait pas moins de cinquante d’entre vous, puisqu’il y a environ 250 pays dans le monde. Si vous êtes plus capable, vous pouvez prendre 10 pays; si vous êtes encore plus capable que cela, vous pouvez même prendre 20 pays. Si, par contre, vous n’êtes pas si capable, alors vous pouvez prendre juste un demi-pays, et si vous êtes encore moins capable, alors cinq d’entre vous peuvent se rassembler et prendre un pays collectivement. Quand nous les justes nous assemblons, il n’y a rien que nous ne puissions pas faire, car Dieu est avec nous. Même s’il y a 5000 tribus dans le monde, nos 300 membres peuvent atteindre chacun 17 tribus. Pouvons-nous faire cela par nos propres forces? Non. C’est par celui qui nous fortifie que nous pouvons faire toutes choses. Tout ce que nous devons faire c’est prier Dieu pour que Son œuvre réussisse et le reste dépend de Lui. Puisque Dieu Lui-même nous a commandé de faire cette œuvre, ne nous donnerait-Il pas aussi la force?
Commençant cette année et jusqu’à la suivante, je prévois de diffuser l’évangile dans la plupart des parties du monde en deux ans. Et je crois que si nous travaillons dur, nous pourrons accomplir cela. Si le Seigneur nous fortifie, nous serons plus que capables d’accomplir ce but; s’Il ne nous fortifie pas, alors nous ne pourrons pas le faire. Puisque le Seigneur Lui-même nous a dit d’accomplir cette œuvre, tout ce que nous devons faire c’est travailler, nous confiant dans le Seigneur. Cependant, même en Corée seulement, combien rares sont ceux qui ont accepté cet évangile même si nous l’avons prêché si diligemment? Et combien de gens l’ont rejeté? La même chose vaut pour d’autres pays.
Néanmoins, ceux qui cherchent Dieu partout dans le monde entier peuvent maintenant accéder et lire nos livres. Nous donnons nos livres gratuitement fournissant des e-books, pour que tous ceux qui cherchent Dieu puissent rencontrer le Seigneur. Ceux qui ne cherchent pas Dieu ne sont pas conscients de Son œuvre et ne peuvent pas rencontrer le Seigneur, même s’ils vivent à côté de nous en Corée. Si les gens ne peuvent pas rencontrer le Seigneur, alors ils ne peuvent pas obtenir le salut non plus. Ce n’est pas parce que nous avons la puissance, mais parce que le Seigneur a la puissance et parce que c’est Sa volonté que l’évangile soit diffusé dans le monde entier que l’évangile sera effectivement proclamé dans le monde tout entier. Tout ce que nous faisons c’est faire cette œuvre par la foi.
L’œuvre du service du Seigneur peut-elle échouer? Cette œuvre de la prédication de l’évangile de Dieu dans le monde entier se finira-t-elle sans accomplir son but? L’affaire qui ne peut absolument pas échouer est l’affaire de Dieu. L’échec est impossible pour l’affaire de Dieu. La raison pour laquelle nous sommes si confiants que le succès est garanti à 100 pour cent et que l’échec est impossible vient de ce que c’est la volonté de Dieu. C’est sous ces conditions que nous servons maintenant le Seigneur. Vous et moi avons fait beaucoup de travail l’année dernière. Cette année aussi, les saints et serviteurs de Dieu font l’œuvre de l’évangile, mais la vitesse va augmenter souvent plus fort que nous ne l’avons fait jusqu’à maintenant. Si vous prenez votre croix et suivez le Seigneur, si vous pensez à l’œuvre de Dieu et consacrez votre corps et esprit, et si vous servez l’évangile par la foi, alors l’évangile sera prêché au monde entier si assurément que je peux dire en toute confiance qu’il a déjà été prêché entièrement. 

