Sermons

Sujet 18: Genèse

[PARTIE 14-5] La foi d’Abraham qui rejetait les possessions matérielles (Genèse 14:17-24, 15:1)

La foi d’Abraham qui rejetait les possessions matérielles
(Genèse 14:17-24)
“Après qu'Abram fut revenu vainqueur de Kedorlaomer et des rois qui étaient avec lui, le roi de Sodome sortit à sa rencontre dans la vallée de Schavé, qui est la vallée du roi. Melchisédek, roi de Salem, fit apporter du pain et du vin: il était sacrificateur du Dieu Très-Haut. Il bénit Abram, et dit: Béni soit Abram par le Dieu Très-Haut, maître du ciel et de la terre! Béni soit le Dieu Très-Haut, qui a livré tes ennemis entre tes mains! Et Abram lui donna la dîme de tout. Le roi de Sodome dit à Abram: Donne-moi les personnes, et prends pour toi les richesses. Abram répondit au roi de Sodome: Je lève la main vers l'Éternel, le Dieu Très-Haut, maître du ciel et de la terre: je ne prendrai rien de tout ce qui est à toi, pas même un fil, ni un cordon de soulier, afin que tu ne dises pas: J'ai enrichi Abram. Rien pour moi! Seulement, ce qu'ont mangé les jeunes gens, et la part des hommes qui ont marché avec moi, Aner, Eschcol et Mamré: eux, ils prendront leur part.”

(Genèse 15:1)
“ Après ces événements, la parole de l'Éternel fut adressée à Abram dans une vision, et il dit: Abram, ne crains point; je suis ton bouclier, et ta récompense sera très grande.”


Le roi de Sodome et le roi de Salem


Après être entré en guerre avec 318 serviteurs entraînés de sa maison, Abraham a vaincu ses ennemis et est revenu triomphant. Après la bataille, quand Abraham est rentré comme un général victorieux avec beaucoup de gens et le butin de guerre, deux hommes sont venus le recevoir. C’étaient le roi de Sodome et le roi de Salem. Bien que ces deux rois soient sortis pour accueillir Abraham, leur attitude était très différente.
Regardons d’abord Melchisédek le roi de Salem, qui a été désigné par Dieu comme sacrificateur éternel. Quand Melchisédek est sorti rencontrer Abraham, il a pris du pain et du vin et l’a offert à Abraham, puis il l’a béni comme suit:
“Béni soit Abram par le Dieu Très-Haut,
Maître du ciel et de la terre!
Béni soit le Dieu Très-Haut,
Qui a livré tes ennemis entre tes mains!” (Genèse 14:19). En disant ces choses, Melchisédek a accompli son devoir sacerdotal. Abraham a alors donné au roi de Salem un dixième de tout le butin de guerre qu’il avait ramené avec lui.
Même avant d’établir le Tabernacle, la tribu de sacrificateurs de Lévi, et le système sacrificiel, qui préfiguraient tous la naissance de Jésus-Christ, Dieu a suscité le roi de Salem dans le livre de Genèse ici et l’a appelé roi de paix et sacrificateur exalté. En d’autres termes, Dieu a suscité un sacrificateur céleste appelé roi de Salem sur la terre même avant d’établir effectivement le système sacrificiel, et en faisant cela, il nous a prédit la naissance de Jésus-Christ à l’avance. Ainsi, Dieu avait déjà préparé l’œuvre de salut de Jésus-Christ à la perfection depuis longtemps.


