Sermons

Sujet 18: Genèse

[PARTIE 14-4] Abraham a suivi Dieu au lieu de la chair (Genèse 14:17-24, 15:1)

Abraham a suivi Dieu au lieu de la chair
(Genèse 14:17-24)
“Après qu'Abram fut revenu vainqueur de Kedorlaomer et des rois qui étaient avec lui, le roi de Sodome sortit à sa rencontre dans la vallée de Schavé, qui est la vallée du roi. Melchisédek, roi de Salem, fit apporter du pain et du vin: il était sacrificateur du Dieu Très-Haut. Il bénit Abram, et dit: Béni soit Abram par le Dieu Très-Haut, maître du ciel et de la terre! Béni soit le Dieu Très-Haut, qui a livré tes ennemis entre tes mains! Et Abram lui donna la dîme de tout. Le roi de Sodome dit à Abram: Donne-moi les personnes, et prends pour toi les richesses. Abram répondit au roi de Sodome: Je lève la main vers l'Éternel, le Dieu Très-Haut, maître du ciel et de la terre: je ne prendrai rien de tout ce qui est à toi, pas même un fil, ni un cordon de soulier, afin que tu ne dises pas: J'ai enrichi Abram. Rien pour moi! Seulement, ce qu'ont mangé les jeunes gens, et la part des hommes qui ont marché avec moi, Aner, Eschcol et Mamré: eux, ils prendront leur part.”

(Genèse 15:1)
“Après ces événements, la parole de l'Éternel fut adressée à Abram dans une vision, et il dit: Abram, ne crains point; je suis ton bouclier, et ta récompense sera très grande.”
 

Nous venons de lire Genèse 14:17 à 15:1 comme lecture des Ecritures d’aujourd’hui.
A une période, Lot vivait dans le pays de Sodome. Quand la guerre a éclaté parmi les différents royaumes alliés du pays de Sodome, un certain roi nommé Kedorlaomer a attaqué Sodome et a pillé tous les biens en prenant les habitants comme captifs. Et parmi ces captifs se trouvait le neveu d’Abraham, Lot. L’un des captifs qui s’était échappé est allé vers Abraham et lui a donné la nouvelle en lui disant: “Beaucoup de royaumes y compris Sodome ont été vaincus. Lot a été fait captif, et il a tout perdu y compris toutes ses possessions et sa famille.” Abraham a alors pris une armée de 318 hommes entraînés qui avaient été élevés dans sa maison et a poursuivi le roi Kedorlaomer jusqu’à Dan, l’a attaqué et a vaincu son armée, et a ramené non seulement son neveu Lot mais aussi sa famille et tous les biens qu’il avait perdus.
Il n’est pas expliqué en détail comment Abraham avait formé les 318 hommes nés et élevés dans sa maison; l’Ecriture dit seulement qu’Abraham était bien préparé, et que lorsqu’une crise est arrivée, il était prêt et a vaincu le roi apparemment invincible Kedorlaomer, secouru son neveu Lot, puis est revenu triomphant avec beaucoup de butin de guerre. C’est le cœur du passage des Ecritures d’aujourd’hui que nous venons de lire. Il nous montre qu’avec une petite armée de 318 hommes entraînés, Abraham a pu attaquer et vaincre les forces alliées qui étaient beaucoup plus nombreuses. C’est assez étonnant qu’Abraham ait pu triompher sur ces puissantes forces ennemies avec seulement 318 hommes. La victoire d’Abraham semble avoir été truquée, et c’est parce qu’Abraham a aimé son neveu Lot et son peuple qu’il a pu être aussi courageux que cela. Il chérissait son peuple plus que tout.
Quand Abraham est rentré de la bataille après avoir vaincu le roi Kedorlaomer et les autres rois qui étaient ses alliés, le roi de Sodome est venu vers lui dans la vallée de Schavé, connue aussi comme la vallée du roi. Bien sûr, le roi de Sodome n’est pas la seule personne qui soit venue accueillir Abraham. La Bible nous dit que Melchisédek est aussi venu, comme il est écrit: “Melchisédek, roi de Salem, fit apporter du pain et du vin: il était sacrificateur du Dieu Très-Haut. Il bénit Abram, et dit:
Béni soit Abram par le Dieu Très-Haut,
Maître du ciel et de la terre!
Béni soit le Dieu Très-Haut,
Qui a livré tes ennemis entre tes mains!
Et Abram lui donna la dîme de tout” (Genèse 14:18-20).