 

Ceux qui veulent mourir pour le Seigneur vivront, mais ceux qui veulent vivre pour eux-mêmes mourront 

 
Quiconque veut seulement préserver sa propre vie des difficultés verra la mort, mais quiconque veut laisser sa vie pour le Seigneur sera sauvé. C’est la Parole de vérité. Il peut sembler que nous mourrons si nous pensons au Seigneur et Son œuvre et croyons en Lui, mais nous vivrons réellement. Si, par contre, nous essayons de nous sauver nous-mêmes, alors nous verrons la mort. C’est précisément pour cette raison, parce que nous voulons vivre, que nous prenons notre croix, renonçons à nous-mêmes, et suivons le Seigneur. En d’autres termes, nous suivons le Seigneur parce que nous voulons que notre âme vive peu importe ce qui arrive à notre chair. Si notre âme devait périr et mourir même après avoir vécu comme cela, alors qui parmi nous suivrait le Seigneur? Si cette façon de suivre le Seigneur était la voie de notre propre destruction, qui voudrait Le suivre? Il serait impossible de suivre le Seigneur si c’était pour nous amener à notre propre destruction. La seule façon de vivre qui nous sauve est de penser à l’œuvre de Dieu et nous consacrer fidèlement à cette œuvre du service de l’évangile même au point de notre mort, et c’est pour cela que nous avons renoncé à nous-mêmes par la foi, pris notre croix, et suivons maintenant le Seigneur. Même si ce que nous voyons au présent peut sembler voué à l’échec et impossible, nous devons toujours vivre une telle vie précisément parce qu’à la fin c’est le seul moyen pour être sauvé, obtenir la vie éternelle, et recevoir des bénédictions.
Par hasard, certains d’entre vous se demanderaient-ils: “Pourquoi y a-t-il si peu de gens en Corée qui ont cet évangile?” Savez-vous combien de gens l’apôtre Paul avait quand il prêchait l’évangile? Il avait seulement une douzaine de personnes à Ephèse, une dizaine à Rome, quelques uns à Thessalonique, et environ dix à Colosses aussi. Dans chaque église implantée par Paul, il prêchait à une assemblée de moins de 50 membres.
Comparé à cela, notre nombre est énorme. Avant le culte d’aujourd’hui, je suis passé par notre école du dimanche, et j’ai vu trois enseignants et environ 30 étudiants. Franchement, en comparaison à une école du dimanche d’une méga Church dans ce monde, notre école du dimanche est vraiment une petite assemblée, même si tous les enfants de nos églises branches devaient être réunis. Cependant, aux yeux de Dieu, notre école du dimanche est une assemblée très grande. Il y a de la vie et la Parole, les enseignants sont de vrais enseignants prêchant l’évangile de l’eau et de l’Esprit, et les étudiants qui écoutent les paroles de ces enseignants sont aussi des étudiants clairement nés de nouveau. Quand les étudiants de l’école du dimanche à l’Eglise de Dieu entendent la Parole, ils y croient et la mettent en pratique dès qu’ils l’apprennent.
Ayant obtenu notre salut, vous et moi sommes maintenant assemblés comme cela en Corée, adorant le Seigneur et Le servant. Bien que les frères et sœurs qui s’assemblent en Corée ne soient pas nombreux, si nous comptons tous les saints nés de nouveau dans le monde entier, le nombre de membres de notre église est très élevé. S’il y a une dénomination dans le monde qui est plus grande que nous, qu’elle se manifeste. Devrions-nous rassembler tous nos saints et les serviteurs de Dieu du monde entier et mener une bataille spirituelle avec les pécheurs chrétiens du monde? Même s’ils nous attaquaient par milliers, nous ne serions pas vaincus mais aurions la victoire, même si nous n’avions qu’une douzaine de justes avec nous. Puisque les justes ont la Parole, l’épée de la vérité, si nous ouvrons la Bible et leur montrons quelques passages, ils reconnaîtront que leur foi est fausse.