Regard à partir du royaume de la foi

La Bible dit que Melchisédek, roi de Salem, était sacrificateur du Dieu Très-Haut (Hébreux 7:1). Le roi de Salem, que Dieu avait personnellement établi comme sacrificateur céleste avant même d’établir effectivement le système sacrificiel, ne désigne personne d’autre que Jésus-Christ qui devait venir. Quand nous regardons encore au passage des Ecritures d’aujourd’hui sur la base de cette connaissance, nous pouvons clairement réaliser la vérité qui est révélée dans ce passage des Ecritures. Le roi de Salem, qui symbolisait Jésus-Christ, a béni Abraham en lui donnant du pain et du vin, et Abraham ayant reçu cette bénédiction a offert la dîme de tout le butin au roi de Salem qui, comme mentionné, préfigurait directement Jésus-Christ.
Que signifie réellement ce passage? Le fait que le roi de Salem, c’est-à-dire Jésus-Christ, ait béni Abraham avec du pain et du vin révèle le fait que Jésus-Christ nous ait sauvé avec le pain et le vin – c’est-à-dire Sa propre chair et Son sang. Quand nous regardons en Jean 6:55, nous voyons Jésus dire: “Car ma chair est vraiment une nourriture, et mon sang est vraiment un breuvage.” Comme je l’ai expliqué en détail précédemment, la chair de Jésus désigne Son baptême, et Son sang désigne sa condamnation à la Croix.
Melchisédek, roi de Salem, et le sacrificateur des Cieux, a donné du pain et du vin à Abraham, et a béni Abraham en louant Dieu. Comme Melchisédek, nous pouvons aussi venir dans la présence de Dieu pour le louer et mettre notre foi en Lui puisque nous croyons au pain et au vin de Jésus. En d’autres termes, c’est parce que nous croyons que Jésus-Christ nous a sauvés par Son baptême et Son sang que nous pouvons louer Dieu et Lui faire confiance grâce à cette foi.
La même chose est vraie pour Abraham, notre père dans la foi. Quand nous pensons à Abraham, nous sommes prompts à penser seulement à quelqu’un qui est devenu juste grâce aux bénédictions inconditionnelles de Dieu, mais Abraham est aussi devenu un homme de foi béni en croyant au salut de l’eau et du sang offert par le Seigneur. Comme vu dans le passage des Ecritures d’aujourd’hui, le roi de Salem a béni Abraham avec du pain et du vin. Et comme Abraham a cru de tout cœur au sacrifice de l’eau et du sang donné par le Seigneur, il est devenu un homme juste par Jésus-Christ. Cela implique qu’Abraham, le père de la foi, a cru aussi au même évangile de l’eau et de l’Esprit auquel vous et moi croyons maintenant.
Seul le sacrificateur des Cieux pouvait bénir Abraham comme cela. Même le roi d’Israël ne jouissait pas des mêmes privilèges que le sacrificateur. Seul le sacrificateur pouvait bénir les gens d’Israël, demandant à Dieu de répandre Sa bénédiction sur eux, et révélant Sa gloire. En retour du pain et du vin reçus du roi de Salem, le souverain sacrificateur, Abraham a offert la dîme. Ce roi de Salem préfigurait Jésus-Christ, et c’est par lui qu’Abraham a obtenu la bénédiction et a loué Dieu. Permettez-moi de répéter ici que le roi de Salem qui apparaît dans le passage des Ecritures d’aujourd’hui révèle directement Jésus-Christ.