Les deux rois qui ont reçu Abraham

Les deux rois, de Sodome et de Salem, sont sortis pour recevoir Abraham. Permettez-moi de prendre un moment ici pour vous expliquer ce roi de Salem. Le nom du roi de Salem était Melchisédek, et Dieu dit qu’il était sacrificateur du Dieu Très-Haut. Désignant Melchisédek, le livre des Hébreux l’appelle Jésus-Christ. Bien sûr, un homme qui préfigurait Jésus-Christ à venir, Melchisédek, peut être décrit comme l’ombre de Jésus, mais en même temps, il est la vraie substance de Jésus-Christ incarné depuis le temps de la Genèse. Il est écrit: “Melchisédek, roi de Salem, fit apporter du pain et du vin: il était sacrificateur du Dieu Très-Haut” (Genèse 14:18). L’auteur du livre des Hébreux traite de l’importance de Melchisédek à un certain point, mais il a manqué de révéler pleinement la volonté profonde de Dieu, en disant à propos de Melchisédek: “Nous avons beaucoup à dire là-dessus, et des choses difficiles à expliquer, parce que vous êtes devenus lents à comprendre” (Hébreux 5:11).
Lorsque Melchisédek, qui symbolisait Jésus qui allait venir, a apporté du pain et du vin à Abraham et a prié Dieu de le bénir, Abraham a offert à Melchisédek un dixième de tous les biens qu’il avait ramenés avec lui. Que signifient ici le pain et le vin que Melchisédek a apportés? Ils symbolisent la chair de Jésus et Son sang. C’est ce que Melchisédek a apporté à Abraham. Le passage des Ecritures d’aujourd’hui décrit comment Melchisédek a béni Abraham avec du pain et du vin, mais mon sermon d’aujourd’hui ne parle pas de cela. Donc pour être certain, permettez-moi d’éclairer ici que la foi dans le pain et le vin de Jésus – c’est-à-dire l’eau et le sang du Seigneur – est absolument indispensable à tous les gens de foi. Notre Seigneur nous a sauvés en abandonnant Son propre corps et déposant Sa propre vie. Le pain et le vin symbolisent l’œuvre du salut, impliquant que le Seigneur a porté nos péchés en étant baptisé, a versé Son sang à mort à la Croix, et nous a ainsi sauvés parfaitement. Donc, lorsque nous voyons le récit du pain et du vin du Seigneur, nous ne pouvons qu’être reconnaissants au Seigneur de nous avoir sauvés. A partir de ce récit, nous pouvons aussi réaliser que peu importe les épreuves qui peuvent venir, notre espérance doit toujours rester en Dieu, et Dieu Lui-même est le Seigneur qui nous a tous bénis et sauvés. Abraham savait très bien cela, et c’est pour cela que la Bible dit qu’il a donné la dîme de tous ses gains à Melchisédek.
Maintenant, comparons ce Melchisédek au roi de Sodome, l’autre homme qui est venu recevoir Abraham. Comment le roi de Sodome s’est-il comporté envers Abraham? Il est écrit dans la Bible: “Le roi de Sodome dit à Abram: Donne-moi les personnes, et prends pour toi les richesses” (Genèse 14:21). En réalité, le roi de Sodome n’avait pas le droit de dire de telles choses. C’est parce que, même si Lot vivait dans le pays de Sodome, il n’était pas Sodomite de naissance, alors que le roi de Sodome était responsable de sa propre défaite. Mais quand le roi de Sodome a vu les gens et les prises de guerre revenir avec Abraham, il lui a dit avec arrogance: “Donne-moi les personnes, et prends pour toi les richesses” (Genèse 14:21).