Il y a longtemps, il fut un temps où Elie, un prophète de Dieu, se cachait dans une caverne. Dieu l’appela à ce moment là. Donc Elie dit: “Seigneur, tous ceux qui te craignent sont morts, et tous tes serviteurs ont été tués. Je suis le seul qui reste.” Que lui a dit notre Seigneur? Il dit: “Mais je laisserai en Israël sept mille hommes, tous ceux qui n'ont point fléchi les genoux devant Baal, et dont la bouche ne l'a point baisé” (1 Rois 19:18). Il reste des gens de Dieu dans chaque recoin du monde entier. Même si nous ne les voyons pas de nos yeux, dans les yeux de Dieu, Son peuple est partout.
Le serviteur de Dieu qui a présidé le culte avant que je ne commence mon sermon a dit qu’il y avait environ 100 ouvriers du ministère dans nos églises en Corée, mais en réalité, il y en a beaucoup plus dans le monde entier. C’est ce que je crois. Ces gens s’unissent à nous de tous les coins du monde. Ils partagent nos livres et l’évangile est prêché par leurs lèvres. Tant de gens ont reçu la rémission des péchés par eux qu’aux temps de la fin notre dénomination sera la plus grande dénomination du monde. Même à présent, leur nombre est énorme si nous devions tous les compter, mais je vous exhorte à voir avec les yeux de la foi combien plus d’ouvriers de nombreux pays s’ajouteront à nous dans les temps de la fin.
Il est écrit dans le livre de l’Apocalypse qu’une multitude vêtue de robes blanches, impossible à compter pour les hommes, viendra devant le Seigneur au dernier jour (Apocalypse 7:9). Donc l’apôtre Jean demande au Seigneur: “Seigneur, qui sont ces gens?” Et le Seigneur dit que c’étaient ceux qui venaient de la grande tribulation (Apocalypse 7:14). Qui sont ces gens dont le livre de l’Apocalypse parle ici? Ce sont ceux qui sont nés de nouveau d’eau et d’Esprit. En d’autres termes, ceux qui ont triomphé en croyant en l’évangile de l’eau et de l’Esprit au milieu de la grande tribulation et qui ont reçu le salut de Dieu viendront tous en même temps. Je crois en cela avec les yeux de la foi. Actuellement, les ouvriers et les saints de notre Mission sont seulement environ 300, mais même si nous ne comptons que 300 ouvriers dans chacun des 150 pays, c’est déjà un nombre considérable de gens qui seront sauvés et viendront devant le Seigneur. Dans les temps de la fin, des multitudes recevront la rémission des péchés. Mes chers croyants, croyez-vous en cette Parole de la Bible?
Toutes ces choses sont faites par Dieu. C’est Dieu Lui-même qui fait tout arriver selon Sa volonté. Nous sommes juste Ses instruments, mais comme Ses instruments nous devons être conscients de Son œuvre dans notre travail. C’est ce que nous faisons. Nous avons travaillé comme cela en 2000, 2001, et 2002 aussi, et jusqu’au jour où le Seigneur reviendra, nous ferons toujours cette œuvre. Il ne reste pas tellement de temps pour travailler à l’étranger. Certains frères ont dit: “Si 2002 passe et que le Seigneur n’est pas revenu, alors cessons de Le servir”, mais ce n’est pas quand le monde a pris fin et donc que Jésus est revenu. Un fermier doit semer la semence exactement au temps approprié. C’est seulement s’il sème la semence exactement à la saison voulu qu’elle produit et que des fleurs poussent. C’est alors que le fermier pourra moissonner le grain quand le temps viendra. Nous travaillons maintenant à semer la semence. Bien que ce travail semble très petit maintenant, sa fin sera excessivement grande. Elle est déjà devenue excessivement grande et a porté beaucoup de fruits. Elle deviendra encore plus grande. Quand une seule semence est semée et pousse, combien de fruits sont portés? Elle porte beaucoup de fruits. C’est le même principe.