Abraham a rejeté le roi de Sodome qui le tentait par les gains matériels


Quelqu’un d’autre a reçu Abraham de façon très différente du roi de Salem, et cet homme n’était autre que le roi de Sodome, qu’on peut décrire comme le roi de la chair. Retournons aux Ecritures. Le roi de Sodome a dit à Abraham: “Donne-moi les personnes, et prends pour toi les richesses” (Genèse 14:21). Le roi de Sodome disait à Abraham de lui donner tous les gens qu’il avait secourus et de prendre les biens pour lui. Cela pourrait avoir du sens en termes mondains, mais Abraham a rejeté ce que le roi de Sodome offrait et a juré par le nom du Seigneur qu’il ne prendrait rien. Donc Abraham n’a rien pris du roi de Sodome, à part une partie du butin réservée pour les hommes qui étaient allés à la guerre avec lui, et a donné le reste du butin au roi de Sodome pour qu’il ne puisse pas dire: “Abraham est devenu riche en prenant ce butin.”
Que signifie ce passage? Même si le roi de Sodome a dit à Abraham de lui donner les gens et de prendre les biens pour lui, Abraham a seulement pris la part des hommes qui étaient allés avec lui en alliés. Cela nous enseigne que les prédicateurs de l’évangile et les justes – c’est-à-dire nous les fidèles – doivent rejeter toute envie de richesses et se focaliser seulement sur l’âme. C’est quand nous rejetons notre envie matérielle et courons vers l’âme que Dieu devient notre bouclier et berger qui nous donne la foi et pourvoit à tous nos besoins, tout comme Dieu est apparu à Abraham et lui a dit: “je suis ton bouclier, et ta récompense sera très grande” (Genèse 15:1).
Après avoir vaincu quatre rois, Abraham est revenu avec beaucoup de butin, mais il n’a pas succombé à l’envie devant toutes ces richesses. Il a clairement rejeté la proposition du roi de Sodome de lui donner la main. Et immédiatement après cela, Dieu est apparu à Abraham et lui a donné les bénédictions du Ciel, lui disant: “je suis ton bouclier, et ta récompense sera très grande” (Genèse 15:1). Si ceux qui suivent le Seigneur cherchent avec envie les possessions matérielles, ils ne peuvent pas vraiment gagner d’âmes. Par contre, s’ils rejettent leur envie des richesses du monde sachant qu’une âme est bien plus précieuse que toute richesse, Dieu viendra vers eux, les bénira, et les récompensera.
Avant la guerre, quand un conflit a éclaté entre Abraham et Lot, Abraham a dit à son neveu: “Va où tu veux, j’irai dans la direction opposée.” Dieu est alors apparu à Abraham et lui a dit: “Lève les yeux, et, du lieu où tu es, regarde vers le nord et le midi, vers l'orient et l'occident; car tout le pays que tu vois, je le donnerai à toi et à ta postérité pour toujours” (Genèse 13:14-15). Selon cette Parole, Abraham avait une occasion de gagner beaucoup de richesses et beaucoup de gens dans cette guerre. Et quand il est rentré de la guerre, le roi de la chair lui a dit: “Donne-moi les personnes, et prends pour toi les richesses.” Que serait-il arrivé à Abraham s’il avait fait ce que suggérait le roi de Sodome? Il serait devenu vulnérable. Si le roi de Sodome avait pris les hommes, et les avait utilisés pour attaquer Abraham sur son chemin de retour, alors Abraham aurait été vaincu, puisque ses hommes auraient été trop chargés avec le butin pour se défendre efficacement. Les possessions matérielles sont complètement inutiles. Mais Abraham, le père de la foi, n’a pas pris les biens. Au contraire, il a répondu au roi de Sodome avec des mots très sages, lui disant de prendre tous les biens. Il a dit cela pour que le roi de Sodome ne dise pas partout qu’il avait rendu Abraham riche. Même s’il y avait beaucoup de richesse, Abraham n’a eu aucune envie du tout.
Mes chers croyants, à travers le récit d’aujourd’hui, le Seigneur nous parle de l’évangile qui est précieux et nous exhorte à nous soucier de l’âme. L’argent peut venir et aller – un jour nous pouvons l’avoir, le jour suivant pas, et le jour suivant de nouveau baigné dans l’argent. Les tentations qui tournent autour des possessions matérielles, par contre, viennent sans cesse, tout comme Abraham a continué d’avoir beaucoup de tentations promettant des richesses et des gains mondains. Mais Abraham a vaincu toutes ces tentations en mettant sa foi en Dieu. Et nous devons nous rappeler que lorsqu’Abraham a vaincu ces tentations des gains matériels, Dieu lui est apparu et l’a béni.


Qu’est-ce qui vous intéresse le plus: l’argent ou les âmes?


Nous devons réfléchir attentivement pour voir où est réellement notre intérêt, si nous sommes plus intéressés par l’argent ou l’âme. Ce qu’Abraham a fait dans le passage des Ecritures d’aujourd’hui est très recommandable. Il a fait la guerre contre quatre royaumes, les a tous vaincus, a pillé leurs possessions, et a secouru les prisonniers. Si un homme moyen avait eu la même proposition du roi de Sodome, il aurait accepté les richesses à sa place pour mener une vie riche. Mais que serait-il arrivé en chemin? Puisque cette personne n’aurait que des richesses sans aucune cause juste, cela l’enchainerait à un mammon injuste. Une fois que l’on est attiré dans l’océan de l’envie matérielle, on ne peut plus combattre mais l’on est vaincu et tué certainement. Pour ceux qui s’intéressent seulement à la richesse matérielle et mettent leur confiance dans l’argent seul, la fin ultime est aussi évidente que cela.
Qu’est-ce qui est le plus important? Est-ce la richesse du monde? Ou est-ce l’âme humaine? Nous devons saisir l’occasion présente pour réfléchir à ce que nous aurions fait si nous avions été à la place d’Abraham, et nous examiner pour voir où est réellement notre intérêt. Dieu nous dit à tous aujourd’hui en cette heure que quiconque s’intéresse à l’argent ne peut pas faire l’œuvre de Dieu.
Nous avons publié beaucoup de livres pour diffuser l’évangile par le ministère de la littérature, et bien qu’aucun calcul exact n’ait été fait, nous savons qu’un montant énorme d’argent est allé dans ce ministère. La diaconesse Jeongsoon Lee à elle seule a offert plus de 200.000 $ pour ce ministère, et une plus grande somme encore a été promise par nous tous. Mais il n’y a personne parmi nous qui ait jamais montré d’envie par rapport à cet argent. C’est parce que nous nous intéressons tous à l’âme, non aux richesses. Si une âme peut être sauvée en dépensant 100,000 $, alors même cette somme d’argent ne signifie rien pour nous. Bien sûr, si nos ministres étaient envieux et ne s’intéressaient pas au salut des âmes, comme beaucoup de dirigeants chrétiens en ont l’air aujourd’hui, alors ils auraient pris cet argent pour eux ou l’auraient dépensé pour faire des bâtiments d’églises extravagants. Qu’en est-il de vous alors? Etes-vous plus intéressé par l’argent ou l’âme? Vous devez réfléchir à cette question et répondre honnêtement devant Dieu. Autrement dit, vous devez vérifier votre foi pour voir si elle est juste ou fausse. Et si elle n’est pas bonne, vous devez fermement rejeter ce qui doit être rejeté, et prendre ce qu’il faut prendre. En bref, vous devez fixer votre cœur clairement.
Ce n’est en réalité pas si facile d’être aussi résolu qu’Abraham. Si vous étiez devant un tel butin de guerre, seriez-vous aussi capable d’abandonner la richesse et de dire: “je ne prendrai rien, même pas la courroie d’une sandale” (Genèse 14:23)? Pourriez-vous rejeter toute richesse matérielle de ce monde si cela vous permettait de prêcher l’évangile à beaucoup d’âmes et de les sauver? Rappelez-vous que ce ne sont que ceux qui répondent à cette question par un “oui” ferme à qui Dieu apparait pour devenir leur berger et qu’il récompense. 