Maintenant, voyons comment Abraham a répondu à ces paroles du roi de Sodome. Abraham lui dit: “Je lève la main vers l'Éternel, le Dieu Très-Haut, maître du ciel et de la terre: je ne prendrai rien de tout ce qui est à toi, pas même un fil, ni un cordon de soulier, afin que tu ne dises pas: J'ai enrichi Abram. Rien pour moi! Seulement, ce qu'ont mangé les jeunes gens, et la part des hommes qui ont marché avec moi, Aner, Eschcol et Mamré: eux, ils prendront leur part” (Genèse 14:22-24). La Bible dit au chapitre suivant: “Après ces événements, la parole de l'Éternel fut adressée à Abram dans une vision, et il dit: Abram, ne crains point; je suis ton bouclier, et ta récompense sera très grande” (Genèse 15:1). A travers ces passages, nous voyons clairement sur quoi le cœur d’Abraham était vraiment centré.
Dans le feu intense de la guerre, Abraham a combattu et vaincu le roi Kedorlaomer, le maître du royaume le plus puissant de la région. Ici nous pouvons voir qu’Abraham, homme de foi, était aussi très fort physiquement. Les royaumes s’étaient séparés en deux camps et s’étaient combattus jusqu’à ce qu’un côté vainque, puis Abraham a combattu ce côté victorieux et a triomphé. Ne peut-on pas dire qu’Abraham était alors le roi des rois de son temps? Et puisqu’Abraham était maintenant devenu le roi des rois, n’aurait-il pas pu faire tout ce qu’il aurait voulu? Mais même si Abraham notre père dans la foi avait beaucoup de pouvoir, quand il a entendu ce que le roi de Sodome lui disait, il a simplement répondu: “Je lève la main vers l'Éternel, le Dieu Très-Haut, maître du ciel et de la terre: je ne prendrai rien de tout ce qui est à toi, pas même un fil, ni un cordon de soulier, afin que tu ne dises pas: J'ai enrichi Abram. Rien pour moi!” (Genèse 14:22-23). Si Abraham avait pris les biens comme cela lui était suggéré, le roi de Sodome aurait bien pu dire qu’il avait rendu Abraham riche. C’est pour cela qu’Abraham lui a dit: “Je ne prendrai rien de toi, si ce n’est la part réservée pour les jeunes gens qui sont allés à la bataille avec moi.” Autrement dit, Abraham disait au roi de Sodome de ne pas se méprendre en pensant qu’il le rendrait riche.
Il est écrit dans le passage des Ecritures d’aujourd’hui: “Après ces événements, la parole de l'Éternel fut adressée à Abram dans une vision, et il dit: Abram, ne crains point; je suis ton bouclier, et ta récompense sera très grande” (Genèse 15:1). Dieu s’est révélé à Abraham qui avait abandonné la richesse matérielle, et Il lui a clairement révélé qu’il était devenu le Dieu d’Abraham.