Nous semons maintenant la semence de l’évangile dans le monde entier, et si une personne accepte cet évangile, elle portera encore plus de fruits pour 30, 60 et 100. Imaginez ce qui se passera si non seulement une personne, mais 30 personnes dans le monde recevaient la rémission des péchés et portaient du fruit pour 60 et 100. Si tous ces gens sortaient et diffusaient l’évangile, les fruits de leur travail augmenteraient de façon exponentielle. Si nous avons prêché l’évangile à une personne, cela signifie que ce n’est pas la fin de tout; plutôt, à partir de là, il est possible que des millions et dizaines de millions de gens reçoivent la rémission des péchés. En d’autres termes, à cause de cette seule personne, l’évangile est diffusé dans le monde entier.
Alors que nous menons nos vies en ce temps, nous devons écarter notre vision et pensée humaniste, et fixer nos pensées sur l’œuvre de Dieu et Sa Parole de vérité. Nous devons penser à l’œuvre de Dieu, nous renier nous-mêmes, prendre notre croix, et suivre le Seigneur. Même si dans nos épreuves nous ne sommes pas capables de tout renier à 100 pour cent, nous devons toujours renoncer à nous-mêmes autant que possible et suivre le Seigneur. Nous devons renoncer à nous-mêmes tous les jours car il y a toujours quelque chose qui reste auquel nous devons renoncer aujourd’hui et demain aussi. Il n’y a personne qui soit complet. Jusqu’au jour où nous nous tiendrons dans la présence du Seigneur, il y aura des difficultés pour nous et beaucoup de choses auxquelles nous devrons renoncer. C’est notre destinée de vivre ainsi jusqu’au jour où nous irons avec le Seigneur.
Par hasard, pensez-vous que vous êtes le seul à lutter? En réalité, cependant, nous luttons tous immensément. C’est parce que chacun de nous a sa propre croix à porter et doit renoncer à lui-même. Même au milieu de tout cela, nous renonçons à nous-mêmes chaque jour et vivons pour le Seigneur. Même dans nos difficultés, nous vivons chaque jour par la force et la grâce que le Seigneur nous a données. C’est pour nous confier en la grâce de Dieu que nous faisons Son œuvre et c’est aussi parce que nous avons trouvé cette grâce de Dieu que nous faisons maintenant l’œuvre de Dieu. Ainsi, suivre le Seigneur par Sa grâce c’est mener la juste vie de foi.
Bien qu’il soit facile de parler du fait de mener une telle vie de foi en paroles, il est très difficile de le pratiquer dans la vie. Il a été si difficile pour vous et moi de remplir notre devoir en renonçant à nous-mêmes jour après jour. Je suis très heureux de vous rencontrer à nouveau comme cela et je suis si reconnaissant à Dieu que vous n’ayez pas péri spirituellement mais ayez vécu votre foi en servant l’évangile ces derniers mois. Mes chers croyants, ne périssons pas mais vivons fidèlement jusqu’au dernier jour. Vivons par la foi et mettons la couronne quand le Seigneur reviendra. Supportons par la foi jusqu’à ce jour et soyons le genre de serviteurs qui sont recommandés par Dieu plutôt que repris au dernier jour.
Dans la parabole des talents, un maître a laissé ses serviteurs avec cinq talents, deux talents, et un talent chacun. Alors que le maître a recommandé le serviteur qui avait gagné cinq talents et deux talents de profit, le serviteur qui avait reçu un talent a été repris par le maître et chassé car il l’avait enterré dans la terre au lieu de s’en servir. Il est préférable d’endurer nos épreuves et de suivre le Seigneur maintenant en nous confiant en Lui, pour que nous ne soyons pas repris par le Seigneur et rejetés dans les ténèbres ce jour-là, mais revêtons plutôt Sa grâce. Pour vivre et prospérer davantage, je vous exhorte à renoncer à vous-même et suivre le Seigneur fidèlement.
C’est mon espoir et ma prière que vous suiviez tous le Seigneur même dans vos difficultés jusqu’au jour où vous verrez le Seigneur face à face.