Bien que ce soit difficile, aucun serviteur de Dieu ne devrait jamais rechercher les biens matériels


Mes chers croyants, aucun croyant ne devrait jamais suivre les richesses matérielles. C’est parce que les richesses matérielles en elles-mêmes ne sont pas importantes; c’est juste quelque chose de nécessaire pour prêcher l’évangile. Les possessions matérielles dont je parle ici ne signifient pas que l’argent. Suivre la valeur charnelle c’est comme suivre les richesses matérielles. Par hasard, vous aimez-vous plus vous-même que l’évangile que le Seigneur vous a donné, ou même que Dieu Lui-même? C’est aussi suivre les gains matériels. Une personne qui s’aime lui-même plus que Dieu ne peut servir l’évangile avec une consécration entière. Si vous êtes une telle personne, alors je vous demande de rejeter tous vos désirs égoïstes. 
En le comparant à vous et moi, Abraham est un homme vraiment honorable digne de notre respect. Après tout, il a rejeté tout le butin de guerre et n’a rien pris même si tant de richesse lui a été offerte. Maintenant, imaginez que quelqu’un vous montre 100 millions $ et vous pose la question suivante: “je te donnerai tout cet argent si tu cesses de servir l’évangile. Vas-tu abandonner 100 millions de $ et continuer à servir l’évangile, ou vas-tu prendre cet argent et vivre le reste de ta vie dans le confort, puisque tu es déjà né de nouveau en croyant en Jésus?” Que feriez-vous alors? Peut-être que vous trouveriez une issue intelligente en disant: “Je vais prendre les 100 millions $ et continuer à servir l’évangile.”
Cependant, mes chers croyants, il n’y a pas de terrain neutre devant le Dieu juste. Vous ne pouvez servir deux maîtres. Entre l’argent et l’évangile, si vous voulez la possession complète de l’un, vous devez infailliblement abandonner l’autre. Qu’abandonnerez-vous alors? Abandonnerez-vous l’évangile ou 100 millions $? Cent millions de dollars peut ne pas sembler être une somme si forte en mots, mais en fait c’est une grande somme qui dépasse votre plus folle imagination. Si nous devions assembler 100 millions $ en billets de 10 $ cela remplirait toute cette pièce et il resterait des tonnes de billets. Même 1 million $ est une grande somme d’argent. Mais, vous et moi devons abandonner ces 100 millions $ non seulement dans notre tête, mais en termes réels.
Abraham a abandonné une bien plus grande richesse que 100 millions $ dans le passage des Ecritures d’aujourd’hui. Et après cela, Dieu est apparu à Abraham et l’a béni. Ce Dieu Tout-Puissant est aussi notre Dieu de récompense, répandant Ses récompenses sur nous tous.
Ne sous-estimez pas Abraham. Il était vraiment un homme de grande foi. J’espère et prie que Dieu fasse aussi de nous de tels gens de foi, comme Abraham. J’ai toute confiance que Dieu nous formera effectivement en des tels gens de foi, et je lui donne toute ma reconnaissance pour cela.