Le fond du cœur d’Abraham était solide comme le roc 


A partir du passage d’aujourd’hui, nous pouvons voir combien le cœur d’Abraham était droit. Nous savons déjà qu’Abraham chérissait la justice de Dieu puisqu’il croyait en Dieu, mais ici nous pouvons encore réaliser que le cœur d’Abraham était entièrement fixé sur Dieu jusqu’au fond, et qu’il était déterminé à être béni par Dieu. Du fond de son cœur, Abraham cherchait vraiment à trouver l’aide de Dieu, fleurir et prospérer grâce à Dieu, et être béni de Dieu. Abraham a donné un dixième de ses gains au roi de Salem, qui avait prié pour qu’il ait des bénédictions célestes, même si Melchisédek n’a rien demandé. Par contre, quand le roi de Sodome a dit à Abraham: “Donne-moi les personnes, et prends pour toi les richesses”, Abraham n’a rien gardé pour lui-même.
Comme Abraham représenté ici, heureux ceux qui ont vraiment reçu le Seigneur comme leur propre Dieu. Ceux qui croient que Dieu est leur bouclier et leur grande récompense – c’est-à-dire ceux qui croient que Dieu les protège, et qu’ils ont trouvé grâce devant Dieu – seront effectivement bénis par Lui. Dieu s’est révélé à Abraham comme son bouclier et son extrême grande récompense. La Bible dit qu’Abraham a marché avec Dieu comme son propre Dieu non seulement en actes, mais aussi du fond de son cœur, et que Dieu l’a béni en toutes choses.
Qu’en est-il de nous alors? Le fond de nos cœurs est-il droit? Désirons-nous vraiment être approuvés seulement par Dieu et être bénis par lui seul, ayant abandonné toute notre envie pour le monde? Bien sûr, même si le fond du cœur d’un chrétien est comme cela, il ne nous est pas facile de suivre ce désir dans nos vies réelles. Il est vrai que la Bible dit: “Heureux celui à qui la transgression est remise, A qui le péché est pardonné!” (Psaume 32:1). Mais en réalité il y a encore beaucoup de manquements dans nos actes. La question cruciale à nous poser c’est: “En dépit de toutes ces limites, désirons-nous toujours du fond de nos cœurs être bénis et approuvés par Dieu?” En d’autres termes, avons-nous la même foi qu’avait Abraham?
Nous pouvons vérifier dans les Ecritures que Dieu bénit ceux dont le cœur est droit encore et encore. Pour nous chrétiens en particulier, c’est le fond du cœur qui doit être droit aux yeux de Dieu. Comme montré dans le passage des Ecritures d’aujourd’hui, Abraham était droit au fond de son cœur. Il y a un temps où Abraham s’est querellé avec son neveu Lot sur les droits de propriété. C’est arrivé parce que Lot pensait qu’il était empêché de devenir riche à cause de son oncle. Donc Abraham a suggéré à son neveu Lot, s’il était malheureux, de se séparer. Lot quitta alors Abraham et partit dans le pays de Sodome, et Abraham n’était pas heureux de voir son neveu le quitter. Abraham a choisi de ne pas aller dans le pays de Sodome par obéissance à la Parole de Dieu. Dieu est alors apparu à Abraham tout de suite et la béni en lui disant: “Lève les yeux, et, du lieu où tu es, regarde vers le nord et le midi, vers l'orient et l'occident; car tout le pays que tu vois, je le donnerai à toi et à ta postérité pour toujours” (Genèse 13:14-15). Si le cœur d’Abraham n’avait pas été droit jusqu’au fond, alors Dieu ne se serait pas révélé si rapidement à lui, et Dieu n’aurait pas non plus répandu de telles bénédictions sur lui.
Abraham a été béni par Dieu parce que le fond de son cœur était droit devant Dieu. Avant d’appeler Abraham un homme juste, nous devrions d’abord nous rappeler le fait que le fond de son cœur était droit aux yeux de Dieu. Abraham n’avait pas d’envie mondaine qui soit. Si son cœur avait été même un peu envieux pour les choses de ce monde, il aurait essayé de devenir dirigeant de cette région. Après tout, Abraham avait vaincu tout seul l’alliance la plus puissante de la région que personne n’avait pu vaincre, et il aurait pu facilement régner sur ces rois vaincus et mener une vie riche rien qu’avec les tributs. Mais Abraham a choisi de ne pas le faire. Loin de là, quand le roi de Sodome lui a offert de prendre tous les biens, Abraham a simplement répondu: “Je ne prendrai rien qui soit à toi, même pas un fil ou une courroie de sandale, pour que tu ne puisse pas dire que tu m’as rendu riche. Prends tous ces biens pour toi.” Dans ces mots d’Abraham, nous pouvons voir qu’il voulait vraiment être riche seulement aux yeux de Dieu, et qu’il cherchait seulement l’approbation de Dieu. 


Le Seigneur Dieu était le bouclier d’Abraham et sa récompense extrêmement grande 


Immédiatement après que ces choses ne se soient déroulées: “la parole de l'Éternel fut adressée à Abram dans une vision, et il dit: Abram, ne crains point; je suis ton bouclier, et ta récompense sera très grande” (Genèse 15:1). Comme vu ici, Dieu s’est révélé à Abraham et lui a fait savoir qu’il était devenu son bouclier et sa récompense.
Mes chers croyants, avoir Dieu pour bouclier est en soi une bénédiction merveilleuse. Comme vous le savez très bien, ce monde est tellement rempli de choses dangereuses. La Bible dit que vivre dans un monde si affreux avec la crainte de Dieu est le commencement de la sagesse. Connaître Dieu et demander Son aide c’est le commencement de la sagesse. Quiconque ne cherche pas l’aide de Dieu en vivant dans ce monde – c’est-à-dire quiconque ne s’appuie pas sur Dieu – est un insensé. Abraham s’est effectivement appuyé sur Dieu. Et Dieu est devenu le bouclier et la récompense d’Abraham. Ici, nous devrions tous réaliser que Dieu cherche quelqu’un dont le cœur est droit jusqu’au fond, et que Dieu agit dans la vie de telles personnes.
Mes chers croyants, ce n’est pas à cause de nos propres talents, dons, ou capacités, ni parce que nous avons tout dans ce monde que nous sommes bénis en vivant sur la terre. Plutôt, seuls ceux dont le cœur est vraiment droit jusqu’au fond devant Dieu peuvent recevoir ses bénédictions. Bien que les gens regardent seulement votre apparence extérieure, Dieu regarde au fond de votre cœur. Que Dieu devienne votre bouclier et votre récompense dépend de ce que le fond de votre cœur soit droit ou non, et c’est la vérité que Dieu nous enseigne à travers le passage des Ecritures d’aujourd’hui.


Mettons toutes nos attentes en Dieu du fond de nos cœurs 


Vous et moi devons mettre toutes nos attentes en Dieu. Espérant en Dieu, nous devons nous confier et nous appuyer sur ce Dieu en toute chose, et même si nos actes sont pleins de manquements, nous devons toujours prier Dieu, lui faire nos demandes, et lui demander Son aide. Ce sont ces gens-là qui sont bénis par Dieu.
Savez-vous combien le cœur humain est réellement méchant et souillé? Quand les gens sont même un peu riches, c’est dans leur nature humaine de se confier dans cette richesse au lieu de Dieu. C’est si facile pour le cœur humain de dévier de Dieu. Mais rappelez-vous ceci: peu importe ce que vous avez, même si vous devenez riche en une nuit, c’est bien plus béni de se confier en Dieu qu’en cette richesse. Je vous exhorte tous à réaliser que si vous vous confiez en Dieu du fond de votre cœur, Dieu vous bénira certainement, mais si vous mettez toute votre confiance dans les choses de ce monde, alors vous serez complètement démuni quand ces choses disparaîtront. Le cœur qui se confie en Dieu s’appuie sur Lui et le craint – c’est le cœur qui est absolument indispensable en chacun de nous.
A moins de nous assurer que nos cœurs soient droits aux yeux de Dieu, il serait inutile d’essayer de lui plaire ou de croire en Sa Parole, ou de Le suivre en obéissant peu importe combien nous désirons le faire. Par contre, si le fond de nos cœurs est droit, alors ce n’est qu’une question de temps pour que nous soyons plus proches du Seigneur et revêtions Sa grâce, à cause de Lui. En d’autres termes, même si nous pouvons être faibles et pleins de limites, tant que nos cœurs sont droits, nous pouvons toujours marcher avec le Seigneur tout le temps.
Bien sûr, puisque nous vivons tous dans ce monde pécheur, c’est fort probable que nos cœurs dévient. Cependant, Dieu sera toujours avec nous tant que nous nous assurons que le fond de nos cœurs soit fondamentalement droit. La chose la plus importante pour nous croyants c’est que nos cœurs soient orientés vers Dieu. Vous et moi devons regarder vers Dieu et nous confier en Lui du fond de nos cœurs. Je vous demande à tous de réaliser que si vous ouvrez vos cœurs au Seigneur et révérez Dieu – c’est-à-dire si vous marchez vers Dieu sans vaciller – Dieu vous conduira certainement sur la bonne voie.
Le cœur qui craint Dieu, celui qui est placé en Dieu, c’est le plus important pour nous. Qu’arriverait-il si nous perdions ce cœur? Ce serait comme perdre l’élément le plus important de la foi. Si nous perdons l’amour de notre cœur pour Dieu, beaucoup de choses pécheresses de ce monde couleront dans nos cœurs et le souilleront complètement. Au lieu que les bénédictions de Dieu entrent dans nos cœurs, des choses maudites viendront et le corrompront.
Donc, vous et moi devons toujours avoir le fond de nos cœurs fixé sur Dieu. Peu importe les circonstances ou secousses, nous devons nous assurer que le fond de nos cœurs soit droit en tout temps en disant au Seigneur: “Je veux mener une vie droite devant toi. Je veux te suivre. Même si je suis plein de manquements et suis secoué maintenant, je veux néanmoins que le fond de mon cœur soit fixé selon tes désirs et ton plaisir.” Rappelez-vous toujours que lorsque vous confessez Dieu sincèrement du fond de votre cœur, Dieu se révélera à vous et deviendra votre bouclier et votre récompense.
Comme vu ici, fixer nos cœurs sur le Seigneur est extrêmement important pour nous tous les chrétiens. Quand le cœur n’est pas droit, tout est ruiné. Par contre, quand le centre de nos cœurs est droit, nous pouvons tous revêtir la grâce de Dieu en dépit de nos manquements. Comprenez-vous maintenant combien l’état de votre cœur est important? Nous devons tous réaliser ici que si nos cœurs ne sont pas droits, alors les conséquences de nos actes ne seront pas droites non plus.
Il y a certains croyants qui, en dépit d’avoir le fond de leur cœur qui est droit, se méprennent d’abord parce qu’ils n’arrivent pas bien à s’exprimer. Mais avec le temps, chacun pourra voir combien son cœur est droit. Mais si le fond de votre cœur est dérouté, alors tous vos actes seront jugés comme déficients même s’ils ont l’air bien de l’extérieur. C’est la façon dont Dieu nous voit tous. Cela signifie que nos cœurs qui suivent Dieu et s’appuient sur Lui deviennent plus importants que quoi que ce soit. Nous avons tous des manquements et des faiblesses devant le Seigneur. Nos actes peuvent être droit parfois et mauvais à d’autres moments. Mais ce qui est extrêmement important et indispensable pour nous en tant que chrétiens fidèles c’est que nous désirions du fond de nos cœurs vivre selon le plaisir du Seigneur, fixer toujours nos pensées sur le Seigneur, et le suivre quoi qu’il arrive, en cherchant Son aide pour pouvoir Le suivre et vivre selon sa volonté. Alors quand nos cœurs sont fixés ainsi, le Seigneur nous gardera fermement au milieu des tentations de ce monde pour que nous ne dérivions jamais de Lui en dépit de nos manquements.
 


Gardons nos cœurs honorables et droits comme le cœur d’Abraham


Abraham a été approuvé comme un homme honorable parce que son cœur était droit. Son cœur droit a été démontré quand lui et son neveu se sont séparés, et se voit aussi dans le passage des Ecritures d’aujourd’hui. Quand le cœur d’Abraham était droit comme cela, Dieu s’est révélé à lui, et puisqu’Abraham a cru au Seigneur, Dieu le lui a imputé à justice (Genèse 15:6). Abraham a effectivement gardé le fond de son cœur droit en toutes circonstances. C’est pour cela qu’il est dit jusqu’à ce jour qu’Abraham était un homme droit devant Dieu.
Aujourd’hui, alors que je continue à servir dans l’Eglise de Dieu devant le Seigneur, je pense à la façon dont je pourrais manquer de garder mon cœur droit. Si ma pensée était trop préoccupée par mes possessions, alors je serais un homme incertain dans ce monde puisque je ne possède rien. Mais puisque je crains le Seigneur et mène une telle vie frugale; si je sortais plutôt dans le monde pour gagner ma vie, je suis certain que je pourrais parvenir à mes fins. Cela ne me serait pas difficile de mener une vie confortable dans ce monde, avec une maison à mon nom et une voiture dans mon garage. Cependant, je sais très bien que c’est ma destinée de servir l’Eglise de Dieu, prêcher l’évangile, suivre le Seigneur et Le révérer de cette façon. De plus, il y a un désir profond dans mon cœur de suivre le Seigneur et Le servir même au milieu de ma pauvreté. Et puisque le Seigneur connaît le désir de mon cœur, j’ai la foi qu’il me délivrera de toutes mes épreuves et me bénira pour prêcher l’évangile dans tous les coins du monde.
Peu importe les circonstances que nous voyons et les épreuves sur notre chemin, vous et moi devons suivre le Seigneur sans vaciller. Nous ne cherchons pas le Seigneur parce que nous sommes riches, ni ne renions le Seigneur parce que nous sommes pauvres. Plutôt, nous craignons le Seigneur et ce Roi du Royaume des Cieux, et il n’y a pas de vérité en dehors du Seigneur, la Parole du Seigneur est la seule Vérité, et c’est ce Seigneur juste qui nous donne toute bénédiction. Et nous croyons de tout cœur que lorsque nous suivons ainsi le Seigneur, il deviendra le bouclier et la récompense de tous les saints qui le craignent. Nous avons la foi ferme que le Seigneur nous bénira tous indépendamment de nos faiblesses.
Selon la tradition rabbinique, le père d’Abraham, Terah, était un fabriquant d’idoles. Mais en dépit de cela, Dieu a vu le fond du cœur d’Abraham et à cause de cela Dieu l’a béni. Permettez-moi de vous rappeler une fois encore qu’après qu’Abraham et son neveu Lot se soient séparés, et après qu’Abraham soit rentré vainqueur de la guerre, Dieu a vu que le cœur d’Abraham était droit, et il est devenu le bouclier et la récompense d’Abraham à cause de cela.
Peu importe quel genre de personne vous êtes, tant que le fond de votre cœur est droit aux yeux de Dieu, Sa paix, Son amour, et Ses bénédictions demeureront toujours avec vous et votre famille, votre église, et même votre entreprise. Il est donc absolument impératif de fixer votre cœur devant Dieu. Donc je vous demande de réaliser ici qu’avant de tenter quelque acte vertueux, vous devez d’abord vous assurer que le fond de votre cœur soit droit. Si le fond de votre cœur est droit aux yeux de Dieu, Dieu vous conduira certainement sur la voie de la justice, deviendra votre bouclier et votre récompense aussi. Si par contre nos cœurs ne sont pas droits en leur fond, alors la seule conséquence qui nous attend est notre propre destruction. Tout sera ruiné si le fond de nos cœurs n’est pas droit. C’est seulement parce que Dieu est notre bouclier que nous pouvons marcher droit devant le Seigneur jusqu’à ce jour, mais sans le Seigneur à nos côtés, nous ne savons pas quelles choses terribles pourraient nous arriver.
Abraham a fait face à de nombreux ennemis dans sa vie. Mais Dieu a approuvé sa foi, et grâce à cette foi, Dieu est devenu le bouclier d’Abraham et sa récompense. Non seulement Abraham a mené une vie heureuse et bénie, mais ses descendants ont aussi vécu dans les bénédictions de Dieu.
Mes chers saints, je suis absolument convaincu que bien que notre nombre soit petit, si nous fixons le fond de nos cœurs de façon droite et suivons le Seigneur, Dieu se révélera certainement à nous comme notre paix, notre bouclier et notre récompense, et il nous bénira tous abondamment. Il n’y a pas de doute du tout sur le fait que la bénédiction de Dieu soit nôtre. Ce qui suit inévitablement chacun de ceux qui ont reçu la rémission des péchés ce n’est autre que les bénédictions de Dieu. Ces bénédictions sont si précieuses qu’elles sont dans une dimension complètement différente de toute prospérité qui puisse être atteinte dans ce monde. Ces bénédictions données par Dieu sont répandues seulement sur ceux qui ont le cœur droit jusqu’au fond. Je vous exhorte tous à réaliser ici que les bénédictions de Dieu suivent seulement ceux qui croient vraiment en Dieu et obéissent à Sa Parole, tout comme Abraham a suivi Dieu sans vaciller et a été accompagné de la paix et des bénédictions de Dieu.
Je suis si reconnaissant au Seigneur que votre cœur et le mien soient droits. Mais en même temps nous devrions tous faire très attention pour nous assurer à tout prix que nos cœurs ne dévient pas. Etes-vous toujours intéressé seulement par vos actes plutôt que votre cœur? Pensez-vous que vous puissiez agir vertueusement par vous-même, croyant que vous pouvez le faire tout seul? Mais votre capacité à faire des actes vertueux ne signifie absolument rien, tout comme votre incapacité à le faire ne signifie rien. La seule chose qui compte c’est que le fond de votre cœur soit droit. Rappelez-vous que c’est ce que le Seigneur attend vraiment de chacun de nous, et c’est le moyen d’atteindre la Vérité.